Navigation – Plan du site

« L’humidité les faisoit incliner et la sécheresse les redressoit1 » : étude des corps momifiés de Toulouse sous l’Ancien Régime

Estelle Martinazzo et Sophie Duhem

Résumés

Les momies des couvents toulousains sont aujourd’hui tombées dans l’oubli. Elles furent pourtant extrêmement célèbres jusqu’à la Révolution française, date à laquelle ces corps furent détruits. De nombreux voyageurs sous l’Ancien Régime s’en font l’écho et toute visite à Toulouse s’accompagne de la visite aux momies, que l’on pouvait contempler chez les jacobins, les cordeliers et à l’église Saint-Nicolas. Ces corps n’étaient pas pourtant des reliques, et n’étaient considérés ni comme des corps sacrés et encore moins des saints. Cet article permet d’interroger la nature de ces cadavres, l’intention qui poussait les moines à de telles pratiques ainsi que leur fonction religieuse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Selon la disposition du temps, ils étoient droits ou courbés, l’humidité relachoit la tension de (...)

« Par moments c'était la façon d'un montreur d'ours. - Regardez celui-ci, monsieur, c'est le numéro un. II a toutes ses dents. - Voyez comme le numéro deux est bien conservé ; il a pourtant près de quatre cents ans. » . Il continua ainsi sa tournée, passant avec grâce d'un spectre à l'autre et débitant sa leçon avec une mémoire imperturbable. […] Par instants il frappait sur les cadavres avec une baguette qu'il tenait à la main, et cela sonnait le cuir comme une valise vide. Qu'est-ce en effet que le corps d'un homme quand la pensée n'y est plus, sinon une valise vide ?
Victor Hugo, En voyage. Alpes et Pyrénées, » le charnier de Saint-Michel », Paris, 1890.

  • 2  Cette histoire curieuse est racontée par P. Julien « De l’imagier Jean Bauduy au maître de Biron : (...)

1Aujourd’hui tombées dans l’oubli, les momies toulousaines ne font plus parler d’elles. Les citadins ont perdu la mémoire de ces étranges corps desséchés et toilettés, mis en scène dans des caveaux que l’on venait visiter de contrées fort lointaines, aux XVIIe et XVIIIe siècles. De ces vestiges d’humanité il ne reste aucune trace matérielle : quelques fragments dessinés issus d’une planche gravée, et peut-être une momie d’enfant, perdue dans les riches collections du Musée National de Prague. A l’inverse, l’héritage littéraire est riche d’informations sur ces cryptes. Il rend compte du rôle de la transmission orale, de sa fixation dans les textes, du poids des « redites » et des anecdotes encore racontées au XIXe siècle, sans oublier les affabulations, maintenues tardivement : comme de ces statues de terre cuite de l’ancienne abbatiale Saint-Sernin que l’on surnommait populairement les « momies des comtes de Toulouse », sous prétexte qu’elles semblaient moulées à même les cadavres2 ! Cet héritage parle également des fantasmes de tout un chacun, du père mort que l’on a reconnu, des hérosde la cité que l’on admire, des corps qui ne suscitent plus l’amour, mais l’effroi. Enfin, il laisse entrevoir les angoisses existentielles profondes de la nature humaine, et leur instrumentalisation. Ce texte propose une réflexion en deux parties : la première fait le bilan de cette richesse documentaire, la seconde veut cerner l’arrière-plan historique et religieux de ce phénomène particulier.

La notoriété des momies toulousaines

Un riche corpus de textes

  • 3  AD Haute-Garonne, 119H4 Grands cordeliers (sac du couvent des Grands cordeliers), 119H8, 120H20 (c (...)
  • 4  M. Esquié, « L’Eglise te le monastère des cordeliers de Toulouse », Mémoires de l’Académie des roy (...)
  • 5  B. de Puymaurin, » Détails chimiques et observations sur la conservation des corps qui sont déposé (...)
  • 6  A. Du Mège, Histoire des institutions…op.cit. p. 616. L’auteur mentionne l’existence d’une notice (...)

2Sans être abondante, la littérature ancienne permet de renseigner l’exposition des corps momifiés dans les caveaux toulousains, tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles. Les archives manuscrites anciennes sont toutefois peu disertes : les livres de sépultures, livres de comptes et inventaires des cordeliers et des dominicains renseignent peu. Ils appartiennent à des fonds non classés des Archives départementales de la Haute-Garonne et à ce jour, les documents consultés3 n’ont livré aucune information sur la présence des « momies » alors qu’il a pourtant existé aux Cordeliers, en 1730 et au moins jusqu’en 18764, et aux Jacobins en 17845, des registres où étaient identifiés les corps des religieux et leur époque d’arrivée dans les caveaux. Cependant cette enquête a permis de réunir un corpus d’une quarantaine de textes imprimés évoquant une particularité dont la notoriété doit probablement plus à la quantité exceptionnelle de corps conservés et exposés, qu’aux pratiques funéraires, observées dans de nombreux autres lieux à la même époque. Les deux principaux couvents concernés, Jacobins et Cordeliers ont été bâtis au XIIIe siècle et agrandis aux siècles suivants si bien qu’il semble raisonnable de penser que les moines perpétuaient leurs habitudes mortuaires depuis des temps plus anciens, et selon des usages que ne mentionnent pas les premiers témoignages laissés dans les textes imprimés6. En 1776, l’anatomiste normand Félix Vicq d’Azyr constatait cependant : « il y a des cadavres dont l’existence remonte presque à cette époque [le quinzième siècle] ».

Les momies, dans les sources imprimées sur l’histoire de la ville

  • 7  Abbé Salvan, Histoire générale de l’église de Toulouse, tome IV, Toulouse, 1861, p. 266.
  • 8  Bernard de La Roche-Flavin (1552-1627), président aux requêtes au Parlement de Toulouse. De son li (...)
  • 9  Guillaume de Catel, Mémoires de l’histoire du Languedoc curieusement & fidèlement recueillis[…], T (...)
  • 10  Germain de la Faille, Annales de la ville de Toulouse, depuis la reunion de la comté de Toulouse à (...)
  • 11  Abrégé de l’histoire générale de Languedoc par Dom Vaissete, Tome 1er, Paris, 1749 et les autres v (...)
  • 12  A. Du Mège, Biographie toulousaine ou dictionnaire historique des personnages […], tome II, Toulou (...)
  • 13  J.-M. Cayla et P. Paviot (dir.), Histoire de la ville de Toulouse, depuis sa fondation jusqu’à auj (...)
  • 14  La Paulegraphie ou la description des beautés d’une dame toulousaine nommée la Belle Paule, par Ga (...)
  • 15  J.-M. Cayla et P. Cléobule, Toulouse Monumentale et pittoresque, Ed. La Garrigue, Toulouse, 1840, (...)

3Curieusement, les premières histoires imprimées de Toulouse ou du Languedoc évoquent peu le sujet ; peut-être parce que cette particularité était déjà connue, et banalisée par la familiarité avec les corps défunts qu’imposait la forte mortalité. Bernard de la Roche-Flavin, d’ailleurs inhumé au couvent des Cordeliers en 16267, ne donne aucune précision dans ses Arrests notables du parlement de Toulouse donnez & prononcez sur diverses matières…(1617), ni même dans ses Mémoires des Antiquités, singularités et choses plus mémorables de la ville de Tholose (1627)8. Guillaume de Catel, dans les Mémoires de l’histoire du Languedoc (1633), se contente de présenter les cimetières9 ; seul Germain de la Faille (1616-1711) dans les Annales de la ville10en 1687, mentionnant brièvement le » caveau des cordeliers », est l’un des premiers à douter de la présence de la Belle Paule — l’une des quatre merveilles de la cité — dans la crypte. Parmi les autres textes connus, les Heures perdues de Pierre Barthèscomposent huit volumes rédigés entre 1737 et 1780, lesquels décrivent par le menu l’histoire toulousaine durant près de 43 ans. Le goût incontestable de l’auteur pour les évènements surprenants ou tragiques ayant trait à la nature humaine apparaît à travers la liste des innombrables « exécutions horribles », « supplices affreux », « empoisonnements » et « meurtres passionnels » qu’il énumère et raconte avec précision. Pourtant, le mémorialiste toulousain semble ignorer l’exotisme des caveaux et des momies exposées. Très loin du brio des récits de Pierre Barthès, les auteurs du XIXe siècle ont repris les poncifs évoqués avant eux. L’histoire générale du Languedoc, compilée par les religieux Claude de Vic et Jean-Joseph Vaissète de 1749 à 183011 tait l’existence des corps secs, alors qu’Alexandre Du Mège en 182312 et plus tard, Jean Mammert Cayla et Perrin Paviot s’attardent, dans L’histoire de la ville de Toulouse13, sur les quatre merveilles de la cité, et toujours sur la « Belle Paule » et la « Paulegraphie » ancienne14. J.-M. Cayla et Paul Cléobule en 1840 relayent, dans doute pour la première fois, dans Toulouse Monumentale et pittoresque les descriptions anatomiques des médecins, celle du baron de Puymaurin en particulier15.

Les récits de voyage

  • 16  Qui raconta également ses voyages dans le Forez et le Lyonnais, publiés à Lyon en 1879. Cf. : La F (...)
  • 17  Léon Godefroy (1616-v. 1694), Ample description de la ville de Tolose et relation d’un voyage faic (...)
  • 18  P. Roudié, » Le voyage de Léon Godefroy de Toulouse à Amboise (1638) » XXXIIe congrès de la Fédéra (...)
  • 19  C’est à la suite d’une conversation entre jeunes cordeliers, que l’un d’eux, convaincu d’avoir le (...)
  • 20  J. Lavallée, Voyage dans les départements de la France, Paris, 1798, p. 34-35.

4Les corps exposés des caveaux toulousains furent surtout l’objet des descriptions des voyageurs, probablement alertés et attirés par cette bizarrerie urbaine. Ainsi le compte rendu de voyagede l’érudit dantzikois Abraham Golnitz16, qui fut publié à Leyde en 1631 à l’intention des princes de Lignitz et de Berg, livre un récit savoureux d’une visite au caveau des cordeliers, dont la popularité dépassait largement les frontières de la cité languedocienne. Léon Godefroy, d’origine parisienne, s’attarde également sur cette curiosité qu’il découvrit au cours de ses années d’études à Toulouse : « touchant ce charnier, j’ai une histoire bien belle et curieuse à raconter » précise-t-il dans l’Ample description de la ville de Tolose17publiée en 163818 ; doux euphémisme pour décrire un fait divers — ou récit fantasmé — de l’effroi d’un jeune cordelier qui y laissa littéralement sa « peau »19 ; cette anecdote fut reprise et remaniée en 1798 par J. Lavallée en un défi opposant deux étudiants20. La transformation littérale du récit, toujours structuré autour du thème de la peur et du courage, montre l’adaptation au goût du XVIIIe siècle par la substitution du contexte religieux au contexte laïc — le milieu érudit des jeunes universitaires toulousains.

  • 21  Pièce écrite par l’abbé et polygraphe bruxellois Jean-Chrysostome Bruslé de Montpleinchamp, Lucien (...)

5Pour d’autres, le caveau confronte l’esprit à d’amères réalités : « mon épouse étant venue mourir à l’âge de 22 ans, j’accomplis à Paris ce que j’avois projeté aux cordeliers de Toulouse : je mis moi-même ordre à mes affaires »21. A l’opposé, le poète René Le Pays (1634-1690) surnommé par Boileau le « bouffon plaisant », s’attarde sur les beautés flétries de la belle Paule, objet d’un humour macabre d’assez mauvais goût :

  • 22  René le Pays, Amitiez, amours et amourettes, Grenoble et Paris, 1664 p. 199.

« Pour la belle Paule que j’allay voir dans la cave des Cordeliers, ie ne manquay pas de luy faire vos baise-main. Mais mon Dieu, qu’elle entend mal son monde ! […] elle ne répondit qu’en me montrant les dents, dont la plupart étoient furieusement délabrées. Il est vray qu’elle ne me fut pas cruelle car pour ses tetons & pour tout le reste, il ne tint qu’à moy d’en prendre par où j’en voudrois […] »22.

  • 23  Homme d’Eglise et écrivain, originaire du Kent, anobli en 1683, il fut chanoine de la cathédrale d (...)
  • 24  C. Jordan, Voyages historiques de l’Europe, tome 1, qui comprend tout ce qu’il y a de plus curieux (...)
  • 25  Baron G.D.N., Le gentilhomme etranger voyageant en France, observant tres exactement les melieures (...)
  • 26  François Savinien d’Alquié, Les délices de la France ou description des provinces & villes capital (...)
  • 27  Méthode pour apprendre facilement la géographie, dediée à Mgr le du Duc du Mayne, ou la géographie (...)

6Loin de cet esprit grivois, l’intérêt pour l’archéologie prévaut dans les écrits du britannique Georges Wheler (1650-1723)23 : déroulant son Voyage de Dalmatie, de Grèce et du Levant, en 1689, et s’émerveillant des « mumies » grecques et de leur consistance, il rappelle qu’en France – et à Toulouse, dans ce même caveau — ainsi qu’en Italie, se trouvaient des reliques « de la meme espece » ; les corps secs toulousains faisaient indéniablement partie, au XVIIe siècle, de « ce qu’il y a de plus curieux en France » (le récit de Claude Jordan, en 1692)24, «de ce qu’il y a de plus digne de la curiosité d’un voyageur» (celui du Baron GDN en 1699)25, des « délices de la France» (François Savinien d’Alquié, 1694)26, voire même des « merveilles », suivant un idéal fort ancien qui ambitionnait non seulement de classer les beautés du monde mais aussi celles des nations et de leurs métropoles. Et l’on constate à la lecture de la Méthode pour apprendre facilement la géographie, imprimée à La Haye en 1688 et dédiée à Mgr le Duc de Mayne27, que la popularité des « quatre merveilles toulousaines » dépassait largement les limites de la cité et que les « raretez comme le caveau des Cordeliers », étaient dignes de côtoyer le Capitole, l’amphithéâtre, les acqueducs et les temples anciens de la ville.

  • 28  Voyage du P. Labat, de l’ordre des frères prêcheurs, en Espagne et en Italie, Amsterdam, vol. 2, P (...)
  • 29  Baron C.-J. de Verneilh-Puiraseau, Mes souvenirs de 75 ans, Limoges, 1835, p.
  • 30  Arthur Young, Voyages en France en 1787, 1788, 1789 et 1790, traduit de l’anglais, 2e éd., Paris l (...)
  • 31  Journal inédit de Madame Cradock Voyage en France (1783-1786), traduit d'après le manuscrit origin (...)

7Toutefois ce furent les voyageurs du XVIIIe siècle qui se montrèrent les plus bavards. Ainsi le Père Labat (1663-1738), de l’Espagne à l’Italie, fut attentif à ces vestiges. C’est avec une délectation évidente que le missionnaire dominicain décrit les cryptes européennes28, celle de Toulouse en particulier sur laquelle il a laissé un récit truculent. Ce tourisme macabre était un détour quasi obligé pour le visiteur de passage, comme le raconte le Baron Charles-Joseph de Verneilh-Puiraseau (1756-1839) évoquant la visite de Monsieur, comte de Provence, à Toulouse en 1777. Après les jeux floraux et le Capitole, « il n’eut garde d’oublier le célèbre caveau des cordeliers, qui avait la réputation de conserver les corps morts sans corruption. On disait que s’étant présentée un peu avant dans la nuit, les portes du couvent ne lui avaient été ouvertes que sur le cri fortement prononcé « De Part le roi !»29. A la veille de la Révolution, deux britanniques les visitèrent aussi : du Suffolk, Arthur Young, nostalgique, imagine « voir (la cave) remplye de mes ancêtres »30, et madame Cradock, d’une famille bourgeoise originaire du Leicestershire, vient, accompagnée de son riche époux. Arrivée en pleine cérémonie de la Fête-Dieu, elle obtient par l’entremise de son mari qu’on lui apporte un cadavre dans une chapelle, « avec promesse de n’en parler à personne »31. Hommes de biens, religieux, érudits et voyageurs, simples paroissiens en quête de salut, avaient donc accès à la sacristie des cordeliers, mais en aucun cas les femmes ; Madame Cradock et les plus insignes de cette bonne société, devaient s’accommoder de quelques arrangements.

Les ouvrages médicaux

  • 32  François Baylé, Histoire anatomique d’une grossesse de 25 ans, avec la recherche des causes, à Tou (...)
  • 33  F. Baylé, Institutiones Physicae ad usum scholarum accomodate, Toulouse, impr. par J. Douladoure, (...)
  • 34  F. Baylé, Institutiones Physicae ad usum scholarum accomodate, Toulouse, impr. par J. Douladoure, (...)
  • 35  Ce traité à fait l’objet de commentaires, notamment par le jésuite Silvestro Mauro (1619-1687).
  • 36  Lettre à Raymond Vieussens, écrite en 1688, dans Dissertation sur quelques questions de physique e (...)
  • 37  Dans l’épître des Nouvelles observations académiques sur les os (Paris, 1705), qu’il dédie à Fagon (...)
  • 38  Jean-Baptiste Juanini (1636-1691), Dissertation physique où l’on montre les mouvements de la ferme (...)
  • 39  Louis Pénicher, Traité des embaumements, selon les anciens et les modernes, avec une description d (...)
  • 40  Encore au XVIIIe siècle : le jésuite François Para du Phanjas (1724-1797) dans sa Théorie des être (...)
  • 41  Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, Bull. de l’enseignement médical, dir. A. Dechamb (...)

8La littérature scientifique fut incontestablement plus prolixe sur le sujet. Le médecin, botaniste et mathématicien toulousain François Baylé (1622-1709) s’interroge en 1678 sur l’Histoire anatomique d’une grossesse de vingt-cinq ans, avec la recherche des causes, qui selon lui, n’ont rien à voir avec ce qui « empêche les corps de se pourrir dans l’église des cordeliers de Toulouse »32. Dans Institutiones Physicae (1700)33— un ouvrage qui s’adresse aux étudiants, et qui cherche à montrer l’importance de la raison dans l’expérimentation médicale, à travers les apports fondamentaux de la physique et de la chimie — il examine les phénomènes à l’œuvre dans la dissolution des corps ; « matière éthérée », « poussière », « fermentations internes », « agitation des éléments » enrichissent son questionnement sur « ces lieux où l’on prévient leur pourrissement rapide par un environnement dépourvu d’humidité.On peut voir de tels cadavres dans le Couvent Toulousain des Frères Mineurs et dans l’Eglise St Nicolas dans le faubourg de St Cyprien »34. Les effets de l’air et des éléments physico-chimiques ambiants sur le corps humain le préoccupaient au plus haut point. Ce fut d’ailleurs l’objet d’un cours qu’il dispensa à l’université toulousaine dès 1680, sur les principes du corps et de la fermentation, s’inspirant à la fois des conclusions du traité de Physique d’Aristote — du chapitre consacré à la putréfaction35— et des œuvres des médecins de son temps, notamment de Raymond Vieussens (1641-1715)36, de Herman Boerhaave (1668-1738) ou de Giorgio Baglivi (1668-1706). A cette période, ces préoccupations scientifiques intéressaient les anatomistes toulousains : en 1685, Jean-Joseph Courtial, qui se décrit « petit médecin de province »37, traduit de l’espagnol les Dissertations physiques […]de Jean-Baptiste Juanini38, docteur d’origine milanaise installé à Madrid qui voit des points communs entre les momies des sables de Lybie et celles de Toulouse, « à cause que ces lieux abondent en sels » . Godefroy en 1638 évoquait déjà la « terre transportée de certaines contrées fort esloignées ». En cette fin de siècle, les apothicaires parisiens opèrent des rapprochements entre les terres sablonneuses et desséchantes d’Egypte, et les « caves des cordeliers de Toulouse » citées par exemple par Louis Pénicher en 1699 dans son Traité des embaumements […] : ce dernier oscille entre l’appréciation esthétique des corps présentés de « manière hideuse » et l’explication scientifique due « probablement à quelque cause étrangère »39. Pour les amateurs de sciences, hommes d’Eglise, érudits et académiciens, la compréhension des curiosités de l’Egypte entraîne d’inévitables comparaisons avec les corps secs du royaume40 : cependant, certains, mus par un esprit critique et peut être enclins à prendre la défense d’une particularité nationale, n’hésitent pas à dissocier les causes à l’origine de la momification naturelle. Pour le jésuite Claude-François Ménestrier, le phénomène toulousain s’explique par la présence d’un ancien four à chaux dans le caveau, une hypothèse que le XIXe continuera d’entretenir41 :

  • 42  Claude-François Ménestrier (1631-1705), Lettre d’un académicien à un seigneur de la cour, à l’occa (...)

« Le caveau des cordeliers de Toulouse, ou quelques corps se sont conservez, me paroit avoir servi de fosse a êteindre la chaux quand on bâtissoit l’eglise de ces Religieux & la terre encore impregnee de ces esprits ignées, consume l’humeur des cadavres que l’on y enterre & les fait subsister, mais d’une manière hideuse a voir »42.

  • 43  Louis-Jean-Marie Daubenton (1716-1799), Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts, v (...)
  • 44  Comte de Buffon, Histoire naturelle générale et particulière (1749-1789), tome 14e, Paris, 1766, p (...)
  • 45  Dictionnaire des gens du monde, Historique, littéraire, critique…, Paris, Tome III, 1770, p. 489.
  • 46  Cf. Le Dictionnaire des sciences médicales, composé des meilleurs articles puisés dans tous les di (...)
  • 47  » Détails chimiques et observations sur la conservation des corps qui sont déposés aux caveaux des (...)
  • 48  B. de Puymaurin, Ed. 1788, p. 125.
  • 49  Vicq d’Azyr, » Sur l’état des corps déposés dans le caveau des cordeliers à Toulouse » Histoire de (...)
  • 50  Mateu Orfila (1787-1853), Traité des exhumations juridiques, Paris-Bruxelles, 1831, p. 378 ; Synth (...)
  • 51  Des trafics forts anciens, comme en atteste cet exemple toulousain du XVIe s. :» Ce qui mérite d’ê (...)

9Les réflexions sur la nature astringente de la terre et ses composantes sont poursuivies au XVIIIe siècle par Daubenton43et par Buffon qui constate : « on a jamais apercu la couleur de la turquoise sur les os des momies de Toulouse ni d’aucun autre lieu… »44 ; de même que l’on continue de s’étonner — comme Godefroy un siècle plus tôt devant ces corps qui se « desseichent et rendent légers au possible » — « qu’on peut aisément les soulever d’une main »45. Au XIXe siècle, gazettes et dictionnaires des sciences médicales46 relaieront principalement les caractéristiques physico-chimiques des momies toulousaines décrites par le Baron de Puymaurin (1757-1841) à partir des dissections pratiquées par les toulousains Vacquié et Viguerie, maîtres en chirurgie ; suite à la visite des deux caveaux (cordeliers et jacobins) en 1784, Puymaurin entreprend la rédaction d’un rapport qui est publié en 1788 dans les Mémoires de l’académie de Toulouse47. Egalement surpris par la « légèreté singulière » des dépouilles, il inspecte ces momies comme « le résidu d’une analyse du corps humain ». Ce texte recèle une description unique, tant par la présentation des lieux que par la précision de l’examen médical auquel furent soumis les hôtes étranges qui les habitaient. Puymaurin était surtout fasciné par le processus naturel de momification. Selon lui, cette conservation extraordinaire était liée à la présence de chaux, qui avait séjourné durablement à ces endroits au moment de la construction des deux chantiers, ainsi qu’à l’absence d’oxygénation. Pour d’autres, le sable ou les sels avaient leur rôle à jouer. Observant l’inégalité de la conservation d’un tombeau à l’autre, il se hasarde à faire intervenir « des causes intérieures comme les tempéraments des sujets », ou « les maladies dont ils souffraient ». Le processus de fixation instantanée qu’il décrit — « l’expression, que l’âme donne aux muscles […]dans cet instant déchirant où elle est obligée de se séparer du corps, reste empreinte sur toutes ces faces48 », et son constat faisant « la preuve de l’intervention divine », montrent que la compréhension physique de la momification était loin d’être aboutie. Ces observations, ainsi que les résultats des dissections menées en 1776 par Vicq d’Azyr – anatomiste et fondateur de la Société royale de médecine, sur les trois sites toulousains connus49 (Ill.1), furent repris quelques années plus tard par le célèbre Mateu Orfila, dans ses Exhumations juridiques50. Quelques textes méritent également l’attention comme ces lignes issues de la Société des sciences de l’agriculture et des arts de Lille, qui évoquent le transfert, en 1839, d’un bras, attribué d’abord à la Belle Paule, et à Clémence Isaure, preuve, s’il en fait, des trafics51 et des fantasmes que la littérature du XIXe a engendrés :

  • 52  Morte en 1607, elle fut enterrée au couvent des Grands Augustins. La momie usurpatrice fut exposée (...)
  • 53  G. Gillet de Laumont Société des sciences de l’agriculture et des arts de Lille, 1841, p. 291.

« La main accompagnée de son avant-bras, que j’ai l’honneur d’offrir pour les collections de la société royale de Lille, appartenait disait-on, au corps momifié de Paula de Viguier, une des beautés si parfaite de son temps qu’elle fut surnommée par François 1er la Belle Paule. Ce qu’il y a de certain, c’est que ce bras fut détaché d’un corps de femme parfaitement beau tant par ses formes que par sa conservation, et fut rapporté en 1784 des caveaux des cordeliers de Toulouse par mon père, inspecteur général des mines de France, qui s’assura alors de la nature arénacée du sol de l’église où les corps avaient été autrefois ensevelis […]. Le bras que je prie la société de vouloir accepter, a été conservé à l’air libre dans une armoire sans préparation ni soin, ….il appartenait à une personne morte à un âge peu avancé et non à la belle Paule qui mourut à 82 ans52. Aussi le savant antiquaire Vivant-Denon, directeur général des musées, qui possédait dans ses riches collections une partie du même bras, supposait-il que le corps pouvait avoir appartenu à la célèbre Clémence Isaure, fondatrice des jeux floraux qui mourut à Toulouse au XVe s. »53

De rares chroniques religieuses54

  • 54  Une description de la momie d’une religieuse, par M. de Pommereuse, Chroniques de l’ordre des Ursu (...)
  • 55  Le frère Viste est mentionné par A. Du Mège, Histoire…Op.cit., p. 614.  
  • 56  Le frère Cueillens était un religieux du même ordre.

10Paradoxalement, les textes toulousains issus du milieu religieux sont peu nombreux à évoquer les caveaux, alors que les vies de saints italiennes y accordent plus facilement de l’attention. Il subsiste cependant un texte exceptionnel, écrit en 1680 par le père Félix Cueillens, la Vie du frère Mathieu Viste55, religieux de l’observance de saint François de Toulouse56(Ill.2) qui renseigne le lecteur sur les terribles séances de méditation imposées aux pénitents dans le caveau.

Les mots des vivants pour parler des morts

11Sur les corps momifiés entiers ou les corps « fragmentés », nous conservons donc un grand nombre de documents, issus de sources manuscrites ou publiées qui forment un ensemble hétérogène : entre les récits de voyageurs, les descriptions médicales et les contenus des dictionnaires, les appellations utilisées pour désigner les corps sont multiples et permettent d’apporter quelques précisions sur les mots en usage sous l’Ancien régime.

  • 57  Frédéric Godefroy (1826-1897) Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes (...)
  • 58  Dictionnaire françois-latin de Robert Estienne (1503 ?-1559), à Paris, 1549 ; Les Origines de la l (...)
  • 59 Jean Leclant rappelle qu’au XVIIe siècle, » c’est surtout dans le Midi que circulaient les antiquit (...)
  • 60 Dictionnaire Godefroy, Op. cit. « Momie » : « cadavre embaumé et enveloppé de bandelettes qu'on tro (...)
  • 61  Dictionnaire Godefroy, Op.cit., « Substance brune tirée du bitume dont les momies étaient enduites (...)
  • 62  Ibidem, » Mummie est une maniere d'espice ou de confiture que l'on treuve es sepulcres des mors qu (...)
  • 63  » Vous me feistes cest honneur de discourir de plusieurs belles choses, entre les autres, comme on (...)
  • 64  Marie-Christine Gomez-Géraud, » Le voyageur, le médecin et la momie », pp. 355-366 dans Esculape e (...)
  • 65  Ibidem.

12Les dictionnaires de l’ancienne langue française et des dialectes consignés par Frédéric Godefroy (1881-1902), Edmond Huguet (1925-1967)57 ou par les lexicographes français58 montrent qu’au XVIe siècle en France on se préoccupait déjà de percer les mystères des momies59, et que le mot désignait autant « les corps mort accoustré de choses odoriferantes et conservatrices de pourriture60, qu’une sorte de bitume61, qu’une maniere d'espice ou de confiture que l'on treuve es sepulcres des mors qui ont esté confis avec espices »62. La poudre des momies avait un pouvoir curatif que la plupart des lexicographes des XVIe et XVIIe siècles mentionnent, à l’exception d’Ambroise Paré dont le Discours sur la momie (1582) a suscité une controverse médicale en condamnant l’usage de cette potion dont il était sûr qu’elle « pouvait beaucoup plus nuire que aider »63et dont il supputait aussi qu’elle générait au sein du royaume un trafic de cadavres dont l’objectif était d’enrichir cette exotique pharmacopée : « Austre tiennent que la Mumie se fait et façonne en nostre France, et que l’on derobe de nuit les corps aux gibets…après on les vend pour vraye et bonne mumye… »64. Comme le précise M.-C. Gomez Géraud65, il est sans doute l’un des premiers à avoir dénoncé ce qu’il considérait comme un acte de « nécrophagie » , jugé non conforme aux rites de l’Antiquité et au respect des trépassés.

  • 66  Tel Buffon dans son Histoire naturelle, …Tome 14e, 1766 : » on savoit que le le terrain des cordel (...)
  • 67  Whelher, en 1689, Op.cit. p. 14.
  • 68  Une mention en latin de 1548, issue d’un texte de Jean Bodin (1529-1596) évoquerait les » momies » (...)
  • 69  Sur Golnitz cf. : Études réunies en l'honneur de Pierre Goubert,Toulouse, Privat, 1984 ; et la tra (...)
  • 70  Que l’on trouve par exemple dans les textes toulousains du XIIIe s. Monumenta tolosana, année 1233
  • 71  L. Cadot, En chair et en os, le cadavre au musée, Paris, RMN, 2009, p. 20.
  • 72  Annales de la ville de Toulouse, p. 140 ou 156 à propos du caveau des cordeliers.
  • 73  Dans le texte publié en 181, p. 60.
  • 74  Voyage du P. Labat, Op. cit., p. 14.
  • 75  M. Orfila, Médicine légale…Op. Cit, p. 3e ed., Tome 4, Paris, 1836, p. 376.

13Les illustres auteurs de traités médicaux66, quelques érudits67 et savants étaient sans doute les seuls à désigner par le terme de « momies » les corps desséchés préservés de la corruption, car à Toulouse aux XVIIe et XVIIIe siècles, le terme n’était pas utilisé68 : Godefroy en 1638 et Juanini en 1685 évoquent les « corps », Jordan les « corps morts ». Abraham Goltniz en 163169 parle des « cadavres ». Dans les Institutiones Physicae de François Baylé, il n’est pas question de « momies », mais des « cadavres du couvent de Toulouse des frères mineurs, et de l’église St Nicolas du Faubourg St Cyprien ». « Cadavera » en latin70 était facilement remplacé par « charogne » en vieux français71. Germain de la Faille distingue en 1687, les « corps », les « squelettes » et les « ossemens »72. Les textes utilisent donc principalement les mots « corps », « corps morts », « ossemens » et « cadavres », élargis à « charnier », « sépultures », « sépulchres », « caveau » (spelunca en latin), « ensevelissements », « pompes funèbres », « caisse » et plus rarement « cercueils ». Nous n’avons pas rencontré le mot « dépouille » qui s’est pourtant vulgarisé au XVIIe s. Les heures de Pierre Barthès ou le récit de voyage de Mme Cradock, ne parlent que de « cadavres » et de « corps sauvés de la corruption ». Le premier, semble-t-il, à cautionner l’emploi du terme « momie » est le Baron de Puymaurin en 1784 : « ces corps, ou momies car on peut leur donner ce nom »73. Nous retenons également du récit du Père Labat qu’il employait en 1730 l’expression « charnier des corps secs»74 ; il est fort probable qu’il l’ait traduite de la langue espagnole qui affectionne encore aujourd’hui l’expression « cuerpos secos ». Par ailleurs la distinction entre momies grasses (embaumées) et momies sèches, appliquée à l’exemple toulousain, figure dans la littérature médicale au XIXe s, celle de M. Orfila en particulier75.

  • 76  F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe s. (...)
  • 77  P. Richelet, Dictionnaire françois…, Genève, 1680, p. 128.A. Félibien, Des principes de l’architec (...)
  • 78  Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, 1724, livre VIII, p. 337 (...)

14Le mot « charnier » est également fréquent : au moyen âge, il désignait le lieu qui dévorait les chairs76, et dans le cimetière, d’après A. Félibien et P. Richelet, c’était une sorte de « gallerie qui est ordinairement autour des cimetieres, au dessus de laquelle on mettoit autrefois les os descharnés des morts, comme il y en a encore des vestiges aux Charniers de St. Innocent à Paris »77(1680). De la même façon, comme le rappelle Michel Lauwers qui a travaillé sur les cimetières médiévaux, l’étymologie gréco-latine des termes « cimeterium » et « sarcophage » renvoie au « broiement des chairs mortes » : « sarchia » signifiant la chair, et « fagos » manger. Selon l’auteur, l’idée que certains lieux étaient associés à une « consumation » du corps, apparaît dans les textes dès le XIe s. et à plusieurs reprises dans l’historiographie sur les caveaux toulousains — « les chairs et les entrailles se consomment peu à peu » (P. Labat) ; elle nous renvoie à la figure mythique du cadavre qui, à peine touché, se transforme en poussière, pour disparaître78.

  • 79  P. Barthès, Op. cit, année 1756.
  • 80  Le père Labat précise qu’il y a dans le charnier des cordeliers : » au milieu de cette chambre un (...)
  • 81  F. Para du Phanjas, Théorie…Op.cit., p. 239.
  • 82  F. Savinien d’Alquié, Les délices…op.cit., p. 211.

15Ces quelques repères fournis par la terminologie ancienne montrent que ces corps secs n’avaient aucune dimension sacrée, ou seulement celle que leur conférait les caveaux, creusés en terre consacrée. Pierre Barthès parlant des reliques de l’Augustin Saint Guillaume79 décrit « le cors du bienheureux », du « glorieux martyr », qui est un corps « en odeur de sainteté », alors que lorsqu’il évoque, quelques lignes plus loin, les corps des comtes de Toulouse, exhumés au cimetière de la Daurade en 1773, il parle des « cadavres ». Seul le corps préservé de la corruption, en « odeur ou opinion80 de sainteté » (telle Germaine de Pibrac en 1644), jugé « précieux », pouvait espérer être sanctifié. Or les défunts asséchésdes caveaux « dont les vapeurs et exhalaisons sont naturellement & sans art81 », n’avaient pas cette aura. Seule la beauté fanée de la Belle Paule momifiée, surnommée au XVIIe « la Sainte par excellence »82, pouvait prétendre s’en approcher.

  • 83  Ibidem p. 201.
  • 84  G. Wheler, Voyage…Op. cit. p. 14.
  • 85  Le Père Labat, Op.cit.,p. 14.
  • 86  B. de Puymaurin, Op. cit., 1811, p. 63.
  • 87  Golnitz dans P. De Gorsse, Op. cit., p. 11.

16Il ressort de la lecture attentive des témoignages des XVIIe et XVIIIe siècles, quelques descriptions des lieux et des mises en scènes assez précises, les impressions ressenties oscillant entre l’effroi, la curiosité malsaine et l’admiration feinte devant « la peau fort délicate » de la Belle Paule, qui a passé « pour la plus belle femme de son temps »83. Entre les émotions suscitées par les portraits de la jeunesse figée et le puissant désir de comprendre les miracles de l’assèchement, les textes médicaux qui recourent fréquemment aux analogies visuelles livrent leur poétique du corps qui est tour à tour « amadou », « cuir sec », « sciure de bois », « écorche des arbres desséchés ». Les chairs mortes continuent leur vie dans le flot des lectures fantasmées : « leur consistence [fait] que quand on les presse avec le doigt, elles reprennent leur place »84, elles chantent « comme des peaux de tambours »85, sont dévorées par les mites, distillées, brûlées, tout ceci avec une « légère détonation »86. Miracle de la nature, miracle du lieu : « de là vient qu’on l’a surnommé le Paradis, les Champs-Elysées de Toulouse »87.

Les lieux d’exposition des corps « secs » à Toulouse : Cordeliers, Jacobins, St Nicolas

  • 88  AD Haute-Garonne, 119 H 8 Livre des clauses, légats et testamens en faveur du Grand couvent des ff (...)
  • 89  AD Haute-Garonne, 45 J 56. Le mémoire pour les religieux de la ville de Toulouse contre les curez (...)
  • 90  AD Haute-Garonne, 122 H 13, p. 214, art. 8, 1623 » … et pour ceux qui ont permission destre enterr (...)
  • 91  AD Haute Garonne, 122 H 13, 1643 : » quand quelqu'un de ceux qui ont permission destre ensevelis e (...)

17Les lieux de sépulture étaient nombreux à Toulouse sous l’Ancien régime : les églises paroissiales accueillaient les dépouilles, mais les églises de couvents étaient plus recherchées encore par les familles88, si bien qu’au XVIIIe siècle les procès étaient nombreux89 qui opposaient les curés des paroisses aux religieux concernant les droits de sépulture. En règle générale la cérémonie mortuaire avait lieu dans la paroisse où le fidèle était décédé, puis son corps était porté vers le monastère où il souhaitait être inhumé. Ce sont les moines qui le réceptionnaient à l’entrée du couvent90 ou sous le porche de l’église et qui le conduisaient en procession à son tombeau. Au milieu du XVIIe siècle, les capucins avaient même l’ordre d’attendre le corps à la porte de nos esglises, interdiction leur était faite d’accompagner en procession la famille car ce faisant ils s’enrichissaient de quelques pièces91.

18Les trois sites toulousains mentionnés par les textes comme ayant abrité des corps « secs » sont ceux des Cordeliers, des Jacobins et de l’église Saint Nicolas (Ill.3).

Les cordeliers

  • 92  Sur cette question, M. Esquié, » L’église et le monastère des Cordeliers », Mémoires de l’Académie (...)
  • 93  Esquié, p. 375.
  • 94  B. De Puymaurin, éd. 1788, p. 120.
  • 95  Egalement en 1713 : les Cordeliers l’ont raconté à Anne-Marguerite Petit : » Je demandai à ces bon (...)
  • 96  Lettres et mémoires de Mme Desnoyers, lettres historiques et galantes, par Mme de C***,tome1er, Lo (...)

19L’ancienne église médiévale des Cordeliers a disparu en 187192 : il ne subsiste que des vestiges de la salle capitulaire, de la sacristie et du clocher (Ill.4). L’église était réputée pour abriter de très belles sépultures : il y en avait également dans le cloître, dans la chapelle de Rieux et dans un cimetière particulier qu’ils possédaient93. Si les corps toulousains appartiennent à priori à la catégorie des « conservations spontanées » issues de transformations naturelles liées aux propriétés physico-chimiques de l’environnement, les moines pouvaient se montrer interventionnistes. Ils pratiquaient à Toulouse, comme dans beaucoup d’autres endroits (Espagne, Italie), « l’inhumation en plusieurs temps ». Les corps étaient d’abord exhumés de fosses creusées à même la terre, de l’église et du cloître, là où ils étaient les mieux conservés. Ceux des religieux qui n’étaient pas enterrés au même endroit, malheureusement se décomposaient, ce qui explique leur absence du caveau94. Ces moines étaient donc très attentifs à l’état des corps qu’ils gardaient, et soignaient leurs dépouilles puisque pour achever l’assèchement des matières, ils montaient les accrocher sur le clocher pour qu’ils puissent s’aérer, comme le faisaient leurs confrères à Bordeaux. Cette « monstration » devant le clocher devait être ancienne puisque en 171795 elle était déjà observée par des moines de St Maur en visite à Toulouse, et qu’en 1757 une certaine Madame Desnoyers pouvait constater que « dans le temps que ce moine me parlait, j’en vis venir d’autres qui descendoient du clocher avec des corps morts sur leurs épaules, ausquels le grand air avoit entièrement ôté tout ce qu’ils auroint pu avoir de mauvaise odeur, et je jugeai par là que le bon cordelier m’avait accusé juste »96.Une fois la dessiccation achevée, ils étaient soigneusement descendus, et exposés.

  • 97  D’après A. Brémond, ceux des religieux, et ceux des confrères du Tiers-Ordre ; « Notice …op.cit., (...)
  • 98  Claude-François Ménestrier (1631-1705), Lettre d’un académicien, Op. cit., 1692, p. 9.
  • 99  Nicolas Masson de Morvillier, Encyclopédie méthodique.., Paris, 1788, p. 420. 
  • 100  A. Brémond, » Notice historique… Op.cit. », p. 17.
  • 101  Nous avons contacté le Musée de Prague en espérant retrouver et documenter cette momie toulousaine
  • 102  J. Lavallée, Voyage..Op. cit., p. 33.

20Le caveau qui nous intéresse – le plus connu et le seul que les étrangers demandaient à visiter –, décrit avec beaucoup de détails par le baron de Puymaurin, était enterré et totalement hermétique, seulement accessible par le cloître ; situé sous la chapelle de Rieux, à côté de deux autres caveaux97, on y descendait par un escalier étroit puis un corridor voûté. La chapelle souterraine était voûtée, de plan ovale, d’environ 5 m. de longueur x 4 m. de large, ornée d’un pilier gothique en son centre. L’éclairage qui était fait par une « torche funéraire » permettait de découvrir « un nombre considérable de cadavres desséchés » appuyés le long des murs. Si Golnitz en 1631 évoque effectivement un « grand nombre de cadavres », en 1692 « quelques corps se sont conservez »98 et d’après le baron de Puyraseau, en 1777, il n’y avait qu’une douzaine de momies : des laïcs, corps d’hommes, de femmes et d’enfants exposés, mais pas de religieux, et nous verrons pour quelle raison. En 1788 ils étaient soixante-dix99. Manifestement, les effectifs étaient mouvants, les corps, dévorés par les mites, « embarassans » ; un texte laisse entendre que les moines auraient même aimé s’en défaire100. Beaucoup étaient en mauvais état, morceaux momifiés de jambes et de pieds qui traînaient, que l’on ne pouvait brûler ; sur ces déplacements de cadavres, ce sont les récits qui parlent le mieux ; Me Cradock se fait porter une dépouille à la sacristie et Puymaurin évoque également le don d’un enfant très bien conservé « dont la peau était blanche comme de la craie » au cabinet impérial de Prague, contre des modèles de machines qu’on ne connaissait point en Languedoc101. Les rebus regagnaient peut-être quelque caveau, mais tout porte à croire que les religieux au XVIIIe tiraient une source de profit de ces macabres vestiges, bien que les documents consultés dans les fonds d’archives n’en laissent aucune trace. Il est quasiment certain qu’il y avait d’heureuses conséquences liées à l’exposition de ces momies : Me Cradock donne une pièce à celui qui a fait porter le corps. Ils furent certainement à l’origine des anecdotes que racontent les textes et des identifications extraordinaires : Lavallée en 1798 rit des récits des moines, et « de toutes les erreurs populaires par lesquelles ils se procuraient de l’argent102 ».

Aux Jacobins

  • 103 AD Haute-Garonne, 112 H16 : registre des sépultures 1752-1789 (manque 1766).
  • 104  AD Haute-Garonne, 122 H 13, 1692 p. 585, « Sur deux questions qui furent faites par quelque gardie (...)
  • 105  B. de Puymaurin, p. 121.
  • 106  Ibidem.
  • 107  Ib., p. 123. Les corps étaient disposés debout comme chez les cordeliers.

21Aux Jacobins, les laïcs étaient enterrés dans le grand cloître ou dans l’église103 (Ill.5), mais n’étaient pas exposés dans le caveau souterrain, ni même placés dans les sépulcres momificateurs, qui étaient exclusivement réservés aux religieux : un texte de 1692 trouvé dans le fonds des Capucins104 interdisait l’inhumation des séculiers dans ces tombes qui se trouvaient dans le sol d’une chapelle du cloître, dédiée à saint Côme ; les cavités étaient maçonnées en briques et pierres de taille, indique Puymaurin, les couvercles scellés avec un mortier de chaux. Les corps s’y desséchaient si bien qu’il n’était pas utile de les soumettre au vent. Le plus intéressant concerne le registre que tenaient les dominicains en 1784105, un document qui trahit une organisation très ordonnée de la gestion des dépouilles : ils précisent que ces corps provenaient de 24 tombes106 marquées des 24 lettres de l’alphabet. Chaque entrant était associé sur le registre à une lettre, et en moyenne, l’ouverture d’un tombeau ne se faisait que tous les 25 ans. Tout ceci suggère un contact récurrent avec ces restes, un maniement fréquent, et au final, une économie bien organisée. Une fois séchés, les corps étaient exposés dans un caveau qui avait à peu près les mêmes dimensions que le précédent, sauf qu’il était semi enterrée, et profitait « d’une clarté vive et lumineuse», grâce à une fenêtre. Dans cette crypte les momies, « moins tannées, mieux conservées »107 étaient présentées habillées, rangées et adossées au mur : le père Montagnes, qui est l’archiviste des dominicains précise qu’elle se trouvait dans la chapelle saint Antonin, entre le réfectoire et la salle capitulaire, et qu’elle n’est plus accessible depuis très longtemps.

Saint-Nicolas de Toulouse

  • 108  J. de Lahondès, Les Monuments de Toulouse, Histoire, archéologie, beaux-arts, Toulouse, Privat, 19 (...)

22Le cas de l’église paroissiale Saint-Nicolas est peu documenté, évoqué brièvement dans le texte déjà mentionné du 17e, ainsi que dans le mémoire du B. de Puymaurin. Sous le porche d’entrée, une porte donnait accès à une chapelle de l’Agonie où étaient exposés des corps secs : « une vingtaine de cadavres rangés à la file »108. Des récits plus tardifs précisent qu’ils étaient très bien conservés, placés debout dans une tribune. Quasiment à l’extérieur de l’édifice, ils étaient plus accessibles et identifiés comme les « habitants et amis de la paroisse ». Puymaurin ajoute en note qu’aux Carmes déchaussés de Toulouse, les religieux inhumaient les corps comme le faisaient leurs confrères de l’Escurial, mais sans parvenir au dessèchement des cadavres. La momification naturelle des corps était sans doute plus répandue que ne le suggèrent les traces laissées dans les documents. Il serait même très intéressant de regarder plus attentivement les collections muséales où les momies sont en quantité et posent des problèmes à la fois de conservation et d’éthique.

Fonctions et usages des momies

  • 109  Ph. Ariès, L’homme devant la mort, tome 2, la mort ensauvagée, Paris, le Seuil, 1977, 1ère édition (...)
  • 110  M. Vovelle, Mourir autrefois, attitudes collectives devant la mort aux XVIIe et XVIIIe siècles, Pa (...)
  • 111  Le « charnier des corps secs » de l’église Saint-Nicolas du faubourg Saint-Cyprien était probablem (...)

23Dans la Mise au tombeau du Christ, Vittore Carpaccio figure le Christ étendu avant son ensevelissement. À l’arrière-plan, le cimetière, sur la route et ouvert, est un lieu de passage. Des ossements d’hommes et d’animaux jonchent le sol pêle-mêle et des corps momifiés surgissent du sol et de leurs propres tombes. Le peintre laisse supposer que ce cimetière, qui n’est autre que celui du tombeau du Christ, fabrique aussi des momies comme il préfigure la Résurrection des corps, au jour du Jugement dernier. Le cadavre n’est pas toujours un corps caché et il est parfois nécessaire de l’exposer pour le voir109. Ce sentiment est à l’origine des cimetières de momies, particulièrement répandus en Amérique du Sud, qui font aussi fonction de memento mori, à l’image des cimetières traditionnels. Par ailleurs, en Bretagne, en Alsace mais aussi vraisemblablement en Midi toulousain, les ossements étaient retirés des tombes pour libérer de la place dans les sépultures et placés dans des ossuaires, lieux couverts à proximité des églises110. Les caveaux toulousains, avant d’être galeries « d’exposition » étaient probablement de simples ossuaires. Les morts restaient ainsi pour l’éternité, sous la protection des saints qu’ils avaient priés tout au long de leur vie111.

  • 112  Dans la région toulousaine, l’inhumation des laïcs fut progressivement interdite au cours du XVIIe(...)

24Les funérailles intra muros ecclesiae étaient devenues au fil des siècles un fait courant, que l’Église peina à réglementer. L’église-monument, qu’elle soit conventuelle ou paroissiale, était en effet devenue un cimetière à part entière et le droit de sépulture un enjeu primordial pour les autorités ecclésiastiques112. On ensevelissait couramment des laïcs dans les couvents, signe de distinction sociale et de prestige, car l’on y associait le legs de revenus pour les messes de fondation et les prêtres obituaires. Geste pieux, l’enterrement était aussi une marque de distinction sociale. Pourtant entre l’inhumation dans un caveau familial et la momification intentionnelle de cadavres, la différence est très nette.

25Malgré l’absence de sources monastiques ou religieuses, la récurrence, dans les récits de voyage de la « visite aux momies » doit nous interroger sur cette pratique. Souvent étudiées du point de vue du folklore ou comme simple curiosité touristique, la momification intentionnelle ne révèle-t-elle pas une conception spécifique de la mort à l’âge moderne ?

26Sont-elles reliques, corps saints ou profanes ? Leur nature doit être interrogée ainsi que l’intentionnalité qui pousse les moines à rendre visible ces corps desséchés. Enfin, les momies toulousaines répondent à la mise en exergue d’une mystique toulousaine.

Corps saints ou simples cadavres ?

  • 113  Nous devons nous intéresser aux travaux des anthropologues. Sur la mort et le traitement des cadav (...)

27Les momies génèrent une ambiguïté certaine, tant dans leur définition que l’intention qui pousse à leur création. Dans certaines sociétés, un corps non putréfié pouvait être synonyme d’une mort mal passée ou inachevée113. Le cas des momies toulousaines révèle pourtant une pratique intentionnelle de conservation des corps, différente de la momification artificielle. Corps saint ou simple corps sec, comment penser la momie ?

Significations de la momification artificielle

  • 114  E. Fulcheri, « Mummies of Saints: a particular category of Human Mummies » dans H. Spindler, H. Wi (...)
  • 115  E. Fulcheri, Italian mummies over centuries, XVIIIth International Congress of the International A (...)

28Si la momification des cadavres n’était pas un but recherché par l’Église catholique, celle-ci ne s’y opposa jamais, contrairement à l’incinération, qui était négation de la résurrection et donc une pratique interdite. Les études récentes montrent que la momification artificielle était un phénomène plus répandu qu’on ne le pense habituellement dans l’Europe chrétienne, autorisant une longévité incalculable et rendant le corps apte à la résurrection. Le chercheur italien E. Fulcheri a étudié un type particulier de momies, celles des saints. En analysant un corpus de trois cent quinze reliques de saints et martyrs italiens, il a dénombré vingt-cinq momies, dont celle du célèbre Bernardin de Sienne. Son corps fut exposé aux fidèles pendant vingt-six jours. Toutes ces momies ont été réalisées entre 1297 et 1447 dans les régions d’Ombrie et de Toscane. Exception faite de Saint Bernardin de Sienne, toutes furent de femmes114. On momifiait en effet parfois de manière artificielle les corps des personnes réputées saintes de leur vivant, afin de les conserver pour la vénération et le culte. Certaines momies sont d’ailleurs partiellement embaumées115. Complétée par des éviscérations, la momification permettait aussi d’obtenir des reliques, qui seraient nécessaires après le procès en canonisation.

  • 116  Sur l’embaumement et l’utilisation des épices ou aromates, voir J.-P. Albert, Odeurs de sainteté. (...)
  • 117  Jusqu’à la période contemporaine, l’embaumement des papes eut lieu. Pie XII fut embaumé par Nuzzi (...)

29L’embaumement – pratique de routine et parfois complémentaire à la momification artificielle – n’était pas une pratique religieuse, mais permettait, selon la croyance populaire, d’éviter une fausse mort, et de conserver le cadavre lorsqu’un temps long séparait le décès des funérailles. Si la documentation sur les pratiques d’embaumement lors de funérailles chrétiennes est rare, il s’avère que de nombreuses momies de saints particulièrement bien préservées ont été partiellement embaumées. C’est donc l’utilisation conjointe de baumes et d’épices, ainsi que les conditions environnementales des tombes qui font la momification116. Les papes furent aussi embaumés avant d’être enterrés dans la basilique Saint-Pierre de Rome. La thanatopraxie fut aussi commune durant la papauté d’Avignon117.

  • 118  Relation de ce qui s’est passé aux Honneurs funèbres de feu Monsiegneur l’illustrissime et révéren (...)
  • 119  Suivant une pratique très ancienne : Cf. J. Von Schlosser, Histoire du portrait en cire, Paris, Ma (...)

30Le corps de l’archevêque de Toulouse, Charles de Montchal, décédé à Carcassonne le 22 août 1651, subit le même traitement. Ses funérailles sont connues grâce à un récit imprimé en 1651, qui relate les soins apportés au corps118. Ses entrailles lui furent retirées et son cœur enterré chez les carmes de Carcassonne. Puis, le corps du défunt fut embaumé et exposé à la dévotion des ordres religieux et du peuple de cette ville. Une procession accompagna le corps de l’archevêque défunt, posé sur une charrette tirée par deux mules, jusqu’aux portes de la ville, puis le convoi prit la direction du diocèse de Toulouse. Dans l’attente des funérailles, le corps embaumé fut exposé à Villefranche-de-Lauragais, où une importante communauté de prêtres natifs ou obituaires pouvait accompagner le défunt de leurs prières. L’auteur du récit, Michel de Reillac, affirme que les habitants et membres du clergé des paroisses voisines vinrent se recueillir et contempler le corps du défunt archevêque. Lorsque la ville de Toulouse fut prête pour les funérailles, le convoi reprit sa route, accompagné par une longue procession jusque dans la salle basse de l’archevêché. Le cercueil fut couvert d’un drap noir. Le corps embaumé ne fut plus exposé mais remplacé par une effigie119, symbolisant et représentant le corps vivant du défunt, symbole de la continuité entre monde des vivants et des morts.

31La momification artificielle et l’embaumement concernent donc à la fois des personnes saintes ou laïques. Cette pratique peut être d’ailleurs rapprochée de l’inhumation en deux temps, telle qu’elle était par exemple pratiquée à l’Escorial à l’époque moderne. Les momies peuvent donc être des corps saints. Mais à quelle catégorie appartiennent les « corps secs » toulousains ? Sont-ils des reliques, des objets sacrés ou de simples curiosités ?

Interroger la sacralité des momies toulousaines 

  • 120  F. Baylé, Institutiones Physicae ad usum scholarum accomodatae, p. 552. Voir ADHG, 45 J 56. Fançoi (...)
  • 121  Eva M. Elorza, « Leonor de Calvo, Historia ritual y simbolisme de un cuerpo momificado », Zainak, (...)
  • 122  Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia (dir.), Reliques modernes : cultes et usages chrétiens des corps (...)

32Le médecin toulousain François Baylé a évoqué les momies des couvents toulousains dans son traité de médecine Institutiones Physicae, publié à destination de ses étudiants en 1700120. L’incorruptibilité des cadavres de Saint-Nicolas et des cordeliers y est associée au phénomène miraculeux. La momification spontanée était en effet toujours considérée comme miraculeuse et donc associée à la sainteté du défunt. Ainsi dans le couvent des religieuses augustines d’Astigarraga, en Espagne, le corps incorrompu de la religieuse Leonor de Calvo fut découvert au XIVe siècle. La momification spontanée de ce corps apparut dans un premier temps comme une représentation réelle de la vérité, un phénomène divin et une preuve intangible de la perfection absolue121. Puis le cadavre réalisa nombre de miracles et de guérisons. La momie fit donc fonction de relique où tous les sens étaient sollicités dans la relation avec le corps saint. Le corps exposé sollicitait la vue, mais l’on pouvait aussi le toucher et le sentir. La momie fut associée à une sainte car son contact initiait des miracles. Cette sainteté coïncide avec le développement du culte des reliques dans l’Europe moderne, preuve de l’inépuisable soif de corps saints dans l’Europe catholique au XVIIe siècle. De plus, pour les fidèles, les vestiges des corps morts seraient une trace de l’humanité charnelle et un symbole de résurrection122.

  • 123  B. Kaufmann, « Mummification in the Middle Ages », dans Human mummies, op. cit., p. 231-238.

33Dans le même esprit, la découverte d’un corps momifié spontanément pouvait être un enjeu dans le combat spirituel entre catholiques et protestants. La momie de Jean-Philippe de Hohensax, seigneur de Sennwald (1550-1596) dans le canton suisse de Saint-Gallen, est intéressante à plus d’un titre. Ce savant et capitaine réformé fut enterré dans la chapelle familiale de l’église de Sennwald. Après un incendie en 1730, on découvrit le corps intact du baron. Mais les catholiques volèrent le corps momifié et le firent passer pour un saint. Les autorités suisses durent prouver qu’il était mort en bon protestant ; dès lors les catholiques décidèrent de rendre la momie, dont les restes sont conservés dans une chapelle du cimetière de Sennwald depuis 1980123.

  • 124  Parmi les reliques, on trouve très couramment des ossements, et plus rarement des reliques de chai (...)

34Pourtant, les momies toulousaines ne furent pas considérées comme des objets sacrés car elles résultent d’une pratique intentionnelle. Elles contribuent peut être en revanche à renforcer la sacralité du lieu où elles sont exposées, pour ce qui est des lieux consacrés. C’est parce que la dépouille de Léonor de Calvo provoque des miracles, approuvés par l’Église, qu’elle en vient à être considérée comme un phénomène sacré, amplifié par la sacralité du lieu. Il y a donc paradoxe certain et une réelle difficulté à définir la nature des momies des couvents toulousains. Il ne faut certainement pas les appréhender dans leur dimension sacrée, mais insister sur leur fonction pragmatique, une source probablement non négligeable de revenus au XVIIe et XVIIIe siècles. Elles ne sont pas considérées comme des reliques124, mais viennent certainement illustrer la vision que les contemporains ont de la mort à l’époque et ce goût immodéré pour l’ostentation macabre.

Quel dessein : spectacle, goût macabre ou fonction religieuse ?

35La Renaissance et l’humanisme conduisent à une nouvelle vision de la mort, qui contribue à une revalorisation de la vie. Dans le monde catholique, la pédagogie de la mort est sévérisée par le dogme de la Contre-Réforme. Placé au centre de la pastorale, le discours des religieux – principalement des capucins et des jésuites – conduit à lutter contre les superstitions pour unifier les pratiques. La pédagogie jésuite et les exercices spirituels d’Ignace de Loyola visent à la méditation individuelle sur les péchés et l’enfer. Ces méditations se font sur un cycle de quatre semaines. Toute une littérature de la bonne mort se développe par la suite, diffusée par les auteurs jésuites, comme le cardinal Bellarmin, mais aussi par François de Sales dans son Introduction à la vie dévote :

  • 125  Fr. de Sales, Introduction à la vie dévote, tome I, XIII (méditation 5), Paris, La Pléiade, p. 55- (...)

« Considérez l’incertitude du jour de votre mort. O mon âme, vous sortirez un jour de ce corps. Quand sera-ce ? Sera-ce en hiver ou en été ? En ville ou au village ? De jour ou de nuit ? Sera-ce à l’impourvu ou avec un avertissement ? Sera-ce de maladie ou d’accident ? Aurez-vous le loisir de vous confesser ou non ? »125

  • 126  M. Vovelle, La Mort et l'Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983, p. 241.
  • 127  E. Mâle, L’art religieux après le Concile de Trente, étude sur l’iconographie de la fin du XVIe si (...)
  • 128  À Palerme, huit mille momies s’offrent au regard des visiteurs. Elles sont soigneusement habillées (...)
  • 129  M. Fournié, Le Ciel peut-il attendre ? Le culte du purgatoire dans le Midi de la France (v. 1320- (...)
  • 130  Voir les travaux de M.-C. Marandet pour le Moyen-Âge : Le souci de l’au-delà : la pratique testame (...)

36La pensée chrétienne pose ainsi son emprise sur une mortalité omniprésente. La seule certitude de toute vie est dans la mort. Cette période est aussi marquée par « l’exacerbation du macabre »126. Cette thématique est très répandue dans la symbolique artistique : le crâne est un support de la méditation sur la mort, le squelette en symbolise la face hideuse, tandis que l’image du martyre se répand dans l’art pictural de l’époque127. Les décors connus des cryptes des capucins de Palerme et de Rome témoignent bien entendu de ce désir d’ostentation macabre128. Ces décors, à la symbolique ouvertement funèbre, rencontrés en Europe méridionale, répondaient à une véritable pédagogie, qui se transmettait aussi lors des funérailles. C’est en effet à cette époque que disparaît progressivement le jugement dernier pour laisser la place au jugement individuel et au culte des âmes du purgatoire129. Hommes et femmes doivent se préparer quotidiennement à la mort, avec laquelle ils entretiennent une relation très intime au XVIIe siècle. Le cimetière tenait par exemple lieu, à Toulouse comme ailleurs, de place publique, de lieu de foire et aussi de nombreuses autres activités profanes. Vivants et morts étaient de fait liés de manière inconditionnelle130. Les sources religieuses sont peu prolixes, mais les récits de voyage du XVIIIe siècle montrent qu’une venue à Toulouse s’accompagnait forcément de la visite aux momies. La mort était aussi un spectacle à part entière.

Les momies, une interface entre les vivants et les morts

37La mort et la mise à mort sont conçues comme un spectacle à vocation éducative et exemplaire pour le peuple. Il existait d’ailleurs dans la ville de Toulouse le cimetière de la salade purifiée, où l’on exposait les corps des criminels après leur exécution. Les corps se desséchaient au soleil, tels des momies, offrant un spectacle lugubre aux visiteurs. Pierre Barthès évoque en 1777 une anecdote singulière, avec toute « l’horreur que lui inspire le sujet » :

  • 131  P. Barthès, mémoires de l’année 1777 [BM de Toulouse, document en ligne]. E. Lamouzèle, Toulouse a (...)

« M[onsieu]r le prince venant de Bourdeaux et devant passer auprès de la Salade, qui dans ce moment se trouvoit remplie des cadavres suspendus des meschants cy devant exécutés et les roues chargées de certains demy pourris : on jugea à propos, pour luy ôter un objet qui auroit pu blesser sa veüe et son odorat, de faire jetter dans ce lieu d’horreur tous ces cadavres et de purifier cet horrible cimetière pour en ôter toute la cause »131.

  • 132  M. Taillefer, Vivre à Toulouse sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 2000, p. 319. Voir aussi P. Ba (...)

38La salade est le nom occitan de gibet. L’un d’eux était situé au nord de la ville, dans un quartier peu peuplé. Les cadavres étaient d’ailleurs en partie dévorés par les oiseaux ou les chiens errants. Lorsqu’au XVIIIe siècle, la densité de population augmenta, les fourches furent finalement supprimées, à cause des désagréments générés. Les exécutions et le nombre de spectateurs qu’elles drainaient, même pour les plus anodines d’entre elles, évoquent cette fascination morbide, que l’on a pu qualifier de « voyeurisme nécrophile »132.

  • 133  Les délices de la France ou description des provinces & capitales d’icelle, Amsterdam, 1694, par F (...)
  • 134  J.-P. Albert est anthropologue du religieux. Il est notamment l’auteur de Odeurs de sainteté. La m (...)
  • 135  L. Cadot, En chair et en os : le cadavre au musée, valeurs, statuts et enjeux de la conservation d (...)

39Les corps momifiés de manière artificielle ont été conçus afin d’être montrés. Ils sont aptes à figurer le corps vivant, qu’il soit saint ou non. Le corps saint est d’ailleurs souvent embelli, car la sainteté est aussi synonyme beauté. Cette beauté macabre est parfois soulignée par les visiteurs des caveaux toulousains, comme François Salvinien d’Alquié qui évoque, à propos de la Belle Paule « on n’y remarque rien qu’une peau fort délicate qu’on a noircie pour en avoir trop approché le flambeau »133. La conservation miraculeuse des corps montre la ressemblance entre le cadavre et le corps vivant, ce que Jean-Pierre Albert traite sous le nom d’iconicité134. L’icône symbolise en effet l’interface entre les deux mondes. Si la mort peut être matérialisable afin d’entretenir le souvenir du défunt, la pensée dispose alors d’un « point d’ancrage physique l’aidant au travail de remémoration »135.

40Les témoignages, nombreux sur les corps momifiés, pouvaient évoquer soit la mort soit la vie. Ainsi, le Père Labat, missionnaire dominicain (1666-1738) se remémore sa visite au couvent des jacobins :

  • 136  J.-B. Labat, Voyages en Espagne et en Italie, Paris, J.-B. Delespine, 1730, vol 2, p. 14-suiv.

« Il y avait un assez grand nombre de corps de nos religieux, rangés à côté les uns des autres, secs, légers, et si peu défigurés, que ceux qui les avaient connus vivants, les reconnaissaient et les nommaient. J’en pris quelques uns, entre autres celui d’un jeune religieux mort à dix-huit ans ; la jeunesse était encore peinte dans les traits de son visage, et excepté la couleur, rien ne lui manquait pour le faire croire vivant »136

  • 137  D’après le témoignage du baron Charles Joseph Verneilh-Puiraseau : « Une autre était désignée sous (...)
  • 138  Ibidem, « Une de ces momies était désignée pour être celle d’un étudiant en droit ; on disait qu’i (...)

41Il y aurait donc une correspondance entre l’image anatomique du vivant et le corps de la momie, qui aux jacobins, étaient exclusivement des moines. Mais, aux cordeliers, on pouvait contempler plusieurs figures représentatives de l’histoire ou de la société toulousaine. Le premier était le corps de Paule de Viguier, connu sous le nom de la Belle Paule, à qui les visiteurs avaient arraché un sein137. On y trouvait aussi un étudiant qui avait été tué d’un coup d’épée et qui tenait encore sa blessure. Son bras avait fini par se détacher de son corps à force d’avoir été déplacé de haut en bas par les visiteurs138. Enfin un pénitent bleu revêtu de son sac était exposé dans le caveau. La ressemblance avec le corps vivant humain, un corps individualisable, contrairement au squelette qui ne l’est plus, permettait d’associer la momie au vivant. La mise en scène des cadavres permettait donc de concevoir une interface entre les deux mondes. L’anecdote, relayée par Vigneul Marville, d’un jeune médecin descendu par curiosité dans le tombeau des cordeliers, reconnaissant le visage de son père, parfaitement conservé, et mort depuis plus de trente ans, va en ce sens. Elle justifie la théorie de la nécessité du travail de remémoration face à la mort et au deuil. « Attendrissement » et « effroi », d’après Vigneul Marville, faillirent d’ailleurs causer la mort de ce pauvre homme.

  • 139  Baron de Puymaurin, Détails chimiques et observations sur la conservation des Corps qui sont dépos (...)

42Les momies aident donc au travail de remémoration. Les momies de saints et les corps glorieux sont cependant toujours beaucoup plus beaux, car toute trace de maladie ou défaut corporel a été effacé lors de la thanatopraxie. Le cadavre est dans ce cas une métaphore de l’âme. Si la plupart des momies ont l’air tourmenté, tous les sentiments pouvaient être représentés en fonction des circonstances de la mort : douleur, désespoir, calme ou confiance. Le baron de Puymaurin en conclut d’ailleurs que c’est la preuve « de l’idée consolante que notre dissolution n’est pas pour tous un moment affreux de douleur et d’effroi »139.

43Pourtant, il nous semble que les corps momifiés sont davantage une allégorie de la mort. Le face-à-face avec les momies inspire l’horreur et la peur, liée de manière inconditionnelle à la fascination. Le témoignage de Pierre Golnitz est, à ce sujet, éloquent :

  • 140  A. Golnitz fut semble-t-il le précepteur des princes de Lignitz et de Berg en Silésie. Il visite l (...)

« Un frère de l’ordre, une torche allumée, nous précédait et marchait au milieu d’une allée de cadavres placés de chaque côté de nous, à deux aunes de distance. Nous le suivions, quand subitement le flambeau vint à s’éteindre. Nous ressentîmes alors une impression d’effroi les plus pénibles. Heureusement le frère parvint à rallumer son flambeau et nous sortîmes du caveau ayant déjà éprouvé toute l’horreur de la mort »140

  • 141  A. Young, Voyages en France, p. 78.
  • 142  Détails chimiques et observations sur la conservation des corps qui sont déposés aux caveaux des c (...)

44De même, Arthur Young, voyageur anglais du siècle des Lumières, exprime son rejet face à l’horreur des cadavres momifiés : « la voracité d’une bière ordinaire est préférable à celle-ci, qui conserve la difformité cadavéreuse et perpétue la mort »141 écrit-il alors. D’autres témoignages évoquent la terreur ressentie face à ces cadavres. Ainsi, le baron de Puymaurin décrit : « le curieux est éclairé par une torche funéraire dont la lueur sombre et incertaine accroît encore l’espèce de terreur dont on ne peut guère se défendre à l’aspect effrayant d’un nombre considérable de cadavres desséchés, appuyés sur les murs »142

  • 143  On peut évoquer ici le fameux témoignage de Thérèse d’Avila décrivant le corps asséché de Pierre d (...)
  • 144  J.P. Albert, ibid., p. 150.

45Enfin, notons un parallèle tout à fait intéressant entre le cadavre momifié et la figure de l’ascète143. Le corps de l’ascète est en effet particulièrement disposé à la conservation spontanée, et nous pouvons y voir une réelle ressemblance avec la momie, que ce soit dans la maigreur ou par la peau parcheminée144. Ce n’est donc peut-être pas un hasard si les momies ont été mises en scène par les cordeliers de Toulouse ou des capucins en Italie, deux ordres religieux qui prêchent la pauvreté et l’abandon des vanités.

Une leçon de bien vivre et de bien mourir

  • 145  « J’étais ce que vous étiez et vous serez ce que je suis ».

46« Io fui già quel che voi siete e quel ch’io son voi ancor sarete »145. Cette morale est celle qui est présente dans de nombreux sanctuaires, tels Masaccio, la Trinité, Santa Maria Novella ou la crypte des capucins de Rome. Ainsi, une des fonctions principales de la visite aux momies fut un moyen de méditer sur la mort mais aussi une leçon de bien vivre pour bien mourir, ainsi qu’un appel à la confession.

47La visite aux momies était très certainement un instrument de méditation sur sa propre mort. D’après le traité de Puymaurin, nous apprenons que M. de Maupertuis, pendant le séjour assez long qu’il fit à Toulouse, l’année de sa mort, se rendait tous les jours à l’église Saint-Nicolas pour voir les momies :

  • 146  Détails chimiques et observation des Corps qui sont déposés aux caveaux des Cordeliers et des Jaco (...)

48Un de ses amis, inquiet de cette habitude, qu’il regardait dans cet homme célèbre comme une manie qui pourrait altérer sa santé, l’en tira un jour, en lui demandant avec vivacité de quoi riaient ces morts ? De ceux qui vivent, répondit brusquement M. de Maupertuis146.

  • 147  Rappelons que les momies étaient suspendues contre les murs, mais aussi vêtus d’habits, ce qui acc (...)
  • 148  Fr. Exteberria, « El interés popular por las momias. De la curiosidad natural a la religosidad pop (...)

49De plus, aux cordeliers et aux jacobins, une mise en scène, savamment orchestrée par les moines faisait du caveau au corps sec un théâtre grandeur nature147. Le dessein était très certainement touristique afin d’émouvoir, édifier ou horrifier le visiteur, mais il y avait aussi une vocation pédagogique. La fonction première est liée à l’aspect touristique et lucratif, car tous les récits laissent évoquer l’aumône glissée au moine pour la visite. Nous notons ainsi un réel intérêt populaire pour les momies. Une étude sur le pays basque, menée entre le XVIIIe et le XXe siècle, montre que les rares momies conservées dans cette région participaient de la même attraction que suscitaient les reliques. Il est notamment évoqué le cas d’une momie arrivant au Pays basque en 1928 et qui suscita un réel engouement et un grand intérêt populaire. Cet intérêt populaire, aujourd’hui occulté, mêlé à une dimension religieuse a conduit à un véritable commerce de momies entre Rome et certaines parties de la chrétienté148. Nous retrouvons cet intérêt populaire indéniable à Toulouse.

50Théâtre grandeur nature, le caveau des corps entiers des cordeliers pouvait aussi servir de lieu d’action aux confesseurs. La visite aux momies se double alors d’une leçon religieuse. La vie du frère Mathieu Viste, religieux de l’observance de Saint-François de Toulouse, très connu et populaire, est révélatrice du rôle des momies dans la pratique de la confession. Son auteur, le père Félix Cueillans, raconte le cas d’un homme envoyé se confesser auprès du Frère Mathieu. La confession se fit dans le lieu « où il y a quantité de corps morts tous entiers ». Le caveau devient théâtre de confession et le discours du frère est intéressant à plus d’un titre :

  • 149  F. Cueillens (le P.), La Vie de Frère Matthieu Viste, religieux de l’Observance de Saint François (...)

« Monsieur, prenez bien garde à tout ce qui est icy, vous n’y voyez que des cadavres fort affreux, ils ont este autrefois animés par des âmes, dont les unes sont peut être en paradis […] les autres sont peut être en enfer, c’est selon qu’elles se sont servies de ces corps qu’elles gouvernoient »149

51Le frère Mathieu propose au pénitent de rester au milieu d’elles une demi-heure à genoux afin de méditer sur la perspective du paradis ou de l’enfer qui l’attend en fonction de ses actions sur terre. Ce dernier réclame d’ailleurs une heure entière de méditation, ce à quoi le religieux s’oppose :

  • 150  Ibidem, p. 375.

« Non monsieur, le lieu est fort affreux et fort écarté de celuy où sont nos religieux ; employons le [notre temps] à bien penser à notre fin dernière. […] Il le fit prier Dieu avec luy, il luy fit former de très fortes résolutions plutôt mourir que de retomber dans ses premiers péchés, de telle sorte que cet homme sortit de ce lieu tout changé et très satisfait de s’estre bien donné à Dieu »150

  • 151  B. Dekeyzer, « Ars moriendi, l’art de mourir », dans Entre paradis et enfer, mourir au Moyen Âge, (...)
  • 152  Nous pouvons citer des rituels tolérés par l’Église, qui y concourait aussi : la veille de l’Ascen (...)

52Le caveau des corps entiers est donc propice à la médiation sur la façon de bien vivre et surtout de bien mourir en renonçant à ses péchés. Les momies toulousaines faisaient donc office, le cas échéant, de support de méditation, à l’image des Ars moriendi ou memento mori, destinés principalement aux prêtres, rappels de la destinée humaine, souvent présents sous forme de squelettes et de crânes151. On se prépare aussi à la mort grâce aux livres d’heures, qui contiennent des calendriers perpétuels et les offices des morts. Ces livres reflètent l’espoir de salut propre au Moyen Âge. Lieu peu commun de confession, le caveau des cordeliers donnait accès à une méditation concrète sur la mort, sur le devenir du cadavre et donc a fortiori sur la manière de se comporter durant la vie. Aucune source religieuse ne fait référence à notre connaissance à ces momies et il s’avère pourtant qu’à l’image d’autres cérémonies d’ascendance païenne, elles étaient encouragées, ou du moins tolérées et instrumentalisées par l’Église152.

  • 153  J. Mamert Cayla, La Mosaïque du Midi,Toulouse, 1839, p. 134 ; A. Brémond, « Notice historique sur (...)
  • 154  Ibidem.

53Enfin, un récit retrouvé dans la Mosaïque du Midi (1839) et dans Semaine catholique (1874)153, replace, dans l’esprit et la littérature du XIXe siècle, une étrange conversation qui eut lieu entre Adélaïde, femme d’une rare beauté, souvent comparée à la Belle Paule, et un comte de Toulouse en 1770. Au cours d’un bal, alors qu’elle s’adonne aux plaisirs de la vie terrestre et aux frivolités mondaines, la belle Adélaïde émet le désir d’aller visiter le caveau des Cordeliers : ainsi « je verrai la mort en face », affirme-t-elle à son cavalier. Malgré ses réticences, le comte cède au désir d’Adélaïde et l’emmène dans le fameux caveau. Sur place, le choc ne put être plus disproportionné quand elle considéra les restes de la Belle Paule. Le moine lui fit alors un discours sur la fragilité de la vie et le mépris des vanités : « chacun de ces débris de mains crie assez haut Vanité ! Vanité ! sans qu’il soit besoin de recourir à ma faible éloquence »154.

54Face à ces corps horriblement conservés, la jeune femme ressentit une grande tristesse. À la sortie du caveau, elle affirma : « les créatures doivent adorer Dieu sans les magnificences de l’univers et profiter de l’enseignement qu’il ne cesse de nous donner sur la fragilité de la vie. Ailleurs qu’ici tout parle encore de la mort ».

  • 155  Le missionnaire de l’oratoire, ou sermons pour les advents, caresmes, festes de l’année, par le P. (...)

55La visite au caveau plongea en effet Adélaïde dans une profonde méditation sur les mystères de la vie et de la mort. Le choc de la momie la fait d’ailleurs entrer, quelques jours plus tard, au couvent des carmélites. Cet exemple nous montre le choc de la conversion face à l’horreur de la putréfaction. Il peut être rapproché de l’histoire de F. Borgia, rappelé par le Père Le Jeune, prédicateur toulousain155. Ce dernier

  • 156  Ibid., p. 1056.

receut autresfois commission de l’Empereur d’accompagner le convoy où estoit porté le corps de l’Impératrice Isabelle defuncte et le conduire de Tolède, où elle estoit morte, à Grenade, lieu de sépulture des Roys d’Espagne. Elle avoit este l’une des plus belles princesses de son siècle ; quand on ouvrit à Grenade le cercueil de plomb où elle estoit, on la trouva si changée, hideuse, contrefaicte, qu’il n’osa iurer que c’estoit la mesme, quoyqu’il l’eut veillée jour et nuict. Il avoit raison, car selon Aristote, un corps mort n’est pas le mesme qu’un corps vivant156

Conclusion : postérité des momies toulousaines

56Légende ou réalité ? Le couvent des cordeliers était censé conserver le corps de la Belle Paule, intimement lié à l’image légendaire de la ville. Certains récits font aussi apparaître le président Duranti. Était-ce parce qu’il était lié au souvenir des désordres religieux dans la ville ? Représentait-il un moyen d’exorciser le passé ? Les légendes autour des corps momifiés donnaient à la fois de multiples représentations de la mort et de personnages éminents ayant fait la gloire passée de la ville. De nombreuses légendes ont donc été entretenues autour des corps momifiés de Toulouse. Nous avons par exemple avec certitude que Paule de Viguier avait été inhumée au couvent des Grands Augustins de Toulouse.

  • 157  Le corps d’Etienne Duranti fut en effet trouvé enveloppé du tableau qui représentait le roi, sans (...)

57Le corps d’Étienne Duranti, assassiné en 1589, aurait été retrouvé un siècle plus tard dans un tombeau et dans un état de conservation parfait, enveloppé dans le portrait du roi157.Leon Godefroy décrit le mausolée dans lequel le président Duranti fut inhumé et les circonstances de sa mort :

  • 158  Léon Godefroy (1616-v. 1694), Ample description de la ville de Tolose et relation d’un voyage faic (...)

« A main droite, tirant au grand autel, se voit le sepulchre de Mr Duranty autresfois premier président au parlement de Tolose qui mal voulu du peuple pour avoir soutenu la cause du roi Henry III fut en sortant des jacobins assassiné par la population et puis trainé ignominieusement par les carrefours et places publiques. Une ou deux années après comme toutes choses furent dans le calme on ne iugea pouvoir mieux recognoistre l’affection et la probité de ce bon citoyen si amateur de sa patrie qu’on luy dressat du commun accord d’un chascun un mausolée qui put signifier et raconter aux lecteur »158

  • 159  A. Brémond, Notice historique sur le couvent des grands Cordeliers de Toulouse, Toulouse, Devers-A (...)

58Ce mausolée fut détruit en 1738 par la chute de la voûte de l’église et il ne nous reste plus que la description de Léon Godefroy159. Mais ce manuscrit est la preuve que, contrairement à ce que l’on peut lire dans les écrits des érudits du XIXe siècle, le corps d’Étienne Duranti n’était pas exposé parmi les momies. Il est intéressant de savoir qu’il n’avait pas subi le processus de la putréfaction. Hasard ou mythe ?

59À ces deux figures symboliques de l’histoire de Toulouse, nous pouvons ajouter celle de l’étudiant en droit mort alors qu’il s’était tué à coup d’épée en combat singulier. Il portait encore la main à sa blessure et l’on pouvait même lui faire bouger le bras, qui finit par se détacher du reste du corps. Enfin, des récits évoquent même une momie de pénitent bleu, revêtue de son sac de bure. Ces figures sont toutes révélatrices et emblématiques de la ville de Toulouse. François Ier avait loué les beautés de la Belle Paule de Viguier, le président Duranti fut condamné à mort pendant les événements de la ligue et les étudiants et écoliers étaient aussi révélateurs de l’ambiance de cette grande ville universitaire ; bien connus pour leur violence et les nombreux débordements.

60Si les momies toulousaines disparurent au moment de la Révolution française, l’histoire des corps momifiés de Toulouse s’est propagée au fil des siècles. Louis-Ferdinand Céline dans le Voyage au bout de la nuit, évoque Bardamu, contemplant une exposition de momies, près de l’église fictive de Sainte-Eponine, à Toulouse :

  • 160  L.-F. Céline, Voyage au bout de la nuit, Paris, Folio, p. 487.

« Avec sa petite lanterne, Madelon et moi, on les a fait sortir de l’ombre les cadavres, du mur, un par un. Ca devrait leur donner de quoi réfléchir aux touristes. Collés au mur, comme des fusillés, ils étaient ces vieux morts… plus tout à fait en peau ni en os, ni en vêtements qu’ils étaient… un peu de tout cela ensemble seulement… En très crasseux état avec des trous partout… Il y en avait dans cette cave des grands, des petits, vingt-six en tout, qui ne demandaient mieux que d’entrer dans l’éternité. On ne les laissait pas encore… »160

61Ce texte magnifique suggère une allée et venue entre le souvenir des massacres de 1914-1918 et le spectacle des momies. Céline, médecin, avait pu en entendre parler et en les transposant dans le théâtre de l’entre-deux guerres, fait d’elle le symbole du triomphe de la mort sur l’ensemble des vies. Mais ce qui nous rapproche des préoccupations de l’Ancien Régime, c’est la mise en scène suggérée, qui était aussi une préoccupation des moines, et aussi l’aspect de tourisme macabre. Le goût du lugubre, la curiosité face au vrai visage de la mort est un thème classique de l’histoire et de la littérature : celui de la fascination de la conservation face à l’horreur de la putréfaction. Ainsi le choix et la volonté d’une mise en scène des corps momifiés vient servir l’histoire légendaire de Toulouse sous l’Ancien Régime.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1  « Selon la disposition du temps, ils étoient droits ou courbés, l’humidité relachoit la tension de la peau et les faisoit incliner, [alors que] la sécheresse les redressoit », telle est la description que donne, au XVIIIe siècle, le Père Labat missionnaire dominicain, des corps momifiés qui existaient à Toulouse jusqu’à la Révolution française. Voyage du P. Labat, de l’ordre des frères prêcheurs, en Espagne et en Italie, Amsterdam, vol. 2, Paris 1730, p. 14.

2  Cette histoire curieuse est racontée par P. Julien « De l’imagier Jean Bauduy au maître de Biron : les ‘momies des comtes de Toulouse’, statues en terre cuite de 1523 », Bulletin Monumental, Année 2000, n° 158-4, p. 323-340. L’auteur précise que cette fable fut reprise en 1908 par E. Mâle, et en 1977 par Ph. Ariès.

3  AD Haute-Garonne, 119H4 Grands cordeliers (sac du couvent des Grands cordeliers), 119H8, 120H20 (comptabilité) ; aucune information n’a été trouvée sur les comptes de l’apothicairerie des cordeliers, qui était réputée : A. Du Mège, Histoire des institutions religieuses, politiques, judiciaires et littéraires de la ville de Toulouse, Toulouse, (1844-1846), tome IV, 1846, p. 612 ; Jacobins : 112H16 ( registre des sépultures 1752-1789) , 112H34 (inventaires), 112H64 (travaux d’aménagement des bâtiments), 112H35 (litiges sépultures), 112H37 (droits de sépulture), 112H98 (registres sépultures), 112H 43 à 45 (comptabilité) ; série 45J12 (fonds Lestade).

4  M. Esquié, « L’Eglise te le monastère des cordeliers de Toulouse », Mémoires de l’Académie des royale des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, a pu consulter en 1876 le registre mortuaire des grands cordeliers » déposé aux « archives de la préfecture », comprenant la liste des sépultures.

5  B. de Puymaurin, » Détails chimiques et observations sur la conservation des corps qui sont déposés au caveau des cordeliers & des jacobins de Toulouse », Histoire et mémoires de l‘Académie royale des sciences, inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, tome 3, Toulouse, 1788, p. 121.

6  A. Du Mège, Histoire des institutions…op.cit. p. 616. L’auteur mentionne l’existence d’une notice imprimée en latin attestant les visites depuis 1560. Il indique qu’elle aurait été mentionnée par J. Lavallée dans Voyages dans les départements de la France, Paris, 1798. L’indication n’y apparaît pas. La première description des portraits d’individus aurait été rédigée dans une brève notice du Parlement de Paris, en 1559. A. Brémond, » Notice historique sur l’église et le couvent des cordeliers de Toulouse » , Semaine catholique, Toulouse, 1874, p. 17.

7  Abbé Salvan, Histoire générale de l’église de Toulouse, tome IV, Toulouse, 1861, p. 266.

8  Bernard de La Roche-Flavin (1552-1627), président aux requêtes au Parlement de Toulouse. De son livre intitulé Mémoires des Antiquités, singularités et choses plus mémorables de la ville de Tholose, il ne reste que quelques pages publiées, car l’impression en fut abandonnée en 1627 ; cf. H.Bégouen, » Notes sur un ouvrage incomplet de La Roche Flavin », dans L’Auta, mai 1953, p. 72.

9  Guillaume de Catel, Mémoires de l’histoire du Languedoc curieusement & fidèlement recueillis[…], Tolose, 1633 : « En la paroisse de sainct Etienne il y avoict quatre Cimetieres, celuy de sainct Sauveur, de Nostre Dame, de sainct Iaques, & de sainct Michel…le cimetière sainct Sernin », p. 170 sq.

10  Germain de la Faille, Annales de la ville de Toulouse, depuis la reunion de la comté de Toulouse à la couronne : avec un abrégé de l’ancienne histoire de cette ville […], Toulouse, 1687, p. 156.

11  Abrégé de l’histoire générale de Languedoc par Dom Vaissete, Tome 1er, Paris, 1749 et les autres volumes, jusqu’au tome 10.

12  A. Du Mège, Biographie toulousaine ou dictionnaire historique des personnages […], tome II, Toulouse, Ed. L.-G. Michaud, 1823, p. 135-136.

13  J.-M. Cayla et P. Paviot (dir.), Histoire de la ville de Toulouse, depuis sa fondation jusqu’à aujourd’hui, 1839, p. 491.

14  La Paulegraphie ou la description des beautés d’une dame toulousaine nommée la Belle Paule, par Gabriel Minut, imprimé à Lyon en 1587, op.cit., p. 490.

15  J.-M. Cayla et P. Cléobule, Toulouse Monumentale et pittoresque, Ed. La Garrigue, Toulouse, 1840, p. 17.

16  Qui raconta également ses voyages dans le Forez et le Lyonnais, publiés à Lyon en 1879. Cf. : La France d’Ancien Régime, Études réunies en l'honneur de Pierre Goubert , Toulouse, S.D.H. etPrivat, 1984, 2 tomes, 737 p. ; Pierre de Gorsse. Toulouse au XVIIe s. vu par un érudit dantzikois, Toulouse, ed. Auta 1941, p. 11.

17  Léon Godefroy (1616-v. 1694), Ample description de la ville de Tolose et relation d’un voyage faict depuis icelle inclusivement jusques a Amboise, qui cy après se doibt continuer jusques a la ville de Paris, Bibliothèque de l’Institut, Paris, Fonds Godefroy, ms 220. Une partie du fonds a été publiée, mais pas la description de Toulouse. Nous remercions vivement Pascal Julien de nous avoir communiqué des informations sur cet ouvrage.

18  P. Roudié, » Le voyage de Léon Godefroy de Toulouse à Amboise (1638) » XXXIIe congrès de la Fédération historique du Sud-Ouest, Agen, 1982, p. 56-63.

19  C’est à la suite d’une conversation entre jeunes cordeliers, que l’un d’eux, convaincu d’avoir le courage suffisant, descend dans le caveau avec la mission de ficher son couteau » dans quelque partie du charnier ». Planté par erreur dans sa robe, le retient accroché : de » cet effroy redoublé par les ténèbres et obscurité du lieu ou il estoit, il mourut sur le champ ». L. Godefroy, Ample…Op.cit., p. 19.

20  J. Lavallée, Voyage dans les départements de la France, Paris, 1798, p. 34-35.

21  Pièce écrite par l’abbé et polygraphe bruxellois Jean-Chrysostome Bruslé de Montpleinchamp, Lucien en belle humeur, ou nouvelle conversation des morts, tome second, Amsterdam 1694 p. 405.

22  René le Pays, Amitiez, amours et amourettes, Grenoble et Paris, 1664 p. 199.

23  Homme d’Eglise et écrivain, originaire du Kent, anobli en 1683, il fut chanoine de la cathédrale de Durham, puis vicaire et recteur dans le comté.

24  C. Jordan, Voyages historiques de l’Europe, tome 1, qui comprend tout ce qu’il y a de plus curieux en France , Paris, 1692, p. 68.

25  Baron G.D.N., Le gentilhomme etranger voyageant en France, observant tres exactement les melieures routes qu’il faut prendre, faisant aussi la description des antiquités. Des églises, des tombeaux, des couvents, des palais, des arcs triumphaux, en un mot de ce que chaque province renferme de plus digne de la curiosité d’un voyageur, soit dans les villes soit dans la campagne, Leyde, 1699, p. 101-103. Cet auteur n’est pas connu. Source : cat. général de la Bnf.

26  François Savinien d’Alquié, Les délices de la France ou description des provinces & villes capitales d’icelle, Amsterdam, 1694, p. 210. Cet érudit et traducteur à l’esprit curieux écrivait sous un pseudonyme. Son état civil n’est pas connu : docteur en médecine à Paris, il aurait exercé à Kristiana (1683). Source : cat Bnf.

27  Méthode pour apprendre facilement la géographie, dediée à Mgr le du Duc du Mayne, ou la géographie de Monsieur Robbe, en deux tomes. Imprimée à La Haye en 1688, p. 167-168

28  Voyage du P. Labat, de l’ordre des frères prêcheurs, en Espagne et en Italie, Amsterdam, vol. 2, Paris 1730, p. 14. Tome 3, 1731, l’auteur évoque l’exposition des corps morts à Tivoli, p. 93, 253 ; dans le tome V les sépulcres de Tarquinia, p. 56, etc.

29  Baron C.-J. de Verneilh-Puiraseau, Mes souvenirs de 75 ans, Limoges, 1835, p.

30  Arthur Young, Voyages en France en 1787, 1788, 1789 et 1790, traduit de l’anglais, 2e éd., Paris l’an II, p. 78.

31  Journal inédit de Madame Cradock Voyage en France (1783-1786), traduit d'après le manuscrit original et inédit. Paris, Perrin et Cie, pp. i-xi, 1-331, p. 175.

32  François Baylé, Histoire anatomique d’une grossesse de 25 ans, avec la recherche des causes, à Toulouse, B. Guillemette imprimeur, 1678, p. 98.

33  F. Baylé, Institutiones Physicae ad usum scholarum accomodate, Toulouse, impr. par J. Douladoure, 1700, p. 552. L’Abbé Lestrade a laissé aux Archives Départementales de la Haute-Garonne un extrait de ce texte imprimé en latin qu’il n’avait pas réussi à identifier. Série 45 J 56, non estampillée. Pièce déposée en 1953 et intitulée » Témoignage relatif à la conservation extraordinaire de certains cadavres en l’église St Nicolas de Toulouse, au couvent des cordeliers à Toulouse et à Madrid ». P. Ferté, » François Baylé (1622-1709), médecin universitaire. Son origine géographique et sociale. Son testament », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, t. CXVII, 2001-2002, p. 205-220.

34  F. Baylé, Institutiones Physicae ad usum scholarum accomodate, Toulouse, impr. par J. Douladoure, 1700, p. 552. « Frequentia occurrunt horum experimenta in lignis vetustioribus, in variis Plantarum partibus, in cadaveribus, praecipuè quando in iis locis reconduntur, in quibus exhausta humiditate, ab ambiante subita corum putrefaction prohibetur. Talia cadaver videre licet in Conventu Tolosano Fratrum Minorum, & in Ecclesia Sancti Nicolaï in suburbia sancti Cypriani ».

35  Ce traité à fait l’objet de commentaires, notamment par le jésuite Silvestro Mauro (1619-1687).

36  Lettre à Raymond Vieussens, écrite en 1688, dans Dissertation sur quelques questions de physique et de médecine, imprimé à Toulouse en 1688, p. 66 sq.

37  Dans l’épître des Nouvelles observations académiques sur les os (Paris, 1705), qu’il dédie à Fagon, premier médecin du Roy.

38  Jean-Baptiste Juanini (1636-1691), Dissertation physique où l’on montre les mouvements de la fermentation, les effets des matières nitreuses dans les corps sublunaires, & les causes qui alterent la pureté de l’air à Madrid, imprimé à Toulouse en 1685, p. 24. Cf. Jésus V. Cobo Gómez, Juan Bautista Juanini (1632-1691). Saberes médicos y prácticas quirúrgicas en la primera generación del movimiento novator, Tesis doctoral, 2006, Universitat Autònoma de Barcelona.

39  Louis Pénicher, Traité des embaumements, selon les anciens et les modernes, avec une description de quelques compositions balsamiques & odorantes, Paris, Chez B. Girin, 1699, p. 152.

40  Encore au XVIIIe siècle : le jésuite François Para du Phanjas (1724-1797) dans sa Théorie des êtres sensibles, ou cours complet de physique, 1772, vol. 2 p. 239 : » on en voit d’assez semblables à Toulouse, dans certains caveaux, dont les vapeurs et exhalaisons sont naturellement & sans art, à peu près le même effet que produisoit la dessication par les sels alkalis ou par quelque autre moyen semblable chez les egyptiens… ».

41  Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, Bull. de l’enseignement médical, dir. A. Dechambre, 1858, vol. 5, p. 94. 

42  Claude-François Ménestrier (1631-1705), Lettre d’un académicien à un seigneur de la cour, à l’occasion d’une momie apportée d’Egypte et exposée à la curiosité publique, Paris, 1692, p. 9.

43  Louis-Jean-Marie Daubenton (1716-1799), Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts, vol. 198, Paris, 1750, p. 1301.

44  Comte de Buffon, Histoire naturelle générale et particulière (1749-1789), tome 14e, Paris, 1766, p. 376.

45  Dictionnaire des gens du monde, Historique, littéraire, critique…, Paris, Tome III, 1770, p. 489.

46  Cf. Le Dictionnaire des sciences médicales, composé des meilleurs articles puisés dans tous les dictionnaires, chez Wahlen à Bruxelles, 1829, vol. 5, p. 327 ; Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, Bull. de l’enseignement médical, dir. A. Dechambre, 1858, vol. 5, p. 94 ; Joseph Auguste Aristide Fort, Pathologie et clinique chirurgicales, vol. 2, 1873, p. 609.

47  » Détails chimiques et observations sur la conservation des corps qui sont déposés aux caveaux des Cordeliers et des Jacobins de Toulouse » dans Mémoires de l’académie royale des sciences et belles lettres de Toulouse, Toulouse, tome 3, 1788, p. 118-131 ; Repris dans Mémoires sur différents sujets relatifs aux sciences et aux arts, Toulouse et Paris, 1811, p. 55-77.

48  B. de Puymaurin, Ed. 1788, p. 125.

49  Vicq d’Azyr, » Sur l’état des corps déposés dans le caveau des cordeliers à Toulouse » Histoire de la société royale de médecine, Paris, année 1779, p. 229. Rapport sur plusieurs questions proposées à la société royale de médecine, Malte, 1781, p. 18.

50  Mateu Orfila (1787-1853), Traité des exhumations juridiques, Paris-Bruxelles, 1831, p. 378 ; Synthèse dans Médecine légale théorique et pratique, Paris, , tome 1er, Histoire générale de la putréfaction, 1840, p. 151 sq.

51  Des trafics forts anciens, comme en atteste cet exemple toulousain du XVIe s. :» Ce qui mérite d’être remarqué est qu un prestre de lesglise de St Pierre des Cuisines, par une dévotion fort mal réglée qu’il avoit pour ces reliques, osta du reliquaire une de ces testes sacrées et mit en sa place un crâne de mort quil avoit pris dans le cimettière, la supercherie fut découverte et la véritable relique fut rendûe et ce prêtre puni… », AD Haute-Garonne, fonds des Capucins, 122H13, 1582. Vic d’Azyr lui-même » ayant apporté lui-même à Paris plusieurs membres de ses corps ».

52  Morte en 1607, elle fut enterrée au couvent des Grands Augustins. La momie usurpatrice fut exposée aux cordeliers jusqu’en 1802. A. Du Mège, Histoire…op.cit., p. 453.

53  G. Gillet de Laumont Société des sciences de l’agriculture et des arts de Lille, 1841, p. 291.

54  Une description de la momie d’une religieuse, par M. de Pommereuse, Chroniques de l’ordre des Ursulines, Paris, 1673, p. 346.

55  Le frère Viste est mentionné par A. Du Mège, Histoire…Op.cit., p. 614.  

56  Le frère Cueillens était un religieux du même ordre.

57  Frédéric Godefroy (1826-1897) Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du 9e au 15e siècle (1881-1902) ; Edmond Huguet (1925-1967), Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, Paris Edouard. Champion, puis aux éditions Didier, 7 tomes, 1925-1967.

58  Dictionnaire françois-latin de Robert Estienne (1503 ?-1559), à Paris, 1549 ; Les Origines de la langue françoise de Gilles Ménage, Paris, 1650 ; Dictionnaire françois, de César-Pierre Richelet (1626-1698), Genève, Chez Jean Herman Widerhold, 1680 ; Dictionnaire universel d’Antoine Furetière, La Haye et Rotterdam, 1690 ; ; Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye (1697-1781), Dictionnaire historique de l'ancien langage françois ou Glossaire de la langue françoise depuis son origine jusqu'au siècle de Louis XIV (1769 sq.) Corpus numérisé des dictionnaires de l’Académie française [17e-20e siècles], Classiques Garnier.

59 Jean Leclant rappelle qu’au XVIIe siècle, » c’est surtout dans le Midi que circulaient les antiquités rapportées de la Méditerrannée orientale. A Marseille on signale en 1648 ‘ des idoles d’Egypte pour serrer les momies’, périphrase qui signale évidemment les sarcophages ». p. 638. L’auteur, évoquant les collections et les collectionneurs, raconte le voyage de Jean de Thévenot en 1664 à Saqqarah, où il recueille de la poudre de momie. Jean Leclant, » De l’égyptophilie à l’égyptologie : érudits, voyageurs, collectionneurs et mécènes », dans Comptes rendus des séances des séances de l’Académie des inscriptions et Belles Lettres, 1985, n° 4, vol. 129, pp. 630-647, p. 640-641.

60 Dictionnaire Godefroy, Op. cit. « Momie » : « cadavre embaumé et enveloppé de bandelettes qu'on trouve dans les sépultures des anciens Égyptiens ; et par lesdits Arabes ont esté appeles mumie, qui vaut autant a dire qu'un corps mort accoustré de choses odoriferantes et conservatrices de pourriture » (citation d’A. Paré, De la Mumie, Éd. 1579), mommye et mommie. Paré, De la Mumie, 1582, publié dans ses Œuvres en 1585.

61  Dictionnaire Godefroy, Op.cit., « Substance brune tirée du bitume dont les momies étaient enduites, et, par extension, nom donné au malthe, usité dans la médecine ancienne : poldre de momie » (Simples medicines, ms. Ste-Geneviève. 3513, f° 34 r°.). Selon Jean Leclant, Op.Cit.,, la » momie » fut d’abord au XVIe s. une drogue à base de bitume que décrivaient les médecins arabes tels Sérapion le Jeune, » puis le terme fut appliqué aux exhudations aromatiques provenant des corps embaumés », p. 646.

62  Ibidem, » Mummie est une maniere d'espice ou de confiture que l'on treuve es sepulcres des mors qui ont esté confis avec espices ». (Le Grant Herbier, n° 321, Camus.)

63  » Vous me feistes cest honneur de discourir de plusieurs belles choses, entre les autres, comme on ne vous avoit point donné à boire de mumie ; lors je vous feis responce que j'en estois joyeux… » Ambroise Paré, de la mumie, 1585.

64  Marie-Christine Gomez-Géraud, » Le voyageur, le médecin et la momie », pp. 355-366 dans Esculape et Dionysos, J. Céard ; J. Dupèbe (dir.), Droz, Paris, 2008. » Austres tiennent que la Mumie se fait et façonne en nostre France et que l’on pdesrobe de nuict les corps aux gibets puis on les cure ostant le cerveau et les entrailles, et les fait seicher au four, puis on les trempe en poix noire : apres on les vend pour vraye et bonne Mumye et dict on les avoir achetez des marchands portugais et avoir esté apportez d’Egypte ».

65  Ibidem.

66  Tel Buffon dans son Histoire naturelle, …Tome 14e, 1766 : » on savoit que le le terrain des cordeliers de toulouse avoit la propriété de préserver les cadavres de la corruption en les dessechant comme des momies »

67  Whelher, en 1689, Op.cit. p. 14.

68  Une mention en latin de 1548, issue d’un texte de Jean Bodin (1529-1596) évoquerait les » momies » toulousaines. Cette référence n’a pour l’instant pas été retrouvée. Notons toutefois que cet Angevin qui fut juriste à l’Université de Toulouse dans les années 1550 s’intéressait aux momies égyptiennes ; certains de ses ouvrages les mentionnent : le Colloquium Heptaplomeres (1587 , Livre I), la Démonologie des sorciers (1580) et L’Universae naturae theatrum (1596).L’auteur signale » l’exportation de contrebande » de momies en 1593. Cf. Jean Leclant, Op. cit., p. 646.

69  Sur Golnitz cf. : Études réunies en l'honneur de Pierre Goubert,Toulouse, Privat, 1984 ; et la traduction de Pierre de Gorsse. Toulouse au XVIIe s. vu par un érudit dantzikois, Toulouse, ed. Auta 1941, p. 11. Les deux voyages d’Abraham Golnitz dans le Forez et le Lyonnais, au dix-septième siècle ont été publiés à Lyon en 1879.

70  Que l’on trouve par exemple dans les textes toulousains du XIIIe s. Monumenta tolosana, année 1233.

71  L. Cadot, En chair et en os, le cadavre au musée, Paris, RMN, 2009, p. 20.

72  Annales de la ville de Toulouse, p. 140 ou 156 à propos du caveau des cordeliers.

73  Dans le texte publié en 181, p. 60.

74  Voyage du P. Labat, Op. cit., p. 14.

75  M. Orfila, Médicine légale…Op. Cit, p. 3e ed., Tome 4, Paris, 1836, p. 376.

76  F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe s.1800-1895 ; R. Estienne, Dictionnaire français-latin, Paris, 1549 p. 95.

77  P. Richelet, Dictionnaire françois…, Genève, 1680, p. 128.A. Félibien, Des principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture, 1676, p. 520 : « charnier » : un cimetière, offarium, cest un lieu ou l’on met les os des trepassez, comme sont les charniers de SS. Innocens. Ce mot n’est guere usité qu’à Paris, ou l’on appelle ainsi le lieu où l’on communie dans les paroisses ».

78  Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, 1724, livre VIII, p. 337. Cf. F. Baylé, Institutiones…Op.cit. p. 552.

79  P. Barthès, Op. cit, année 1756.

80  Le père Labat précise qu’il y a dans le charnier des cordeliers : » au milieu de cette chambre un coffre de bois fermé à deux ferrures dans lequel est le corps d'une des pénitentes de nôtre père S. Dominique, qui est morte en opinion de sainteté ».

81  F. Para du Phanjas, Théorie…Op.cit., p. 239.

82  F. Savinien d’Alquié, Les délices…op.cit., p. 211.

83  Ibidem p. 201.

84  G. Wheler, Voyage…Op. cit. p. 14.

85  Le Père Labat, Op.cit.,p. 14.

86  B. de Puymaurin, Op. cit., 1811, p. 63.

87  Golnitz dans P. De Gorsse, Op. cit., p. 11.

88  AD Haute-Garonne, 119 H 8 Livre des clauses, légats et testamens en faveur du Grand couvent des ff. mineurs conventuels de la ville de Toulouse, à partir de 1592. Dressé par les notaires royaux de Toulouse.

89  AD Haute-Garonne, 45 J 56. Le mémoire pour les religieux de la ville de Toulouse contre les curez de la même ville.

90  AD Haute-Garonne, 122 H 13, p. 214, art. 8, 1623 » … et pour ceux qui ont permission destre enterrez dans nos esglises quils se contentent d’y estre receus sans aucune pompe funebre, que leurs parens leur pourront vendre aux autres esglises sils veulent, et ils fairont accompagner le corps jusques a lentrée de nottre cour ou nous freres le receuvront en procession et eux mesmes ayant fait loffice a nostre fraçon fairont lenterrementselon ladite permission ».

91  AD Haute Garonne, 122 H 13, 1643 : » quand quelqu'un de ceux qui ont permission destre ensevelis en nos esglises viendront amourir, que le père gardien ou le vicaire du couvent en son absence n’aille pas en procession avec la famille en convoy pour porter le corps a lesglise ; mais quils attendent le corps à la porte de nos esglises, sinon que le deffunt feut [ ?duque…] ou seigneur du mesme lieu, sous peine de privation de voix active et passive pour deux ans. Exhortans tous les freres de ne se montrer pas interessez ni attachez au proft quils en pourroient tirer se contenant de la livre leur sera donnée pour leur part quoy quelle soit moindre que lordinaire… ».

92  Sur cette question, M. Esquié, » L’église et le monastère des Cordeliers », Mémoires de l’Académie royale des sciences, inscriptions…, p. 371 ; H. Pradalier, » Les collèges médiévaux et les constructions des ordres mendiants à Toulouse », Toulouse, pages d'histoire, les ‘Toulousains de Toulouse’ ont 100 ans ; exposition, Toulouse, Ensemble conventuel des Jacobins, 28 avril au 28 août 2006, commissariat général Monique Rey-Delqué, Toulouse, Ed.Milan, 2006, p. 137.

93  Esquié, p. 375.

94  B. De Puymaurin, éd. 1788, p. 120.

95  Egalement en 1713 : les Cordeliers l’ont raconté à Anne-Marguerite Petit : » Je demandai à ces bons pères par quel moyen ils pouvaient garantir ces corps de la corruption ; ils me dirent qu'ils les enterraient d'abord dans une certaine terre qui en consumait la chair ; et qu'après cela ils les exposaient à l'air, et que, lorsqu'ils étaient complètement desséchés, on les rangeait dans le charnier », cité par Ph. Ariès, L’homme devant la mort, Paris, 197, p. 376.

96  Lettres et mémoires de Mme Desnoyers, lettres historiques et galantes, par Mme de C***,tome1er, Londres chez Nourse et Valliant, 1757, p. 194-195.

97  D’après A. Brémond, ceux des religieux, et ceux des confrères du Tiers-Ordre ; « Notice …op.cit., p. 17.

98  Claude-François Ménestrier (1631-1705), Lettre d’un académicien, Op. cit., 1692, p. 9.

99  Nicolas Masson de Morvillier, Encyclopédie méthodique.., Paris, 1788, p. 420. 

100  A. Brémond, » Notice historique… Op.cit. », p. 17.

101  Nous avons contacté le Musée de Prague en espérant retrouver et documenter cette momie toulousaine.

102  J. Lavallée, Voyage..Op. cit., p. 33.

103 AD Haute-Garonne, 112 H16 : registre des sépultures 1752-1789 (manque 1766).

104  AD Haute-Garonne, 122 H 13, 1692 p. 585, « Sur deux questions qui furent faites par quelque gardien de notre ordre : la première si les séculiers qui ont permission destre enterrez dans nos esglises peuvent estre [… ?]mis dans les tombeaux où lon ensevelit nos religieux ? […] la sacrée congrégation ayant murement examiné la coutume des provinces et les raisons quon a produittes sur ce sujet, a déclaré et jugé que lune et lautre de ces choses estoit illicitte ni qu’on ne doit aucunement les permestre, et ordonna au procureur et general de faire scavoir a touttes les provinces de lordre que si on avoit lusage denterrer les seculiers dans nostre commun sepulchre… cet usage soit entierement oste ».

105  B. de Puymaurin, p. 121.

106  Ibidem.

107  Ib., p. 123. Les corps étaient disposés debout comme chez les cordeliers.

108  J. de Lahondès, Les Monuments de Toulouse, Histoire, archéologie, beaux-arts, Toulouse, Privat, 1920, p. 161.

109  Ph. Ariès, L’homme devant la mort, tome 2, la mort ensauvagée, Paris, le Seuil, 1977, 1ère édition, p. 90.

110  M. Vovelle, Mourir autrefois, attitudes collectives devant la mort aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, Julliard, 1974, p. 145 ; B. Restif, La révolution des paroisses : culture paroissiale et réforme catholique en Haute-Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, Rennes, PUR, 2006, 415 p ; B. Schnitzler (dir.), Rites de la mort en Alsace de la Préhistoire à la fin du XIXe siècle, Strasbourg, Musées delà ville de Strasbourg, 2008, p. 137-138.

111  Le « charnier des corps secs » de l’église Saint-Nicolas du faubourg Saint-Cyprien était probablement un ossuaire où des momies étaient aussi exposées. M. Paradis, L’église Saint-Nicolas au faubourg Saint-Cyprien, Mémoire de maîtrise d’Histoire de l’Art sous la direction de Marcel Durliat, UTM, 1976, 2 vol, 107 p-19 p ; L. Bunel, « Le faubourg Saint-Cyprien et l’église Saint-Nicolas », MSAMF, 1866-1871, p. 243-254.

112  Dans la région toulousaine, l’inhumation des laïcs fut progressivement interdite au cours du XVIIe siècle pour des raisons architecturales afin de maintenir le pavé des églises entretenu. Pourtant, la tradition d’inhumation des seigneurs était une tradition bien ancrée, notamment dans la France méridionale. Dans tous les monastères de la ville de Toulouse, on offrait la sépulture dans toute partie du couvent où les familles désiraient acquérir une fondation perpétuelle. Dans les églises paroissiales et dans l’église cathédrale, on restreint cette habitude à des personnes de « grande qualité », et l’inhumation ne peut avoir lieu dans le chœur. E. Martinazzo, La Réforme catholique dans le diocèse de Toulouse (1590-1710), thèse de doctorat, UPV, p. 318-319. Voir aussi J.-L. Laffont (dir.), Visages de la mort en Midi toulousain IVe-XIXe siècles, Aspet, Pyrégraph, 1999, 201 p.

113  Nous devons nous intéresser aux travaux des anthropologues. Sur la mort et le traitement des cadavres : L-V. Thomas, Le cadavre, de la biologie à l’anthropologie, Bruxelles, Éditions complexe, 1980 ; I. Cartron, D. Castex (éd.), De corps en corps, traitement et devenir du cadavre, Actes des séminaires de la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, Pessac, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010 ; Les momies, savoirs et représentations. De l’Égypte ancienne à Hollywood, Paris, Atlande, 2009 ; J.-P. Mohen, Les rites de l’au-delà, Paris, éditions Odile Jacob, 2010.

114  E. Fulcheri, « Mummies of Saints: a particular category of Human Mummies » dans H. Spindler, H. Wilfing (éd.), Human Mummies, a global survey of their status and the techniques of conservation, Springer Verlag, New-York, 1996, p. 219-231. Bernardin de Sienne est un cas tout à fait exemplaire car son corps fut exhibé vingt-six jours après sa mort

115  E. Fulcheri, Italian mummies over centuries, XVIIIth International Congress of the International Academy of Pathology, Buenos Aires, 1990.

116  Sur l’embaumement et l’utilisation des épices ou aromates, voir J.-P. Albert, Odeurs de sainteté. La mythologie chrétienne des aromates, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, rééd., 2004.

117  Jusqu’à la période contemporaine, l’embaumement des papes eut lieu. Pie XII fut embaumé par Nuzzi en 1958. A. Paravicini Bagliani, Le Corps du pape, Paris, Éditions du Seuil, 1997.

118  Relation de ce qui s’est passé aux Honneurs funèbres de feu Monsiegneur l’illustrissime et révérendissime Charles de Montchal par MDRPDSA [Michel de Reillac], Tolose, chez A. Colomiez, 1651, 36 p.

119  Suivant une pratique très ancienne : Cf. J. Von Schlosser, Histoire du portrait en cire, Paris, Macula, 1997.

120  F. Baylé, Institutiones Physicae ad usum scholarum accomodatae, p. 552. Voir ADHG, 45 J 56. Fançois Bayle, médecin réputé du 17e siècle, fut refoulé par deux fois de la faculté de médecine de Toulouse pour avoir critiqué les Anciens et avoir prôné que le progrès de la médecine exigeait l’union de l’expérience et de la raison et passerait par l’intégration de la chirurgie : ce novateur avait été formé à Cahors. Voir P. Ferté, « François Baylé (1622-1709), médecin universitaire. Son origine géographique et sociale. Son testament », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, t. CXVII, 2001-2002, p. 205-220.

121  Eva M. Elorza, « Leonor de Calvo, Historia ritual y simbolisme de un cuerpo momificado », Zainak, n° 18, 1999, p. 321-344.

122  Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia (dir.), Reliques modernes : cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux révolutions,Paris, Éditions de EHESS, 2009, 2 vol, 903 p.

123  B. Kaufmann, « Mummification in the Middle Ages », dans Human mummies, op. cit., p. 231-238.

124  Parmi les reliques, on trouve très couramment des ossements, et plus rarement des reliques de chair et des corps préservés dans leur intégralité, comme nous l’a montré l’exemple italien.

125  Fr. de Sales, Introduction à la vie dévote, tome I, XIII (méditation 5), Paris, La Pléiade, p. 55-56.

126  M. Vovelle, La Mort et l'Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983, p. 241.

127  E. Mâle, L’art religieux après le Concile de Trente, étude sur l’iconographie de la fin du XVIe siècle, du XVIIe et du XVIIIe siècles, Italie, France, Espagne, Paris, Armand Colin, 1932, 532 p ; M. Vovelle, op.cit., p. 247.

128  À Palerme, huit mille momies s’offrent au regard des visiteurs. Elles sont soigneusement habillées avec des vêtements ou des ornements cléricaux. On trouve en Italie d’autres momies dans l’église des capucins de Burgio, à Castelverano, où l’on procédait au séchage des corps d’ecclésiastiques. Trente-cinq corps de notables de Savoca sont aussi exposés. Voir l’exposition qui a eu lieu en 2009-2010 « Paris-Palerme. Dialogues de l’au-delà ».

129  M. Fournié, Le Ciel peut-il attendre ? Le culte du purgatoire dans le Midi de la France (v. 1320- v. 1520), Paris, Le Cerf, 1997 ; G. Cuchet (dir.), Le purgatoire, fortune historique et historiographique d’un dogme, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012.

130  Voir les travaux de M.-C. Marandet pour le Moyen-Âge : Le souci de l’au-delà : la pratique testamentaire dans la région toulousaine (1300-1450), Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 1998, 2 vol, 701 p. Au XVIIIe siècle, les morts sont séparés des vivants, selon des volontés hygiénistes, mais aussi preuve d’un glissement des mentalités : M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle. Les attitudes devant la mort d’après les clauses des testaments, Paris, Plon, 1973, 697 p.

131  P. Barthès, mémoires de l’année 1777 [BM de Toulouse, document en ligne]. E. Lamouzèle, Toulouse au XVIIIe siècle d’après les Heures perdues de Pierre Barthès, Toulouse, J. Marqueste, 1914 [Publication partielle].

132  M. Taillefer, Vivre à Toulouse sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 2000, p. 319. Voir aussi P. Bastien, L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle, une histoire des rituels judiciaires, Paris, Champ Vallon, 2006, 272 p.

133  Les délices de la France ou description des provinces & capitales d’icelle, Amsterdam, 1694, par François Savinien d’Alquié, Amsterdam, 1694, p. 210.

134  J.-P. Albert est anthropologue du religieux. Il est notamment l’auteur de Odeurs de sainteté. La mythologie chrétienne des aromates, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, rééd., 2004. Sur la notion d’iconicité, voir notamment : « Reliques, images, corps glorieux. À propos de l’embaumement des morts dans le monde chrétien », dans De corps en corps. Traitement et devenir du cadavre, ss. la dir. de I. Cartron, D. Castex, P. Georges, M. Vivas et M. Charageat, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010, p. 141-156.

135  L. Cadot, En chair et en os : le cadavre au musée, valeurs, statuts et enjeux de la conservation des dépouilles humaines patrimonialisées, Paris, École du Louvre, Réunion des musées nationaux, 2009, p. 22.

136  J.-B. Labat, Voyages en Espagne et en Italie, Paris, J.-B. Delespine, 1730, vol 2, p. 14-suiv.

137  D’après le témoignage du baron Charles Joseph Verneilh-Puiraseau : « Une autre était désignée sous le nom de la Belle Paule, femme célèbre par sa beauté et dont j’ignore l’histoire. Des curieux fanatiques lui avaient déchiré le sein pour avoir quelque morceau de sa peau. Je ne fus pas tenté de suivre leur exemple ». Mes souvenirs de soixante-quinze ans, Limoges, 1835. Il était né en 1756 et a probablement accompagné le comte de Provence, futur Louis XVIII, à Toulouse en 1777.

138  Ibidem, « Une de ces momies était désignée pour être celle d’un étudiant en droit ; on disait qu’il était mort ayant la main sur sa blessure, et que le bras lui était tombé à force d’être remué ».

139  Baron de Puymaurin, Détails chimiques et observations sur la conservation des Corps qui sont déposés aux caveaux des Cordeliers et des Jacobins de Toulouse, mémoire écrit en 1784, édition de 1811, p. 62.

140  A. Golnitz fut semble-t-il le précepteur des princes de Lignitz et de Berg en Silésie. Il visite la France et la Belgique. Son récit, long de six cents pages est destiné à leur instruction. GORSSE (P. de), Toulouse au XVIIe siècle vu par un érudit dantzikois, Toulouse, Éditions de l’Auta, 1941, p. 11.

141  A. Young, Voyages en France, p. 78.

142  Détails chimiques et observations sur la conservation des corps qui sont déposés aux caveaux des cordeliers et des Jacobins de Toulouse, p. 57.

143  On peut évoquer ici le fameux témoignage de Thérèse d’Avila décrivant le corps asséché de Pierre d’Alcantara. Thérèse d'Avila, Vida, chap.27,18, p. 761 : « Mas era muy viejo cuando lo vine aconocer y tan estrema su flaqueza que no parecia sino hechode raices de ârboles ». M. A. Saint-Saëns, « Thérèse d’Avila ou l’érémitisme sublimé », Mélanges de la Casa de Velázquez. Tome 25, 1989. pp. 121-143.

144  J.P. Albert, ibid., p. 150.

145  « J’étais ce que vous étiez et vous serez ce que je suis ».

146  Détails chimiques et observation des Corps qui sont déposés aux caveaux des Cordeliers et des Jacobins de Toulouse, p. 68.

147  Rappelons que les momies étaient suspendues contre les murs, mais aussi vêtus d’habits, ce qui accentuait cette mise en scène.

148  Fr. Exteberria, « El interés popular por las momias. De la curiosidad natural a la religosidad popular », Zainak, n° 18, 1999, p. 309-319.

149  F. Cueillens (le P.), La Vie de Frère Matthieu Viste, religieux de l’Observance de Saint François de Toulouse, Toulouse, G.L. Colomiez et J. Posuel, 1680, p. 273-275.

150  Ibidem, p. 375.

151  B. Dekeyzer, « Ars moriendi, l’art de mourir », dans Entre paradis et enfer, mourir au Moyen Âge, 600-1600, catalogue de l’exposition organisée du 2 décembre au 24 avril 2011, Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles, Bruxelles, éd. Fonds Mercator et Musées royaux, 2011, p. 222-223

152  Nous pouvons citer des rituels tolérés par l’Église, qui y concourait aussi : la veille de l’Ascension, on immergeait dans la Garonne la croix miraculeuse conservée au couvent de la Daurade. « La Baignade de la Croix » était censée assurer aux pêcheurs d’abondantes prises. Les pêcheurs de l’île de Tounis venus chercher un père bénédictin du couvent de la Daurade, l’installent sur une barque avec des musiciens. Au son de la musique, la barque traverse le fleuve. Au milieu de la Garonne, le religieux immerge une croix d’argent et bénit la foule massée, venue assister au rite, sur les berges du fleuve et le pont neuf. Une fois sur l’autre rive, le père bénédictin et les pêcheurs se rendent à l’église Saint-Nicolas. Les Bénédictins se plient de plus ou moins bonne grâce à ce rituel.

153  J. Mamert Cayla, La Mosaïque du Midi,Toulouse, 1839, p. 134 ; A. Brémond, « Notice historique sur l’église et le couvent des cordeliers de Toulouse », Semaine catholique, Toulouse, 1874, p. 17.

154  Ibidem.

155  Le missionnaire de l’oratoire, ou sermons pour les advents, caresmes, festes de l’année, par le P. Le Jeune, dit Père aveugle, prestre de l’oratoire de Jésus, Toulouse, 1662.

156  Ibid., p. 1056.

157  Le corps d’Etienne Duranti fut en effet trouvé enveloppé du tableau qui représentait le roi, sans aucune trace corruption. Ce fait est cité par Germain de Lafaille, dans les Annales de la ville de Toulouse, tome 2, p. 417. Voir au sujet des enjeux des guerres de Religion dans le Sud-Ouest : S. Brunet, De l’espagnol dedans le ventre, Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (1540-1589), Paris, Champion, 2007, p. 781.

158  Léon Godefroy (1616-v. 1694), Ample description de la ville de Tolose et relation d’un voyage faict depuis icelle inclusivement jusques a Amboise, qui cy après se doibt continuer jusques a la ville de Paris, Bibliothèque de l’Institut, Paris, Fonds Godefroy, ms 220.

159  A. Brémond, Notice historique sur le couvent des grands Cordeliers de Toulouse, Toulouse, Devers-Arnoune, 1871, 43 p ; J. Esquié, « L’église et le monastère des Cordeliers à Toulouse », MASIBLT, 7e série, t. VIII, 1876, pp. 371-399 ; L. de Lavergne, « Notice sur le couvent des Cordeliers à Toulouse », MSAMF, 1ère série, tome I, 1834, pp. 135-157.

160  L.-F. Céline, Voyage au bout de la nuit, Paris, Folio, p. 487.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Martinazzo et Sophie Duhem, « « L’humidité les faisoit incliner et la sécheresse les redressoit » : étude des corps momifiés de Toulouse sous l’Ancien Régime », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://cerri.revues.org/1306 ; DOI : 10.4000/cerri.1306

Haut de page

Auteurs

Estelle Martinazzo

Docteur en Histoire moderne, Université Montpellier III Paul Valéry - CRISES (EA 4424). Champ de recherche : histoire moderne, histoire du christianisme, protestantisme, Réforme catholique.
Publications :
« L’art dans les visites pastorales du diocèse de Toulouse : perspectives de recherche pour le XVIIe siècle », dans DUHEM (S.), dir., L’art au village, Rennes, PUR, 2009, p. 129-143.
« Les conférences ecclésiastiques et la réforme des prêtres du diocèse de Toulouse au XVIIe siècle » Annales du Midi,tome 122, n° 269, 2010, p. 5-35.
« Se convertir ou fuir, la question protestante dans le diocèse de Toulouse, 1580-1685 » Cahiers du CIER, 2010.
« Un voyage des Pénitents blancs de Toulouse à Garaison en 1705 ». 2009. [Article en ligne : http://www.biu-montpellier.fr/ezpublish/index.php/fre/Patrimoine/Lettres/Le-fonds-Emmanuel-Robles]

Articles du même auteur

Sophie Duhem

Maître de conférences en Histoire de l’art Moderne, Université de Toulouse II-Le Mirail, Coord. Thématique 3, Framespa – UMR 5136. Thème de recherche : la production artistique des paroisses rurales françaises (XVIIe-XIXe).
Publications :
Les sablières sculptées en Bretagne. Images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne (XVe-XVIIe siècles), Rennes, Pur, 1997, 385 p.
L’art au village, La production artistique des paroisses rurales (XVIe-XVIIIe siècles), Ouvrage collectif, Dir. S. Duhem, préf. par S. Brunet, Rennes, PUR, 2009.
Impudeurs et effronteries dans l'art religieux Breton (XVIe-XVIIIe s.), S. Duhem / H. Ronné, Brest, Ed. du Télégramme, Brest, 2012.
Pasteurs des âmes, passeurs des arts, Les prêtres et la production artistique dans les provinces françaises, Eds. S. Duhem / M.Salvan Guillotin, Toulouse, Méridiennes, Septembre 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • Les cahiers de Revues.org