Navigation – Plan du site

Le corps en prière des fidèles catholiques, d’après les catéchismes imprimés en France à l’époque moderne

Catholics’ body in prayer, in the early modern French catechisms
Bruno Restif

Résumés

Les catéchismes catholiques imprimés en France du milieu du XVIe au début du XVIIIe siècle comprennent un certain nombre de développements sur les aspects corporels de la prière. Ceux-ci concernent aussi bien le signe de croix et la prière privée que la prière publique et les articulations qu’elle doit présenter avec la prière privée. Ces textes précisent les significations des gestes et des postures ainsi que la nature de leur efficacité. La vertu de modestie est souvent invoquée, car elle permet de lier la dévotion individuelle dans un cadre public et les fonctions sociales du culte. Ces ouvrages révèlent donc un véritable système de significations, à propos duquel seuls les port-royalistes émettent un certain doute.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  G. Bedouelle, « L’influence des catéchismes de Canisius en France », dans P. Colin, E. Germain, J. (...)
  • 2  La traduction française donnée ici est celle de l’abbé A.-C. Peltier, dans l’édition de 1857 (Le G (...)
  • 3  Catechismus ex decreto Concilii Tridentini ad Parochos, Paris, Jacques Kerver, 1568.
  • 4  Le Grand Catéchisme de Canisius, op. cit.

1En 1555, le jésuite Pierre Canisius fait publier à Vienne, en latin, son Grand Catéchisme, intitulé Summa doctrinae christianae (par la suite souvent nommé « la Summa »), qui est diffusé à partir de 1577 dans une édition présentant de nombreuses références patristiques et scripturaires. Comme l’a montré Guy Bedouelle, ce Grand Catéchisme de Canisius, et son Petit (le parvus ou minor) ont connu une grande diffusion en France, dès la fin des années 1550et jusque dans le premier tiers du XVIIe siècle tout particulièrement, la première traduction en français étant publiée à Anvers dès 15571. Dans la cinquième et dernière partie de la Summa, Canisius consacre un développement à la prière. À la question « Qu’est-ce que la prière ? », la réponse est la suivante : « la prière est un pieux mouvement de notre âme vers Dieu, pour lui demander avec foi ce qui peut être salutaire à nous-mêmes ou aux autres, pour lui rendre grâces de ses bienfaits, ou enfin pour rendre un hommage quelconque à cette suprême et éternelle majesté : de sorte qu’on peut rapporter à la prière non seulement les demandes faites à Dieu, mais encore l’adoration, l’oblation ou le sacrifice, l’invocation, la louange et l’action de grâces »2. Canisius ne donne pas de précisions supplémentaires sur ces distinctions, mais il associe, dans la réponse à la seconde question (« pourquoi devons-nous être appliqués et assidus à la prière ? »), la prière au culte, à travers une citation de saint Jean Chrysostome. En 1566 paraît le Catéchisme romain, issu des travaux commencés pendant le concile de Trente et poursuivis ensuite par plusieurs théologiens, dont la diffusion en France et la traduction en français sont elles aussi rapides, la première édition en français datant de 15683. Dans la partie consacrée à l’oraison dominicale, il est affirmé « qu’il y a deux sortes de prières, l’une privée et l’autre publique ». Sans reprendre vraiment cette distinction, la Summa de Canisius insiste sur la nécessaire fréquence de la prière et sur l’indispensable humilité qui doit l’accompagner, précisant, pour clore la réponse à la question portant sur la définition de la prière, que « d’ordinaire la prière affecte certaine posture du corps plus respectueuse, certains signes qui marquent les besoins de l’âme, et souvent elle est accompagnée de rites extérieurs »4.

  • 5  C’est par exemple le cas du Catéchisme ou instruction chrestienne, pour toutes personnes, veue et (...)
  • 6  Depuis la fondation d’une science des religions à la fin du XIXe siècle, l’opposition entre le rit (...)
  • 7  Mais, en France, ces devises (les décrets tridentins ne vont pas au-delà en effet) sont plutôt rep (...)

2Les catéchismes catholiques français publiés dans la seconde moitié du XVIe siècle sont un peu plus nombreux qu’on ne le dit parfois, mais bien souvent ils n’abordent pas la question des gestes et postures corporelles lors de la prière, les développements consacrés à l’oraison dominicale et à la salutation angélique se préoccupant de la seule orthodoxie, face au protestantisme bien souvent, pas encore de l’orthopraxie5. Il est vrai que le Catéchisme romain lui-même n’évoque guère les questions corporelles, bien que sa quatrième partie soit consacrée à l’oraison. Il s’agit surtout d’un long commentaire de l’oraison dominicale, qui est cependant précédé de considérations sur la prière en général, insistant sur sa nécessité et son utilité, mais aussi sur les dispositions nécessaires et la manière de prier : sont requises humilité, attention, ferveur, mais leurs possibles ou nécessaires implications corporelles ne sont pas envisagées. Il y a toutefois quelques références aux gestes dans le Catéchisme romain, mais elles figurent essentiellement dans la partie consacrée aux sacrements. Certains catéchismes français du XVIe siècle développent cependant la question du signe de croix, en partie parce que s’y joue une opposition au protestantisme6, mais très rares en revanche sont alors ceux qui évoquent les implications corporelles du culte public, bien que le décret tridentin « sur ce que l’on doit observer et éviter dans la célébration de la messe », adopté lors de la XXIIe session, en 1562, fournisse quelques devises en la matière7.

  • 8  M. Brulin, Le Verbe et la voix. La manifestation vocale dans le culte en France au XVIIe siècle, P (...)
  • 9  Ibid., p. 17.

3Cela devient le cas au XVIIe siècle, avec l’augmentation progressive du nombre de catéchismes et leur diversification, qui n’exclut pas les nombreuses reprises d’éléments antérieurs, assez souvent reformulés ou réagencés. La prière est souvent présentée comme nécessaire au Salut, et d’une manière générale les catéchismes du XVIIe siècle ne distinguent que peu prière privée et prière publique, mais plutôt prière vocale et oraison mentale, distinction qui a fait l’objet d’une étude de Monique Brulin8. Ces réflexions sur la nécessité d’une prononciation, « comme acte de production effective et efficace »9, et les liens opérés entre prière vocale et prière publique ne sont pas sans rapport avec la question de l’implication corporelle, qui présente en partie les mêmes enjeux.

4Les catéchismes publiés au-delà du premier quart du XVIIIe siècle présentant de nombreuses répétitions des textes antérieurs, il s’agit ici d’étudier la question du corps en prière dans les catéchismes catholiques imprimés en France du milieu du XVIe au début du XVIIIe siècle. Ces ouvrages présentent une diversité indéniable, certains s’adressant aux enfants et d’autres aux curés – comme maîtres – et aux laïcs cultivés, sur le modèle des catéchismes de Canisius. Toutes les orientations spirituelles, théologiques et pastorales s’y expriment, souvent portées par la forme et la définition du public visé, même si les débats internes au monde catholique ne s’y expriment que de façon indirecte. Tous sont des ouvrages normatifs à visée pédagogique, ce qui en fait des textes de première importance pour une étude des normes corporelles. Seront envisagés successivement le signe de croix, la prière privée, la prière publique et les articulations qu’elle présente avec la prière privée, pour terminer par des considérations générales sur les significations.

1 - Le signe de croix

  • 10  Catéchisme ou instruction familière sur les principales véritez de la religion catholique. Par dem (...)
  • 11  Catéchisme ou instructions sur les principaux poincts et articles de nostre religion chrestienne, (...)
  • 12  J.-C. Dhotel, dans Les Origines du catéchisme moderne, d’après les premiers manuels imprimés en Fr (...)
  • 13  Catéchisme ou instruction familière sur les principales veritez de la religion catholique […], op. (...)
  • 14  Institution catholique où est déclarée et confirmée la vérité de la foy. Contre les hérésies et su (...)
  • 15  Instructions chrétiennes, ou catéchisme pour les nouveaux et nouvelles catholiques, Paris, Pierre (...)

5Comme l’avait signalé Marcel Bernos, nombreux sont les catéchismes français du XVIIe siècle qui comprennent un développement sur le signe de croix, présenté comme la marque du chrétien, ou plus exactement des « vrais chrétiens », « car il n’y a que les vrais chrétiens qui en usent » précise le Catéchisme ou instruction familière sur les principales véritez de la religion catholique […], très-utile aux nouveaux convertis, imprimé l’année qui suit l’édit de Fontainebleau et abusivement attribué à Canisius10. Les catéchismes imprimés au XVIe siècle qui traitent du signe de croix l’insèrent souvent dans une logique hostile au protestantisme, « car les hérétiques n’en font pas grand compte » souligne le Catéchisme à destination des curés que fait imprimer en 1582 l’évêque de Rennes Aymar Hennequin11. Cette dimension contre-réformatrice du signe de croix demeure présente au tout début du XVIIe siècle, mais a tendance à disparaître par la suite, en lien avec l’évolution générale des catéchismes catholiques, qui, passé le tout début du XVIIe siècle, se préoccupent de moins en moins de l’opposition au protestantisme, tandis qu’une littérature de polémique s’y spécialise et entretient les affrontements autour du signe de croix12. Pour tracer ce signe de croix, il faut procéder de la façon suivante : « en portant la main droite au front, je dis : Au nom du père ; en la portant à la poitrine je dis : et du Fils ; et en la portant de l’épaule gauche à la droite je dis : et du Saint Esprit, ainsi soit-il »13. Ces précisions élémentaires figurent également dans nombre de catéchismes diocésains aussi bien que dans les catéchismes de mission. Un certain nombre d’auteurs prennent la peine d’en justifier l’ancienneté, à l’évidence pour réfuter des affirmations protestantes. En 1582 Aymar Hennequin donne une liste des Pères grecs et latins qui en « ont parlé en grande révérence », argument ayant sans doute une portée limitée face au principe de Scriptura sola affirmé par les protestants. C’est sans doute pourquoi l’Institution catholique où est déclarée et confirmée la vérité de la foy contre les hérésies et superstitions de ce temps, du père Coton, publiée en 1610 et parfois considérée comme un catéchisme à l’usage des curés et missionnaires, combine références patristiques et scripturaires, le père Coton ayant trouvé des références à la croix dans l’Ancien Testament14. En 1682, les Instructions chrétiennes ou catéchisme pour les nouveaux et nouvelles catholiques invoquent un passage de l’évangile selon saint Matthieu, où « il est dit qu’au jour du Jugement paroistra le signe du Fils de l’homme, à sçavoir le signe de la Croix »15.

  • 16  Diverses instructions pour prescher et catéchiser populairement et familièrement […], op. cit.
  • 17  Abbrégé de la doctrine chrestienne. Imprimé par permission de monseigneur l’évesque de Clermont, C (...)
  • 18  L’Escole chrétienne. Où l’on apprend à devenir bon chrétien, et à faire son salut. Dressée et publ (...)
  • 19  Cathéchisme et abregé des controverses de nostre temps touchant la Religion Catholique. Dressé par (...)
  • 20  La citation est tirée du Catéchisme et ample déclaration de la doctrine chrestienne, composée de l (...)

6Les catéchismes fournissent au total six significations du signe de croix, quatre d’entre elles étant d’ordre théologique : l’Incarnation, le Salut, la Trinité et la Passion. Ceci dit, les catéchismes ne mentionnent assez souvent que trois significations, chiffre ayant évidemment une valeur symbolique, si bien que leurs auteurs font alors un choix entre l’Incarnation et le Salut, ou bien les associent en une seule signification, ou encore associent le Salut à la Passion. « Comment nous represente-il celuy de l’Incarnation ? » est-il demandé dans les Diverses instructions pour prescher et catéchiser populairement et familièrement, qui est un catéchisme de mission du milieu du XVIIe siècle : « En ce que mettant la main de la teste à l’estomach et prononçant à la teste le Pere et à l’estomach le Fils, nous faisons voir que le Fils de Dieu, qui est engendré du Pere au Ciel, est descendu sur la Terre pour s’incarner au ventre sacré de la Sainte Vierge »16. Le Catéchisme de Clermont imprimé en 1666 insiste également sur le Salut : « Pourquoy en faisans le signe de la Croix, allons-nous de l’épaule gauche à la droite […]. R[éponse]. C’est pour nous faire voir que le Fils nous a tirés de la gauche de la malédiction, à droite de la benediction […] »17. Presque tous les ouvrages signalent que le signe de croix renvoie au mystère de la Trinité, ainsi le Catéchisme diocésain de Châlons publié en 1660 : « en ce que disant au nom [au singulier], nous signifions qu’il n’y a qu’un seul Dieu, et en disant du Père, du Fils et du Saint-Esprit nous signifions qu’il y a trois personnes en Dieu »18. Certains ouvrages insistent avant tout sur l’association entre le signe de croix et la Passion, le lien entre les deux paraissant assez évident : « ce signe est une saincte priere et une douce souvenance de la mort du Sauveur », est-il écrit dans le Catéchisme imprimé en 1607 « par le commandement » de l’archevêque de Bordeaux19. À ces quatre significations d’ordre théologique s’en ajoutent deux qui sont d’une autre nature. Des catéchismes de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle, par exemple ceux qui s’inspirent du Catéchisme de l’Italien Bellarmin qui date de 1597, en font un « étandard » des « soldats de Jesus Christ nostre grand capitaine » dans une optique que l’on peut dire contre-réformatrice mais qui renvoie plus largement et plus profondément, en fait, au mythe de croisade20. Enfin, une optique réformatrice, cette fois, fait du signe de croix une incitation à suivre le Christ en toute occasion, ayant alors comme signifié, si l’on peut dire, l’adhésion à la Réforme catholique.

  • 21  Instructions générales en forme de catéchisme, où l’on explique en abrégé par l’Ecriture sainte et (...)
  • 22  Le Pédagogue des familles chrestienes, contenant un recueil de plusieurs instructions sur diverses (...)

7Le signe de croix est présenté comme ayant une efficacité dans plusieurs domaines, qui pour certains sont en lien direct avec une partie au moins de ses multiples significations. Le Catéchisme de Montpellier imprimé en 1702 « par ordre » de l’évêque Charles-Joachim Colbert, et réimprimé à de multiples reprises jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le présente comme « un signe institué pour nous remettre dans l’esprit les principaux mystères de notre foi » et « pour faire voir aux autres que nous le croyons », combinant ainsi la mémorisation ayant une efficacité individuelle et la publicité d’un acte d’adhésion à une confession ayant une efficacité sociale21. Le Pedagogue des familles chrestienes […] recueilly par un prestre du seminaire de St Nicolas du Chardonnet, imprimé à Paris en 1657, affirme que les « principaux effets » du signe de croix sont d’abord de « ruiner et anéantir tous les efforts des démons », ensuite d’être un « souverain remède et une médecine salutaire à tous les maux », enfin de produire « des fruicts miraculeux de bénédiction et de sanctification », ce qui finalement l’assimile aux sacramentaux22. Enfin, après 1670 plus particulièrement, des catéchismes diocésains signalent qu’il a comme « effet » d’élever le cœur à Dieu.

2 - La prière privée

  • 23  Traicté brief et familier des principes de nostre foy, pour servir de catéchisme au diocese de Cha (...)
  • 24  Catéchisme théologique, contenant les plus belles et les plus nécessaires difficultés des mystères (...)
  • 25  Les devoirs du chrétien, dressez en forme de catéchisme, par monseigneur l’illustrissime et révére (...)
  • 26  Le Pédagogue des familles chrestienes […], op. cit.

Le signe de croix n’est pas le seul acte corporel à adopter lors de la prière privée. Sur cette question, la Summa de Canisius renvoie à des écrits patristiques, évoquant les yeux élevés au ciel, les mains étendues et la tête nue à partir de Tertullien, les genoux fléchis et le corps prosterné à partir de saint Augustin, le corps tourné vers l’Orient à partir de saint Jean Damascène. Le Catéchisme de Chartres publié dès 1565 envisage plusieurs possibilités, à partir de l’exemple des apôtres et du Christ : « agenouillez, et la face en terre, ou au ciel », ou bien debout, « et si pouvons prier couchez, comme quand nous sommes au lict »23. Un siècle plus tard, en 1664, le Catéchisme théologique du jésuite Pomey précise que « la posture la plus séante, c’est d’être à genoux ; ce n’est pas qu’on ne puisse prier debout ou assis, ou en se promenant, ou même étant couché, lorsque la nécessité ou quelque raison l’exige ainsi »24. Des détails sont parfois donnés sur le mode d’agenouillement, ainsi dans le Catéchisme d’Agen paru en 1672 : il faut prier « à deux genoux, sans s’appuyer, ni s’asseoir sur les talons », et en ayant les deux mains jointes25. Certains auteurs demandent que l’on se frappe la poitrine, et que toute prière commence et se termine par un signe de croix. Les catéchismes qui sont les plus exigeants, invitant à la méditation, ne négligent pas la question, de fait centrale, de la posture corporelle. Ainsi, pour Le Pedagogue des familles chrestienes rédigé dans l’entourage de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, « le port du corps doit estre modeste et dévot, comme estant à genoux, ou debout », pas assis en revanche, « et cheminer ou marcher n’est point convenable à la méditation, si ce n’estoit pour un peu et fort doucement »26.

  • 27  Catéchisme chrétien pour la vie intérieure, Paris, E. Langlois, 1657.
  • 28  Les devoirs du chrétien, ou abrégé de théologie. Imprimé par ordre de monseigneur de Bar, evêque d (...)
  • 29  Instructions catholiques aux néophytes, Paris, Gervais Clousier, 1642.
  • 30  Catéchisme de la dévotion. Ou instruction familière de tout ce qu’il faut savoir et de tout ce qu’ (...)

8Si certaines postures sont à adopter, nécessairement ou plus particulièrement, c’est parce qu’elles expriment ou sont censées exprimer des dispositions intérieures. Pour le Catéchisme romain, la première disposition requise est l’humilité, que doit nourrir la contrition. Nombreux sont évidemment les catéchismes qui reprennent cette considération, des plus simples aux plus exigeants, comme le Catéchisme chrétien pour la vie intérieure de Jean-Jacques Olier, très préoccupé par la nécessité de l’humilité27. Peut-être certains catéchismes du dernier tiers du XVIIe siècle fournissent-ils sur ce point un écho aux querelles sur la confession et sur la grâce. Les devoirs du chrétien, ou abrégé de théologie, imprimé par ordre de monseigneur de Bar, évêque de Lectoure, à Paris en 1689, justifient l’humilité dans la prière par l’importance de la concupiscence, qui fait des hommes « de pauvres malades, qui ne peuvent presque plus agir par eux-mêmes », cette concupiscence infectant même « de son venin toutes les bonnes œuvres »28. Jean-Pierre Camus, évêque de Belley, insiste pour sa part sur la nécessaire crainte de la toute-puissance divine, que traduit selon lui l’inclination du corps29. La seconde attitude que doivent traduire les gestes et postures, après l’humilité et les dispositions qui peuvent y être liées, c’est la modestie, surtout mentionnée à partir du milieu du XVIIe siècle, et qui parfois même détrône l’humilité. Le Catéchisme de la dévotion imprimé à Lyon en 1681 la définit comme le « règlement de tous les mouvemens du corps et de l’esprit, qui exprime en nous une parfaite image de Dieu. […] Elle n’empêche pas la magnificence et ne s’oppose pas à l’humilité […], mais […] marche au milieu de ces deux vertus »30. Certains catéchismes y ajoutent l’attention, la ferveur, la persévérance, la dévotion, déjà mentionnées pour la plupart dans le Catéchisme romain, sachant que l’humilité et la modestie sont censées englober (pas entièrement cependant dans le cas de la dévotion) et traduire ces dispositions. Plusieurs ouvrages insistent sur le fait que ces postures et gestes, y compris le signe de croix, ne doivent pas être adoptés et pratiqués « par coutume », autrement dit par routine, ce qui jouerait alors très défavorablement sur leur sens et leur efficacité.

  • 31  Instruction du chrestien par R.P. en Dieu messire Armand Jean du Plessis de Richelieu évesque de L (...)
  • 32  Catéchisme du diocèse de Nantes. Par le commandement de monseigneur l’illustrissime et révérendiss (...)
  • 33  Le Roy des enfants du catéchisme. Sortant des escoles de la charité, pour faire comprendre aux ign (...)
  • 34  Instructions familières sur les quatre parties du catéchisme romain, par le vénérable père César d (...)
  • 35  Les devoirs du chrétien, dressez en forme de catéchisme [...], op. cit.
  • 36  Catéchisme du diocese de Montpelier, contenant les IV parties de la doctrine chrétienne. Par l’ord (...)

9Quand faut-il prier ? Le matin en se levant et le soir en se couchant, en mettant les genoux à terre et en se signant, exige, comme bien d’autres, le Catéchisme de Richelieu31. Il faut également prier avant le repas, « pour attirer par le signe de la Croix la bénédiction de Dieu sur les viandes, afin de nous les rendre utiles et profitables » explique le Catéchisme du diocèse de Nantes publié en 168932. Charles Le Roy, auteur du Roy des enfants du catéchisme, demande même aux enfants de se signer lorsqu’ils bâillent, « à cause qu’autrefois on mouroit en baaillant, et on ordonna cette cérémonie pour esviter ce malheur, qui fust bien tost destourné par la vertu du signe de la croix »33. Le recours au signe de croix est aussi vivement recommandé par César de Bus dans ses Instructions sur le Catéchisme romain « au commencement de toutes nos œuvres », « afin que Dieu, qui est le principe de toutes choses, soit le commencement de toutes nos œuvres »34. Le Catéchisme d’Agen de 1672 invite à se signer lorsque l’horloge ou la cloche sonne, rappelant ainsi le temps qui passe et donc la mort qui approche, et signale par ailleurs qu’en passant devant une croix « il faut la saluer avec respect, ôter son chapeau si c’est un homme, faire la révérence si c’est une femme », les femmes en effet n’enlevant pas leur coiffe35. Ajoutons que plusieurs ouvrages préconisent la récitation du chapelet, qu’il faut commencer en se signant et en baisant la croix du chapelet, qu’un certain nombre encouragent la prière privée à genoux devant une image ou un crucifix, que certains enfin demandent que l’on s’agenouille au passage du Saint-Sacrement. Il est donc possible de prier partout, « mais particulierement à l’eglise qui est la maison d’oraison » précise le Catéchisme de Montpellier imprimé en 1687, y compris pour ce qui est de la prière privée, qui est donc articulée à la prière publique36.

3 - La prière publique, et ses articulations avec la prière privée

  • 37  Petit Catéchisme catholique, en latin et en françois, par Pierre Canisius, Limoges, 1584.
  • 38  L’Escole chrétienne […], op. cit.
  • 39  Le Pédagogue des familles chrestienes […], op. cit., p. 272-276.

10La principale forme de prière publique est évidemment la messe. « Escoute révéremment le Sacrifice de la Messe aux jours de festes », tel est l’un des cinq principaux commandements de l’Église, explique le Petit Catéchisme de Canisius qui s’adresse aux enfants37. Également destinée aux enfants, L’Escole chrétienne de l’évêque de Châlons Vialart de Herse, imprimée à partir de 1660, signale qu’il est possible d’identifier ceux qui n’écoutent pas la messe « dévotement ». Il s’agit en effet de « ceux et celles qui s’y tiennent dans des postures mal séantes », ou « qui viennent à l’église avec des habits immodestes et dissolus », ou encore « qui se contentent d’y prier Dieu du bout des lèvres, comme faisoient les Pharisiens »38. Il faut au contraire, toujours selon le même catéchisme, « se tenir à genoux la teste descouverte pour les hommes, et la teste voilée d’une coiffe pour ce qui est des femmes, la face tournée à l’autel, sans détourner sa veue de costé ny d’autre, et prier Dieu de bouche et du cœur, en pensant à ce que l’on dit ». Le Pédagogue des familles chrestienes consacre un assez long développement au thème de la modestie dans l’église, la définissant comme « une vertu qui a cela de propre de composer l’intérieur et l’extérieur de la personne, à la bienséance et honnesteté chrestienne », précisant que « la modestie extérieure consiste à tenir son corps bien composé que rien ne puisse offenser la majesté de Dieu que nous prions, ou la présence des anges qui nous assistent, ou la veue de ceux qui nous voyent prier »39.

  • 40  Catéchisme spirituel, contenant les principaux moyens d’arriver à la perfection, Seconde édition, (...)
  • 41  Le Vray thresor du chrestien, ou instruction familière de catéchisme, dressé en faveur de la jeune (...)
  • 42  Instructions chrestiennes et familières, pour apprendre aux pères et mères à élever leurs enfans d (...)
  • 43  Catéchisme du diocèse de Meaux. Par messire Jacques Benigne Bossuet évesque de Meaux, conseiller d (...)

11Plusieurs catéchismes diocésains rappellent la nécessité de se signer en entrant dans l’église, après avoir pris de l’eau bénite. Dans son Catéchisme spirituel, qui date de 1654, le jésuite Jean-Joseph Surin invite à se prosterner en signe d’humilité au début de la messe, « puis d’autant que la sainte messe est une vive image de Jésus-Christ, et de sa Mort, il la faut parcourir, l’envisager avec suite »40. Le Catéchisme de Noyon, de 1648, préfère inviter à des récitations du chapelet, ou de prières figurant dans des livres d’heures, pendant la messe, « avec grande humilité et modestie, sans jamais deviser »41. Les catéchismes demandent aux fidèles de suivre la messe à genoux, excepté au moment de la lecture de l’Évangile, où il faut se lever. Les Instructions chrestiennes et familières pour apprendre aux pères et mères à élever leurs enfans dès leur jeunesse, rédigées par un prêtre de la Doctrine chrétienne et imprimées à Paris en 1659, en donnent une explication : si « chacun se doit lever debout », c’est « afin de monstrer qu’on est prest à suivre Jésus-Christ, et à obeir à ses saincts commandemens, à confesser et à deffendre la foy et l’évangile au péril de sa vie. En tesmoignage de quoy l’on fait le signe de la croix sur le front, sur la bouche, et sur la poitrine »42. Le même ouvrage signale qu’« il faut incliner dévotement la teste, ou faire la révérence modestement » « quand le prestre prononce le sainct nom de Jésus et de Marie ». D’autres catéchismes précisent que le triple signe de croix à réaliser lors de la lecture de l’Évangile doit être fait avec le pouce, et le Catéchisme de Meaux de 1687 donne comme explication à ce triple signe le fait « qu’on veut consacrer à Dieu ses pensées, ses paroles et son cœur »43. Enfin, certains catéchismes invitent à se frapper la poitrine par contrition lors de l’élévation.

  • 44  Traicté brief et familier des principes de nostre foy, pour servir de catéchisme au diocèse de Cha (...)
  • 45  Op. cit.
  • 46  Catéchisme du diocese de Nantes […], op. cit.

12Dès 1565, le Catéchisme du diocèse de Chartres, déjà inscrit dans la logique de confessionnalisation, explique que cette « disposition extérieure du corps », toujours nécessaire lors de la prière, est plus importante encore « en public, pour édifier nostre prochain, et l’inviter à prier avec nous »44. L’année suivante, le Catéchisme romain exprime la même logique en soulignant que la prière publique a été « instituée pour exciter et induire le peuple fidèle à dévotion », justifiant alors la prière vocale et non seulement mentale… et donc aussi, pour la même raison, même s’il n’en fait pas alors mention, l’adoption de gestes et postures spécifiques. Il y a donc une forte articulation entre prière publique et prière privée, les postures et gestes adoptés dans le cadre du culte public ayant une fonction et une efficacité sociales, mais aussi une fonction et une efficacité individuelles. Le même Catéchisme de Chartres insiste sur la nécessité de « nous humilier devant Dieu de corps, comme de cœur : car de tous les deux il est le Seigneur »45. Il n’y a donc nulle opposition entre dévotion privée et fonctions sociales du culte, notamment si l’on considère la vertu de modestie, la vertu d’humilité permettant sans doute moins facilement d’opérer cette articulation. Le Catéchisme du diocèse de Nantes paru en 1689 le dit de la façon suivante : « l’humilité doit faire cacher toutes les autres vertus ; mais l’apôtre saint Paul veut que la modestie des chrétiens paroisse aux yeux de tous »46.

  • 47  Catéchisme ou instruction sur les sacremens de pénitence et d’eucharistie. Imprimé par l’ordre de (...)

13L’articulation, à travers les gestes et postures, entre la dévotion privée et le culte public intervient également lors de la communion, puisqu’elle est liée à la messe. Le Catéchisme ou instruction sur les sacremens de pénitence et d’eucharistie, imprimé par l’ordre de monseigneur l’évêque de Troyes, pour être seul enseigné dans son diocèse, en 1704, exige qu’au moment de la communion l’on s’approche « avec beaucoup de respect et une grande modestie. Les hommes doivent mettre bas leurs chapeaux, calotes, gans, épées, et les femmes faire descendre leurs coëfures sur les yeux »47. Lorsque le prêtre présente l’hostie, « il faut tenir la tête ferme et droite sans la remuer, et baisser les yeux ou les attacher sur la sainte hostie », en ouvrant la bouche « avec médiocrité, ni trop, ni trop peu, et avancer un peu la langue sur les lèvres ». Enfin, il faut laisser l’hostie « humecter sur la langue, puis l’avaler avec révérence ». Certains catéchismes traitent par ailleurs de l’attitude corporelle à adopter lors des processions, qui constituent une autre forme de prière publique.

4 - Considérations générales sur les significations

14Toutes ces considérations sur les gestes et postures, qui sont nombreuses et précises, et qui intègrent généralement des justifications, ne peuvent être vues comme une liste de pratiques secondaires, voire anecdotiques, dans lesquelles ne se jouerait pas l’essentiel. L’importance qu’y accordent les catéchismes prouve le contraire. D’où la nécessité de réflexions plus générales sur ce système de significations, qui doivent consister prioritairement à examiner les développements figurant dans ces mêmes catéchismes sur d’autres questions centrales, les sacrements, les images et les cérémonies.

  • 48  Catéchisme ou doctrine chrétienne. Imprimé par ordre de messeigneurs les évesques d’Angers, de La (...)
  • 49  Catéchisme du diocèse de Montpelier […], op. cit.

15Lorsqu’ils entreprennent de définir les sacrements, les catéchismes se réfèrent systématiquement à la définition augustinienne du sacrement comme signe visible de la grâce invisible. Le Petit Catéchisme de Canisius et le Catéchisme d’Auger, paru en 1563 et qui connaît un succès significatif en France dans les années qui suivent le concile de Trente, insistent sur cette visibilité. Le fameux Catéchisme des trois Henri (à savoir les évêques d’Angers, La Rochelle et Luçon), imprimé à partir de 1676, définit les sacrements comme « certains signes ou pratiques extérieures et sensibles qui nous sanctifient en nous communiquant la grâce de Dieu »48, le Catéchisme romain précisant que ces « signes mystiques » peuvent avoir plusieurs significations. Le Catéchisme du diocèse de Montpellier imprimé en 1687 ajoute cette question : « Pourquoi Nôtre-Seigneur a-t-il voulu donner ces signes visibles ? [Réponse] C’est 1. Pour aider notre foiblesse, parce que nous avons besoin des choses sensibles pour nous élever aux choses spirituelles. 2. Pour unir les fidèles en un corps visible, et distinguer son Eglise d’avec toutes les autres sociétez, par quelque chose que tout le monde peut connoître »49. Un certain nombre de points communs apparaissent donc, notamment à travers cette dernière réponse, avec les exigences corporelles concernant la prière. Il y a toutefois une différence, c’est que les sacrements agissent de par leur vertu propre qui vient du Christ (ex opere operato), indépendamment des dispositions du prêtre qui les administre, alors que l’efficacité de la prière dépend des dispositions – qui ont une traduction visible – de l’opérateur. D’une certaine façon, cela rapproche la prière des sacramentaux, qui, eux, agissent ex opere operantis Ecclesiae, c’est-à-dire que leur efficacité est liée à la prière de l’Église.

  • 50  Instructions théologiques et morales sur l’oraison dominicale, la salutation angélique, la sainte (...)
  • 51  Catéchisme ou instruction familière sur les principales véritez de la religion catholique […], op. (...)

16Quant aux images, les Instructions théologiques et morales […] par feu Monsieur Nicole, imprimées en 1718 (il s’agit bien d’un catéchisme, avec questions-réponses), explique qu’elles « ne sont que des signes, c'est-à-dire de certaines choses qui impriment dans l’esprit l’idée d’une autre chose, outre celle de leur être ; comme le nom d’un homme écrit ou prononcé, outre l’idée du son ou des caractères, nous donne encore celle de celui qui porte ce nom »50. À ce propos, Nicole, également co-auteur de la Logique de Port-Royal, signale qu’un même signifiant, en l’occurrence l’agenouillement, peut avoir des signifiés différents : pratiqué devant des images il n’est pas signe d’adoration, alors qu’il l’est devant le Saint-Sacrement. Ces questions de la matérialité, de la visibilité, du signe, qui se trouvent véritablement au cœur du catholicisme moderne, se posent à l’évidence pour les cérémonies en général. Le Catéchisme des Trois Henri explique que le « culte est de deux sortes : l’un interieur et invisible », rendu à Dieu « en nous-mêmes et dans le fond de notre cœur », l’autre « extérieur et visible », correspondant aux « pratiques extérieures de pieté ». Le Catéchisme imprimé à Paris en 1686 chez Michallet à destination des nouveaux convertis et faussement attribué à Canisius résume en quelques mots les fonctions de ce culte extérieur : les cérémonies servent « 1. à honorer Dieu. 2. à imiter l’exemple du Sauveur. 3. à exciter la devotion. 4. à instruire le peuple. 5. à faire paroître le bel ordre de l’Eglise »51.

  • 52  La Logique ou l’art de penser, contenant, outre les règles communes, plusieurs observations nouvel (...)

17Assez rares sont les catéchismes se préoccupant des risques d’hypocrisie. Ce n’est jamais le cas des catéchismes à destination des enfants. Cette préoccupation est par contre présente dans la Summa de Canisius et le Catéchisme romain. Et le Catéchisme rédigé par Pierre Nicole signale l’erreur qui consisterait « dans la confiance fausse et téméraire que l’on tireroit de ces marques extérieures, en s’imaginant qu’elles sont capables de nous procurer seules le Salut par elles mêmes », remarque que l’on peut rapprocher d’une réflexion de la Logique de Port-Royal dont il est également l’auteur : « on ne peut jamais conclure précisément de la présence du signe à la présence de la chose signifiée, puisqu’il y a des signes de choses absentes »52. Ceci dit, encore une fois, la grande majorité des catéchismes n’envisagent pas cette éventualité, formulée par les intellectuels de Port-Royal.

  • 53  L’article « Prière » du Dictionnaire de spiritualité, ascétique et mystique distingue d’ailleurs, (...)

18Enfin, l’on peut s’interroger sur la différence d’efficacité que peuvent présenter les gestes et postures en fonction de la distinction entre prière privée et prière publique, a priori au profit de la seconde, notamment parce que la conception chrétienne du signe, essentiellement augustinienne, est liée aux sacrements53. Pourtant, les catéchismes n’évoquent pas de différence d’efficacité des gestes et postures entre les unes et les autres, révélant plutôt logiques communes et articulations.

Conclusion

19Ainsi, ce sont bien ces logiques combinées du signe et de l’efficacité, les combinaisons variant selon que l’on a affaire aux sacrements, aux sacramentaux ou à la prière des fidèles, qui expliquent l’importance donnée dans le catholicisme moderne aux postures et aux gestes. Les catéchismes, en tant qu’ouvrages normatifs à visée pédagogique, sont donc nombreux à développer cette question pour la prière, surtout à partir du début du XVIIe siècle, alors même qu’ils se préoccupent moins de l’opposition au protestantisme. Le signe de croix, la prière privée et la prière publique présentent de fortes articulations, si bien que les enjeux dont ils sont porteurs sont fondamentalement les mêmes, même si certaines logiques y sont différemment accentuées. Le lien entre l’intériorité de la vie religieuse personnelle et l’extériorité fonctionne dans les deux sens. Une réelle dévotion est censée s’exprimer corporellement (les craintes d’une hypocrisie dans ce domaine étant d’ailleurs rares dans des ouvrages qui présentent pourtant une grande diversité), de la même façon qu’une posture et des gestes adaptés ont ou sont censés avoir une efficacité réelle sur la vie religieuse personnelle et la prière elle-même, qu’elle soit publique ou privée (ces deux formes étant articulées). Si l’on considère ces signes du point de la communication, ils ont en réalité deux destinataires : Dieu et la communauté confessionnelle, et l’efficacité est bien pensée sur ces deux plans. Ces questions s’insèrent donc dans la logique de la confessionnalisation, et de ce point de vue les signes n’auront une utilité que s’ils produisent l’effet recherché, ce qui explique à la fois le triomphe de la notion, éminemment sociale, de modestie, et l’enseignement de ces signes dans le catéchisme, de façon à ce qu’ils soient convenablement décodés par le public, et aient ainsi un effet d’entraînement. Cette logique n’est d’ailleurs pas purement sociale, puisque l’Église, comprise en tant qu’ensemble des catholiques, constituant le corps mystique du Christ, les gestes et postures des corps individuels, une fois additionnés, lors du culte public notamment, constituent l’expression sensible, corporelle peut-on dire, de l’Église elle-même, ce qui ne doit pas manquer de produire une efficacité de la prière collective.

Haut de page

Notes

1  G. Bedouelle, « L’influence des catéchismes de Canisius en France », dans P. Colin, E. Germain, J. Joncheray et M. Venard (dir.), Aux origines du catéchisme en France, Paris, Desclée, 1989, p. 67-86.

2  La traduction française donnée ici est celle de l’abbé A.-C. Peltier, dans l’édition de 1857 (Le Grand Catéchisme de Canisius, ou précis de la doctrine chrétienne, Paris, Vivès, 1857).

3  Catechismus ex decreto Concilii Tridentini ad Parochos, Paris, Jacques Kerver, 1568.

4  Le Grand Catéchisme de Canisius, op. cit.

5  C’est par exemple le cas du Catéchisme ou instruction chrestienne, pour toutes personnes, veue et approuvée par la faculté de théologie de Rheims, Paris, Vincent Sertenas, 1561.

6  Depuis la fondation d’une science des religions à la fin du XIXe siècle, l’opposition entre le ritualisme du catholicisme et le refus du ritualisme qui caractérise les courants « réformés » au sein du protestantisme (calvinisme, zwinglianisme…) est bien connue. L’ouvrage classique d’É. G. Léonard sur Le Protestant français (Paris, Presses Universitaires de France, 1955) l’illustre bien, et pour P. Chaunu le calvinisme est la religion du « refus du geste » (Église, culture et société. Essais sur Réforme et Contre-Réforme, Paris, CDU et SEDES, 1981, p. 291). C. Grosse a cependant montré que cette approche porte « la marque d’une vision protestante de l’histoire des religions » (Albert Réville et Max Weber ont joué un rôle important en ce domaine) et que cette question n’est pas si simple en réalité, le refus du rituel n’étant pas toujours si effectif dans la pratique réformée à Genève (Les Rituels de la Cène. Le culte eucharistique réformé à Genève (XVIe–XVIIIe siècles), Genève, Droz, 2008). S’il ne faut donc pas forcer l’opposition, comme l’a fait la science des religions dont la genèse est liée au protestantisme libéral du XIXe siècle, il n’en reste pas moins que La Forme des prières ecclésiastiques, avec la manière d’administrer les sacremens, et célébrer le mariage, et la visitation des malades, rédigée par Calvin et publiée à partir de 1542, comporte très peu d’aspects cérémoniels et critique ceux qui sont en usage dans l’Église catholique ; l’ouvrage signale cependant que lors de l’administration de la cène les fidèles doivent s’approcher « avec reverence et par ordre ». Si l’on considère le Catéchisme, c'est-à-dire le formulaire d’instruire les enfans en la chrestienté, faict en manière de dialogue, où le ministre interrogue et l’enfant répond, autrement dit le Catéchisme de Calvin imprimé à partir de 1553, on constate que les rares allusions aux cérémonies et aux gestes sont négatives, mais une formule un peu plus complexe demande, à propos du septième commandement, de traduire la chasteté dans les paroles et dans les gestes.

7  Mais, en France, ces devises (les décrets tridentins ne vont pas au-delà en effet) sont plutôt reprises dans les décrets des conciles provinciaux des années 1580, voire dans les statuts synodaux, pas encore dans les catéchismes (B. Restif, « Langages du corps, langages du culte dans les statuts synodaux et les décrets des conciles provinciaux en France à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle », dans B. Dompnier (dir.), Les langages du culte, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, à paraître).

8  M. Brulin, Le Verbe et la voix. La manifestation vocale dans le culte en France au XVIIe siècle, Paris, Beauchesne, 1998.

9  Ibid., p. 17.

10  Catéchisme ou instruction familière sur les principales véritez de la religion catholique. Par demandes et réponses. Très-utile aux nouveaux convertis. Par Pierre Canisius, de la Compagnie de Jésus, et traduit par le R.P. D.H. de la même Compagnie, Paris, Estienne Michallet, 1686 (l’attribution à Canisius est abusive). M. Bernos, « Un geste d’appartenance à l’Église romaine. Le ‘signe de la croix’ dans quelques catéchismes de l’époque moderne », dans Les sacrements dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles. Pastorale et vécu des fidèles, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2007, p. 279-288.

11  Catéchisme ou instructions sur les principaux poincts et articles de nostre religion chrestienne, catholique, apostolique et romaine. Pour les recteurs, curez, vicaires et autres ayans charge des âmes, contenant amplement la manière de bien enseigner tous paroissiens et la jeunesse. Le tout tiré des Escritures sainctes, concilles et anciens docteurs de la primitive Église. Par Aemar Hennequin, évesque de Rennes en Bretaigne, Paris, Guillaume Chaudiere, 1582.

12  J.-C. Dhotel, dans Les Origines du catéchisme moderne, d’après les premiers manuels imprimés en France, Paris, Aubier, 1967, consacre un développement spécifique à cette « mise à l’écart délibérée de la controverse » au XVIIe siècle qui, « éliminée des catéchismes ordinaires », « devient un genre à part » (p. 203). Subsistent toutefois quelques catéchismes de controverse, qui relèvent cependant moins du catéchisme que de ce genre qu’est la controverse. Ils défendent le signe de croix et le formalisme des cérémonies. Ces constatations valent aussi du côté protestant. La fameuse Réplique de Jean Daillé aux deux livres que Messieurs Adam et Cottiby ont publiez contre luy, parue à Genève en 1662, s’en prend au formalisme des cérémonies en général et au signe de croix en particulier, sans envisager de façon spécifique les autres gestes et postures. Sur la littérature de controverse, voir J. Solé, Les Origines intellectuelles de la Révocation de l’édit de Nantes, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1997, et sur les catéchismes calvinistes J. Dubois, Les Catéchismes réformés au XVIIe siècle en France. Innovation ou adaptation ?, mémoire de maîtrise sous la dir. d’Y.-M. Bercé, Université de Reims / Champagne-Ardenne, 1986.

13  Catéchisme ou instruction familière sur les principales veritez de la religion catholique […], op. cit.

14  Institution catholique où est déclarée et confirmée la vérité de la foy. Contre les hérésies et superstitions de ce temps. Divisée en quatre livres, qui servent d’antidote aux quatre de l’institution de Jean Calvin. Par Pierre Coton, Forésien de la Compe de Jésus, prédicateur ordinaire du Roy, Paris, Claude Chappelet, 1610.

15  Instructions chrétiennes, ou catéchisme pour les nouveaux et nouvelles catholiques, Paris, Pierre Trichard, 1682.

16  Diverses instructions pour prescher et catéchiser populairement et familièrement […], op. cit.

17  Abbrégé de la doctrine chrestienne. Imprimé par permission de monseigneur l’évesque de Clermont, Clermont, Jean Barbier, 1666.

18  L’Escole chrétienne. Où l’on apprend à devenir bon chrétien, et à faire son salut. Dressée et publiée par le commandement d’illustrissime et révérendissime Père en Dieu M. Felix Vialart, évesque et comte de Chaalons, pair de France. Pour le bien des âmes commises à sa charge, et pour l’usage des curez de son diocèse, dans l’instruction qu’ils sont obligez de donner au peuple qui est sous leur conduite, Châlons, H. et I. Seneuze, 1660.

19  Cathéchisme et abregé des controverses de nostre temps touchant la Religion Catholique. Dressé par le commandement de Monseigneur l’Illustrissime et Révérendissime Cardinal de Sourdis Archevesque de Bourdeaux, et Primat d’Aquitaine, Poitiers, Anthoine Mesnier, 1607.

20  La citation est tirée du Catéchisme et ample déclaration de la doctrine chrestienne, composée de l’ordonnance de N.S.P. le Pape Clement huictiesme, par l’illustrisime et révérendissime cardinal Bellarmin. Et traduit d’italien en françois par le commandement de révérend père en Dieu messire François Pericard, évesque d’Avranches. De la traduction de Robert Crampon parisien, secrétaire dudit sieur evesque, Lyon, Abraham Cloquemin, 1604.

21  Instructions générales en forme de catéchisme, où l’on explique en abrégé par l’Ecriture sainte et par la Tradition, l’histoire et les dogmes de la Religion, la morale chrétienne, les sacremens, les prières, les cérémonies et les usages de l’Eglise. Imprimées par ordre de messire Charles Joachim Colbert, evêque de Montpellier. A l’usage des anciens et des nouveaux catholiques de son diocèse, et de tous ceux qui sont chargés de leur instruction. Avec deux catéchismes abrégés, à l’usage des enfans, Paris, Augustin Leguerrier, 1702.

22  Le Pédagogue des familles chrestienes, contenant un recueil de plusieurs instructions sur diverses matières. Divisé en quatre parties. Utiles aux curez et autres ecclésiastiques pour s’aquiter de leur devoir, aux chefs de familles pour l’instruction de leurs enfans et domestiques, et à toutes sortes de personnes qui veulent vivre selon Dieu. Recueilly par un prestre du séminaire de St Nicolas du Chardonnet, Paris, Pierre de Bresche, 1657.

23  Traicté brief et familier des principes de nostre foy, pour servir de catéchisme au diocese de Chartres, Paris, Jacques du Puis, 1565.

24  Catéchisme théologique, contenant les plus belles et les plus nécessaires difficultés des mystères de notre foy, et de la théologie morale. Expliquées avec un ordre très-clair et très-abrégé. Par le P.F.P. de la Compagnie de Jésus, Lyon, Veuve Pierre Muguet, 1664.

25  Les devoirs du chrétien, dressez en forme de catéchisme, par monseigneur l’illustrissime et révérendissime père en Dieu Claude Joly, évêque et comte d’Agen. En faveur des curez et fidèles de son diocese, Paris, Pierre Le Petit, 1672.

26  Le Pédagogue des familles chrestienes […], op. cit.

27  Catéchisme chrétien pour la vie intérieure, Paris, E. Langlois, 1657.

28  Les devoirs du chrétien, ou abrégé de théologie. Imprimé par ordre de monseigneur de Bar, evêque de Lectoure, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1689.

29  Instructions catholiques aux néophytes, Paris, Gervais Clousier, 1642.

30  Catéchisme de la dévotion. Ou instruction familière de tout ce qu’il faut savoir et de tout ce qu’il faut faire pour vivre d’une vie vraiment dévote dans le siècle, en quelque condition que l’on soit, principalement pour les personnes simples. Dédié à saint François de Sales, Lyon, Jean Certe, 1681.

31  Instruction du chrestien par R.P. en Dieu messire Armand Jean du Plessis de Richelieu évesque de Luçon, Poictiers, 1621.

32  Catéchisme du diocèse de Nantes. Par le commandement de monseigneur l’illustrissime et révérendissime messire Gilles de Beauvau, évesque de Nantes. Composé par le sieur Mesnard, prêtre, directeur du séminaire de Nantes, Nantes, Nicolas Verger, 1689.

33  Le Roy des enfants du catéchisme. Sortant des escoles de la charité, pour faire comprendre aux ignorants les principaux mystères de nostre religion, et pour leur enseigner par un moyen facile la pratique des saintes vertus. Le tout avec des instructions familières et catholiques, colligées de plusieurs bons autheurs approuvez et mises au jour en faveur de ceux qui s’employent dans les missions. Par le P.F. Charles Le Roy, Parisien, religieux de l’ordre de s. François de Paule. Nouvelle édition, reveue, corrigée et augmentée par l’autheur en toutes les instructions, Paris, Hélie Josset, 1667.

34  Instructions familières sur les quatre parties du catéchisme romain, par le vénérable père César de Bus, fondateur de la congrégation de la Doctrine chrestienne. Imprimées par les soins du R.P.H. Le Bigot, procureur général de la mesme congrégation. Dédiées à monseigneur Félix de Vialart, évesque et comte de Chaalons, et pair de France. Première partie, sur le Symbole des Apostres, Paris, Georges Josse, 1669.

35  Les devoirs du chrétien, dressez en forme de catéchisme [...], op. cit.

36  Catéchisme du diocese de Montpelier, contenant les IV parties de la doctrine chrétienne. Par l’ordre de monseigneur l’évêque de Montpelier, Montpellier, Pierre et Daniel Peronnet, 1687.

37  Petit Catéchisme catholique, en latin et en françois, par Pierre Canisius, Limoges, 1584.

38  L’Escole chrétienne […], op. cit.

39  Le Pédagogue des familles chrestienes […], op. cit., p. 272-276.

40  Catéchisme spirituel, contenant les principaux moyens d’arriver à la perfection, Seconde édition, Paris, Claude Cramoisy, 1663.

41  Le Vray thresor du chrestien, ou instruction familière de catéchisme, dressé en faveur de la jeunesse, qui desire de s’avancer en la cognoissance de Dieu. Par le commandement de monseigneur l’évesque et comte de Noyon, pair de France, Saint-Quentin, Claude Le Queux, 1648.

42  Instructions chrestiennes et familières, pour apprendre aux pères et mères à élever leurs enfans dès leur jeunesse, à connoistre, aymer et servir Dieu ; et aux maitres et chefs de famille à faire vivre chrestiennement leurs domestiques. Avec un moyen facile de résister aux tentations, et deux pratiques de dévotion envers la Passion. Ensemble les quatre porteurs qui portent en Enfer tous les pécheurs. Par un Religieux D.L.D. Chrestienne, Paris, Jacques Langlois, 1659.

43  Catéchisme du diocèse de Meaux. Par messire Jacques Benigne Bossuet évesque de Meaux, conseiller du Roy en ses conseils, cy-devant précepteur de monseigneur le Dauphin, premier aumosnier de madame la Dauphine, Paris, Sebastien Marbre-Cramoisy, 1687, p. 11.

44  Traicté brief et familier des principes de nostre foy, pour servir de catéchisme au diocèse de Chartres, Paris, Jaques du Puis, 1565.

45  Op. cit.

46  Catéchisme du diocese de Nantes […], op. cit.

47  Catéchisme ou instruction sur les sacremens de pénitence et d’eucharistie. Imprimé par l’ordre de monseigneur l’évêque de Troyes, pour être seul enseigné dans son diocèse, Troyes, 1704.

48  Catéchisme ou doctrine chrétienne. Imprimé par ordre de messeigneurs les évesques d’Angers, de La Rochelle et de Luçon. Pour l’usage de leurs diocèses, La Rochelle, Veuve Barthélemy Blanchet, 1676.

49  Catéchisme du diocèse de Montpelier […], op. cit.

50  Instructions théologiques et morales sur l’oraison dominicale, la salutation angélique, la sainte messe, et les autres prières de l’Église. Par feu Monsieur Nicole, Paris, Charles Osmont, 1718.

51  Catéchisme ou instruction familière sur les principales véritez de la religion catholique […], op. cit.

52  La Logique ou l’art de penser, contenant, outre les règles communes, plusieurs observations nouvelles, propres à former le jugement, avec introduction de Louis Marin, Paris, Flammarion, 1970.

53  L’article « Prière » du Dictionnaire de spiritualité, ascétique et mystique distingue d’ailleurs, sur cette question, « la prière liturgique, lieu du corps comme signe et instrument », de « la prière de simplicité, lieu du corps comme support et tremplin » (t. XII/2, 1986, col. 2339-2347), mais cette distinction n’est-elle pas un peu forcée ? C’est du moins ce que suggère la lecture des catéchismes. Sur le signe en général, l’on se référera à l’article correspondant dans le Dictionnaire de théologie catholique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Restif, « Le corps en prière des fidèles catholiques, d’après les catéchismes imprimés en France à l’époque moderne », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cerri.revues.org/1284 ; DOI : 10.4000/cerri.1284

Haut de page

Auteur

Bruno Restif

Maître de conférences en histoire moderne, Université de Reims - Champagne-Ardenne, CERHIC – EA 2616. Champ de recherche : le catholicisme moderne, XVIe – XVIIIe siècles.
Quelques publications :
« Les synodes du diocèse de Saint-Malo aux XVIe et XVIIe siècles », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 89, 2003, n° 223, p. 345-361.
La Révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.
Participation au Dictionnaire d’Histoire de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2008.
« Synodes diocésains, concile provincial et législation dans la province ecclésiastique de Tours, des lendemains du concile de Trente au milieu du XVIIe siècle », dans Marc Aoun et Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu (dir.), Conciles provinciaux et synodes diocésains, du concile de Trente à la Révolution française : défis ecclésiaux et enjeux politiques ?, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2010, p. 199-217.
« Confessionnalisation et fabrique de la norme dans le catholicisme des années 1570-1580 en France. Le cas des publications d’Aymar Hennequin, évêque de Rennes », dans Véronique Beaulande-Barraud, Elsa Marmursztejn et Julie Mayade-Claustre (dir.), Fabriques de la norme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 109-125.
C-V complet sur : www.univ-reims.fr/site/laboratoire-labellise/cerhic-ea-2616/membres/bruno-restif,14702.html

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • Les cahiers de Revues.org