Navigation – Plan du site

Les religieuses au cinéma : quelques pistes de réflexion1

Nuns at cinema
Laura Pettinaroli

Résumés

Si les films consacrés aux religieuses sont souvent l’occasion de polémiques, l’approche scientifique -notamment historienne- de ces œuvres reste rare. Cet article se propose donc de définir un corpus de films consacrés aux religieuses. Pour illustrer l’intérêt de ce corpus (une cinquantaine de films réalisés dans la seconde moitié du XXe siècle à travers le monde), nous proposons d’ouvrir une réflexion autour de deux questions : la dimension historique et la figuration du cloître.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’auteur tient à remercier MM. Pierre-Antoine Fabre et Philippe Boutry pour leurs conseils, donnés (...)
  • 2  Un an à peine avant la sortie de Magdalene Sisters, le film Amen de Costa-Gavras (Allemagne-Rouman (...)
  • 3  The Magdalene Sisters, Peter Mullan, France-Grande-Bretagne, 2001 (sortie française 5 février 2003 (...)
  • 4  Pour la présentation du contexte irlandais des années 1990 et des différentes œuvres (documentaire (...)
  • 5  Franco Patruno, « Una caricatura mal riuscita », dans L’Osservatore romano, 05.09.2002, p. 3, trad (...)
  • 6  Marc Ferro, Cinéma et Histoire, Paris, Gallimard, 1993, p. 224.
  • 7  Voir le site Internet de l’une des principales associations de « victimes » : « Justice for Magdal (...)

1Si les films historiques portant sur des sujets religieux suscitent fréquemment des polémiques et se traduisent parfois par des démêlés judiciaires2, la sortie en 2002 (2003 sur les écrans français) du film The Magdalene Sisters3 a créé l’événement. Consacré au rôle des religieuses dans l’internement et l’exploitation économique de femmes considérées comme déviantes (« Madeleines » travaillant quasiment gratuitement dans des blanchisseries et y subissant souvent des violences) dans l’Irlande des années 1960, le film de Peter Mullan, lauréat du Lion d’or à Venise en septembre 2002, internationalisa en quelque sorte la crise qui secouait la société irlandaise depuis les années 1990 sur les abus commis au sein d’institutions catholiques4. Face aux accusations de ce film, solidement documenté mais clairement dénonciateur, l’Église catholique conserva une certaine réserve et se limita à une critique des excès de ce film : L’Osservatore romano souligna ainsi les généralisations abusives d’« un scénario qui se révèle immédiatement à thèse », avant de définir le film comme une « provocation haineuse et rancunière » que le festival de Venise « fait passer pour une œuvre d’art » mais qui ne permettra pas de lancer une démarche de repentance à laquelle l’Église s’estime toutefois disponible5. La polémique autour du film donna donc l’occasion à différentes voix, « foyers » producteurs de « discours sur la société »6, de s’exprimer sur ce passé, notamment des victimes, fédérées en associations, qui portent leurs accusations en justice pour obtenir reconnaissance et indemnisations7.

  • 8  En Irlande toutefois, plusieurs historiens (notamment James M. Smith) sont engagés dans l’associat (...)
  • 9  Le premier ordre des « Madeleines » est fondé en 1226. J. Leclercq, « Maddalene », in Guerrino Pel (...)
  • 10  Voir le bilan historiographique proposé par Gabriella Zarri, « La clôture des religieuses et les r (...)
  • 11  Michèle Perrot estime que le système des usines-internats (religieuses ou laïques) est à son apogé (...)
  • 12  Voir notamment Frances Finnegan, Do penance or perish : Magdalen asylums in Ireland, Oxford ; New (...)
  • 13  L’intérêt de la thématique de la clôture pour interroger les rapports sociaux de sexe à différente (...)

2Dans ce déchaînement mémoriel, médiatique et judiciaire, un « foyer » pourtant resta particulièrement discret : les historiens observèrent un quasi-silence8 sur ce sujet pourtant éminemment historique. En effet, l’action des « Sœurs madeleines » ‑dont la mission est d’accueillir les anciennes prostituées dans les couvents et d’aider à la réintégration sociale des « repenties »- compte sept siècles d’histoire9. Malgré la spécificité de la situation irlandaise (la chronologie du phénomène est décalée puisque ces institutions perdurent jusque dans les années 1990), la polémique de 2002-2003 aurait pu être l’occasion pour les historiens spécialistes de ces questions de présenter l’état des recherches au public. Comment expliquer cette situation paradoxale ? Au-delà d’un mépris intellectuel pour la polémique, ce silence peut s’expliquer par un certain déficit historiographique dans ce domaine de l’histoire religieuse, qui s’avère inégalement travaillé. Alors que l’apport des women studies a permis de renouveler la connaissance de la vie religieuse féminine pour la période des XVIe-XVIIIe siècles10, les rapports entre vie conventuelle et révolution industrielle (en particulier pour le XXe siècle) restent étudiés de façon fragmentaire, par des monographies souvent succinctes. Nous ne disposons d’aucune étude d’ensemble, que ce soit à l’échelle nationale ou internationale, sur ce phénomène pourtant massif de la période mi-XIXe siècle-mi XXe siècle et qui s’est déployé sur presque tous les continents (outre l’Europe, de telles institutions ‑qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement tenues par des religieuses catholiques- ont existé en Amérique du Nord et en Australie)11. Certes, depuis le début des années 2000 (peut-être d’ailleurs sous l’effet « Magadalene Sisters »), les recherches se sont multipliées sur cette question12. Au même moment, l’histoire des femmes et du genre s’est penchée de façon croissante sur la question du cloître en contexte religieux13. Cependant, l’absence d’une perspective synthétique, englobant la période moderne et contemporaine et surtout les différents espaces nationaux, handicape lourdement la compréhension de ce phénomène massif.

  • 14  Claude Langlois signalait déjà comme une piste à approfondir la question des relations entre congr (...)
  • 15  Depuis les années 1990, l’historiographie ‑notamment les women studies qui mettent de plus en plus (...)

3En attendant la réalisation de ce travail de grande ampleur, et en repartant du film Magdalene Sisters, il nous semble intéressant d’interroger les représentations artistiques et polémiques de la vie religieuse féminine14. Nous aborderons donc ici les représentations cinématographiques du couvent féminin, en signalant un premier corpus et quelques pistes de recherche, en particulier sur la dimension historique de ces films. Par ailleurs, les perspectives ouvertes par l’historiographie sur la vie conventuelle féminine, toujours travaillée par l’approche foucaldienne et ses remises en questions15, nous conduit à aborder plus spécifiquement les représentations cinématographiques de la clôture, dont nous essayerons de proposer une typologie.

Le corpus de films sur les religieuses catholiques : un thème marginal mais récurrent

4Combien de films traitent du couvent féminin au cinéma ? Comment définir un tel corpus ? Et tout d’abord, pourquoi restreindre l’enquête à la représentation de la vie conventuelle féminine ?

Légitimité de la constitution d’un corpus de films sur les religieuses

  • 16  Le droit canonique réserve en effet la « clôture papale » aux femmes. Celle-ci, couplée aux « vœux (...)

5Sans a priori idéologique, il convient de prendre acte d’une réelle originalité féminine dans ce domaine. Du point de vue du droit canonique lui-même, le régime de claustration féminine est spécifique, et ce depuis le Moyen-Âge. De plus, jusqu’au début du XXe siècle, le cloître ou la vie cloîtrée constitue une condition de définition de la vie religieuse féminine sinon authentique, du moins « parfaite »16.

  • 17  Leo McCarey, États-Unis, 1945, 126 minutes.
  • 18  « La foi » du 29 janvier au 25 mars 2003, Forum des images, Paris. Neuf films ont alors été présen (...)
  • 19  Au contraire même puisque certains thèmes y apparaissent de façon spécifique. Parmi les thèmes ori (...)

6S’il convient de souligner la spécificité historique du cloître féminin, que peut-on dire de la représentation cinématographique de celui-ci ? L’image cinématographique du cloître féminin est-elle différente du cloître masculin et, surtout, est-elle suffisamment homogène pour autoriser une lecture « en série » ? Certaines observations empiriques plaident pour une approche « sérielle » de ces films « de religieuses ». Premier indice : au sein de Magdalene Sisters, lors du moment de détente de la communauté à l’occasion de Noël, est mis en abîme le film The Bells of St. Mary’s17, portant également sur un pensionnat tenu par des religieuses. Autre exemple : le cycle « Couvents et religieuses » fut valorisé comme l’un des « temps forts » d’une rétrospective cinématographique sur « La foi »18. Le thème des religieuses au cinéma semble donc pouvoir être abordé légitimement en tant que tel. Cette restriction ne signifie évidemment pas que des comparaisons avec des films portant sur la vie religieuse masculine ou représentant d’autres configurations socio-culturelles de la clôture féminine soient inutiles19.

Premier dénombrement et observations

  • 20  Friedhelm Geller, Peter Hasenberg, Johannes Hortsmann [et al.], Religion im Film: Kurzkritiken und (...)

7Pour bénéficier d’une vision globale de ces films de religieuses, nous avons utilisé un catalogue consacré au traitement de « la religion » au cinéma, édité en 1999 par l’Institut catholique pour l’information sur les médias (KIM) de Cologne20. On peut ainsi constituer le tableau suivant :

Tableau 1 : les films sur la vie religieuse et le couvent selon le catalogue du KIM

  • 21  La liste détaillée de ces films est donnée en annexe.

Valeur absolue

Valeur relative ( % du total des 2.400 films du catalogue)

Films traitant de sujets religieux retenus en 1999

2.400

100 %

Films ayant pour thème principal la vie religieuse, chrétienne ou non (entrée Ordensleute de l’index thématique).

295

(environ)

12,2 %

Films ayant pour thème principal le couvent (entrée Kloster de l’index thématique).

80

3,3 %

Films ayant pour thème principal le couvent féminin chrétien (tri au sein de l’entrée Kloster de l’index thématique grâce à la description de l’intrigue)21.

49

2 %

  • 22  Plus que la qualité esthétique, c’est la diffusion d’une forme de représentation des femmes et des (...)

8Ce catalogue permet donc d’identifier un premier corpus sur la vie religieuse féminine chrétienne au cinéma, que nous indiquons en annexe. Ce corpus n’obéit à aucun critère esthétique22 ou moral et met en parallèle des œuvres ayant des perspectives radicalement opposées sur le phénomène conventuel. Il permet cependant de poser certaines bases.

9Tout d’abord, d’après ce catalogue, même si le couvent ne représente qu’un thème marginal au sein de l’ensemble des productions sur les religions dans le cinéma mondial (3,3 %), la dimension féminine et chrétienne y est déterminante (plus de 60 % des films sur la vie conventuelle concernent des femmes chrétiennes).

  • 23  14 pour les années 1960, 12 pour les années 1970, soit 26 sur 49.

10La répartition chronologique des films retenus, tous réalisés entre 1943 et 1996, fait de la période des années 1960-1970 un apogée, avec plus de la moitié des films produits durant ces vingt années23.

D’un point de vue géographique, ces films proviennent de quatre grands foyers d’origine.

Le premier foyer est l’Europe occidentale qui produit plus de la moitié du corpus. Ces films se caractérisent par une grande diversité des genres et de l’approche de la vie conventuelle : du documentaire (Sponsae Christi- Die Bräute Christi, 1991) à la comédie (Dans les ténèbres, 1983), en passant par de nombreux mélodrames dans lesquels le couvent matérialise une rupture forte dans la vie amoureuse d’une femme (La storia di una capinera, 1993, inspiré du roman éponyme de Giovanni Verga) ou dans son rapport à la maternité (Suor Letizia, 1956 avec Anna Magnani). Au sein de ces productions européennes, il faut souligner l’importance des « Sexfilms » (10 films), c’est-à-dire des films pornographiques, qui constituent quand même un cinquième du corpus global : tous ont été produits entre 1971 et 1986, le plus souvent en Italie.

Second foyer de production, l’Amérique du Nord compte onze films (soit un cinquième du corpus), réalisés au fil d’un flot assez régulier entre 1951 et 1996. Il s’agit souvent d’une présentation très valorisante et enjouée de la vie religieuse : comédies musicales (The Miracle ; The Singing Nun et son héroïne dominicaine, sœur Anna ; Sister Act) ; rencontre heureuse et enrichissante de mondes hétéroclites (dans Dixie : changing habits, la propriétaire d’une maison de prostitution de la Nouvelle-Orléans ayant des problèmes avec la justice, se cache au couvent, devient l’amie des sœurs et les aide à surmonter leurs problèmes financiers ; de même pour l’amitié du jardinier du Centre Rockefeller et d’une religieuse dans The Christmas Tree, une production Walt Disney).

Le troisième foyer de production est l’URSS et les pays de l’Est qui produisent 7 films (14 % du corpus), tous entre 1961 et 1971. Il s’agit souvent de reconstitutions historiques dans lesquelles le contexte révolutionnaire sert de cadre à l’intrigue. C’est le cas pour Opatica i Komesar (L'abbesse et le commissaire) où des partisans sont soignés dans un couvent ; pour Tainstwenny Monach (Mystérieux moines), film d’aventure racontant la lutte entre des tchékistes et un groupe « blanc », les combattants, habillés en moines et moniales, utilisent un cloître comme quartier général ; ou encore pour Poslednjaja Relikwija (La dernière relique)où le meneur d'une révolte paysanne au XVIe siècle doit courageusement libérer du couvent la femme qu'il aime.

  • 24  Dans ce paragraphe géographique, les films réalisés en collaboration sont comptés deux fois, une f (...)

On peut rapprocher de cette veine politique, qui fait du couvent un lieu-refuge ou, au contraire, un symbole de l’enfermement, les quatre productions d’Amérique latine. Très hétérogènes chronologiquement (deux en début de période et deux dans les années 1990), le couvent y est souvent présenté comme un lieu d’oppression des femmes : Muchachas de uniforme montre lapression morale et religieuse dans un internat mexicain ; la situation mexicaine du XVIIe siècle sert aussi de décor au film « féministe » de Maria-Luisa Bemberg Yo, la peor de todas en1990. Au contraire, la fonction sociale bénéfique des couvents est valorisée dans Las Hermanas (une ancienne prostituée refait sa vie au couvent) et dans le documentaire germano-brésilien24 Die Kinder von Marcaçao qui raconte l’œuvre d’une religieuse contre la misère dans le Nordeste.

  • 25  C. Langlois, Le catholicisme au féminin... cit., p. 695.

11Ce corpus, fondé sur le catalogue du KIM, présente d’évidentes limites. Outre l’absence de mise à jour depuis 1999, ce catalogue n’est pas exhaustif : on note, par exemple, l’absence du film Le Dialogue des Carmélites (Philippe Agostini, France, 1960). Enfin, nous n’avons retenu ici que des films ayant pour thème principal le couvent. Pour une analyse plus complète, il faudrait au moins réaliser des sondages dans des films où le couvent apparaît de façon marginale car la récurrence d’une image, même peu développée, exerce une influence diffuse. Par exemple, l’un des plus grands succès du cinéma français, La Grande Vadrouille (Gérard Oury, France, 1966, 132’), réactive ‑dans le cadre patrimonial du couvent de Beaune- le thème de la sympathique « Sœur de Charité », motif littéraire bien repéré par Claude Langlois pour le XIXe siècle25. Malgré ces limites, les 49 films repérés par le catalogue du KIM constituent une utile base de travail, que nous avons complétée, dans le cadre de cet article, par l’examen de The Magadalene Sisters, film postérieur à la rédaction du catalogue. Quelles remarques et pistes de recherches pouvons-nous signaler dès à présent ?

Des films historiques26

  • 26  Nous optons pour une définition large : est historique tout film dont l’action se situe dans un pa (...)

12Tout d’abord, plus de la moitié (26) de ces 50 films sur la vie conventuelle féminine peuvent être qualifiés d’historiques. Le cloître féminin apparaît donc majoritairement (mais non pas exclusivement) comme un espace appartenant au passé. Quelles sont les périodes les plus représentées ? Comment l’écriture cinématographique se positionne-t-elle par rapport au récit historique ?

Un passé qui inspire

13Sur les 26 films historiques, 6 abordent de façon historique le XXe siècle, 6 le XIXe siècle et 14 portent sur la période antérieure à 1800. Cette proportion se vérifie si l’on examine les films réalisés durant les années 1990. Parmi les huit films réalisés durant ces années, quatre sont des films historiques (Kristin Lavransdatter dans laNorvège du XIIIe siècle ; Yo, la peor de todas dans leMexique du XVIIe siècle ; La vie de Marianne dans le Paris du XVIIIe siècle et La storia di una capinera dont l’action se déroule durant l’épidémie de choléra de 1854 en Sicile) ; deux sont des documentaires (Sponsae Christi- Die Bräute Christi qui raconte la vie dans un cloître bénédictin à Lichtenhal en Allemagne ; Die Kinder von Marcaçao) et les deux films de fiction contemporains (Sister Act et The Christmas Tree) sont américains.

  • 27  Voir Giuseppe Farinelli, La monaca di Monza : nel tempo, nella vita e nel processo originale rivis (...)
  • 28  Cf. Michel de Certeau, La Possession de Loudun, Paris, Gallimard, Julliard (Archives, 37), 1970.

14Deux épisodes historiques, qui se déroulent dans le même cadre géographique (Europe occidentale, Italie -France), chronologique (le début du XVIIe siècle) et qui sont connus par les procès des religieuses, inspirent plus particulièrement le cinéma : l’affaire de la religieuse de Monza et celle de la possession de Loudun. La première affaire se déroule en Italie et met en scène une relation amoureuse entre les murs du couvent, suivie d’une sanction d’enfermement contre la religieuse coupable27. Elle inspire trois films de notre panel : La monaca di Monza (1968) et deux « Sexfilms » (La vera storia della monaca di Monza, 1980 ; La Monaca di Monza / The devils of Monza, 1986). L’affaire des « possédés » de Loudun (accusations de possessions contre l’abbé Urbain Grandier et les Ursulines de Loudun dans les années 163028) inspire deux films du panel : Mère Jeanne des anges (Matka Joanna od Aniołów) de Jerzy Kawalerowicz et The Devils de Ken Russell.

  • 29  J. Iwaszkiewicz,« Matka Joanna od Aniołów », dans Nowa miłość i inne opowiadania, Varsovie, Czytel (...)
  • 30  Aldous Huxley, The devils of Loudun, Londres, Chatto and Windus, 1952; John Whiting, The Devils. A (...)
  • 31  La mention « Literaturverfilmung » est alors indiquée dans le catalogue allemand.

15Le succès de ces deux épisodes historiques au cinéma doit probablement beaucoup à la littérature. Dans le cas de la religieuse de Monza, le célèbre roman I promessi sposi de Manzoni (1827/1840-41) en a certainement accru la popularité. Mère Jeanne des anges s’inspire du roman de Jarosław Iwaszkiewicz29 ; The Devils s’enrichit des apports d’une pièce de théâtre de John Whiting et d’un roman d’Aldous Huxley30. D’une façon générale, de nombreux films sur la vie conventuelle féminine mêlent ainsi une double dimension historique et littéraire : sur 50 films, 26 sont adaptés d’œuvres littéraires31. Le degré de fidélité de ces adaptations va d’une grande liberté face aux œuvres de Boccace ou de Stendhal dans le cas de certains « Sexfilms » (Fratello homo sorella bona -nel Boccaccio superproibito- ; Interno di un convento), à des mises en scène fidèles (La Religieuse de Diderot par Jacques Rivette) en allant jusqu’à la figuration du processus d’écriture lui-même dans Thérèse d’Alain Cavalier.

Écriture cinématographique et écriture historique

  • 32  Le plan final de Interno di un convento rappelle que l’affaire (trois meurtres) ne fut jamais jugé (...)
  • 33  C’est nous qui soulignons.

16Dans le cas des films historiques, l’écriture cinématographique cherche souvent (au-delà des décors, costumes ou sons qui plongent le spectateur dans un autre temps) à matérialiser l’inscription dans le passé, en passant par des plans écrits32. Le plan écrit, initial, des Anges du péché mérite à cet égard d’être cité : « Ce film s’inspire de la vie d'une congrégation dominicaine fondée en 1867 par le Père Lataste. Les auteurs ont la responsabilité de l’intrigue qu’ils ont imaginée, mais ils se sont efforcés d’exprimer par des images et des détails pris à la réalité l'atmosphère qui règne dans ces couvents et l’esprit qui anime leur mission »33. Le recours à la fiction et à l’imagination est pleinement assumé (« responsabilité ») et revendiqué dans la mesure où il permet de faire sentir l’impalpable (« atmosphère », « esprit »). On retrouve ici les théories de Robert Bresson sur le « cinématographe » et surtout une claire distinction des compétences entre histoire et cinéma, d’abord en vue de préserver la spécificité artistique de l’écriture cinématographique.

  • 34  Ce procédé de mémorialisation s’explique par la volonté d’offrir un lieu de mémoire aux « victimes (...)
  • 35  Les héroïnes de Magdalene sisters correspondent à trois types d’exclusion liés à la condition fémi (...)
  • 36  Voir par exemple les études réunies par Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre,Danielle Tartakowsky (...)

17Au contraire, dans Magdalene Sisters, Peter Mullan mime l’écriture historienne dans un plan final présentant chiffres et dates, indiquant notamment que le dernier établissement de Madeleines fut fermé en 1996. Les victimes, évaluées à 30 000, sont présentées sur le mode d’une sorte de « mur des noms » qui rappelle le procédé de mémorialisation des grandes tragédies du XXe siècle et, en particulier, du système concentrationnaire nazi34. Ce procédé ne conserve toutefois de l’écriture historique que la brutalité factuelle. Présenté comme une conclusion de la fiction et une préface à la mémorialisation, il brouille chez le spectateur la frontière entre fiction, histoire et mémoire d’autant qu’à aucun moment l’extrême stylisation des personnages (les trois héroïnes sont en fait des types de victimes35) n’est contrebalancée par une réflexion sur la représentativité des types choisis. Ce rapport « utilitaire » mais incomplet à la démarche historique mériterait d’être interprété, au-delà du contexte irlandais, dans le cadre des rapports conflictuels qui s’établissent sur de nombreux terrains entre histoire et mémoire dans les années 200036. Cependant, le corpus de films sur la vie conventuelle féminine au cinéma permet également de s’interroger sur la représentation de l’institution conventuelle elle-même.

Représenter les rapports entre individu et institution : le couvent féminin, essai de schématisation et de typologie

  • 37  L’entrée au couvent, souvent associée à la coupe des cheveux et à la robe de « fiancée », forme un (...)
  • 38  Dans le cas des couvents, l’analyse des enjeux sexués de pouvoir ne saurait faire l’économie d’une (...)
  • 39  Le parallélisme avec l’institution matrimoniale est très nette notamment dans les rituels postérie (...)

18La mise en scène de l’enfermement est récurrente et structurante dans la plupart des films du corpus. On peut aisément interroger de façon sérielle les entrées au couvent37, mais aussi les sorties et évasions et, plus quotidiennement, les jeux de clés, de serrures, de portes, les barreaux, les lieux de médiation (parloir, chapelle). Au cinéma, la clôture provoque de surcroît un effet dramatique : le huis clos renforce l’intensité des jeux de pouvoirs entre femmes et ‑ aux frontières du cloître ‑ entre hommes et femmes. Le film de couvent féminin permet ainsi d’évoquer la thématique des rapports individuels (notamment des rapports sexués) à l’intérieur d’une institution38. D’une façon plus générale, le fait que le couvent soit présenté comme une métaphore ou un reflet d’autres institutions (peut-être en premier lieu du mariage39, mais aussi d’institutions comme la famille, l’hôpital, l’école, l’asile psychiatrique, qui gravitent souvent autour du couvent dans le panel étudié) permet d’aborder la question plus générale de la représentation cinématographique des institutions. Il nous a donc semblé intéressant d’aborder de façon comparative la représentation cinématographique de la clôture en privilégiant deux problématiques :

Quelle est la « qualité » de la clôture ? Est-elle imperméable ou poreuse ?

Quels types de liens s’établissent avec l’extérieur, et par quels biais ?

Comment ces films de religieuses représentent-ils l’enfermement des femmes : d’une façon originale ou alors le couvent fonctionne-t-il comme toute institution oppressive ? Quelles sont les principales configurations de la relation entre institution et individu ?

19Pour aborder de front ces deux questions, un outil de comparaison nous a semblé utile : une représentation schématique de l’intrigue du film, centrée sur la place qu’y occupent le cloître et l’institution conventuelle, ainsi que sur les rapports avec l’environnement social et ecclésial. Cette schématisation permet de faire émerger une typologie, constituée de trois grands types de représentations du couvent comme institution : lieu d’oppression ; lieu de libération et lieu de dépossession de soi.

Le couvent, lieu d’oppression

20Un premier type de films définit le couvent comme une institution oppressive. Cette oppression peut s’exercer à l’égard d’un individu (La Religieuse) ou de groupes (Magdalene Sisters).

Schéma 1 : La Religieuse de Rivette - Suzanne, proie de ses semblables et des institutions

Schéma 1 : La Religieuse de Rivette - Suzanne, proie de ses semblables et des institutions

21La Religieuse de Rivette offre un cadre propice aux analyses sur les jeux de pouvoirs au sein et autour de l’institution conventuelle. En effet, les différentes formes que peuvent prendre les relations de subordination sont figurées de façon presque exhaustive, de la protection déployée par la première supérieure, au sadisme de la seconde et au caractère abusif de l’amour de sa dernière supérieure (qui prétend d’ailleurs avoir le « pouvoir » de la confesser). Les figures sacerdotales de l’autorité sont tout aussi variées (du prêtre protecteur en passant par le confesseur fanatique ou séducteur). Des aides parviennent à Suzanne, de l’extérieur ou de l’intérieur, mais la clôture est la plus forte. L’engrenage des jeux de pouvoirs met Suzanne au cœur du drame, fait de l’héroïne une proie, qui se dérobe… jusqu’au suicide. On retrouve une approche du couvent comme synonyme d’oppression institutionnelle dans Magdalene Sisters. Le couvent n’est ici qu’un relais institutionnel parmi d’autres de l’oppression des femmes. La famille, l’Église, l’école, l’hôpital psychiatrique, la société en général, fonctionnent à l’égard des femmes sur le même principe que le couvent-pensionnat, et collaborent avec celui-ci.

Schéma 2 : The Magadalene Sisters, le couvent, institution d’oppression des femmes parmi d’autres

Schéma 2 : The Magadalene Sisters, le couvent, institution d’oppression des femmes parmi d’autres

22Dans ces deux cas, le modèle du cloître (tel quel le définit le droit canon) est globalement respecté. L’oppression de l’individu vient ici de la perversion de certaines relations, en particulier des relations hiérarchiques (supérieure, prêtres-confesseurs...), et de la faillite des institutions parallèles au couvent (famille, école, asile psychiatrique...) à remédier aux abus qui se déploient au sein de la clôture.

Le couvent, lieu de liberté et de libération

23Au contraire, d’autres films font totalement éclater la frontière, a priori indépassable, de la clôture. Deux cas, aux antipodes, peuvent être signalés ici. Dans l’Intérieur d’un couvent, la clôture ne fonctionne plus car elle est ouverte aux amants : la réalité conventuelle est donc totalement subvertie, ou pervertie, malgré la sauvegarde des apparences. Dans Thérèse, la clôture extrêmement renforcée se fait finalement oublier car elle est au service d’un puissant accomplissement mystique. La réalité conventuelle est ainsi transfigurée et fait place à un épanouissement personnel extraordinaire qui dépasse largement l’institution. Dans ces deux cas, on observe sur les schémas des clôtures inhabituelles, plus faibles ou plus fortes que d’ordinaire.

Schéma 3 : L’intérieur d’un couvent, l’institution factice

Schéma 3 : L’intérieur d’un couvent, l’institution factice

Schéma 4 : Thérèse, l’institution transfigurée

Schéma 4 : Thérèse, l’institution transfigurée

Le couvent, lieu de dépossession de soi

24Enfin, dans un troisième type d’œuvres, l’environnement conventuel sert de cadre propice à un jeu sur la possession/dépossession : c’est dans le corset institutionnel que l’individu voit éclater ses propres frontières. Dans Mère Jeanne des Anges, la dépossession de soi conduit, en fait, à la possession diabolique : l’image est ici très négative et renvoie à celle de la femme « sorcière » qu’il s’agit d’exorciser. En revanche, la dépossession de soi peut être valorisée dans certains films lorsqu’elle sert de base à un progrès spirituel et à un échange humain : la religieuse « dépossédée » dispose d’une capacité d’intercession, ce qui permet un véritable échange salvifique des âmes dans le cas des Anges du péché.

Schéma 5 : Mère Jeanne des Anges, la possession diabolique

Schéma 5 : Mère Jeanne des Anges, la possession diabolique

Schéma 6 : Les Anges du péché, une dépossession pour le salut d’autrui

Schéma 6 : Les Anges du péché, une dépossession pour le salut d’autrui
  • 40  Geneviève Sellier, Brigitte Rollet, « Cinéma et genre en France : état des lieux », dans CLIO. His (...)

25Ces six schémas, construits sur l’analyse approfondie d’une partie seulement du corpus repéré, offrent quelques pistes d’analyse qu’une étude exhaustive du panel permettrait de préciser. Malgré la décontextualisation des œuvres qu’une telle schématisation implique, cette étape nous a semblé nécessaire pour poser un cadre comparatif avant de passer, pour chaque œuvre, à une étude du contexte culturel et social de production et de réception40.

26Les « films de couvents féminins » offrent à l’observateur un ensemble assez diversifié au sein de la production cinématographique mondiale du second XXe siècle. Nous avons cherché ici à offrir une perspective d’ensemble sur ce corpus de films réalisés entre les années 1940 et 2000, mais aussi de proposer quelques pistes d’analyse. En effet, malgré une thématique apparemment restreinte (les religieuses cloîtrées au cinéma), ce corpus permet d’aborder des questions plus vastes : la représentation de la femme et les questions religieuses dans un contexte de libération de la femme et de sécularisation des sociétés bien sûr, mais aussi le lien entre histoire et cinéma, et même entre histoire, littérature et cinéma. Par ailleurs, l’un des traits dominants de ces films est d’ouvrir à une réflexion sur les institutions : le couvent féminin est figuré comme l’archétype de toute institution fermée et oppressive. Réfléchir sur ces films, notamment de façon comparative, permet de mieux comprendre les représentations des institutions, leurs articulations, les jeux de pouvoir en leur sein et à leurs marges. Cette réflexion sur les représentations de la vie religieuse au cinéma mériterait d’être reprise, approfondie et, surtout, reliée à une étude plus globale et systématique sur la vie religieuse féminine et son encadrement des femmes, notamment dans le domaine économique et dans l’espace du pensionnat. Une telle étude nécessiterait un effort collectif et une meilleure accessibilité des sources, notamment des archives de congrégations religieuses. Cette expertise historienne permettrait sans doute d’éclairer les débats de société et les conflits de mémoire sur ces questions.

Haut de page

Annexe

Les 49 films sur la vie conventuelle féminine classés par ordre chronologique, 1943-1996 (source : catalogue KIM)41.

Titre

Date

Caractéristiques

Pays

Réalisateur(s)

Les Anges du péché

1943

73' (orig. 96'), N&B

France

Robert Bresson

Black Narcissus

1947

100'

Grande-Bretagne

Michael Powell et Emeric Pressburger

La sposa non puo attendere / Anselmo ha fretta

1949

85', N&B

Italie

Gianni Franciolini

Muchachas de uniforme

1951

99', N&B

Mexique

Alfredo V. Crevenna

Sor Intrepida

1952

100'

Espagne

Rafael Gil

Suor Letizia / quando gli angeli non volano

1956

96', N&B

Italie

Mario Camerini

The miracle

1958

120'

Etats-Unis

Irving Rapper

Nackt -wie Gott sie schuf / nudi come Dio li creo

1958

94'

RFA, Autriche, Italie

Hanns Schott-Schöbinger

Lettere di una novizia/ La novice

1960

99', N&B

Italie, France

Alberto Lattuada

Matka Joanna od Aniołów

1961

110', N&B

Pologne

Jerzy Kawalerowicz

The Lilies of the field

1962

94'

Etats-Unis

Ralph Nelson

Las Hermanas

1962

89', N&B

Argentine

Daniel Tinayre

The Singing Nun

1965

96'

Etats-Unis

Henry Koster

Drewniany Rozaniec

1965

84'

Pologne

Ewa Petelska, Czeslaw Petelski

The trouble with Angels

1965

110'

Etats-Unis

Ida Lupino

La Religieuse

1966

135'

France

Jacques Rivette

Tri Dcery

1967

86', N&B

URSS

Stefan Uher

Violenza per una monaca

1967

92'

Italie, Espagne

Julio Buchs

Opatica i Komesar

1968

80', N&B

Yougoslavie

Gojko Sipovac

La monaca di Monza

1968

104'

Italie

Eriprando Visconti

Tainstwenny Monach

1969

80'

URSS

Arkadi Kolzaty

Poslednjaja Relikwija

1969

88'

URSS

Georgi Kromanow

Les Diables (The Devils)

1970

111'

Grande-Bretagne

Ken Russell

Hangyaboly

1971

99'

Hongrie

Zoltan Fabri

Justine de Sade

1971

101'

France-Italie-Canada

Claude Pierson

Fratello homo sorella bona (nel Boccaccio superproibito)

1972

73'

Italie

Mario Sequi

Paulina 1880

1972

110'

France, RFA

Jean-Louis Bertuccelli

Flavia, la monaca musulmana

1973

90'

Italie

Gianfranco Mingozzi

Der Nonnenspiegel

1973

96'

RFA, Italie, France

Domenico Paolella

The Tempter / Il sorriso del grande tentatore

1973

110'

Grande-Bretagne, Italie

Damiano Damiani

Les Petites saintes y touchent

1974

82'

France

Michel Lemoine

Liebesbriefe einer portugiesischen Nonne

1976

85'

Allemagne

Jess Franco

Interno di un convento

1977

95'

Italie

Walerian Borowczyk

Sister Emanuelle / Suor Emanuelle

1978

82'

Italie

Joseph Warren

La vera storia della monaca di Monza

1980

88'

Italie

Stefan Oblowski

Entre tinieblas

1983

96'

Espagne

Pedro Almodovar

Dixie : changing habits

1983

96'

Etats-Unis

George Englund

Shattered Vows

1984

96'

Etats-Unis

Jack Bender

Agnes of God

1985

 98'

Etats-Unis

Norman Jewison

Thérèse

1986

90'

France

Alain Cavalier

La Monaca di Monza / The devils of Monza

1986

100'

Italie, Etats-Unis

Luciano Odorisio

Yo, la peor de todas

1990

105'

Argentine

Maria-Luisa Bemberg

Sponsae Christi- Die Bräute Christi

1991

68'

Allemagne

Thomas Riedelsheimer

Sister Act

1992

100'

Etats-Unis

Emile Ardolino

Die Kinder von Marcaçao

1993

100'

Allemagne-Brésil

Jussara Queiroz

La storia di una capinera

1993

105'

Italie

Franco Zeffirelli

La vie de Marianne

1994

178 (85 + 93)

France

Benoît Jacquot

Kristin Lavransdatter

1995

139'

Norvège, Danemark, Suède

Liv Ullmann

The Christmas Tree

1996

93'

Etats-Unis

Sally Field

Haut de page

Notes

1  L’auteur tient à remercier MM. Pierre-Antoine Fabre et Philippe Boutry pour leurs conseils, donnés sur la première version de ce travail réalisée au printemps 2003.

2  Un an à peine avant la sortie de Magdalene Sisters, le film Amen de Costa-Gavras (Allemagne-Roumanie-France, 2001, sortie française 27 février 2002, 130 minutes) avait soulevé de nouveau la polémique sur les « silences » du Saint-Siège face à la Shoah. L’affiche du film, réalisée par Oliviero Toscani, avait fait l’objet de poursuites judiciaires (Alexandre Garcia, « La justice rejette la demande de retrait de l’affiche d’« Amen », dans Le Monde, 23 février 2002, p. 12).

3  The Magdalene Sisters, Peter Mullan, France-Grande-Bretagne, 2001 (sortie française 5 février 2003), 120 minutes.

4  Pour la présentation du contexte irlandais des années 1990 et des différentes œuvres (documentaires, fictions...) et « affaires », voir James M. Smith, Ireland's Magdalen Laundries and the nation's architecture of containment, Notre Dame, University of Notre Dame press, 2007, XX-275 p., notamment la seconde partie.

5  Franco Patruno, « Una caricatura mal riuscita », dans L’Osservatore romano, 05.09.2002, p. 3, trad. de l’italien.

6  Marc Ferro, Cinéma et Histoire, Paris, Gallimard, 1993, p. 224.

7  Voir le site Internet de l’une des principales associations de « victimes » : « Justice for Magdalenes » (www.magdalenelaundries.com). Cette dimension judiciaire est bien soulignée dans l’interview de Peter Mullan par Dominique Borde dans Le Figaro, 5 février 2003, p. 26. Enfin, on peut signaler qu’au printemps 2011, l’association « Justice for Magdalenes » a même saisi le conseil des Nations Unies contre la torture pour qu’une enquête soit lancée par le gouvernement irlandais : voir Alessandra Baduel, « Le 30 mila lavandaie-schiave d'Irlanda », dans La Repubblica, 04.06.2011 (www.repubblica.it).

8  En Irlande toutefois, plusieurs historiens (notamment James M. Smith) sont engagés dans l’association « Justice for Magdalenes ». La polémique se situe donc également (bien que de façon semble-t-il assez discrète) au niveau historiographique : voir le compte rendu critique du livre de James M. Smith, Ireland's Magdalen... cit., par Moira J. Maguire dans The Catholic Historical Review, 2009 (95-3), p. 627-628.

9  Le premier ordre des « Madeleines » est fondé en 1226. J. Leclercq, « Maddalene », in Guerrino Pelliccia, Giancarlo Rocca (dir.), Dizionario degli Istituti di Perfezione, Rome, tipografia Città Nuova della PAMOM, t. V, col. 801-813. On note deux poussées de développement : l’une au XVIIe siècle et l’autre dans la première moitié du XIXe siècle. Ces instituts portent souvent le nom de « sœurs de la Miséricorde » ou se réfèrent au « Bon Pasteur ». Cf. les nombreuses notices commençant par « Buon Pastore » dans ibid., t. I, col. 1669-1675 et par « Misericordia » dans ibid., t. V, col. 1374-1417. Les « Sisters of Mercy », auxquelles le film Magdalene Sisters fait référence, sont fondées à Dublin par Catherine McAuley vers la fin des années 1820, et se développent rapidement dans le monde anglo-américain à partir des années 1840. En France, dans les années 1960, sur la centaine d’internats pour filles « délinquantes », moins de 5 % sont publics et presque les trois quarts sont gérés par des congrégations religieuses, en particulier la congrégation du Bon Pasteur d’Angers (Anne Thomazeau, « La clôture en question dans les internats de rééducation pour filles (1945-1975) », dans Clio, HFS, 26-2007, p. 155-168).

10  Voir le bilan historiographique proposé par Gabriella Zarri, « La clôture des religieuses et les rapports de genre dans les couvents italiens (fin XVIe-début XVIIe siècles) », dans Clio, HFS, 26-2007, p. 37-60 et, plus généralement, dans Id., Recinti : donne, clausura e matrimonio nella prima età moderna, Bologna, Il Mulino, 2000, 498 p. (Saggi, 516).

11  Michèle Perrot estime que le système des usines-internats (religieuses ou laïques) est à son apogée vers 1880 en France et concernait alors 100 000 jeunes filles (« Femmes à l’usine », dans L’Histoire, n° 195, janvier 1996, p. 30-33). Pour la fin du XIXe siècle, Abel Chatelain propose le chiffre de 80.000 ouvrières migrantes hebdomadaires internées dans les seules usines des départements dépendants de Lyon (« Les usines-internats et les migrations féminines dans la région lyonnaise. Seconde moitié du XIXe siècle et début XXe siècle », dans Revue d’histoire économique et sociale, vol. 48, n.3, 1970, p. 373-394). De façon plus spécifique sur les usines-internats tenus par des religieuses, la littérature est peu abondante. On notera toutefois les utiles pistes données dans certains travaux d’histoire religieuse (Giancarlo Rocca, Donne religiose, Contributo a una storia della condizione femminile in Italia nei secoli XIX-XX, Rome, Ed. Paoline, 1992) ou d’histoire des femmes (A. A. Kelikian, « Convitti operai cattolici e forza lavoro femminile », in Donna lombarda 1860-1945, a cura di A. Gigli Marchetti, N. Torcellan, Milan, Franco-Angeli, 1992).

12  Voir notamment Frances Finnegan, Do penance or perish : Magdalen asylums in Ireland, Oxford ; New York, Oxford University Press, 2004, XII-256 p. ; Françoise Tétard, Claire Dumas, Filles de justice : du Bon-Pasteur à l'Éducation surveillée, XIXe-XXe siècle, Paris, Beauchesne, 2009, 483 p. Plus ponctuellement, on peut signaler quelques articles : L. Pettinaroli, « Les ambiguïtés d’un capitalisme religieux : don Tadini et la congrégation des Sœurs Ouvrières (1894-1932) », dans Mélanges de l’École Française de Rome - Italie et Méditerranée, 2003 (115-2), p. 879-907 ; Thibault Tellier, Les nouvelles clôtures urbaines à l'âge industriel : l'encadrement religieux des jeunes ouvrières du textile dans l'agglomération lilloise à la fin du XIXe siècle, dans Histoire, économie et société, 2005 (24-3), p. 421-431 ; Gabriel Mas, Internat et travail chrétien au milieu du XIXe siècle, dans Olivier Faure, Bernard Delpal (dir.), Religion et enfermements : XVIIe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 93-109.

13  L’intérêt de la thématique de la clôture pour interroger les rapports sociaux de sexe à différentes époques et dans différents espaces socio-culturels a été bien souligné dans un récent numéro spécial de la revue Clio intitulé « clôtures ». Voir notamment l’introduction de Christiane Klapisch-Zuber et Florence Rochefort, « Clôtures », dans Clio, HFS, 26-2007, p. 5-16. Voir également le numéro spécial de la revue Histoire, économie et société consacré à « Les femmes dans la ville. Clôtures choisies, clôtures imposées », sous la direction d’A. Bonzon et de Ph. Guignet, notamment l’introduction de Philippe Guignet, « De la clôture et de ses usages », dans Histoire, Économie et Société, 2005 (24-3), p. 325-327.

14  Claude Langlois signalait déjà comme une piste à approfondir la question des relations entre congrégations féminines et opinion publique (Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984, p. 695-697).

15  Depuis les années 1990, l’historiographie ‑notamment les women studies qui mettent de plus en plus en avant le concept de « négociation »- s’est éloignée d’une lecture purement foucaldienne définissant le couvent comme lieu de l’enfermement des femmes, pour s’intéresser à la « perméabilité » de la clôture et aux relations maintenues avec le reste de la société. Voir notamment G. Zarri, « La clôture des religieuses et les rapports de genre dans les couvents italiens (fin XVIe-début XVIIe siècles) », dans Clio, HFS, 26-2007, p. 37-60 ; Nicole Pellegrin, « De la clôture et de ses porosités. Les couvents de femmes sous l’Ancien Régime », dans Christine Bard (dir.), Le genre des territoires. Féminin masculin, neutre, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2004, p. 27-43. Certains auteurs incitent toutefois à ne pas simplifier la thèse de Foucauld, en différenciant bien les institutions et leurs finalités, et en respectant la distinction entre prescrit et vécu : voir l’introduction d’Olivier Faure et Bernard Delpal, « Retour sur les enfermements », dans Id. (dir.), Religion et enfermements : XVIIe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 13-27.

16  Le droit canonique réserve en effet la « clôture papale » aux femmes. Celle-ci, couplée aux « vœux solennels », permettait seule de définir l’authentique « vie religieuse » jusqu’au début du XXe siècle (Constitution apostolique Conditae a Christo, 8 décembre 1900. In Actes de Léon XIII, t. VI, Paris, Maison de la Bonne Presse, 1934, p. 170-183). Toutefois, après la Révolution française et les exigences croissantes d’efficacité apostolique imposées à la vie religieuse, les « congrégations » à vœux simples et sans clôture sont progressivement valorisées : cf. J. Creusen, « Les Instituts religieux à vœux simples : Esquisse historique », dans Revue des communautés religieuses, an.16 (1940), p. 52-63 et Ibid., an. 17(1945), p. 34-43. Sur les normes canoniques relatives à la clôture, voir également G. Zarri, « La clôture des religieuses et les rapports de genre dans les couvents italiens (fin XVIe-début XVIIe siècles) », dans Clio, HFS, 26-2007, p. 37-60 ; Jean Leclercq, « La clôture. Points de repère historiques », Collectanea cisterciensia, 1981 (43), p. 366-376 (version française de l’article « Clausura » du Dizionario degli Istituti di Perfezione, II, 1975, col. 1166-1174).

17  Leo McCarey, États-Unis, 1945, 126 minutes.

18  « La foi » du 29 janvier au 25 mars 2003, Forum des images, Paris. Neuf films ont alors été présentés au public les 12 et 13 mars et les 19 et 21 mars (cités ici par ordre chronologique de réalisation) : Les Anges du péché (Robert Bresson, France, 1943), Le Narcisse noir (Black Narcissus, Michael Powell et Emeric Pressburger, Grande-Bretagne, 1947), Mère Jeanne des anges (Matka Joanna od Aniołów, Jerzy Kawalerowicz, Pologne 1961), La Religieuse (Jacques Rivette, France, 1966), Les Diables (The Devils, Ken Russel Grande-Bretagne, 1970), L’Intérieur d’un couvent (Interno di un convento, Walerian Borowczyk, Italie, 1977), Dans les ténèbres (Entre tinieblas, Pedro Almodovar, Espagne, 1983), Thérèse (Alain Cavalier, France, 1986), Saint-Cyr (Patricia Mazuy, France, 2000).

19  Au contraire même puisque certains thèmes y apparaissent de façon spécifique. Parmi les thèmes originaux relevés dans les films sur la vie conventuelle masculine : l’ouverture de la vie conventuelle sur l’érémitisme (Otez Sergij d’Igor Talankin, 1978, URSS, 98 minutes) ou encore des films d’horreur traversés par le thème de l’anthropophagie (The Monk de Paco Lara, 1990, Espagne - Angleterre, 103 minutes).

20  Friedhelm Geller, Peter Hasenberg, Johannes Hortsmann [et al.], Religion im Film: Kurzkritiken und Stichworte zu 2400 Kinofilmen, 3e éd., Cologne, KIM (Katholisches Institut für Medieinformation), 1999, 765 p.

21  La liste détaillée de ces films est donnée en annexe.

22  Plus que la qualité esthétique, c’est la diffusion d’une forme de représentation des femmes et des rapports de genre qui intéresse l’historien : cf. l’introduction de Noël Burch, Geneviève Sellier, Le cinéma au prisme des rapports de sexe, Paris, Vrin, 2009, p. 9-16.

23  14 pour les années 1960, 12 pour les années 1970, soit 26 sur 49.

24  Dans ce paragraphe géographique, les films réalisés en collaboration sont comptés deux fois, une fois dans chaque aire culturelle. Si on additionne les chiffres donnés ici, on dépasse donc les 50 du corpus.

25  C. Langlois, Le catholicisme au féminin... cit., p. 695.

26  Nous optons pour une définition large : est historique tout film dont l’action se situe dans un passé supérieur à une vingtaine d’années par rapport à la date de réalisation (l’espace d’une génération), qui transporte donc le spectateur dans un « autre monde », un monde passé, dont celui dont il est l’exact contemporain.

27  Voir Giuseppe Farinelli, La monaca di Monza : nel tempo, nella vita e nel processo originale rivisto e commentato, Milan, Ed. Otto/Novecento, 1999, 714 p.

28  Cf. Michel de Certeau, La Possession de Loudun, Paris, Gallimard, Julliard (Archives, 37), 1970.

29  J. Iwaszkiewicz,« Matka Joanna od Aniołów », dans Nowa miłość i inne opowiadania, Varsovie, Czytelnik, 1946 ; première traduction française du polonais par Georges Lisowski : Mère Jeanne des Anges, Paris, Robert Laffont, 1959.

30  Aldous Huxley, The devils of Loudun, Londres, Chatto and Windus, 1952; John Whiting, The Devils. A Play Based on a Book by Aldous Huxley, Londres-Melbourne-Toronto, Heinemann, 1961.

31  La mention « Literaturverfilmung » est alors indiquée dans le catalogue allemand.

32  Le plan final de Interno di un convento rappelle que l’affaire (trois meurtres) ne fut jamais jugée ; La Religieuse de Rivette est encadrée par un plan écrit initial « Paris 1752 » et un plan écrit final « Paris 1760 ».

33  C’est nous qui soulignons.

34  Ce procédé de mémorialisation s’explique par la volonté d’offrir un lieu de mémoire aux « victimes », qui n’ont pas toujours eu de sépultures nominatives. Cette question de la mémoire des noms a été aiguisée par l’affaire des Sisters of Our Lady of Charity of Refuge en 1993 qui ont obtenu de l’État de pouvoir exhumer une centaine de corps de femmes enterrées anonymement entre 1866 et 1984 et de les incinérer. Voir J. M. Smith, Ireland's Magdalen Laundries... cit., p. 162-163.

35  Les héroïnes de Magdalene sisters correspondent à trois types d’exclusion liés à la condition féminine : une fille-mère (Rose), une jeune femme violée (Margaret), une « tentatrice » (Bernadette).

36  Voir par exemple les études réunies par Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre,Danielle Tartakowsky (dir.), Politiques du passé. Usages politiques de l’histoire dans la France contemporaine, Aix-en Provence, PUP, 2006, 264 p. et Maryline Crivello,Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (dir.), Concurrence des passés. Usages politiques de l’histoire dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, 298 p.

37  L’entrée au couvent, souvent associée à la coupe des cheveux et à la robe de « fiancée », forme un thème récurrent (on pourrait développer les exemples des entrées au couvent de Thérèse après ses sœurs dans le film d’Alain Cavalier, ou les deux entrées au couvent de Suzanne au début du film de Jacques Rivette).

38  Dans le cas des couvents, l’analyse des enjeux sexués de pouvoir ne saurait faire l’économie d’une étude du sacrement de la confession, très souvent représenté au cinéma. Ce thème semble toutefois difficile à appréhender : le recueil du Groupe de la Bussière n’évoque ainsi pas du tout cette dimension sexuée (Pratiques de la confession. Des pères du désert à Vatican II. Quinze études d’histoire, Paris, Cerf, 1983, 298 p.).

39  Le parallélisme avec l’institution matrimoniale est très nette notamment dans les rituels postérieurs au Concile de Trente : voir G. Zarri, Recinti... cit., et Kate Lowe, « Secular brides and convent brides : wedding cerimonies in Italy during the Renaissance and Counter-Reformation », dansTrevor Dean, K. J. P. Lowe (dir.), Marriage in Italy,1300-1650, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 1998, p. 41-65.

40  Geneviève Sellier, Brigitte Rollet, « Cinéma et genre en France : état des lieux », dans CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 1999 (10), mis en ligne le 22 mai 2006. URL : http://clio.revues.org/index1533.html.

41  Remarques : les titres sont donnés en version originale ; sauf indication contraire (N&B : noir et blanc), le film est en couleur ; la translittération des titres russes est celle du catalogue KIM.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : La Religieuse de Rivette - Suzanne, proie de ses semblables et des institutions
URL http://cerri.revues.org/docannexe/image/1081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Schéma 2 : The Magadalene Sisters, le couvent, institution d’oppression des femmes parmi d’autres
URL http://cerri.revues.org/docannexe/image/1081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Schéma 3 : L’intérieur d’un couvent, l’institution factice
URL http://cerri.revues.org/docannexe/image/1081/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Schéma 4 : Thérèse, l’institution transfigurée
URL http://cerri.revues.org/docannexe/image/1081/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Schéma 5 : Mère Jeanne des Anges, la possession diabolique
URL http://cerri.revues.org/docannexe/image/1081/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Schéma 6 : Les Anges du péché, une dépossession pour le salut d’autrui
URL http://cerri.revues.org/docannexe/image/1081/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Pettinaroli, « Les religieuses au cinéma : quelques pistes de réflexion », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], Numéro spécial | 2012, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://cerri.revues.org/1081  ; DOI : 10.4000/cerri.1081

Haut de page

Auteur

Laura Pettinaroli

Maître de Conférences en histoire contemporaine, Institut catholique de Paris, Faculté de Lettres.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page