Navigation – Plan du site

Corps et genre des émotions dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle

The Body and the Gender of Emotions in Thirteenth-Century Female Hagiography
Damien Boquet

Résumés

La piété chrétienne au XIIIe siècle en Occident est marquée par une entrée en scène des laïcs, plus particulièrement des femmes, ainsi que par une forte valorisation des émotions dans la dévotion. Or, les historiens ont peu questionné l’association de ces deux mouvements, comme s'ils allaient naturellement de pair. Au contraire, le succès d’une mystique affective féminine au XIIIe siècle n’a rien d’attendu, dans la mesure où les schémas de dévotion qui se diffusent ont été élaborés aux XIe-XIIe siècles pour des milieux monastiques masculins. Ce qui est devenu rapidement la marque du féminin n'était absolument pas déterminé par une logique de genre au départ. C'est pourquoi il convient de faire l’histoire de la féminisation de la piété affective à partir de la fin du XIIe siècle, et donc de l’invention d’un stéréotype de genre qui ne fera que se renforcer au cours des siècles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur la triade Ève, Marie, Madeleine, voir J. Dalarun, « Ève, Marie ou Madeleine ? La dignité du co (...)
  • 2  Voir A. Vauchez, La Sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge d’après les procès de c (...)
  • 3  Voir C. Bynum, Jesus as Mother: Studies in the Spirituality of the High Middle Ages, Berkeley et L (...)
  • 4  Dans une bibliographie foisonnante, voir en premier lieu les travaux de C. Bynum, Jeûnes et festin (...)
  • 5  Voir P. Nagy, Le Don des larmes au Moyen Âge. Un instrument spirituel en quête d’institution (Ve-X (...)

1Le visage de la piété chrétienne s’est profondément transformé au Moyen Âge central. Parmi les processus à l’œuvre, trois ont agi avec une intensité particulière. Tout d’abord, la féminisation du religieux. On songe bien entendu à l’essor de la piété mariale et de la dévotion à la Madeleine1, mais aussi à la forte présence des femmes dans les modèles de la sainteté laïque (plus de la moitié des laïcs canonisés entre 1198 et 1431 sont des femmes2) ou encore à la diffusion de motifs féminins, comme celui de la maternité spirituelle3. En outre, une place nouvelle est conférée au corps, à la fois par l’exacerbation des pratiques ascétiques, qui sortent des cloîtres et des ermitages pour toucher les laïcs, mais aussi dans le sillage du développement de la dévotion à l’humanité du Christ et de la théologie eucharistique. L’Église qui, après le concile de Latran IV en 1215, s’ouvre de plus en plus aux laïcs, doit adapter son discours et ses modèles de perfection ; elle doit aussi faire face à des dissidences qui radicalisent parfois des appels au mépris du corps4. Enfin, on constate une valorisation très forte des émotions et des pratiques affectives dans la dévotion5.

  • 6  Voir D. Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre XIIe-XVe siècle, Paris, 2013.

2Ces trois phénomènes sont d’autant plus familiers aux historiens qu’ils correspondent à trois grands chantiers historiographiques qui se sont épanouis successivement ces trente dernières années : l’histoire des femmes et du genre, l’histoire du corps et, plus récemment, l’histoire des émotions. Il est tentant dès lors de les relier, voire de les penser comme faisant partie d’une même réalité. Il y a quelques décennies encore, il n’était pas rare que cette conviction entrât en écho avec des approches essentialistes de la femme, la maternité la situant du côté du corps et de l’affect. Aujourd’hui, ces stéréotypes n’ont globalement plus cours et si la trilogie féminité / corps / affect continue d’agir, c’est dans la mesure où l’on considère la façon dont elle est construite par les cultures et les sociétés médiévales6.

  • 7  Voir notamment A. Boureau, « Un sujet agité. Le statut nouveau des passions de l’âme au XIIIe sièc (...)

3Car il me paraît essentiel de rappeler que jusqu’au XIIe siècle, cette association a été bien moins massive qu’on peut le penser. Longtemps dans l’anthropologie et la spiritualité chrétiennes, le registre de l’émotion n’a été que de façon secondaire dans la dépendance du corps physique. Les émotions sont des mouvements de l’âme voire, aux yeux de saint Augustin dont la position domine, des mouvements de la volonté. Ce n’est que dans le courant du XIIe siècle, puis surtout au XIIIe siècle, que l’anthropologie religieuse théorise l’émotion dans une articulation entre le corps et l’âme7. Et lorsque la piété se fait plus affective, dès les XIe-XIIe siècles, notamment dans le contexte de la réforme monastique, celle-ci est pensée et pratiquée par des hommes qui en proposent éventuellement le canevas aux femmes, religieuses ou recluses, dont ils sont les guides spirituels.

  • 8  Voir C. M. Mooney (éd.), Gendered Voices. Medieval Saints and Their Interpreters, Philadelphie, 19 (...)
  • 9  En guise d’exemple, voir les pistes très intéressantes ouvertes par S. Piron, « Marguerite, entre (...)
  • 10  C’est le cas pour Jacques de Vitry envers Marie d’Oignies, de Thomas de Cantimpré avec Lutgarde d’ (...)
  • 11  Le cas le plus emblématique ici est celui du Liber d’Angèle de Foligno.

4Je me limiterai ici à la présentation de quelques remarques à valeur générale concernant les modèles de piété féminine faites à partir de recherches en cours sur l’hagiographie féminine au XIIIe siècle, principalement aux Pays-Bas et en Italie centrale. Dans ce cadre, je laisse de côté la nécessaire contextualisation de ces sources d’origines diverses, dont je rappelle qu’elles sont l’œuvre d’hommes d’Église8. Elles donnent donc à voir des figures féminines et non des discours féminins. En ce sens, il convient de bien distinguer les écrits des mystiques féminines elles-mêmes des récits hagiographiques sur les femmes. En particulier lorsqu’on les questionne en termes de genre : la mystique féminine, comprise dans un sens strict de production textuelle des femmes (Hadewijch de Brabant, Marguerite Porete, etc.), me semble dans son contenu peu marquée par la condition de femme de leur auteur (si ce n’est par les modalités complexes d’accès des femmes aux savoirs savants9), tandis que dans l’hagiographie féminine, écrite presque exclusivement par des hommes, la question de la place des femmes dans l’Église et la spiritualité s’avère être une clef pour rendre compte de leur comportement. Les hagiographes sont souvent des témoins embarqués, qui ont personnellement connu leur héroïne, ont été leur conseiller spirituel10, et le temps d’écriture vient très vite après la mort, même parfois il commence du vivant de la sainte qui peut alors intervenir, valider, contester, etc.11, construisant ainsi, au gré de la singularité de chaque texte, des objets textuels d’une grande force d’intégration du masculin et du féminin.

  • 12  Sur ces différences, voir V. Fraeters, « “Ô amour, sois tout à moi !” Le désir comme agent de déif (...)
  • 13  Voir M. Lauwers, « L’institution et le genre. À propos de l’accès des femmes au sacré dans l’Occid (...)
  • 14  Voir l’exemple cistercien dans A. Grélois, « Hommes et femmes Il les créa » : l’ordre cistercien e (...)
  • 15  Voir notamment J. W. Coakley, Women, Men, and Spiritual Power. Female Saints and Their Male Collab (...)

5Dans cette perspective, je souhaite interroger les modalités de l’invention d’une mystique affective et corporelle des femmes dans l’hagiographie au tournant des XIIe et XIIIe siècles. La fabrique de la sainte mystique est une affaire d’hommes qui, dans leur entreprise, configurent les frontières de genre, mais pas toujours selon des schémas attendus. Au bal des sexes et des genres, les couples se font et se défont. Une fois encore, la comparaison avec les écrits des femmes mystiques peut s’avérer instructive : ainsi, les écrits des mystiques flamandes sont peu diserts sur l’émotivité pénitentielle, laquelle est très présente en revanche chez les mulieres religiosae des Pays-Bas selon leurs biographes12. Plutôt que de considérer qu’il se produit une rencontre prévisible entre la femme dévote et le corps d’émotions, qui « va de soi », je pense au contraire qu’il convient de l’envisager comme un processus complexe, qui n’est pas du tout évident si on le compare et surtout si on le regarde depuis l’amont de l’histoire de la spiritualité et non rétrospectivement13. Sur le temps long, la mystique des saintes témoigne d’une double rupture dans le rapport corps / genre / émotion qui pose question : par rapport à une anthropologie des émotions qui fut longtemps résolument spiritualiste ; par rapport à une indifférenciation de sexe concernant la spiritualité. Les marqueurs de genre sont utilisés depuis toujours dans la rhétorique chrétienne, mais ils étaient investis aussi bien par les hommes que par les femmes. Sur le plan des pratiques de piété, la distinction des genres se fait plus nettement à partir du XIIe siècle, en lien avec un double processus qui n’a pas encore reçu toute l’attention qu’il méritait, à savoir un renforcement de la séparation physique et symbolique entre hommes et femmes dans l’institution monastique d’une part14, et l’essor d’une mixité spirituelle d’autre part15. L’hagiographie féminine apparaît alors comme un intéressant poste d’observation pour évaluer la façon dont ces processus se cristallisent en une « formation discursive » vers le XIIIe siècle.

1. La Passion, les passions

  • 16  Concernant cette formalisation précoce, voir E. Coccia, « Il canone delle passioni. La passione di (...)
  • 17  Voir A. de Libera, « Angèle de Foligno et la mystique “féminine” », dans G. Barone et J. Dalarun ( (...)

6Le lien entre christianisme et émotions, la Passion et les passions, se noue dès le message évangélique, qui fait de l’articulation des émotions avec le corps christique un centre possible de son anthropologie. En ce sens, les dogmes de l’Incarnation et de la Passion impliquent une relation corps-âme et corps-émotion qui mit néanmoins longtemps avant d’être pleinement activée à partir du XIe siècle : Dieu s’est incarné par amour des hommes, et pour cette même raison il a souffert la Passion dans son corps16. Le Dieu chrétien est donc tout affect, entretenant avec les hommes un lien d’amour, au point de faire souffrir son Fils pour eux. Vu sous cet angle, l’hagiographie féminine de la fin du Moyen Âge peut apparaître comme la pointe, au plan de la modélisation des pratiques de piété, de cette dynamique de l’Incarnation et de la Passion, jusqu’au phénomène de la stigmatisation qui, comme on le sait, est un privilège de femmes au Moyen Âge, mis à part le précurseur saint François. Le processus qui conduit à associer femme, corporéité et émotion dans la spiritualité est plus complexe qu’une simple synergie résultant de la construction pluriséculaire d’une nature féminine émotive dans la mesure où, pour reprendre une expression d’Alain de Libera, les modèles de piété que peuvent présenter les femmes sont souvent « théologiquement articulables »17 en raison de la culture de leurs biographes, qui en rendent compte dans des cadres adaptés, mais également de la leur propre, qu’elle soit acquise par leurs lectures ou plus probablement par l’écoute et l’échange oral (avec le confesseur, le prédicateur, l’ami). Le fait que ce soit des femmes qui endossent cette mystique émotionnelle ne conduit pas à la conclusion qu’elles y parviennent parce qu’elles sont femmes, mais qu’il se produit au XIIIe siècle une rencontre entre ce qu’on peut appeler une « hagiographie pastorale » et les enjeux portant sur la place des femmes dans l’Église et la piété.

  • 18  Un des exemples les plus éloquents de ce « partage sensible » se trouve dans l’œuvre spirituelle d (...)
  • 19  D. Boquet et P. Nagy, « La Vita d’Etienne d’Obazine (†1159), une aventure alimentaire », dans É. L (...)
  • 20  Voir D. Boquet, « Le sexe des émotions. Principe féminin et identité affective chez Guerric d’Igny (...)

7Plutôt que de constater que la piété corporelle et affective est prioritairement féminine, il est plus intéressant de voir comment elle le devient entre le XIe et le XIIIe siècle. Une rencontre qui ne me semble marquée par aucune nécessité. Ainsi, de nombreux traits qui finiront par être identifiés au féminin (la dévotion aux plaies, la faim eucharistique, l’adoration du Christ enfant, etc.) étaient dans les siècles précédents ou bien associés aux hommes, ou bien partagés18. Avec Piroska Nagy, nous avons essayé de montrer, en contrepoint de la grande étude de Caroline Bynum sur les liens entre nourriture et spiritualité qu’elle perçoit comme un motif spécifiquement féminin, qu’au XIIe siècle la symbolique de la nourriture pouvait être très importante dans l’hagiographie masculine aussi, pas seulement dans une perspective ascétique, elle-même très ancienne, mais dans le contexte d’une spiritualité plus affective19. De nombreux motifs qui deviennent typiques de la mystique féminine à la fin du Moyen Âge ont été forgés par les moines issus des courants réformateurs aux XIe-XIIe siècles, donc par des hommes dans un environnement essentiellement masculin, à partir d’ailleurs des nombreuses strates de l’héritage patristique : que ce soit la rhétorique amoureuse inspirée du Cantique des cantiques, la dévotion eucharistique ou aux plaies du Christ, ou encore la féminisation de la figure du Christ ou de celle de l’abbé20.

  • 21  Aristote, Rhétorique, livre II.
  • 22  Voir C. Casagrande et S. Vecchio, « Les théories des passions dans la culture médiévale », dans D. (...)
  • 23  Voir Augustin, La Cité de Dieu, livres IX et XIV.
  • 24  Voir D. Boquet, L’Ordre de l’affect au Moyen Âge, op. cit., p. 85-91.
  • 25  Pour une mise en perspective plus détaillée voir D. Boquet et P. Nagy, « Une histoire des émotions (...)

8Cette non-nécessité du lien entre la spiritualité des femmes et la piété affective et corporelle vaut aussi, sur un plan anthropologique, pour la relation supposée entre le corps et les émotions. Le lien corps / passions n’est pas une spécificité chrétienne mais remonte à la philosophie classique. Dans toute la pensée antique, les passions sont des mouvements de l’âme, qui peuvent être liés à des transformations corporelles, comme le dit par exemple Aristote21. Mais alors elles sont des manifestations de l’appétit sensible, au contact avec les sollicitations immédiates du corps. L’approche anthropologique des passions par les Pères de l’Église est à la fois très influencée par les écoles philosophiques (stoïciennes et néo-platoniciennes), valorisant un détachement des passions dans leur rapport au corps, et originale, notamment chez les penseurs latins22. Augustin franchit ainsi un pas en reliant étroitement passion et volonté23. Pour lui, les émotions sont des mouvements de la volonté, et comme la volonté, elles sont marquées par les séquelles du péché originel24. Originellement, les passions ne sont ni bonnes ni mauvaises. Elles ne sont pas en soi des perturbations de l’âme, mais elles le sont devenues à la suite du péché originel. Depuis, elles sont duales, comme l’est la volonté : elles peuvent tout aussi bien œuvrer pour le salut que pour la perte de l’homme. Ainsi, les passions relèvent de la responsabilité individuelle et sont en lien étroit avec le corps (ou plus exactement avec la chair) ; une perspective qui est renforcée par la tradition médicale galénique qui fait de la passion l’un des six non-naturels qui lient l’âme et le corps25. Ce qui confère une position originale à la passion dans l’ascèse chrétienne, entre méfiance et valorisation, et explique les destins soudés du corps et de l’émotion. Tout infléchissement de l’un se répercute sur l’autre. Entre le XIe et le XIIIe siècle, la passion devient sur le plan anthropologique le moyen de penser l’unité de l’homme corps et âme, sensibilité et intellect, liberté et nécessité. D’une certaine façon, ce qui se joue dans une perspective eschatologique se rejoue dans la nature humaine et dans l’histoire de chaque salut individuel. Là aussi, on peut dire que ce n’est pas l’hagiographie des saintes femmes qui amène dans ses bagages cette lecture d’une efficacité religieuse de l’émotion, mais plutôt la rencontre entre ce dispositif anthropologique et la nouvelle présence des femmes dans l’Église et la piété.

2. Corps et émotions : les trois temps d’une structure de piété efficace

  • 26  Voir l’usage que nous en faisons dans D. Boquet et P. Nagy, « L’efficacité religieuse de l’affecti (...)
  • 27  W. Reddy, The Navigation of Feeling. A Framework for the History of Emotions, Cambridge, 2001.
  • 28  Sur l’usage de la honte dans la pénitence des saintes femmes, voir D. Boquet, « Rougir pour le Chr (...)

9La mystique féminine qui se laisse voir dans l’hagiographie est une mystique d’incorporation affective. Pour les raisons énoncées à l’instant, les émotions ont sur le plan religieux une certaine efficacité afin, selon les paroles d’Angèle de Foligno, d’augmenter la grâce. Or cette capacité doit être pensée directement par analogie avec l’efficacité escomptée du sacrement. Car, on le sait, dans le cadre du développement de la théologie sacramentelle aux XIIe-XIIIe siècles, la place de l’émotion s’avère extrêmement importante, en particulier dans la pénitence où la douleur du repentir, la honte du péché sont des émotions indispensables à l’efficacité du sacrement. Dans le contexte de la piété, s’instaure une double fonction de l’émotion, qui aura bien des échos dans la perception occidentale de l’affectivité : d’une part, les émotions témoignent des valeurs morales de la personne et ont une puissance de transformation ; d’autre part, elles sont une instance d’authenticité voire de véridiction. Nous pouvons nommer « émotif sacramentel » cet usage de l’affectivité dans une perspective religieuse26. La notion d’émotif a été proposée par William Reddy, par analogie avec les énoncés performatifs de John Austin27. Ainsi l’émotif sacramentel, qui concerne essentiellement l’eucharistie et la pénitence (la piété féminine est massivement eucharistique et pénitentielle), correspond à l’usage de certaines émotions (essentiellement la douleur, la honte mais aussi la joie, etc.) de telle façon qu’elles accompagnent l’efficacité du sacrement28.

  • 29  Voir D. Boquet, « Sang et passions des saintes femmes au XIIIe siècle », EMMA : les émotions au Mo (...)

10Or, le corps apparaît comme le lieu privilégié de cette efficacité religieuse de l’émotion. Cette symbiose corps / émotions fonctionne ainsi à double sens. Les émotions prouvent leur efficacité par des marqueurs corporels : les larmes, le rougissement, la pâleur, la transpiration, les tremblements, etc. Cette dimension probatoire est essentielle ; elle est le gage de l’authenticité, et joue le rôle d’aveu, là aussi une étape importante dans la pénitence. En outre, dans la mesure où désormais corps et émotions forment une même structure, les symptômes corporels peuvent avoir leur propre efficacité émotionnelle. On observe alors un usage émotif du corps : le cas typique est celui des larmes, mais aussi de toutes les formes imaginables de « pathologisation » (douleurs, saignements, etc.)29.

  • 30  Je synthétise ici un parcours que Piroska Nagy et moi présentons plus en détail dans une série d’a (...)

11À partir de là, l’efficacité émotive d’une piété essentiellement pénitentielle et eucharistique agit selon un processus en trois moments que je résume en quelques lignes30.

12Dans un premier temps, les émotions religieuses agissent pour mater le corps charnel. Cette première étape prend très clairement appui sur les pratiques pénitentielles et prolonge la tradition ascétique. Il s’agit dès lors de neutraliser les impulsions charnelles, voire plus globalement de mater le corps en tant qu’il fait le lit du péché. On retrouve ici la longue liste des atteintes corporelles et des privations : privation de nourriture, pratiques afflictives, mutilations, ressentis de douleurs en tous genres, saignements intempestifs, paralysies, etc. Ces formes d’atteintes physiques sont redoublées par des atteintes symboliques du corps, la recherche de situations humiliantes comme des dénudations partielles, ou une exhibition au regard public. Ces pratiques qui concernent directement le corps sont accompagnées par des émotions de douleur, de souffrance, de honte essentiellement, et des sensations d’amertume. Enfin le lien émotions / afflictions corporelles se fait par des marqueurs : les larmes, le rougissement, les cris. On constate d’ailleurs souvent que le registre des émotions et des sensations est un moyen de démultiplier les pratiques corporelles : les mulieres religiosae souffrent tellement qu’elles ont le sentiment de se vider de leur sang ; les larmes les brûlent tant qu’elles se sentent mourir ou leur honte du péché leur donne le sentiment qu’elles s’exhibent nues. On touche d’ailleurs ici un enjeu fort au XIIIe siècle : jusqu’où aller dans le rejet de la chair sans anéantir le corps physique ? Jacques de Vitry par exemple dans la vie de Marie d’Oignies répète que les privations physiques que s’imposait Marie n’entamaient jamais sa santé, et tout aussi extrêmes que ces pratiques puissent nous paraître (il la présente s’entaillant avec un couteau puis enterrant les morceaux de chair), elle s’y livrait avec discretio. Entendons par là qu’elle savait ce qu’elle faisait et ne dépassait pas ses forces.

  • 31  Voir D. Boquet, « Incorporation mystique et subjectivité féminine d’après le Livre d’Angèle de Fol (...)

13Une fois cette purification engagée, peut véritablement commencer le processus efficace sur le plan religieux, donc d’augmentation de la grâce qui prend la forme d’une incorporation symbolique grâce aux émotions du Christ lui-même et de sa Passion. La forme la plus fréquemment rencontrée est l’incorporation eucharistique, qui est vécue de façon littérale. Ces femmes ont faim d’hostie en permanence, jusqu’à s’en nourrir exclusivement. L’hostie a pour elles la saveur de la chair et le vin du sang. La transsubstantiation est donc perçue à l’extrême. Le symbole prend chair, dans tous les sens du terme : l’hostie vivante est bien vivante ; elle devient le Christ (enfant le plus souvent). Tout ce processus est perçu et rendu par le registre de l’affectivité et de la sensation. De l’incorporation de l’hostie, on passe à l’incorporation du Christ lui-même dans le corps de la mystique ou de la mystique dans le Christ lui-même ; en général en profitant des orifices créés par les plaies. La mystique sent alors le Christ pénétrer en elle ou elle dans le Christ, éprouvant ses émotions lors de la Passion, ou bien ce sont les émotions compassionnelles qui permettent l’incorporation31. Ces différentes étapes impliquent d’identifier de manière spécifique des émotions qui sont les mêmes en apparence : ainsi la douleur ou la honte de componction, consécutive au regret du péché, n’est pas la même que la douleur ou la honte de compassion pour les souffrances du Christ. La seconde en effet est souvent associée soit à des sensations suaves ou à d’autres émotions positives comme la joie, la délectation, etc. C’est une autre difficulté de la lecture de la mystique féminine : le registre sémantique de l’émotion est souvent assez limité (avec une très forte domination d’un côté de la douleur, de la honte et d’un autre côté de la joie et de l’amour), associé à une série de sensations physiques élémentaires et opposées (froid / chaud ; suavité / amertume). Les évolutions dans les états spirituels sont caractérisés par des combinaisons, avec un goût pour les oxymores, tandis que nos approches modernes du registre affectif privilégient les émotions dérivées (pour distinguer les différentes formes de honte, nous forgeons des sous-catégories : pudeur, gêne, embarras etc., tandis que les sources du XIIIe siècle utilisent les termes de pudor, verecundia ou erubescentia de façon indistincte). Cette rhétorique combinatoire plutôt que dérivée témoigne de la coexistence des différents états, au sens où la douleur de compassion peut cohabiter, un temps au moins, avec la douleur afflictive du péché.

  • 32  Voir D. Boquet, « Des racines de l’émotion. Les préaffects et le tournant anthropologique du XIIe  (...)
  • 33  Voir D. Boquet, « Rougir pour le Christ », art. cité et Idem, « Christus dilexit verecundiam. La h (...)

14Enfin, une troisième étape peut intervenir, dans une sorte d’avènement d’une nouvelle corporéité, une corporéité transfigurée par une conformation affective et corporelle à la Passion du Christ. Au sens le plus accessible, elle prend l’expression d’une spiritualisation de la chair, selon un motif classique depuis les Pères de l’Église. Cette spiritualisation agit conjointement sur le corps et les affects, par un glissement vers une évanescence corporelle qui se manifeste par un degré plus ou moins intense d’impassibilité, jusqu’à atteindre un état de « corps subtil », c’est-à-dire une corporéité qui devra être celle des ressuscités. Une des formes les plus intéressantes d’allégement corporel est la disparition des « mouvements premiers de la sensibilité »32. Les scolastiques désignaient par là le premier symptôme de la tentation. S’il est possible de lutter contre le dérèglement des passions, personne ne peut échapper par lui-même aux mouvements premiers de la sensibilité. Personne, sauf quelques saintes qui reçoivent cette grâce : Julienne de Cornillon, Marie d’Oignies, Christine l’Admirable ou encore Marguerite d’Ypres. Cela crée des situations cocasses, parce que ces femmes ont parfois moins de vergogne, du fait même qu’elles ne se sentent plus menacées par les mauvais désirs33. Pour les auteurs, cette libération est l’un des nombreux indices qui montrent que ces femmes sont entrées dans un nouveau régime de corporéité, qui suit l’itinéraire d’une assomption de la chair, d’une transformation d’un corps souillé par le péché à un corps annonciateur de gloire. Car il ne s’agit pas en dernier lieu d’une disparition du corporel (qui montre une fois de plus sa distinction d’avec le charnel), mais bien d’une nouvelle corporéité, laquelle est au contraire saturée d’émotions et de sensations. Celle-ci se manifeste selon de multiples canaux qui peuvent relever de l’extraordinaire : extases, lévitations, mais aussi de petits décalages par rapport au régime ordinaire de la corporéité : des éclats de rire impromptus, des comportements considérés comme impudiques (comme des danses par exemple), le fait de transpirer tout en étant exposé aux rigueurs du froid, d’être rassasié malgré les jeûnes, etc. Le régime émotionnel change aussi, avec une tendance à ce que certaines émotions (de douleur compassionnelle, de joie) deviennent des états intermittents (ainsi sont-elles capables de devenir, comme « l’homme de douleur », des femmes souffrantes continument, d’avoir de longues crises de cri ou d’euphorie). On assiste ainsi à une installation à l’intérieur même de la séquence passionnelle, dans une sorte d’arrêt sur image. Tout comme elles peuvent s’identifier au Christ, ces femmes deviennent sa Passion.

15La mystique féminine telle qu’elle est modélisée par l’hagiographie naît de la conjonction autour du XIIIe siècle de deux phénomènes nouveaux, donc malléables et propices aux reconfigurations : la demande religieuse des femmes et l’incorporation affective du spirituel. J’ai bien conscience d’affirmer ici sans démontrer. Mon intention est seulement de mettre en lumière deux voies qui me semblent particulièrement prometteuses. D’un côté, l’émotion (la passion, l’affectivité), dont l’historien commence à peine à prendre la mesure dans le façonnement culturel et social des communautés, est un élément déterminant pour appréhender les modèles et les pratiques de piété. Cette omniprésence de la passion à la fin du Moyen Âge doit être envisagée à plusieurs niveaux qui tous communiquent et forment un unique dispositif culturel (la dévotion à la Passion du Christ, la pensée de l’unité de l’homme corps et âme grâce aux émotions et les formes passionnelles de la piété). D’un autre côté, sur un plan plus spécifique, on constate qu’à partir du XIIe siècle, cette configuration, qui fut d’abord masculine et monastique, rencontre une évolution sociale : les revendications des laïques et singulièrement des femmes à participer, dans leur état propre, à la vie de l’Église, à être parties prenantes des nouvelles formes de piété qu’on leur propose en modèles.

16Si la rencontre entre la prescription et le désir « prend » si bien, ce n’est pas par hasard, mais parce qu’il y a déjà dans la culture religieuse et la condition sociale des femmes des prédispositions. Mais cela n’enlève rien à la singularité du processus, dont la validité se vérifie quand on explore les ramifications entre cet extraordinaire psychosomatique de la mystique féminine et la maturation, lointaine et proche, de tous ces motifs de piété dans la culture du monachisme masculin des siècles précédents. Dès lors, ce n’est pas seulement la perception de la féminité qui se trouve touchée par cette évolution, mais celle aussi de la masculinité. Il est très intéressant de voir qu’un ensemble de comportements affectifs qui n’étaient pas spécialement assignés à un genre au XIIe siècle encore vont devenir progressivement une marque du féminin, au point d’ailleurs de rendre assez déroutante à notre modernité une masculinité religieuse qui nous apparaît rétrospectivement très « féminine ». Derrière l’émotion de la sainte, c’est aussi le désir de l’homme qui se laisse deviner.

Haut de page

Notes

1  Sur la triade Ève, Marie, Madeleine, voir J. Dalarun, « Ève, Marie ou Madeleine ? La dignité du corps féminin (VIe-XIIe siècles) » et « La Madeleine dans l’Ouest de la France au tournant des XIe-XIIe siècle », dans Idem, « Dieu changea de sexe, pour ainsi dire ». La religion faite femme XIe-XVe siècle, Paris, 2008, p. 3-21 et 23-77.

2  Voir A. Vauchez, La Sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome, 1981.

3  Voir C. Bynum, Jesus as Mother: Studies in the Spirituality of the High Middle Ages, Berkeley et Londres, 1982.

4  Dans une bibliographie foisonnante, voir en premier lieu les travaux de C. Bynum, Jeûnes et festins sacrés. Les femmes et la nourriture dans la spiritualité médiévale, Paris, 1994 ; Eadem, Fragmentation and Redemption. Essays on Gender and the Human Body in Medieval Religion, New York, 1992 ; Eadem, Wonderful Blood. Theology and Practice in Late Medieval Northern Germany and Beyond, Philadelphie, 2007. Voir également, autre classique, M. Rubin, Corpus Christi. The Eucharist in Late Medieval Culture, Cambridge, 1991. On consultera, pour ce qui concerne la piété féminine et la dissidence, les travaux de D. Elliott, toujours stimulants mais parfois discutables : voir Proving Woman. Female Spirituality and Inquisitorial Culture in the Later Middle Ages, Princeton et Oxford, 2004 et The Bride of Christ Goes to Hell. Metaphor and Embodiment in the Lives of Pious Women, 200-1500, Philadelphie, 2012.

5  Voir P. Nagy, Le Don des larmes au Moyen Âge. Un instrument spirituel en quête d’institution (Ve-XIIIe siècle), Paris, 2000 ; D. Boquet, L’Ordre de l’affect au Moyen Âge. Autour de l’anthropologie affective d’Aelred de Rievaulx, Caen, 2005 et les travaux collectifs du programme EMMA. Les émotions au Moyen Âge :http://emma.hypotheses.org.

6  Voir D. Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre XIIe-XVe siècle, Paris, 2013.

7  Voir notamment A. Boureau, « Un sujet agité. Le statut nouveau des passions de l’âme au XIIIe siècle », dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le Sujet des émotions, Paris, 2009, p. 187-200.

8  Voir C. M. Mooney (éd.), Gendered Voices. Medieval Saints and Their Interpreters, Philadelphie, 1999.

9  En guise d’exemple, voir les pistes très intéressantes ouvertes par S. Piron, « Marguerite, entre les béguines et les maîtres », dans S. L. Field, R. L. Lerner et S. Piron (dir.), Marguerite Porete et le Miroir des simples âmes. Perspectives historiques, philosophiques et littéraires, Paris, 2014, p. 69-101.

10  C’est le cas pour Jacques de Vitry envers Marie d’Oignies, de Thomas de Cantimpré avec Lutgarde d’Aywières ou encore de l’anonyme frère franciscain qui relate le parcours spirituel d’Angèle de Foligno.

11  Le cas le plus emblématique ici est celui du Liber d’Angèle de Foligno.

12  Sur ces différences, voir V. Fraeters, « “Ô amour, sois tout à moi !” Le désir comme agent de déification chez Hadewijch de Brabant », dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le Sujet des émotions, op. cit., p. 353-372 et la comparaison proposée par A. Hollywood entre les écrits de Béatrice de Nazareth et sa vita dans Sensible Ecstasy. Mysticism, Sexual Difference and the Demands of History, Chicago, 2002, p. 247-266.

13  Voir M. Lauwers, « L’institution et le genre. À propos de l’accès des femmes au sacré dans l’Occident médiéval », Clio 2 (1995), p. 279-317 ; E. Bain, « “Homme et femme, il les créa” (Gen. 1, 27). Le genre féminin dans les commentaires de la Genèse au XIIe siècle », et plus largement, P. L’Hermite-Leclercq, L’Église et les femmes dans l’Occident chrétien des origines à la fin du Moyen Âge, Turnhout, 1997.

14  Voir l’exemple cistercien dans A. Grélois, « Hommes et femmes Il les créa » : l’ordre cistercien et ses religieuses des origines au milieu du XIVe siècle, thèse de doctorat, université Paris-Sorbonne, 2003, inédite.

15  Voir notamment J. W. Coakley, Women, Men, and Spiritual Power. Female Saints and Their Male Collaborators, New York, 2006.

16  Concernant cette formalisation précoce, voir E. Coccia, « Il canone delle passioni. La passione di Cristo dall’antichità al medioevo », dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le Sujet des émotions, op. cit., p. 123-161.

17  Voir A. de Libera, « Angèle de Foligno et la mystique “féminine” », dans G. Barone et J. Dalarun (éd.), Angèle de Foligno. Le dossier, École française de Rome, 1999, p. 345-371 (ici, p. 366). Ce qui est d’autant plus vrai que leurs biographes possèdent eux aussi une bonne culture théologique, ce qui est le cas par exemple de Jacques de Vitry ou de Thomas de Cantimpré, ou encore de Pierre de Dacie dans sa relation avec Christine de Stommeln.

18  Un des exemples les plus éloquents de ce « partage sensible » se trouve dans l’œuvre spirituelle d’Aelred de Rievaulx, voir tout particulièrement ses traités Quand Jésus eut douze ans et La Vie de recluse.

19  D. Boquet et P. Nagy, « La Vita d’Etienne d’Obazine (†1159), une aventure alimentaire », dans É. Lalou, B. Lepeuple et J.-L. Roch (éd.), Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale, Mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Flambard Héricher, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 529-554.

20  Voir D. Boquet, « Le sexe des émotions. Principe féminin et identité affective chez Guerric d’Igny et Aelred de Rievaulx », dans P. Henriet et A.-M. Legras (éd.), Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et sociétés (IXe-XVe siècle). Mélanges en l’honneur de Paulette L’Hermite-Leclercq, Paris, 2000, p. 367-378.

21  Aristote, Rhétorique, livre II.

22  Voir C. Casagrande et S. Vecchio, « Les théories des passions dans la culture médiévale », dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le Sujet des émotions, op. cit., p. 107-122.

23  Voir Augustin, La Cité de Dieu, livres IX et XIV.

24  Voir D. Boquet, L’Ordre de l’affect au Moyen Âge, op. cit., p. 85-91.

25  Pour une mise en perspective plus détaillée voir D. Boquet et P. Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », Médiévales 61 (2011), p. 5-24.

26  Voir l’usage que nous en faisons dans D. Boquet et P. Nagy, « L’efficacité religieuse de l’affectivité dans le Liber (passus priores) d’Angèle de Foligno », dans D. Alfonsi et M. Vedova (dir.), Il Liber di Angela da Foligno : temi spirituali e mitici, Atti del Convegno internazionale di studio (Foligno, 13-14 novembre 2009), Spolète, Centro Italiano di Studi Sull’Alto Medioevo, 2010, p. 171-201.

27  W. Reddy, The Navigation of Feeling. A Framework for the History of Emotions, Cambridge, 2001.

28  Sur l’usage de la honte dans la pénitence des saintes femmes, voir D. Boquet, « Rougir pour le Christ. La honte admirable des saintes femmes au XIIIe siècle », dans B. Sère et J. Wettlaufer (éd.), Shame Between Punishment and Penance. The Social Usages of Shame in the Middle Ages and Early Modern Times, Florence, 2013, p. 139-155.

29  Voir D. Boquet, « Sang et passions des saintes femmes au XIIIe siècle », EMMA : les émotions au Moyen Âge (http://emma.hypotheses.org), billet mis en ligne le 14 décembre 2012 ; P. Nagy, « Larmes et eucharistie. Formes du sacrifice en Occident au Moyen Age central », dans N. Bériou et B. Caseau (éd.), Pratiques de l’Eucharistie dans les Églises d’Orient et d’Occident, Paris, 2009, vol. II, p. 1073-1109.

30  Je synthétise ici un parcours que Piroska Nagy et moi présentons plus en détail dans une série d’articles cités supra et infra. Pour les études de cas, qui manquent ici, je me permets de renvoyer le lecteur à ces publications.

31  Voir D. Boquet, « Incorporation mystique et subjectivité féminine d’après le Livre d’Angèle de Foligno (†1309) », Clio 26 (2007), p. 189-208 ; P. Nagy, « Sensations et émotions d’une femme de passion. Lukarde d’Oberweimar (†1309) », dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le sujet des émotions, op. cit., p. 323-351.

32  Voir D. Boquet, « Des racines de l’émotion. Les préaffects et le tournant anthropologique du XIIe siècle », dans D. Boquet et P. Nagy, Le Sujet des émotions, op. cit.,p. 163-186.

33  Voir D. Boquet, « Rougir pour le Christ », art. cité et Idem, « Christus dilexit verecundiam. La honte admirable d’Angèle de Foligno et la cause des franciscains spirituels », Rives nord-méditerranéennes 31 (2008), p. 73-88.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Boquet, « Corps et genre des émotions dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 10 juillet 2014, consulté le 07 décembre 2016. URL : http://cerri.revues.org/1335  ; DOI : 10.4000/cerri.1335

Haut de page

Auteur

Damien Boquet

Damien Boquet est maître de conférences en histoire médiévale à l’université d'Aix-Marseille et membre de l’UMR Telemme CNRS 7303. Il est l’auteur de L’Ordre de l’affect au Moyen Âge. Autour de l’anthropologie affective d’Aelred de Rievaulx (Caen, éd. du CRAHM, 2005) et dirige depuis 2006 avec Piroska Nagy le programme EMMA, consacré à l'histoire des émotions médiévales (http://emma.hypotheses.org). Ensemble ils ont dirigé plusieurs ouvrages collectifs et achèvent l’écriture d’un livre intitulé Sensible Moyen Âge. Histoire culturelle des émotions dans l'Occident médiéval, à paraître en 2015 aux éditions du Seuil.

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page