Navigation – Plan du site

Maux de l’âme et mots du corps : témoignages de la captivité aux XVIe et XVIIe siècles1

Anita Gonzalez-Raymond

Résumés

La lecture des procès intentés par le tribunal du Saint-Office espagnol contre les renégats, anciens captifs ayant renié leur foi pour devenir musulmans en terres d’Islam, celle des rapports de rachat établis par les pères rédempteurs et des récits de ceux qui furent fait captifs permet d’emblée de constater l’évidence, qui semble de ce fait même ne pas avoir retenu l’attention des spécialistes : ces différents corpus documentaires sont saturés par une intense présence du corps. Cet article se propose d’explorer quelques unes des modalités de cette présence du corps dans ces différents ensembles documentaires et de restituer l’enjeu de ces discours entre individu, institution et publicité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cet article, inédit, doit faire l’objet d’une publication collective sous le titre « Le corps du c (...)
  • 2  Nous retiendrons l’article de Enrique Fernández, « El cuerpo torturado en los testimonios de cauti (...)

1La lecture des procès intentés par le tribunal du Saint-Office espagnol contre les renégats, anciens captifs ayant renié leur foi pour devenir musulmans en terres d’Islam, celle des rapports de rachat établis par les pères rédempteurs et des récits de ceux qui furent faits captifs permet d’emblée une double constatation. D’une part l’évidence, qui semble de ce fait même ne pas avoir retenu l’attention des spécialistes2, que ces différents corpus documentaires sont saturés par une intense présence du corps. Il eût été, il est vrai, bien naïf d’imaginer un corps absent, au prétexte que les déboires de l’âme, la conversion à l’islam ou la résistance à celle-ci, étaient au cœur de cette histoire singulière des hommes en Méditerranée aux XVIe et XVIIe siècles.

  • 3  Rappelons, si besoin était, les sept œuvres de miséricorde corporelle : Nourrir les affamés, donne (...)

2La deuxième constatation tient à l’ambivalence fondamentale et fondatrice entre redencion et rescate, entre rédemption et rachat, que nous donne aussitôt à voir l’une de ces sources en particulier, celle émanant des ordres de la Rédemption des captifs, Trinité et Merci. Constante hésitation entre deux termes – il sera indifféremment question de campagne de rédemption ou de campagne de rachat – qui renvoient à deux réalités pour une même œuvre, deux réalités qui s’embrassent par nécessité : le retour en Chrétienté des captifs est tout entier dans cette complémentarité en forme de lapalissade. Une ambivalence soutenue, outre par les œuvres de miséricorde, spirituelles et corporelles, que tout chrétien se devait d’accomplir3, par la coïncidence du quatrième vœu prononcé par les ordres rédempteurs – celui de se consacrer au rachat des captifs – et de l’activité marchande sur laquelle ces derniers venaient greffer leur mission. Les rédemptions de captifs obéissaient clairement aux règles élémentaires du réseau marchand : à l’œuvre pieuse s’associait un circuit aller-retour dont le bilan, au terme de la boucle, dégageait un bénéfice réel. Sauf, pourtant, en deux points remarquables. En amont elles différaient dans l’intention, en aval dans la qualité et la destination du bénéfice : celui-ci, n’étant pas de nature financière, était en quelque sorte extrait du circuit marchand et réinjecté dans un autre circuit, religieux cette fois et cela essentiellement en termes de publicité ou de propagande. Ainsi le religieux produisait de l’économique et l’économique rendait du religieux. Au centre se trouvait le captif, à la fois sujet des œuvres de miséricorde et objet de commerce.

  • 4  Sermón de la Inmaculada, Sevilla 1625, voir Miguel Angel Nuñez Beltrán, La oratoria sagrada de la (...)
  • 5  id., p. 297.
  • 6  Jérôme Alexandre, Une chair pour la gloire, Paris,Beauchesne, 2001» Un constat s’impose : la théol (...)
  • 7  A ce propos on peut lire entre autres: E. A., Brown, « Death and the Human Body in the Later Middl (...)

3Cette ambivalence des termes sous-tend, également une question majeure : celle de l’importance même du corps, des corps dans la théologie et la pastorale chrétienne. La question est vaste et nécessiterait, pour être exposée dans toute sa complexité, un savoir que nous ne possédons pas en la matière. Fragilité qui pourrait nous conduire à ne retenir que les représentations auxquelles avait accès tout Espagnol aux XVIe et XVIIe siècles et qui se forgeaient essentiellement au fil des sermons qui, ici et là, prévenaient les fidèles des roueries d’un corps en rébellion « naturelle » contre l’âme. Un de ceux-là, prêchés à Séville en 1625 pour la fête de l’Immaculée Conception, est éclairant sur ce point « ¡a cuerpo tyrano y villano, y con que valentia luchas contra el alma ! ¡Como me detienes ! ¡Esso es cautivo (…), como me prendes cuerpo, como me detienes ! ¿Quien me librara de ti, para que camine a Dios bolando (…) ? Y a esta cuenta, mientras el cuerpo va ganando tierra y cobrando brios, tanto mayor es la guerra que haze el alma, por esso no ay sino regalarle y tratarle con halagos, que el hara de la suyas »4. Cela ne signifie en rien qu’en la matière l’Eglise fît totalement sienne ce dualisme post-platonicien condamné et néanmoins suivi par quelques penseurs chrétiens qui opposaient la fragilité du corps et la solidité de l’âme, le corps souffrant et l’âme victorieuse, un corps qui misérablement serait de ce monde alors que l’âme attendrait la gloire de l’autre5. La chose est incontestablement plus subtile et nous la brosserons à traits grossiers en rappelant que le corps est bien une pièce maîtresse dans l’économie du salut éternel et que sa mort voue l’âme – dès lors privée de son réceptacle – à l’errance jusqu’à l’union finale promise après le Jugement dernier6. Ainsi, le dépècement du corps des saints, pratique ancienne trouvant sa justification dans la multiplication, dès lors obtenue, des lieux d’intercession – mise en pièce dont nous trouvons écho dans certains récits qui se complaisaient à rapporter le martyre subi par des prêtres captifs en Islam – fût-il interdit par la bulle Detestande feritatis publiée le 27 septembre 12997.

  • 8  « Le but de la rédemption est le salut de l’âme pour l’obtention duquel on prend comme moyen la ré (...)
  • 9  José Tamayo Velarde, Memoria del cautiverio del padre Joseph de Tamayo de la Compañia de Jesús, Bi (...)
  • 10  « A ce souci de l’âme s’ajouta celui des corps »
  • 11  « L’homme est obligé de servir son Dieu et son Créateur avec tout ce qu’il a reçu de Lui, âme et c (...)

4La règle trinitaire, quant à elle, l’énonçait en toute clarté : « el fin principal de la redención es la salud espiritual para cuya consecuencia se toma como medio la redención del cuerpo »8. De son côté, le jésuite Tamayo déclarait dans les circonstances particulières de sa propre captivité9 « a este cuydado de las almas se añadió el de los cuerpos »10. Les corps étaient, donc, « secondaires » mais inévitables dans cette sainte entreprise qu’était le retour en Chrétienté de captifs qui, en terres infidèles, avaient conservé leur statut de chrétiens.A son tour, Diego de Haedo, bénédictin et auteur longtemps supposé de la Topographie et Histoire Générale d’Alger (1612), s’étonnant de certaines pratiques que, dit-il, il avait pu observer chez les captifs et qui à son goût présentaient quelques relents d’hétérodoxie, s’exclamait : « el hombre es obligado a servir su Dios y Creador con todo lo que del ha recibido alma y cuerpo y hacer desto profesion publica delante todos que lo vean y lo sepan y que dixo muy llanamente nuestro Señor JesuCristo que al que tuviere vergüenza de confesarse delante de los hombres, el tambien se afrentara a reconocerle y confesarle delante su Eterno Padre »11.

5Cette apologie discrète, il est vrai, mais néanmoins bien présente, du sacrifice des corps et de l’entière consécration de l’âme à Dieu, apparent désaveu de l’œuvre de rachat, contient à elle seule l’essentiel de la dialectique qu’aujourd’hui nous voudrions souligner entre articulation et désarticulation du corps et de l’âme, articulation et désarticulation de l’intime et de l’extime – que Lacan nous pardonne cet emprunt qui nous semble rendre précisément compte de ce qu’il en est ! – qui littéralement imprègne un ensemble hétérogène de documents et de textes touchant à la captivité des chrétiens en Islam.

6Notre intention est, comme on le voit, d’examiner ici quelques unes de ces modalités d’expression de la corporéité dans les témoignages des captifs chrétiens espagnols. Pour ce faire, nous ferons appel à deux ensembles documentaires différents : le premier se fonde sur ces témoignages directs enregistrés par les greffes inquisitoriaux qui rendent compte de l’expérience de la captivité de certains renégats. L’autre ensemble, moins homogène, retrace cette même expérience par la médiation d’un récit élaboré et rédigé dans le but d’être diffusé. Ensemble hétéroclite, dont il est difficile de dire s’il constitue un genre ou non et qui présente, qu’on le considère dans sa globalité ou dans ses spécificités, une perpétuelle oscillation entre discours et récit, entre fiction, témoignage et publicité. Double corpus, donc, que rapproche un saisissement de la souffrance corporelle comme porteuse de sens. Ce double ensemble repose, comme nous venons de l’énoncer, sur un socle commun : le témoignage. Nous ne retiendrons pas ici les questions, toutes cependant fondamentales, de genre, de valeur, d’expression, que nous renvoyons là encore aux spécialistes, de littérature cette fois. Il nous faudra, néanmoins, conserver mémoire de l’hétérogénéité des sources, de l’hétérogénéité induite des formes et des publics destinataires ainsi que des circonstances dans lesquelles les témoignages furent produits. Mais une hétérogénéité qui appelle aussi à son dépassement, dépassement qu’autorise l’interrogation des représentations suscitées par les circonstances historiques de la captivité.

7Il se dégage de ce qui précède qu’entre témoignage et fiction, entre vérité, aménagement et reconstruction, nous nous trouvons face à deux constructions testimoniales différentes : la première résulte de la confrontation d’un accusé en mal de système de défense avec ses juges, inquisitoriaux en l’espèce. L’autre, celle entre autre des récits de campagnes de rachat ou de vie de tel ou tel prêtre martyr, est dépositaire d’un enjeu idéologique qui n’est plus à démontrer où se mêlent les motifs bien connus de la puissance de l’Église triomphante et de son unité : un chrétien qui souffre et c’est toute l’Église qui en est blessée. Un motif qui se trouva bien sûr amplement revivifié par les tensions entre protestants et catholiques. Ces témoignages devaient, par ailleurs, susciter compassion et piété, états propices à faire dénouer plus agilement les cordons de bourses susceptibles d’alimenter les caisses des ordres rédempteurs.

8Ici comme là, la question du corps dans la diversité des formes qu’elle prend, ne peut que franchir le seuil de l’expérience individuelle, celle du corps physique, pour aller signifier – par la répétition, l’accumulation, le stéréotype – un autre corps. Il ne s’agit plus en l’espèce du corps des captifs mais bien de celui du captif, il n’est plus l’écrin de l’âme mais le lieu singulier du conflit entre islam et chrétienté, non plus seulement celui du chrétien mais celui de la chrétienté même dans son inaltérable unité. Ainsi chacun de ces hommes saisis à la frontière entre deux mondes, ouvrait-il inlassablement l’épineuse question de l’identité et de l’appartenance. Dans de telles circonstances, restait à savoir ce qui était ou non négociable, ce qui, dans tous les sens du terme, pouvait être ou non racheté. En quoi était-on chrétien ou ne l’était-on pas ? Corps ou âme ? Corps et âme ?C’est au centre de cette oscillation et selon deux modalités bien différentes que se trouve le corps mimétique comme « solution » à la souffrance de la captivité. Faire de son corps le corps d’un autre.

I- Les maux du corps dans les témoignages de captifs face au Saint-Office12 : conversion et métamorphose de soi dans la douleur

  • 12  N’ont été pris en compte que les cas d’anciens captifs de retour à la Chrétienté affirmant avoir r (...)

9Au centre de nombre de retours, plus ou moins spontanés, à la Chrétienté se trouvait la délicate question de la conversion à l’islam. Celle-ci n’était envisageable par les autorités inquisitoriales que dans l’acceptation que la métamorphose passagère de soi fût d’une part le résultat d’une contrainte insupportable pour le corps, d’autre part qu’elle ne fût que superficielle. La façon de faire témoigner le corps auprès du tribunal était dès lors cruciale : certains, les plus nombreux, tirèrent leur épingle de ce sinistre jeu par l’évocation contradictoire d’une véritable absence à un corps trop présent : le corps tout en étant volontairement clivé de l’âme, exhibait, à la fois, les marques ambiguës de la souffrance et celle incontestable d’une appartenance. C’est ce que nous allons tenter d’observer dans ces témoignages risqués face à l’Inquisition.

A- Le témoignage du corps.

  • 13  Anita Gonzalez-Raymond, La Croix et le Croissant. Les Inquisiteurs des îles face à l’Islam, (1550- (...)

10De toute évidence le premier témoin de la captivité, témoin à charge ou à décharge, est le corps. Un corps qui se lit à livre ouvert, un corps qui fait récit de la captivité, corps marqué, corps mutilé comme témoignage d’une captivité insupportable. Il s’agit bien du motif le plus récurrent de la défense mise en place par les renégats, anciens captifs ou convertis volontaires de la première heure : la faiblesse humaine face à la douleur. Incapables de résister à la dureté des mauvais traitements, ils ont, confessent-ils, cédé à la pression des musulmans et se sont convertis. Ces évocations sont monnaie courante. Nous avons développé, dans un travail ancien, quelques observations à ce propos : le lien réel entre mauvais traitement et conversion est difficile à établir, et s’il y eut un lien direct de cause à effet ce fut parfois le renégat lui-même qui, seul, le forgea. Renier pour ne plus subir de mauvais traitements est un argument qui ne dit en rien l’intention qui anime celui qui les inflige. Face au Saint-Office l’enjeu était d’importance : au bout du parcours il y avait l’absolution ou la condamnation13.

  • 14  « Alors que j’étais au service de sa Majesté à Oran, lors de l’expédition du Comte de Alcaudete, j (...)
  • 15  Bartolomé et Lucile Bennassar, Les chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats. XVI- (...)

11Bastonnades, flagellations, brutalités diverses, mutilations sont récurrentesà l’image de ce qu’en rapporte Francisco Delgado Valiente « […]que estando yo en servicio de su Magestad en Orán, en la jornada que hizo el conde de Alcaudete, fuy cautivo y llevado a Argel, donde he estado cautibo diez años y del dho cautiberio, me huy por dos vezes y tornándome a tomar de una vez, me cortaron las narizes y las orejas, y en el dho cautiberio pasdescí intelorables [sic] travajos y tormentos »14. Il en est une qui révèle plus que les autres, par la trace qu’elle laisse visible par tous, les paradoxes de ce corps qui à la fois dit la souffrance et avoue la trahison. La plupart des témoignages concordent : endosser les habits de Maure, dire les mots du reniement, faire les cérémonies… passe encore. Mais la circoncision est toujours crainte, repoussée. Elle a toujours lieu sous la contrainte dans un rituel marqué par la violence. Ambiguïté d’une marque corporelle qui dit à la fois l’apostasie, l’adhésion pleine à la Loi de l’Autre, qui par là même dénonce le captif mais qui n’en dit pas moins la violence imposée, la peur qu’elle génère. Si elle révèle le caractère indélébile de la trahison, elle clame aussi celui, non moins indélébile, de l’humiliation subie, de la douleur endurée. Le corps du renégat est un corps doublement tranché, chair et âme, qui implore le pardon au nom des souffrances endurées là même où il a pêché. Nous ne nous y attarderons pas et renvoyons aux pages très documentées et suggestives de B. et L. Bennassar15.

  • 16 Fray Diego de Haedo, Topografía e Historia General del Reyno de Argel, Madrid, Sociedad de Bibliófi (...)
  • 17  Archivo Histórico Nacional, Inquisición, Libro 898, fol. 504r-v, 1589.
  • 18  AHN, Inq., L°990, fol. 29v-30v, 1617.

12Les tentations de la chair, dont Haedo faisait aussi commentaire au service de sa peinture des mœurs dépravées des Maures16, ne sont pas absentes des témoignages.Corps tentés ou corps tentants. Cela reste toutefois une modalité, plus discrète, de l’aveu de la souffrance des corps. On voit ainsi la sentence de Bartolomé Catalan, capitaine de frégate et grand pirate, marié à Cañete près de Valence, considérablement alourdie, quand bien même l’Inquisition des îles n’avait pas juridiction sur le « péché abominable », par l’accusation de perversion à l’égard d’un tout jeune captif chrétien dont il avait fait son paciente après l’avoir contraint à renier17. Certains se défendirent avec force d’avoir volontairement cédé à ces pratiques, ainsi Luis de Pedro qui affirme avoir, contraint et forcé, servi de bardaxo à son maître pendant deux années consécutives. Il est, néanmoins, manifeste, que tentation de la chair n’est pas toujours synonyme de souffrance. Andrés Marianazo n’avouait-il pas, que bien que là-bas il souffrît pour ce qui était de la nourriture, la vie généreuse qu’ils menaient, en particulier pour les choses de la chair, faisait qu’ils passaient du bon temps18. Nous ne pouvons évacuer ce paradoxe supplémentaire, maintes fois souligné : la captivité ouvrait également un espace où la liberté des corps pouvait s’exercer, où des entraves se dénouaient grâce à une certaine latitude dans le commerce des hommes avec les hommes, au mirage d’une forme de liberté sexuelle qu’évoquait la possibilité d’avoir plusieurs épouses.

B- Corps présent, sujet absent

13À ces aveux de la souffrance corporelle exempts d’originalité, se superpose un autre discours autrement plus suggestif qui vient interroger la nature même de l’adhésion, du consentement, de la conversion et au-delà la nature même de l’appartenance.

14Ainsi, dans une tentative d’atténuation de leur faute, certains imputèrent aux effets de l’alcool un reniement dont ils estimaient qu’il n’en était pas vraiment un. Si le ressort de l’anecdote est, certes, fragile, la question qu’elle soulève fondamentale : y a-t-il apostasie alors qu’elle n’est pas inscrite dans la mémoire de l’accusé ? Est-elle effective si le corps seul est présent à la cérémonie de conversion, alors même que cette dernière se doit d’être adhésion volontaire du cœur ?

  • 19  AHN, Inq., L° 862, fol. 363v-364v, 1641.

15L’argument est plus intéressant encore lorsqu’il se fonde sur une absence de l’âme à l’événement, non pas accidentelle cette fois mais comme résultat d’une véritable discipline du captif, l’âme en quelque sorte réintégrant volontairement ses foyers pour, repliée au plus profond de soi, y demeurer chrétienne. « No fue de corazon sino de boca » est l’argument ultime que la très grande majorité de ces renégats utilisèrent. La bouche peut bien mentir et le corps parler une langue inacceptable, l’âme conserve bien à l’abri deux vérités fondamentales : l’appartenance à la foi chrétienne est inaliénable et la vérité de cette dernière est incontestable. C’est ce qu’affirme Juan Ruiz, qui s’avoue renégat malgré lui, lorsqu’il déclare ne s’être jamais rendu dans une mosquée « parce qu’il ne savait rien ni ne comprenait mot à la secte des Maures » et cela d’autant plus facilement qu’« on ne l’y avait pas non plus obligé [à faire autre chose] parce qu’il était chrétien de cœur », les musulmans eux-mêmes étant contraints de s’incliner devant la force de cette restriction mentale. Ici le corps n’est rien d’autre que le lieu de la ruse : un simple en-dehors qui ne traduit rien de l’en-dedans19.

  • 20  « Et presque tous se leurrent en pensant qu’il leur suffit d’avoir un cœur bon et d’être chrétien (...)

16Cet argument qui n’est, bien sûr, pas encore celui du for intérieur, était si répandu que Diego de Haedo, le dénonçait comme pure illusion « y suelen casi todos engañarse con una falsa opinion muy comun entre ellos y muy persuadida , de que les basta el buen corazon y en el interior ser cristianos, y para eso traen mucho en la boca aquel dicho : el habito y la capilla no hacen fraile »20. Le père Jerónimo Gracián de la Madre de Dios ne disait pas autre chose lorsqu’il se désolait, recourant implicitement à cette idée fondamentale d'unité à l'origine de nos représentations, unité de causalité, unité du créateur, unité de l'univers et de la créature privilégiée - l'homme -, de voir combien, en terres musulmanes, les chrétiens devenaient oublieux de leurs obligations tout en cherchant à justifier leurs manquements

  • 21  C’est nous qui soulignons. « parce qu’en terres catholiques la doctrine est bonne et on ne tolère (...)

17« porque en tierra de Catholicos ay buena doctrina, y no se consiente la mala, mas entre los cautivos hallé introduzida doctrina tan perversa, que tuve mucho trabajo en desarraygar algo de ella. Porque publican, que ninguno esta obligado a dexarse matar por evitar pecados […] Dizen que se puede salvar el renegado que el coraçon tiene a Cristo, aunque en los exterior es circuncidado, y vista y viva según la secta de Mahoma, y otros semejantes errores, que la ignorancia y obstinación en el vicio les ha enseñado, y algunos malos christanos cautivos eclesiasticos que alla han vivido escandalosamente »21.

  • 22  AHN, Inq. L° 783, fol. 17v, 1594.
  • 23  AHN, Inq. L° 783, fol. 601-609r, 1573-1578.
  • 24 « Ce bon religieux rit et lui répondit en homme qui connait la langue arabe : c’est toi le mesquin (...)

18Cette restriction mentale constituait pour beaucoup la véritable épine dorsale de leur dispositif de défense : l’âme a beau être forte, le corps est fragile et l’ennemi barbare. Quelle solution à cela ? Un corps mécanique, un corps mimétique. Vincencio Borbón avait appris quelques rites ; il avait fait la çala et le guadoc. Pourtant, il pensait qu’il ne s’agissait là que de gestes dénués de toute signification. Alicola qui, qualifié de grand corsaire, se trouvait en fort mauvaise posture face aux juges du Saint-Office, pensait bien s’en sortir en avouant que s’il avait fait à Alger quelques cérémonies extérieures ….comme manger de la viande le vendredi, « il ne l’avait pas fait avec intention »22. Il était, certes, allé trois ou quatre fois à la mosquée mais, selon lui, sans y rien comprendre car « ils parlent arabigo » : les mots avaient ainsi glissé sans le pénétrer sur un corps en quelque sorte imperméabilisé par l’ignorance mais qui, pour donner le change, s’était contenté de refaire les gestes que faisaient les musulmans. Au fond de son cœur, il n’avait pas manqué, affirmait-il, de réciter le Notre Père, l’Ave Maria et d’autres prières encore. Nous passerons sur le fait qu’il avait passé plus de 10 ans à Alger. Pascual Serra, de la même façon, confessa bien volontiers qu’il disait Bizmela parce que son maître le lui faisait dire mais, comme d’autres, dans son cœur…Tout comme Alicola, Nicolas Salari23 s’était aussi rendu trois ou quatre fois a la mosquée « car après qu’on les a circoncis ils ne peuvent pas ne pas faire certaines cérémonies comme eux »…mais il prenait bien soin de baisser la tête, s’absentant à son corps pour remettre son âme entre les mains de Dieu. Un autre, encore, décrit minutieusement et longuement ce corps qui agit en imitation des autres dans une accumulation de gestes mécaniques pour conclure qu’il avait toujours gardé dans son cœur la loi de Jésus-Christ. Stratégie de défense ? À n’en pas douter. Plus encore, d’auto-défense. Comment, en effet, se pardonner à soi-même d’avoir aimé plus son corps que son âme alors même que d’autres plus solides, plus rares aussi, voyaient dans leur corps torturé, un don, un insignifiant témoignage d’une fidélité intérieure à la seule vraie Loi ? Non seulement les anciens renégats en avaient côtoyé, mais les récits de toutes sortes déployaient avec force détails la résistance des martyrs les plus fermes. Fermeté dont témoigne l’éclat de rire de fray Juan de Aguirre, franciscain « riose el buen religioso y le respondio como quien sabia la lengua arabiga : el mezquino eres tu que estimas la vida del cuerpo mas yo no estimo mas que la del alma que es eterna »24.

19Le corps dans ces aveux faits à l’Inquisition devenait, ainsi, un lieu hautement paradoxal : corps souffrant servant à justifier l’injustifiable - le reniement - dont les cicatrices écrivaient l’histoire d’une captivité insupportable - tous avaient eu mal, tous avaient eu faim, tous avaient eu peur. Mais aussi un corps purement mimétique ne disant rien d’autre qu’une mécanique répétitive à laquelle l’âme s’absentait.

  • 25  « Qu’on leur enlève d’autres signes comme la lune sculptée et les mains (de Fatima) qu’ils portent (...)
  • 26  « (Pour que) les chrétiens de souche …ne pensent pas que vous gardez la secte de Mahomet dans le c (...)

20Alors même que l’Espagne construisait sa modernité sur une fiction où le « disciplinement » des corps devait mener l’extime à révéler l’intime et s’il ne le faisait spontanément, servir, à terme, à façonner l’intime, s’élaborait dans le face à face entre renégats anciennement captifs et inquisiteurs une autre fiction que soutenait un véritable projet de réintégration. En effet, le Saint-Office sut dans la plupart des cas se contenter de cette dissociation de l’interne et de l’externe. Nous voyons plusieurs raisons à cela. Pour la plupart des chrétiens l’appartenance à l’islam se réduisait à un pur ensemble de signes la dénotant. N’est-ce pas ce que suggérait Lorenzo Galindez de Carvajal dans son plan destiné à l’assimilation des morisques : « que se les quiten otras ciertas señales como la luna esculpida y las manos que traen y las estrellas…. Porque las personas y las cosas se conocen por la señales que tienen y se juzgan ser de aquel cuyas señales traen »25. Dans la même veine, l’Archevêque de Tolède fray Hernando de Talavera leur faisait savoir que : « [para que] los cristianos de nacion …non piensen que aun teneis la seta de Mahoma en el corazon, es menester vos conformeis en todo y por todo a […]los[…]cristianos y cristianas en vestir y calçar y afeitar, y en comer y en mesas y en viandas guisadas como comunmente los guisan y en vuestro andar y en vuestro hablar, olvidando quanto pudieredes la lengua araviga y faciendola olvidar y que nunca se hable en vuestras casas… »26.

21Parallèlement, cela s’entend, l’appartenance à la Chrétienté allait au-delà des pratiques rituelles par lesquelles elle s’exprime, elle se voulait appartenance totale, globale, marquant littéralement l’individu de façon indélébile, une façon d’être, de se conduire et curieusement, si l’on tient compte de ce qui vient d’être dit, aussi de paraître. Cela aide à mieux entendre cette surprenante « tolérance » du Saint-Office à l’égard de ces renégats : qu’exigeait-on d’eux pour réintégrer le corps de l’Église et de la société civile ? Presque rien. Qu’ils le veuillent, qu’ils confirment leur sincérité, qu’ils disent la contrainte subie, qu’ils reviennent aux us et coutumes chrétiens.

  • 27  Corpus dolens. Les représentations du corps souffrant du Moyen-Âge au XVIIe siècle,Études réunies (...)
  • 28  A. Gonzalez-Raymond, La Croix et Croissant, op. cit., p. 281

22La mise en scène de la souffrance dit, bien entendu, au-delà de la souffrance elle-même : « C’est tout l’ordre du monde qu’elle interroge : elle est glorieuse lorsque l’univers qui l’inflige représente le mal, glorieuse tant que le souffrant a une grandeur d’âme suffisante pour ne pas y céder : la souffrance proclame le prix de ce pourquoi on se laisse torturer »27. Souffrir et mourir pour une cause ne dit, cependant, rien de la vérité supposée sous-tendre cette cause. Ainsi, les souffrances subies par les musulmans captifs des chrétiens, par les morisques qui refusaient d’abandonner leur foi première, par les judéo-convers morts sur le bûcher, n’étaient pour ces mêmes inquisiteurs que témoignages d’obstination. Et ce n’était pas mauvaise foi de leur part que d’en souligner la vanité mais bien une volonté de ne pas confondre le signe avec la valeur : mourir pour sa foi décidément ne suffisait pas ! Dans cette perspective, ne pas choisir la mort pour les renégats - outre que l’Église n’a jamais prôné le martyre pour le commun des fidèles - n’était pas signe d’abandon réel de la foi - celle-ci ne se laisse pas abandonner aussi facilement - mais pouvait être entendu comme un simple déficit de noblesse d’âme. Ajouté à cela, il est évident que la répression à outrance eût été sans doute plus coûteuse en âmes, en bras mais aussi et surtout en deniers sonnants et trébuchants28. Récupérer et réintégrer ces brebis égarées était, en conséquence, une option raisonnable. Encore fallait-il qu’elles y mettent du leur.

23Ainsi, dans ces circonstances, le discours servi aux tribunaux du Saint-Office, à quelques remarquables exceptions près, fut, dans une certaine mesure, une parole de connivence : le renégat en mal de réconciliation offrait à son juge une fiction attendue dont le seul support était son corps. Le retour vers la Chrétienté des captifs n’ayant pas renié requérait des témoignages de fidélité à leur foi initiale. S’en chargeaient les hommes d’Église présent en Barbarie ou d’autres chrétiens témoins de vie : le renégat quant à lui n’avait d’autres recours que de désarrimer son âme, où s’inscrivait, disait-il, de façon inaltérable sa vraie foi, celle de ses pères, d’un corps mû par une simple et grossière mécanique. L’argument se montra le plus souvent efficace : les tribunaux de l’Inquisition, le plus souvent, reçurent « amorosamente », comme ils étaient sommés de le faire par la Suprême, ces enfants prodigues. Ce faisant, ils assumaient pleinement leur rôle : la digestion pleine « d’amour » de ces renégats reconstituait pleinement un corps plus vaste. Le Saint-Office était bien l’instrument de cohésion coûte que coûte qu’il était voué à être. L’enjeu de cette réconciliation des renégats, un par un, n’était autre que la garantie d’un ordre collectif, dans une définition collective de l’inaliénable condition du Chrétien. L’ordre du monde renaissait d’un chaos : intime et extime finissaient par renouer.

II- Du corps maltraité au corps martyrisé : corps et âme au service de Dieu et de l’Espagne

24Si les récits de captivité, comme les rapports de campagnes de rachat, sont également saturés de corporéité, ils le sont sur des modalités et à des niveaux différents. Ils font, à certains égards, la part belle au corps au quotidien, à la petite souffrance presque inutile du moins peu rentable dans l’économie du salut, des captifs du commun. Ainsi corps faméliques, corps épuisés, malades, dénudés, marquent ces textes au sceau de la chair souffrante. Ce tissu humain constitue la trame sur laquelle va s’écrire une autre histoire autrement plus spectaculaire, celle du corps martyrisé.

  • 29  « Je dis, Père, que je pleurai tant lorsque je les vis enfermés à Velez, les yeux baissés, pleins (...)

25Dans le prolongement de la tradition paulinienne qui a fait du corps du Christ une image puissante de rassemblement de tous les membres de la Chrétienté, les récits les plus significatifs, littéralement vertébrés par cette image, hissent ces corps maltraités au rang de corps martyrisés clamant autant la souffrance individuelle que le sacrifice au nom d’une sainte cause.Le captif qui porte, comme le renégat le faisait, les marques de sa captivité sur son corps, ne dit rien de plus que sa souffrance individuelle. Pourtant ce corps qui signe l’appartenance à la Chrétienté inscrit de fait cette souffrance dans une histoire commune qui parle au-delà de l’individu, le corps retrouvant ainsi sa véritable dimension de viatique pour le salut spirituel de tous. C’est très exactement ce qu’en dit le Père Gayangos lorsqu’il s’exclame, après avoir assisté au spectacle désolant de centaines de captifs prisonniers à Velez et à Tetouan29 :

« (…) Y os digo, Padre, que si tanto llorase por mis pecados como lloré cuando los vi meter en Velez, y ellos los ojos bajos e congoxados e omildes, y los moros con las mayores alegrias del mundo e a gritas e tiros d’espingardas, que me parescio a la manera con que sacaron a Jesus Cristo, nuestro redentor, de Jerusalen, a padecer muerte por los pecadores ».

  • 30  Id., Ibid. « …les cruautés dont les Maures usent contre les chrétiens captifs sont de nature à bri (...)

26L’assimilation explicite du corps du captif à celui du Christ, l’effacement de sa souffrance physique dans l’économie d’un corps, ici encore, mimétique, se fait cette fois, dans un tout autre but : si les captifs renégats voyaient leur salut physique dans l’imitation extérieure du corps du musulman, ici la souffrance corporelle intériorisée, l’humilité, l’agonie, constituent une leçon de bonne mort, celle qui vient servir la vie de l’âme de celui qui pâtit comme de celui qui est témoin de la douleur : « Decir reverendo padre a Vuestra reverencia las crueldades de los moros contra los cristianos cativos es cosa para quebrantar los coraçones de los que lo veen, aunque fuesen de piedras »30… L’enjeu de la « littérature » de captivité, son sens et ses procédés résident tout entiers dans cette dernière exclamation.

  • 31  Antonio de Sosa, Diálogos de los mártires de Argel, édition à la charge de Emilio Sola y José Mari (...)

27Les Dialogues des martyres d’Alger d’Antonio de Sosa fournit l’exemple le plus achevé de composition, ou plutôt de réécriture militante31 : entre tableau clinique et postures christiques, les supplices infligés aux corps sont décrits avec un luxe de détails confondant dont on ne devrait retenir, en dernier lieu, qu’un regard d’une sérénité effroyable tourné tout entier vers la promesse d’une joie spirituelle aux côtés de laquelle la douleur, aussi terrible soit-elle, ne représente rien. Et si nombre de ces récits rapportent, tout de même, une souffrance bien présente, c’est, néanmoins, à son dépassement que nous sommes, implicitement ou explicitement, conviés à assister.

  • 32  Victor I. Stoichita, Visionary experience in the Golden Age of Spanish Art, London, Reaktion Books (...)

28Tout l’intérêt de cette intense présence des corps dans ces textes réside dans le fait que le corps devient le double de l’âme, une « externalisation » de celle-ci, un être-en-dehors du lieu le plus secret, le moins visible de nous tous. Par un intéressant effet de retournement en regard de ce que nous avons dit du corps des renégats dans leurs témoignages auprès des tribunaux inquisitoriaux, ici, c’est le corps torturé du martyr qui s’absente et non son âme, qui s’efface à la douleur pour ne plus être que représentation de l’apaisement de cette dernière. La présence de l’âme, rendue en quelque sorte « visible » par la force du récit, permet d’imprimer un véritable sens à sa souffrance, à la manière dont l’iconographie rend compte des sentiments, de l’amour à la mélancolie, par une externalisation et par une codification commune d’un état qui d’abord est tout intérieur. Plus encore, et nous reprendrons l’expression de Victor Stoichita à propos de la représentation picturale de l’expérience mystique transposée de l’intérieur vers l’extérieur, c’est précisément cette extériorisation de l’âme qui constitue le vrai sujet du récit32.

  • 33  Fray Matias de San Francisco (O.F.M.), Relacion del Viaje espiritual y prodigioso que hizo a Marru (...)
  • 34  José Tamayo Velarde, Memoria del cautiverio…op.cit.
  • 35  Melchor de Zuñiga, Descripcion…op.cit.
  • 36  Antonio de Sosa, Dialogos…, op.cit., « Y aunque entre los cristianos que en aquella obra y bastion (...)
  • 37  Ibid.

29Le récit de l’expérience du martyre constitue bien le pendant nécessaire à l’évidente faiblesse du commun des mortels, fussent-ils captifs. Sur le modèle christique de la rédemption, il est l’expiation des péchés de tous les captifs ayant chuté, de tous les chrétiens ayant faibli. Cela explique que certains aient inscrit cette expérience dans un projet spirituel longuement médité. Le voyage en Barbarie des pères rédempteurs devient, ainsi interprété, un véritable voyage spirituel, comme en témoigne le titre du récit de Fray Matias de San Francisco33.Celui du père Tamayo est de la même eau : raconter sa captivité c’est d’abord rapporter une expérience spirituelle34. C’est d’ailleurs alors qu’il est captif à Alger qu’il écrira son Job paciente. Ce que raconte le jésuite n’est pas une aventure de captivité comme une autre, si l’on peut dire, mais une véritable rédemption spirituelle. Plusieurs éléments contribuent à élaborer cette construction, que l’on retrouve, sans que cela constitue un étonnement, dans d’autres écrits de religieux. Viennent en premier lieu les miracles qu’il rapporte et qui dans ce type de texte font toujours office de clef de voûte interprétative : le plus spectaculaire étant celui où un nouveau-né s’écrit « miracle, miracle » après que les prières des chrétiens ont apaisé une terrible tempête lors de la funeste traversée qui conduira tous les passagers du navire sur lequel il est embarqué, dans les mazmoras d’Alger. Le récit que Tamayo fait du moment de sa capture est sans ambigüité : n’ayant pas, d’emblée, déclaré qu’il était jésuite, il est trahi par un morisque en habit de pèlerin, véritable Judas, qui révèle la vérité de sa condition aux musulmans. Dépouillé de tout, c’est totalement nu qu’il est confronté à ce qu’il considère comme le mal absolu. Une descente aux Enfers qui fait écho au lieu commun distinctif du genre qui situe ces derniers précisément en ces parages : d’ailleurs, le milieu y est si hostile qu’une jeune fille en meurt de mélancolie. Il prononce un premier prêche le jour de la Pentecôte : il y fascine, alors, une foule de chrétiens, de maures et de juifs venus de tous les horizons. Plus tard, outre qu’il ramène à la vraie foi de nombreux protestants, il vient en aide aux pestiférés que personne ne veut approcher et c’est « ce baiser aux lépreux » qui le fera accéder à la justification de sa propre venue en ces terres hostiles. Son corps lui-même devient lieu de prodige : enfermé et malade, condamné à ne jamais voir le ciel, il devient, selon sa propre expression, un véritable squelette couvert d’écailles qui, après une mue complète, finiront par tomber, marquant ainsi sa guérison au troisième jour. Et lorsqu’un de ses compagnons, religieux lui aussi, mourra, il demandera qu’on lui envoie ses ossements, devenus de véritables « reliques »… « plus estimables que de l’argent ». Les exemples sont légion de ces corps prodigieux. Ainsi, une jeune fille maure qui s’était convertie par amour d’un captif se vit, après qu’on lui eut arraché les dents et la langue, condamnée à mort en compagnie du jeune homme et de huit complices. Celle-ci recouvra l’usage de la parole pour, au dernier moment et à la vue de tous, louer Dieu. Melchor de Zúñiga rapporte, à son tour, qu’un jour on vit danser des étoiles sur la dépouille d’un moine martyr et qu’après le supplice par le feu que subit tel autre moine mort dans d’atroces souffrances, on trouva intact, au milieu des cendres, le cordon de son habit de franciscain35. Ailleurs, c’est la terre elle-même qui révèle son affinité naturelle avec le monde chrétien et son dégoût de l’Autre, de l’infidèle ou de l’hérétique : ici elle rejette, sans autre forme de procès, le corps d’un protestant enterré par les musulmans dans le cimetière chrétien et qui, en décomposition hors de sa tombe, empeste les environs. Là il s’agit du corps d’un martyr emmuré dans les fortifications d’Algeretdont personne ne peut ignorer où il se trouve car, en dépit du temps écoulé, son empreinte y est manifeste et clame sa présence36.Obstination du corps qui clame la vérité de sa foi que, dans certains récits, les musulmans s’acharnent à effacer, comme l’assassin s’attache à effacer méthodiquement les preuves de son forfait. Sosa rapporte le martyre de ce prêtre brulé vif par des renégats, les plus acharnés à cette annihilation même du corps, qui ne s’estimèrent satisfaits qu’après avoir procédé à une seconde crémation des restes. Le jeune Jaime Pujol fut, quant à lui, achevé sur le bûcher d’un coup de pierre que lui donna un autre renégat qui s’était pris de pitié pour ses souffrances. Il n’en fallut pas davantage pour déclencher une véritable lapidation « molieron los miembros y huesos y fueron tantas la piedras que quedo el cuerpo casi cubierto ». Les participants à la scène finirent par brûler le corps « para que le volviese en ceniza ». Quelques jours après, Turcs et renégats répandaient les restes dans la mer37. Cette autre anecdote rapportée par Melchor de Zuñiga dans sa Descripcion I Republica de la Ciudad de Argel est éloquente : il y est question de littéralement vider de sa substance le corps d’un religieux martyr jusqu’à ce qu’il ne soit plus, dans le sens strict du terme, qu’une enveloppe. La description est cruelle, longue, minutieuse : le prêtre est enterré vif jusqu’à mi-corps et dépecé par le boucher juif. Une fois mort, il est déterré pour permettre au juif de finir son ouvrage. La peau est alors gonflée d’air, remplie de paille et exposée pendant plusieurs jours aux yeux de tous. Il fallait bien un miracle pour que tant d’horreur ait un sens : la nuit, des étoiles viennent danser sur ces pauvres restes qui seront achetés par des marchands liguriens de passage.

30Rachat des âmes, rachat des corps : celui du Père Monroy, rédempteur qui finit, en 1622, par mourir en captivité au fond de sa mazmora, après s’être offert en échange d’autres captifs, fut racheté par ses compagnons de bagne aux Maures qui voulaient brûler son cadavre. Lors de son enterrement, ils se saisirent qui d’un morceau d’habit, qui d’une poignée de cheveux ou de quelques poils de barbe, comme autant de reliques. Un an plus tard, un augustin ramenait à Madrid quelques petits ossements. Il est encore actuellement objet de vénération dans le couvent des Trinitaires d’Andujar.

  • 38  Stendhal, Promenade dans Rome, édition de V. Del Litto, Paris, Gallimard, 1997. Comparant les grav (...)
  • 39  La légende en est Prisonniers chrétiens emmenés en esclavage par les Turcs et illustre la couvertu (...)

31On ne peut dissocier ces récits, si terriblement imagés, de l’iconographie de la captivité qui à elle seule mériterait une étude d’ampleur. On pense bien sûr à l’iconographie du martyre, extraordinairement fécondée par le martyrologe protestant, et la réponse qu’y fit le monde catholique de la deuxième moitié du XVIe siècle telle qu’on la trouve dans les étonnantes fresques de l’Église de Santo Stefano Rotondodestinées en leur origine à former les jeunes missionnaires jésuitesaux risques du métier et dont Stendhal estimait, pourtant, qu’elles n’étaient pas assez belles pour rendre supportables les affreux supplices qu’elles illustraient si clairement38. Nous ne rapporterons que deux exemples. Le premier est un dessin couleur, conservé à la Bibliothèque nationale de Budapest39. Des maisons dans le fond, à droite un groupe de Turcs à cheval et à pied emmenant des captifs vers un autre groupe situé à gauche. Au premier plan à gauche un esclave est nu, les reins seulement ceints d’un pagne flottant. Affligé, il écoute un Turc qui lui désigne un autre prisonnier qui court vers eux, nu, fouetté par un homme à pied et qui occupe la partie centrale de la représentation. Sur leur droite, de dos, un homme tient ses fers à la main et regarde lui aussi l’esclave qui s’avance. On lit l’amusement sur les visages des Turcs contrastant avec ceux, tristes et apeurés, des trois chrétiens présents, contraste que soulignait l’un des textes que nous citions plus haut. Au premier plan à gauche se tient une femme nue aussi, également fouettée qui reste sur place dans la position d’une Eve à jamais exclue du paradis : une main cache ses seins l’autre est située entre ses jambes serrées et légèrement fléchies. Son visage traduit la honte. Plus que la douleur, la souffrance ce que traduit cette gravure, c’est l’humiliation, celle des présents à la scène comme celles des absents pareillement humiliés.

  • 40  Conservée à la Bibliothèque Nationale de Paris, elle porte pour titre Esclavage et prison chez les (...)
  • 41  Mechor de Zúñiga, Descripcion.., op. cit.

32Le deuxième exemple est une gravure40 du XVIIe siècle qui représente un éventail de tout ce que les musulmans réservent de plus cruel aux chrétiens captifs dont certains récits, comme ceux de Sosa, font également accumulation. Ici, une légende précise : « 1-Tartares traitant les prisonniers cruellement, 2- marché aux hommes, 3- boîte où on met les aumônes à la tour des esclaves 4- chemin des esclaves chrétiens 5- leur misérable vie 6- punition aux pieds 7- jetés à la voirie 8- empalé 9- condamné aux galères 10- cruauté envers les esclaves, 11-porteurs de bois 12- tiré à quatre quartiers par les galères ». L’effet d’accumulation n’est pas sans rappeler le récit de la série de supplices infligés sur le seul corps d’un religieux d’abord empalé « por el lugar secreto del cuerpo » puis brûlé, ensuite lapidé, et qui pour finir subit encore « muchos otros males »41.

  • 42  Cité par Albert Mas, Les Turcs dans la littérature espagnole du Siècle d’Or, Paris, Centre de Rech (...)

33Dans cet ensemble de récits, le corps des captifs témoigne également. Ce dont il témoigne en premier lieu, au-delà de la souffrance individuelle, c’est encore de cette inaliénable appartenance.Ici, c’est une mère musulmane qui tente de convaincre un fils converti volontairement au christianisme et maintenant captif des maures : les cheveux défaits, pleurant, blessant ses seins qui l’avaient nourri enfant, elle le supplie de revenir à la foi de ses pères … Rien n’y fait.Le message de Sosa qui rapporte l’anecdote est clair : l’appartenance à la religion catholique fût-elle d’adoption est plus forte que les liens du sang et que le corps lui-même. Chrétien un jour, chrétien toujours. Ailleurs, c’est encore Tamayo qui est accueilli par le renégat Chilibi, blond, beau, bien proportionné et qui ne pouvant faire mentir son sang chrétien plein d’une naturelle bonté, ne lui fera aucun mal. La littérature elle-même s’en fait, bien sûr, le relais. Les exemples sont multiples nous ne retiendrons que celui exposé dans la comedia de Lope, El mayorazgo dudoso, dans laquelle le Phénix montre la force du sentiment chrétien chez Luzman, renégat sans le savoir, qui ne peut s’empêcher de pleurer d’émotion lorsqu’il contemple une image de la Vierge. Ce don des larmes, plus que tout autre élément, dit la vérité de son origine.42

Conclusion

  • 43  Nous suivons en cela la piste fort suggestive de « El cuerpo torturado en los testimonios de cauti (...)
  • 44  Voir Miguel Ángel de Bunes Ibarra, « Las crónicas de cautivos y las vidas ejemplares en el enfrent (...)

34Miguel Angel de Bunes le suggérait : la littérature de la captivité rend bien compte d’un déplacement dans la polémique qui nourrit l’affrontement multiséculaire entre chrétienté et islam, du terrain des idées à celui des atrocités. Dès lors, il n’est pas étonnant que le corps y occupe une place majeure. De même, dans les stratégies de défense des captifs face au Saint Office de l’Inquisition. Parcours individuel et destin collectif se fondent en une même histoire : le captif rédimé est témoignage de la captivité de tous les captifs absents et ce sont les mots du corps qui opèrent cette fusion … Le corps torturé, maltraité des captifs qui ne sont pas morts pour leur foi constitue le « reste » visible de tous les corps martyrisés, du corps commun de la chrétienté tourmentée43. Plus encore, il devient un véritable signifiant entre chrétiens captifs et une Espagne chrétienne en souffrance dans sa lutte non seulement contre l’Islam mais contre toute hérésie. C’est par ce signifiant que l’Espagne purge tous les péchés de la chrétienté, purge qui atteint son expression maximale avec le martyre44.Dans cette perspective, la rédemption des chrétiens, œuvre spirituelle qui se mue par nécessité en œuvre de charité, d’assistance et de secours des corps souffrants, serait sans doute à insérer de façon plus précise dans un champ plus vaste, celui d’une théologie du péché qui se met en place, se diffuse, et trouve une pratique diversifiée entre le XIVe et le XVe siècles : comptabilité des péchés, comptabilité de la pénitence, tarification et rachat participent tous de cette nouvelle économie spirituelle.

  • 45  Gonzalo de Arredondo y Alvarado, Castillo Inexpugnable de la fe y concionatorio admirable para ven (...)

35Nous reconnaissons là des thèmes qui se déploient ailleurs dans la littérature religieuse et politique de l’Espagne de la deuxième moitié du XVIe et du XVIIe siècles. Une perspective qui place Alger en lieu de pénitence : enfer ou purgatoire. L’argument n’est pas nouveau. Gardons-nous cependant de trop systématiquement le servir dans le seul cadre d’une piété strictement contreréformiste : à titre d’exemple et dans le contexte bien singulier des lendemains du sac de Rome en 1528, Gonzalo de Arredondo y Alvarado, dans son très étonnant Castillo Inexpugnable de la fe plaçait la lutte entre l’Islam et la Chrétienté dans le vaste champ de la lutte du Mal contre le Bien, de la vérité contre le mensonge et habilement juxtaposait les crimes de l’islam et ceux de Rome, les erreurs des infidèles et celles des zélateurs du pape45. Bien sûr, mais Trente et la piété baroque ou plus exactement son esthétique feront de la captivité une inépuisable source de dévotion et de … propagande.

Haut de page

Notes

1  Cet article, inédit, doit faire l’objet d’une publication collective sous le titre « Le corps du captif » dans Légendes barbaresques. Le récit de captivité : codes, stratégies, détournements, sous la direction d’Anne Duprat Paris, Bouchène, coll. Mediterranea, série « Barbaresques », sous presse.

2  Nous retiendrons l’article de Enrique Fernández, « El cuerpo torturado en los testimonios de cautivos de los corsarios berberiscos (1500-1700) » Hispanic Review, vol. 71, 1 (2003), p. 51-66.

3  Rappelons, si besoin était, les sept œuvres de miséricorde corporelle : Nourrir les affamés, donner à boire aux assoiffés, vêtir les dénudés, héberger les sans-logis, libérer les prisonniers, visiter les malades, ensevelir les morts (cette œuvre sera rajoutée au XIIIème siècle). Auxquelles s’ajoutent les sept œuvres de miséricorde spirituelle :admonester les pécheurs, instruire les ignorants, conseiller les incertains, consoler les affligés, supporter avec patience les importuns, pardonner volontiers, prier pour les vivants et pour les morts.

4  Sermón de la Inmaculada, Sevilla 1625, voir Miguel Angel Nuñez Beltrán, La oratoria sagrada de la época del barroco. Doctrina Cultura y actitud ante la vida desde los sermones sevillanos del siglo XVII, Sevilla, Universidad de Sevilla, Fundación Focus-Abengoa 1997, p. 299.

5  id., p. 297.

6  Jérôme Alexandre, Une chair pour la gloire, Paris,Beauchesne, 2001» Un constat s’impose : la théologie chrétienne, parce qu’elle vit du paradoxe du Dieu fait homme, pense un corps à la fois garanti dans la fermeté de sa réalité et néanmoins promis à transformation, à la fois souffrant et sauvé, humain, pécheur, et cependant voué à la perfection. La théologie tient ensemble ces deux registres apparemment discordants, au risque permanent de s’égarer dans le malentendu ou de le susciter ». Il semble vain de rappeler que la bibliographie sur cette question est écrasante. Nous nous contenterons de rappeler ici les travaux de Michel Henry, Incarnation. Une philosophie de la chair, Paris, Editions du Seuil, 2000 et de Jérôme Alexandre, Une chair pour la gloire, Paris,Beauchesne, 2001 et Le Christ de Tertullien, Paris, Descléee, 2003, ouvrages qui rendent compte de ce paradoxe du corps chrétien.

7  A ce propos on peut lire entre autres: E. A., Brown, « Death and the Human Body in the Later Middle Ages: the Legislation of Boniface VIII on the Division of the Corpse », Viator 12 (1981) p. 221-270, A. Paravicini Bagliani« Medicina e scienze della natura alla corte di Bonifacio VIII », Roma anno 1300. Atti del Congresso Internazionale di storia dell'arte medievale. Roma, 19-24 maggio 1980, p. 773-789, Rafael Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Editions du Seuil, 2003

8  « Le but de la rédemption est le salut de l’âme pour l’obtention duquel on prend comme moyen la rédemption du corps »

9  José Tamayo Velarde, Memoria del cautiverio del padre Joseph de Tamayo de la Compañia de Jesús, Bibliothèque de l’Université de Salamanque, Ms 481, fol. 28. Le père Tamayo, jésuite sévillan, professeur de morale et recteur de différents collèges de la province de Castille, fut capturé par les barbaresques en 1644.

10  « A ce souci de l’âme s’ajouta celui des corps »

11  « L’homme est obligé de servir son Dieu et son Créateur avec tout ce qu’il a reçu de Lui, âme et corps, et il doit le professer publiquement devant tous pour qu’ils le voient et le sachent car Notre Seigneur Jésus Christ a clairement dit que celui qui aurait honte de se confesser devant les hommes, il rougira de le reconnaitre et de le confesser devant le Père Eternel », Fray Diego de Haedo, Topografía e Historia General del Reyno de Argel, Madrid, Sociedad de Bibliófilos Españoles, 1927, I, p. 176, (1a ed. Valladolid, 1612).

12  N’ont été pris en compte que les cas d’anciens captifs de retour à la Chrétienté affirmant avoir renié sous la contrainte et non les cas de reniement de toute évidence volontaires.

13  Anita Gonzalez-Raymond, La Croix et le Croissant. Les Inquisiteurs des îles face à l’Islam, (1550-1700), Paris, Éditions du CNRS, 1992.

14  « Alors que j’étais au service de sa Majesté à Oran, lors de l’expédition du Comte de Alcaudete, je fus capturé et emmené a Alger où je suis resté captif 10 ans. J’ai fui par deux fois et lorsqu’on me reprit on me coupa le nez et les oreilles. Au cours de ma captivité j’ai subi d’intolérables souffrances et tourments » Archivo General de Simancas, Casa y sitios reales, leg. 141, f° 156-157.

15  Bartolomé et Lucile Bennassar, Les chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats. XVI-XVII siècles. Paris, Perrin, 2001.

16 Fray Diego de Haedo, Topografía e Historia General del Reyno de Argel, Madrid, Sociedad de Bibliófilos Españoles, 1927, I, p. 176, (1ère ed. Valladolid, 1612, « …Los demas todos viven una vida bestial de puerco animales, dandose continuamente a la crapula y lujuria y particularmente a la hedionda y nefanda sodomia, sirviendose de mozos cristianos cautivos que compran para ese vicio, que luego visten a la turquesca. »

17  Archivo Histórico Nacional, Inquisición, Libro 898, fol. 504r-v, 1589.

18  AHN, Inq., L°990, fol. 29v-30v, 1617.

19  AHN, Inq., L° 862, fol. 363v-364v, 1641.

20  « Et presque tous se leurrent en pensant qu’il leur suffit d’avoir un cœur bon et d’être chrétien à l’intérieur. Voilà pourquoi ils ont tous à la bouche la même phrase : l’habit et la chapelle ne font pas le moine ».

21  C’est nous qui soulignons. « parce qu’en terres catholiques la doctrine est bonne et on ne tolère pas la mauvaise. Mais parmi les captifs, j’ai trouvé introduite une doctrine si perverse que j’eus bien du mal à quelque peu l’extirper. Ils clament, en effet, que le renégat qui conserve le Christ dans son cœur peut se sauver même si à l’extérieur il est circoncis et qu’il vit et s’habille à la façon de la secte de Mahomet, et d’autres erreurs du même acabit que l’ignorance et l’obstination dans le vice mais aussi quelques méchants ecclésiastiques qui vivent là bas dans le plus grand scandale, leur ont enseignées ». Jerónimo Gracián de la Madre de Dios, Tratado de la redempcion de cautivos en que se cuentan las grandes miserias que padecen los cristianos que estan es poder de infieles y de quan santa obra sea la de su rescate, y de algunos medios y apuntamientos para ello, Madrid, 1603, fol. 318-319.

22  AHN, Inq. L° 783, fol. 17v, 1594.

23  AHN, Inq. L° 783, fol. 601-609r, 1573-1578.

24 « Ce bon religieux rit et lui répondit en homme qui connait la langue arabe : c’est toi le mesquin qui as la vie du corps en grande estime. Je n’estime quant à moi que celle de l’âme qui est éternelle » Melchor de Zúñiga, Descripcion de la Republica de la Ciudad de Argel, Biblioteca Nacional de Madrid, ms. 3227, fol 71 v°.

25  « Qu’on leur enlève d’autres signes comme la lune sculptée et les mains (de Fatima) qu’ils portent et les étoiles. Car on connaît les personnes et les choses aux signes qu’elles portent et elles sont considérées comme étant de ceux qui les portent »

26  « (Pour que) les chrétiens de souche …ne pensent pas que vous gardez la secte de Mahomet dans le cœur, il faut que vous vous conformiez en tout aux chrétiens dans la manière de vous vêtir, de vous chausser, dans le manger, dans les plats préparés à la façon dont ils les préparent, dans votre façon de marcher, de parler, oubliant autant que faire se peut la langue arabe et en la faisant oublier et qu’on ne la parle jamais dans vos maisons ». Biblioteca Nacional de Madrid, Ms, 1.752, fols 173v-184v. Voir Augustin Redondo, « El primer plan sistemático de asimilación de los moriscos granadinos : el del doctor Carvajal (1526) », Les Morisques et leur temps, sous la direction de Louis Cardaillac Paris, Éditions du CNRS, 1983, Joaquín Gil Sanjuan, « El parecer de Galíndez de Carvajal sobre los moriscos andaluces (año 1526), Baetica. Estudios de Arte, Geografía e Historia, 11 (1988) p. 385-401 et José María Ruiz Povedano, : « El doctor Lorenzo Galíndez de Carvajal, hombre de negocios en el Reino de Granada ». Baetica. Estudios de Arte, Geografía e Historia, 1980, 3, p. 167-184.

27  Corpus dolens. Les représentations du corps souffrant du Moyen-Âge au XVIIe siècle,Études réunies par Luc Borot et Marie-Madeleine Fragonard, Université Paul Valéry Montpellier 3, 2002

28  A. Gonzalez-Raymond, La Croix et Croissant, op. cit., p. 281

29  « Je dis, Père, que je pleurai tant lorsque je les vis enfermés à Velez, les yeux baissés, pleins de crainte et d’humilité alors que les Maures fêtaient l’événement pleins de joie et à grand renfort de cris et de tirs, c’est parce que j’y voyais, alors, la façon dont le Christ avait été sorti de Jérusalem pour y subir la mort pour nos péchés », Relacion del P. Gayangos, AHN, Clero, leg. 7993, cité par Bonifacio Porres Alonso, Libertad a los cautivos, Secretariado Trinitario, Córdoba-Salamanca, 1997, p. 297,

30  Id., Ibid. « …les cruautés dont les Maures usent contre les chrétiens captifs sont de nature à briser les cœurs de ceux qui les voient, quand bien même ils seraient de pierre »

31  Antonio de Sosa, Diálogos de los mártires de Argel, édition à la charge de Emilio Sola y José Maria Parreño, Madrid, Libros Hiperión, 1990. Ce texte fait partie de l’œuvre monumentale longtemps attribuée à Diego de Haedo, Topografia e Historia de Argel, publiée à Valladolid en 1612. Voir l’introduction de J.M. Parreño.

32  Victor I. Stoichita, Visionary experience in the Golden Age of Spanish Art, London, Reaktion Books Ltd, 1995, « it is this act of ‘exteriorisation’ that constitutes the actual subjet of painting ».

33  Fray Matias de San Francisco (O.F.M.), Relacion del Viaje espiritual y prodigioso que hizo a Marruecos el venerable padre fray Juan del Prado, Predicador, y primer Prouincial de la Prouincia de san Diego del Andaluzia. Escrita por el Padre Fray Matias de San Francisco, su humilde compañero, Guardian al presente del Conuento de su Orden : fundado en Marruecos, Bibliothèque de l’Université de Séville,Madrid 1643, également à la BNM et disponible en ligne sur books.google.fr.

34  José Tamayo Velarde, Memoria del cautiverio…op.cit.

35  Melchor de Zuñiga, Descripcion…op.cit.

36  Antonio de Sosa, Dialogos…, op.cit., « Y aunque entre los cristianos que en aquella obra y bastion trabajaban se trato despues si sacarian de alli aquel santo cuerpo, no les pareci6 posible porque lo verian los turcos y moros que estaban alli de continuo por guardianes, ni tampoco conveniente, porque mucho mas se conservaria la memoria de este bienaventurado martir y de su gloriosa muerte y esfuerzo si su cuerpo estuviese alli enterrado en tan noble lugar, y tan a la vista no solo de cristianos, sino tambien de los ciegos moros y turcos ... El lugar do el cuerpo santo esta enterrado, quien mirare el bastion lo vera muy claramente en las tapias y paredes de el ; porque en la parte que mira hacia Tramontano o Norte se ve que esta una tapia toda sentida y como movida ; porque con el tiempo, consumiendose la carne del cuerpo, hizo la tierra de la tapia su asiento y se ve muy sefialada ».

37  Ibid.

38  Stendhal, Promenade dans Rome, édition de V. Del Litto, Paris, Gallimard, 1997. Comparant les gravures imprimées du Théâtre des cruautés et les fresques jésuites qui représentent dans les églises romaines de Santo Stefano Rotondo et San Tommaso di Canterbury les mêmes scènes de martyre, Frank Lestringant insiste sur les différences dans l'usage de l'image. Alors que les fresques de Niccolo Circignani sollicitent l'identification du spectateur avec les corps déchirés et sanglants qui lui sont montrés, les gravures de Richard Verstegan le maintiennent à distance d'une violence détestable. Les premières sont une invitation à partager le sort bienheureux des martyrs de la foi ; les secondes un appel à la vengeance contre un ennemi cruel et barbare.

39  La légende en est Prisonniers chrétiens emmenés en esclavage par les Turcs et illustre la couverture de l’ouvrage de Wipertus H. Rudt de Collenberg, Esclavage et rançons des chrétiens en méditérranée, Paris, éd. Le Leopard d’or, 1987

40  Conservée à la Bibliothèque Nationale de Paris, elle porte pour titre Esclavage et prison chez les Turcs,

41  Mechor de Zúñiga, Descripcion.., op. cit.

42  Cité par Albert Mas, Les Turcs dans la littérature espagnole du Siècle d’Or, Paris, Centre de Recherches Hispaniques, Institut d'Etudes hispaniques, 1967,I, p. 435

43  Nous suivons en cela la piste fort suggestive de « El cuerpo torturado en los testimonios de cautivos de los corsarios berberiscos (1500-1700) » Author(s) : Enrique Fernández Source : Hispanic Review, vol. 71, 1 (Winter, 2003), p. 51-66

44  Voir Miguel Ángel de Bunes Ibarra, « Las crónicas de cautivos y las vidas ejemplares en el enfrentamiento hispano-musulmán en la Edad moderna», Hispania Sacra, vol. XLV, 1993, 91

45  Gonzalo de Arredondo y Alvarado, Castillo Inexpugnable de la fe y concionatorio admirable para vencer a todos enemigos espirituales y corporales. Y verdadera relacion de las cosas maravillosas antiguas y modernas. Y exhortación para yr contra el Turco : y le vencer y anichilar la secta de Mahoma. Y toda la infidelidad y ganar la tierra sancta con famoso y bienaventurado triunfo, BNM, R 2495. Dès le fol. 5 on lit « (...) el qual llanto puede muy bien hazer qualquier fiel anima considerando los grandes daños que ha fecho el Turco y se han hecho agora en Roma »… et au fol. 9v de dresser un petit catalogue des vices de la chrétienté romaine que le pape doit se hâter de corriger avant l’arrivée du cruel Turc qui en sera le châtiment. Nous reconnaissons la veine érasmiste qui suggérait un Luther fléau de Dieu, châtiment contre la chrétienté corrompue et sa Rome, rouge prostituée de Babylone, le même Luther pour qui les Turcs et les papistes constituaient pour ainsi dire un même combat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anita Gonzalez-Raymond, « Maux de l’âme et mots du corps : témoignages de la captivité aux XVIe et XVIIe siècles », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 22 février 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cerri.revues.org/1204 ; DOI : 10.4000/cerri.1204

Haut de page

Auteur

Anita Gonzalez-Raymond

LLACS – Université Paul Valéry - Montpellier 3
Quelques publications : - La Croix et le Croissant. Islam et Inquisiteurs dans les îles espagnoles de la Méditerranée,CNRS, Collection Sud, Toulouse, 1992
- Inquisition et société en Espagne. Les relations de causes du tribunal de Valence. (1566-1700) : une analyse statistique. Annales Littéraires de Franche-Comté, Besançon, 1996
- Enfermement et captivité dans le monde hispanique. Textes réunis et présentés par Anita Gonzalez-Raymond. Les Cahiers de L'ILCE(Institut des langues et cultures de l'Europe) n° 2, Université Stendhal, Grenoble 3, 2000
- Résister, PULMS, Coll. Les Voix des Suds, Montpellier, 2011, 448 pages,
- Le « Tratado para confirmar los pobres cautivos en la catolica y Antigua fe cristana » de Cipriano de Valera, dans Anita Gonzalez-Raymond et al., Résister PULMS, Coll. Les Voix des Suds, Montpellier, 2011, p. 207-223.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • Les cahiers de Revues.org