Navigation – Plan du site

5 | 2009
Le sermon à l'âge classique

Ce numéro des Cahiers est consacré au sermon à l’époque moderne et plus spécifiquement à son interaction avec la modernisation de la culture au sens large. Les textes ici présentés sont issus d’un séminaire organisé par M. Daniel Bolliger de l’Institut protestant de théologie de Montpellier, auquel s’est associé le Centre interdisciplinaire d’études du religieux (CIER-MSH-M). Depuis toujours, le sermon ecclésial intéresse la théologie par son contenu immédiat ; et à partir du XIXe, la recherche critique est surtout attirée par sa forme littéraire qui relève des registres de la rhétorique. Plus récemment toutefois, dans la veine d’une histoire des mentalités et des cultures, il apparaît que le sermon contient des facettes à la plus riches et plus spécifiques. Ceci vaut en particulier pour la première modernité où l’impact de la religion sur la vie quotidienne est encore plus avéré qu’au Moyen-âge, mais où pour cette même raison et presque furtivement celle-ci se transforme en une foi plus subjective et plus individuelle. Plus nettement que dans les traités académiques, cette dialectique entre universalisation et individualisation de la religion vécue s’affiche dans les sermons qui eux-mêmes se veulent une charnière entre portée universelle et réception individuelle. Ainsi, à travers les sermons de Daniel Price, Paula Barros esquisse la simultanéité du deuil, comme événement ritualisé et sociétal et une sensibilité accrue dans sa perception dans l’Angleterre du début du XVIIe siècle. En analysant les quatre sermons contemporains réformés conservés sur le Ps 14,1, Inès Kirschleger montre comment le combat contre l’athéisme naissant, tout en se servant voire en développant de manière innovante des arguments philosophico-théologiques, transfère le débat vers un registre plus moral, émotionnel et subjectif, pour combattre ainsi tout autant les athées pratiquants que l’athéisme théorique. Avec l’exemple d’une collection de sermons du prédicateur montalbanais Antoine Garrisoles, Daniel Bolliger évoque comment le sermon réformé intègre la philosophie zabarelliste, dominante au début du siècle, afin de rendre possible une lecture analytique ou subjective de la doctrine calvinienne de l’élection, auparavant perçue comme synthétique et objective.

  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • Les cahiers de Revues.org