Navigation – Plan du site

Analyse littéraire de Marc 9, 14-29. Pourquoi choisir ce texte ?

A Literary Analysis of Mark 9, 14-29. Why Focus on this Text?
Marie-Laure Veyron

Résumés

Cette étude d’un passage de l’évangile de Marc (9, 14-29) communément appelé « guérison d’un enfant épileptique » s’efforce, par une analyse littéraire approfondie (structure du texte, vocabulaire, relations établies entre les personnages…) et une approche anthropologique, de découvrir quel lien est établi entre la guérison du corps et la foi. Cette dernière, interrogée par l’attitude de Jésus, se découvre peu à peu, au-delà de la compréhension habituelle de la foi comme adhésion à des croyances religieuses, comme une attitude existentielle de décentrement de soi et de confiance en un autre/Autre qui permet de traverser des situations humaines mortifères.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les récits évangéliques de guérison, vieux de vingt siècles, ont-ils encore quelque chose à nous dire ? Il en est de nombreux, plus ou moins développés. Leur schéma est souvent assez simple : un malade ou quelqu’un de son entourage vient solliciter Jésus qui, d’un geste ou/et d’une parole, guérit la personne. Que l’on soit croyant ou non, ils semblent souvent aujourd’hui relever d’une mentalité “primitive“ qui fait la part belle au surnaturel. Sans qu’il soit question de se prononcer sur la réalité ou la possibilité du miracle, une analyse minutieuse montre pourtant que ces récits, certes ancrés dans une réalité et une mentalité différentes de la nôtre, sont beaucoup plus subtils qu’il n’y paraît et que, pour peu qu’on les scrute avec attention et en utilisant les outils d’aujourd’hui, (ceux de l’analyse littéraire et de l’anthropologie dans le cadre de cet article), ils peuvent encore dire quelque chose des rapports du corps et du religieux à un lecteur contemporain.

Pourquoi le choix de ce texte ?

2L’épisode que nous allons étudier se situe dans l’évangile de Marc, le plus court (16 chapitres) et très probablement le plus ancien des quatre évangiles, écrit autour de 70 de notre ère. Il met en scène la guérison d’un enfant que son père a amené aux disciples de Jésus pour qu’ils le guérissent mais qui, devant leur incapacité, vient implorer la puissance du maître lui-même.

3Au-delà de la capacité de guérison, ce texte aborde une thématique, - les liens familiaux et l’émergence de la personne – et un questionnement – le lien entre la foi et la non-foi, le lien de cette (non)-foi avec la capacité à guérir - qui mettent en jeu des éléments profonds qui peuvent être encore à l’œuvre aujourd’hui. Sa complexité touche autant à sa construction qu’à la situation familiale qu’il présente : un père et son fils prisonniers d’une situation bloquée, vouée à la répétition semble-t-il, jusqu’à la rupture que provoquera la rencontre de Jésus.

4Dans sa littéralité grecque, il présente un certain nombre d’ambiguïtés – confusion des genres, difficulté à interpréter certains pronoms, termes en décalage - qui ouvrent une pluralité de lectures possibles et posent de multiples questions. La personnalité que Jésus y révèle, ou du moins certaines de ses attitudes, ont un caractère un peu énigmatique : pourquoi ses impatiences ? à qui s’adressent-elles ? de quelle foi parle-t-il ici, de quel croyant ? Quel lien entre la foi du personnage et la réussite du miracle ?

5Enfin ce texte est d’autant plus intéressant que sa forme dialoguée sollicite directement le lecteur et pose presque ouvertement la question de celui auquel il s’adresse.

Délimitation et situation du texte : Marc 9, 14-29

  • 1  C. Combet-Galland, « L’Évangile selon Marc », in Introduction au Nouveau Testament, Labor et Fides (...)
  • 2  Résurrection de la fille de Jaïrus (5, 21-43).

6Bien délimité par deux déplacements – arrivée de Jésus au v.14 et départ pour ailleurs (v.30), ce texte se situe au début de la seconde partie de l’évangile. La première partie a montré Jésus se déplaçant sans cesse à travers la Galilée, et particulièrement dans le secteur du lac de Tibériade qu’il traverse à plusieurs reprises, faisant des incursions jusqu’en pays païen. Il assied peu à peu « son autorité de fils de Dieu1 » en déployant principalement, si l’on excepte les deux multiplications des pains, une activité de thaumaturge (de nombreuses guérisons, et même une résurrection2.)

7La seconde partie (8, 22-10, 52) l’entraîne dans un mouvement qui le conduira avec ses disciples jusqu’à Jérusalem et la Passion. Dans cette seconde partie scandée par trois annonces de la Passion et de la Résurrection (8, 31-33 ; 9, 31 ; 10, 32-34), l’épisode de “l’enfant épileptique“, comme est souvent nommée cette péricope, s’insère précisément entre les deux premières, juste après l’épisode central de la Transfiguration (9, 2-13). Cette localisation a toute son importance et doit être prise en compte pour l’interprétation de ce passage.

Ce texte fait jouer de multiples harmoniques 

  • 3  7, 24-30.
  • 4  1, 23-28 (l’esprit impur dans la synagogue) ; 3,11-12 (sommaire) ; 5, 1-20 (le possédé de Gérasa).
  • 5  Mc 5, 34, guérison de la femme qui perd son sang.
  • 6  Mc 6-8.

8Cette péricoperéunit un grand nombre de personnages que le récit de Marc a évoqués précédemment : Jésus et ses disciples, une personne en souffrance qui réclame une guérison pour son enfant, les scribes - souvent à l’origine de controverses -, une foule. Elle entrelace aussi diverses thématiques déjà abordées par Marc : la guérison d’un enfant (résurrection de la fille de Jaïrus, guérison de la fille de la syro-phénicienne3), des exorcismes4, le questionnement autour de la foi, (en lien avec des guérisons miraculeuses5 ou avec l’incapacité des disciples6). Il y a dans ce texte un véritable concentré des préoccupations de l’évangéliste.

9Cet épisode est également présent dans les autres évangiles synoptiques, quoique de façon plus brève : Mt 17, 14-21 et Lc 9, 38-43 car le texte de Marc comporte, en son centre, un long dialogue entre le père et Jésus qui donne vraiment à ce passage sa spécificité. Il ne sera pas possible de faire jouer toutes ces harmoniques mais nous effectuerons des rapprochements lorsqu’ils aident à la compréhension ou permettent de dégager la spécificité de ce passage.

Quelle approche ?

10Ce texte est abordé à partir d’une analyse narrative, donc dans une approche synchronique, qui prend en compte les insistances du texte -vocabulaire, syntaxe, tournures récurrentes-, sa structure -temporalité, élément spatial, mouvements- et le traitement des personnages -nominations, qualifications, actions-.

11Il fait droit également à la littéralité du texte grec et, en particulier, aux formulations parallèles (un même mot grec sera traduit par un même mot français), aux termes en écart par rapport à ceux que l’on attendrait et à la polysémie du lexique ou des constructions grammaticales pour essayer d’ouvrir la pluralité des significations possibles. La traduction proposée s’en ressent du point de vue de sa fluidité : elle reste au plus près du texte pour n’en gommer ni les aspérités ni les ambiguïtés.

Texte et Traduction

12Jésus et trois de ses disciples redescendent de la montagne où a eu lieu la Transfiguration.

  • 7  Verbe utilisé 6 fois par Marc et absent des passages parallèles de Matthieu et Luc.
  • 8  Employé uniquement par Marc.
  • 9  Hapax legomenon (mot employé de façon unique).

13BGT Mark 9 :14Καὶ ἐλθόντες πρὸς τοὺς μαθητάς, εἶδον ὄχλον πολὺν περὶ αὐτούς, καὶ γραμματεῖς συζητοῦντας7πρὸς αὐτούς.15Καὶ εὐθὺς πᾶς ὁ ὄχλοςἰδόντες αὐτὸν ἐξεθαμβήθησαν, καὶ προστρέχοντες8ἠσπάζοντο αὐτόν.16Καὶ ἐπηρώτησεναὐτούς, Τί συζητεῖτε πρὸς αὐτούς ; 17Καὶ ἀπεκρίθη αὐτῷ εἷς ἐκ τοῦ ὄχλου διδάσκαλε, ἤνεγκα τὸν υἱόν μου πρός σε, ἔχοντα πνεῦμα ἄλαλον. 18Καὶ ὅπου ἐὰν) αὐτὸν καταλάβῃ, ῥήσσει αὐτόν : καὶ ἀφρίζει, καὶ τρίζει τοὺς ὀδόντας καὶ ξηραίνεται : καὶ εἶπατοῖς μαθηταῖς σου ἵνα αὐτὸ ἐκβάλωσιν, καὶ οὐκ ἴσχυσαν.19Ὁ δὲ ἀποκριθεὶς αὐτοῖς λέγει, Ὦ γενεὰ ἄπιστος, ἕως πότε πρὸς ὑμᾶς ἔσομαι ; Ἕως πότε ἀνέξομαι ὑμῶν ; Φέρετε αὐτὸν πρός με. 20Καὶ ἤνεγκαν αὐτὸν πρὸς αὐτόν : καὶ ἰδὼν αὐτόν, τὸ πνεῦμα εὐθὺς συνεσπάραξεν αὐτόν : καὶ πεσὼν ἐπὶ τῆς γῆς, ἐκυλίετο ἀφρίζων. 21Καὶ ἐπηρώτησεν τὸν πατέρα αὐτοῦ, Πόσος χρόνος ἐστίν, ὡς τοῦτο γέγονεν αὐτῷ ; Ὁ δὲ εἶπεν, παιδιόθεν. 22Καὶ πολλάκις καὶ εἰς πῦρ αὐτὸν ἔβαλεν καὶ εἰς ὕδατα, ἵνα ἀπολέσῃ αὐτόν : ἀλλ’ εἴ τι δύνῃ βοήθησον ἡμῖν, σπλαγχνισθεὶς ἐφ’ ἡμᾶς. 23Ὁ δὲ Ἰησοῦς εἶπεν αὐτῷ, τὸ εἰ δύνῃ πάντα δυνατὰ τῷ πιστεύοντι. 24Εὐθὺς κράξας ὁ πατὴρ τοῦ παιδίου, ἔλεγεν, πιστεύω,βοήθει μου τῇ ἀπιστίᾳ.25Ἰδὼν δὲ ὁ Ἰησοῦς ὅτι ἐπισυντρέχει9ὄχλος, ἐπετίμησεν τῷ πνεύματι τῷ ἀκαθάρτῳ, λέγων αὐτῷ, τὸ ἄλαλον καὶ κωφόν πνεῦμα ἐγώ ἐπιτάσσω σοι, ἔξελθε ἐξ αὐτοῦ, καὶ μηκέτι εἰσέλθῃς εἰς αὐτόν.26Καὶ κράξας, καὶ πολλὰ σπαράξας ἐξῆλθεν : καὶ ἐγένετο ὡσεὶ νεκρός, ὥστε τοὺς πολλοὺς λέγειν ὅτι ἀπέθανεν. 27Ὁ δὲ Ἰησοῦς κρατήσας τῆς χειρὸς αὐτοῦ, ἤγειρεν αὐτόν : καὶ ἀνέστη. 28Καὶ εἰσελθόντος αὐτοῦ εἰς οἶκον, οἱ μαθηταὶ αὐτοῦ κατ’ ἰδίαν ἐπηρώτων αὐτὸν ὅτι Ἡμεῖς οὐκ ἠδυνήθημεν ἐκβαλεῖν αὐτό ; 29Καὶ εἶπεν αὐτοῖς, τοῦτο τὸ γένος ἐν οὐδενὶ δύναται ἐξελθεῖν, εἰ μὴ ἐν προσευχῇ.

14(14) Et, étant venus vers les disciples, ils virent une foule nombreuse autour d’eux et des scribes discutant avec eux (15) et aussitôt qu’elle le vit, toute la foule fut profondément frappée de stupeur et en accourant, ils le saluaient avec empressement.

  • 10  ῥήσσω/rêssô, broyer, frapper pour briser, différent de ῥάσσω/rassô, bousculer, jeter par terre.

15(16) Il les interrogea : - De quoi discutiez-vous avec eux ? (17) et quelqu’un, de la foule, lui répondit : - Maître, j’ai apporté mon fils auprès de toi : il a un esprit muet, (18) et, où qu’il soit, s’il s’empare de lui, il le broie10, et il écume et grince des dents et il devient tout raide ; et j’ai dit à tes disciples qu’ils le chassent et ils n’en ont pas eu la force. (19) Celui-ci, reprenant la parole, leur dit : - Ô génération/peuple qui manque de foi, jusques à quand serai-je avec vous ? Jusques à quand vous supporterai-je ? Portez-le auprès de moi.

  • 11  Les notations de genre (masc, n) font référence au texte grec qui, dans ce passage, ne respecte pa (...)

16(20) Et ils le portèrent auprès de lui et, l’ayant vu (masc11)), l’esprit (n.) aussitôt l’agita convulsivement, et, étant tombé à terre (masc), il se roulait en écumant. (21) Il interrogea son père : - Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? Celui-ci lui dit :  - Depuis l’enfance (22) et souvent il l’a jeté dans le feu et dans l’eau pour le faire périr ; mais si tu peux quelque chose, viens à notre secours, en te laissant émouvoir jusqu’aux entrailles pour nous. (23) Jésus lui dit : - « Si tu peux quelque chose… », tout est possible à celui qui croit/a confiance. Immédiatement, ayant poussé un cri, le père de l’enfant disait : - Je crois/J’ai confiance. Viens au secours de mon manque de foi/confiance.

17(25) Jésus, voyant qu’une foule accourait encore, tança l’esprit impur en lui disant : - Esprit muet et sourd (n.), Moi, je te l’ordonne, sors de lui et ne rentre plus en lui. (26) et, ayant poussé un cri (masc.) et s’étant agité (masc.) convulsivement, il sortit ; et il devint comme un cadavre au point que beaucoup de gens disaient qu’il était mort. (27) mais Jésus s’étant saisi de sa main l’éveilla et il se leva.

18(28) Et lorsqu’il fut entré dans la maison, ses disciples l’interrogeaient en privé : - Pourquoi n’avons-nous pas pu le chasser ? (29) et il leur dit : - Cette sorte ne peut sortir en aucune façon sinon dans la prière.

Structure du texte : Complexité et/ou Unité ?

Sa complexité

  • 12  Voir C. Focant, L’Évangile selon Marc, Commentaire Biblique, Nouveau Testament 2, Cerf, Paris 2004 (...)

19Ce texte apparaît comme particulièrement complexe, éventuellement composite par des obscurités, des ambiguïtés ou des récurrences maladroites : que viennent faire ces scribes (v. 14) qui entourent les disciples au début de la scène et ne prennent pas ensuite une part active à l’action ? Pourquoi l’emploi de ἐξεθαμβήθησαν /exethambêthêsan(v. 15), verbe qui évoque le thambos, c’est-à-dire la crainte révérencieuse au sens fort dont le lien avec le contexte n’est pas évident12 ? Qui sont précisément ceux (αὐτούς /autous) auxquels Jésus s’adresse au v. 16, ceux (αὐτοῖς /autois) qu’il fustige au v.19 ? Et pourquoi son emportement imprévisible quand une personne dans la souffrance fait appel à sa compassion ? Pourquoi la seconde mention d’une foule « qui accourt » (v. 25) alors qu’elle est présente depuis le début de l’épisode ? Pourquoi la récurrence du portage de l’enfant (18, 19-20) s’il est déjà là ?

  • 13  P. Rolland, « Lecture par couches rédactionnelles de l’épisode de l’épileptique » in The synoptic (...)
  • 14  C. Focant, op.cit. p. 350-351.

20Ces éléments peuvent indiquer des remaniements successifs du texte et les commentateurs ont multiplié les hypothèses. P. Rolland, par exemple, s’attache à faire cette « lecture par couches rédactionnelles13 ». Pour les résumer, je reprendrai l’analyse qu’en fait C. Focant pour qui ces lectures peuvent être réunies en deux groupes : « Pour les uns, deux récits primitivement distincts auraient été fusionnés : soit une histoire centrée sur l’échec des disciples (v.14-20) suivie d’une autre centrée sur la foi incroyante d’un père (v. 21-27) (Bultmann, Tradition 261-262) soit deux récits minimaux de base auraient été amplifiés soit par Marc, soit par un rédacteur pré-marcien14 ». Elle ajoute que beaucoup considèrent les v. 28-29 « comme une addition rédactionnelle d’un récit amputé de la réaction enthousiaste des témoins ». Laissons aux spécialistes de l’analyse diachronique le soin de trancher ces questions.

21Pour ma part, je pense que de ce texte, tel qu’il nous a été transmis, se dégage une construction qui est un élément important de sa signification.

L’architecture 

22Si l’on regarde de plus près le vocabulaire ainsi que les mouvements des personnages, on peut distinguer une structure profonde : structure enchâssée, avec, en chiasme, des éléments de correspondance et d’opposition et, au cœur, comme un pivot, la question centrale autour de laquelle tourne ce texte : la question de la foi et de la figure du croyant. (Cette structure est visualisée au niveau de la traduction par les retraits successifs par rapport à la marge).

23A. (14) Et, étant venus vers les disciples… (16) Il les interrogea : - De quoi discutiez-vous avec eux ?

24B. (17) et quelqu’un, de la foule… - Maître, j’ai apporté mon fils auprès de toi, car il a un esprit muet (18) et j’ai dit à tes disciples qu’ils le chassent et ils n’en ont pas été capables…

25C. (20) … Et l’ayant vu, l’esprit aussitôt l’agita…(21) Il interrogea son père : - Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ?… (23) Jésus lui dit : - “Si tu peux quelque chose…“, tout est possible à celui qui croit. - Je crois. Viens au secours de mon manque de foi.

26B’ (25) Jésus, voyant qu’une foule accourait…tança l’esprit impur en lui disant :

27- Esprit muet et sourd, moi je te l’ordonne, sors de lui et ne rentre plus en lui. (27) … Jésus s’étant saisi de sa main l’éveilla et il se leva.

28A’. (28) Et lorsqu’il fut entré dans la maison, ses disciples l’interrogeaient en privé : - Pourquoi n’avons-nous pas pu le chasser ? (29) - Cette sorte ne peut sortir sinon dans la prière.

A. Encadrement du texte : v. 14-16 // v. 28-29

29v. 14-16 : - Double mouvement de Jésus et de ceux qui l’accompagnent vers ses disciples et la foule qui monte vers lui. Il y a alors rencontre de tous les personnages, à l’exception du père et de son fils malade.

30- Au niveau de l’action, en dehors de ces déplacements exprimés par des participes, il est question de discussion et d’interrogations (le verbe συζητεῖν/discuter est redoublé : il se rapporte aux scribes et aux disciples que Jésus interroge (ἐπηρώτησεν/epêrôtêsen).

31Les v. 28-29 leur correspondent dans un mouvement contraire :

32- Jésus s’est éloigné de la foule, il est près de ses disciples. On retrouve à nouveau le même verbe (ἐπηρώτων /epêrôtôn) mais, cette fois-ci, ce n’est plus Jésus qui interroge mais l’inverse : il est interrogé par ses disciples.

33Aucune de ces parties ne contient de description des actions de l’esprit. Il s’agit ici d’une activité interrogative et réflexive sur la capacité, ou l’incapacité à chasser cet esprit muet (même si rien n’est dit dans les v. 14-16 de la teneur de la discussion, la réponse du père à Jésus laisse supposer qu’elle est en rapport avec l’incapacité des disciples à guérir l’enfant).

34v. 17-27 :

35Dialogue de Jésus avec le père de l’enfant, avec, au centre de l’action, les manifestations du haut mal, l’exorcisme solennel et la guérison. Les deux personnages principaux sont face à face, il n’y a plus de déplacement dans l’espace, sinon celui de l’enfant que l’on « porte » auprès de Jésus et qui, à la fin, se lèvera, seul mouvement qui l’inscrit, enfin, dans la verticalité de l’humain. Les disciples sont évoqués dans les paroles des deux protagonistes (v. 18-19) mais ils n’ont pas ici de rôle actif, ils se sont fondus dans la foule, devenus témoins.

B. v. 17-19//25-27 :

36Une analyse plus fine permet de discerner que les versets 17-19//25-27 forment comme un 2nd encadrement. Ils pourraient se faire suite dans le récit : exposé de la situation par le père auquel répond l’exorcisme solennel de Jésus. Des deux côtés, il est fait mention de la foule. A l’incapacité des disciples répond la puissance de Jésus, soulignée par la reprise de la même dénomination de l’« esprit muet », l’une dans la bouche du père, l’autre dans celle de Jésus. Cette opposition justifie d’une certaine façon le « Moi, je » solennel qui ne se retrouve pas dans les autres scènes d’exorcisme chez Marc, même pour venir à bout du possédé de Gérasa.

C. Le cœur du texte : v. 20-24 : le face à face Jésus – l’esprit/l’enfant

37A l’intérieur de cet ensemble (17-27), se détachent les versets 20-24 qui mettent l’esprit et l’enfant en présence de Jésus (« et, l’ayant vu, l’esprit…. ») et placent au centre de tout la thématique religieuse de la foi/non-foi (accumulation de termes de la racine de πιστος/pistos), Jésus et le père paraissent immobiles. Plus de mention des autres personnages : ce qui se passe ne regarde qu’eux deux. Plus de déplacement dans l’espace, mais un déplacement intérieur provoqué par la parole : le questionnement de Jésus va permettre au père d’avancer sur son propre chemin de guérison.

38Cette structure enchâssée place au cœur de l’action comme de la réflexion un débat sur la foi, mais non un débat théorique : par son dialogue avec le père, Jésus lui fait faire un chemin qui ouvre la possibilité de la guérison du fils et interpelle à travers lui le lecteur. Sans les v. 20-24, le texte de Marc devient proche de ceux de Matthieu et de Luc. C’est vraiment ce passage qui donne à cet épisode sa signification particulière.

Approche thématique : l’importance du corps et de la parole

39Au niveau thématique, on remarque l’importance de deux axes : celui du corps et celui de la parole.

40Les corps sont en effet intensément présents : mouvements permanents - tous les personnages se déplacent - « course » de la foule mentionnée deux fois (15 et 25), venue de Jésus vers la foule et ses disciples (14), puis retour avec eux vers la maison (28) – même l’enfant qui n’a aucune autonomie est transporté à plusieurs reprises (17, 19, 20).

41Mais cette importance du corps est surtout sensible à travers la demande de guérison et l’évocation spectaculaire de l’enfant malade. Ses mouvements désordonnés (convulsions, raideur, soubresauts, écume…) sont évoqués à quatre reprises (18, 20, 22, 26), deux fois dans la bouche du père et deux fois sous la plume du narrateur. La violence des verbes utilisés - ῥήσσω /rêssô broyer, frapper pour briser, σπαράττω /sparattô, déchirer, agiter convulsivement,πίπτω /piptô, tomber, βάλλω /ballô, jeter -, la reprise des mêmes termes avec de légères variations - ἀφρίζει /ἀφρίζων// aphrizei /aphrizôn (18, 20), συνεσπάραξεν /σπαράξας//sunesparaxen/sparaxas 20, 26) ainsi que les jeux d’allitérations où dominent gutturales et consonnes occlusives (p, d, t) donnent une grande présence visuelle et sonore à cet enfant « muet ».

42Que ce soit lui ou « l’esprit » qui s’exprime, (il s’agit en effet d’une maladie que l’époque analyse en termes de possession quand les symptômes caractériseraient aujourd’hui l’épilepsie ou peut-être l’autisme), son corps crie sa souffrance. Et ce corps malade, lieu de la souffrance, devient celui de l’identité de cet enfant que le vocabulaire employé réduit à une présence animale.

43En opposition apparente à ces éléments très “physiques“, l’autre axe essentiel est celui de la parole.

44Elle apparaît ici dans tous ses états : dialogue direct, parole rapportée (26) ou seulement évoquée (14). Plus de 16 occurrences des verbes « dire, interroger, répondre » renforcées par la forme dialoguée prédominante. Tous sont en train de parler : les disciples et Jésus qui arrivent (leur dialogue en descendant de la montagne nous est rapporté dans les versets précédents), les autres disciples avec les scribes et la foule – sans que soit explicité l’objet de leur discussion - ensuite Jésus avec eux, (v. 16), puis avec le père de l’enfant (v. 17-23), les assistants entre eux (26) et enfin Jésus et ses disciples à nouveau réunis (28-29). Tous parlent donc hormis celui qui est au centre de tout : l’enfant. Son langage est d’autre sorte et pose question à tous.

Unité profonde

  • 15  En accord avec D. Marguerat selon lequel « La logique est le déplacement… » in La construction du (...)

45En fait, à travers l’entrelacement de ces deux thèmes, il règne sur ce texte une grande inquiétude, au sens étymologique, une « in-tranquillité », manifestée aussi bien par les mouvements des personnages que par les prises de parole qui se croisent parfois dans un certain désordre : les scribes discutent puis se fondent dans la foule, Jésus pose une question aux uns et un autre lui répond, on ne sait trop à qui s’adressent ses imprécations. Les sentiments se révèlent : interrogations de ceux qui redescendent de la montagne à voir les leurs entourés et peut-être pris à partie par les scribes, inquiétude du père pour son fils, des disciples pour leur incapacité à le guérir. Même Jésus, dans sa réaction inattendue du v. 19, apparaît comme agacé et imprévisible et non comme le Jésus de la miséricorde auquel le père fait pourtant appel (v. 22). L’atmosphère d’agitation et d’inquiétude qui règne sur la scène apparaît en fait comme un des éléments importants de son unité15 car toute cette inquiétude tourne autour de la question des rapports de chacun à la maladie/guérison et à la foi.

  • 16  Lc 7, 11-17

46Dire que l’unité du texte tient à sa complexité peut paraître paradoxal et artificiel mais cela apparaît vraiment dans l’analyse par rapport à des textes comme la résurrection du fils de la veuve de Naïn16 où tout est concentré sur deux ou trois personnages ou, pour rester chez Marc, la résurrection de la fille de Jaïre où il y a aussi une structure enchâssée – avec au milieu la guérison de la femme atteinte d’un flux de sang – mais où on va au bout de l’actionavec une attention égale pour chacun des personnages. Ici l’unité est moins dans la réussite du miracle de guérison que dans le mouvement qui entrelace cette action au dialogue à plusieurs voix – avec le père puis les disciples – et qui met au centre du texte et de l’attention une interrogation réflexive sur ce qu’est la foi/non-foi.

Les personnages principaux

  • 17  C. Focant propose d’ailleurs de structurer le récit « en fonction des relations établies entre les (...)

47Ce texte présente une grande variété de personnages (représentatifs des principaux personnages rencontrés précédemment) : Jésus et ses disciples - d’abord divisés en deux groupes puis réunis-, la foule, les scribes, le père de l’enfant, l’enfant et l’esprit. Il n’est pas possible dans le cadre de cet article de considérer chaque catégorie pour elle-même, d’autant que tous entretiennent entre eux d’étroites relations17.

48Notre étude se concentrera d‘abord sur les personnages principaux : Jésus, le père, l’enfant et l’esprit, en eux-mêmes et dans leurs relations les uns avec les autres. L’étude des autres personnages - les disciples, la foule et les scribes - prendra place dans une partie orientée sur la construction de la figure du croyant.

Jésus

  • 18  Appelé « Seigneur » dans le texte parallèle de Matthieu (17,15).
  • 19  Lc, 9, 43.

49De façon un peu étonnante, Jésus n’est jamais nommé dans la première partie du texte (14-22), et l’est en revanche à chaque phrase dans les versets suivants (23-27) (trace de la fusion de deux textes différents ?). Le père s’adresse à lui au vocatif en l’appelant « Maître », titre qui n’est pas spécifique à Jésus. Ce dernier n’est pas ici dévoilé comme « fils de Dieu », ou « saint de Dieu » comme dans les autres exorcismes de Marc18 où les démons eux-mêmes le confessent (1,24 ; 3,11 ; 5, 7). Certes l’esprit est « muet », cependant l’absence de réaction enthousiaste de la foule après le miracle, présente dans le texte parallèle de Luc19, semble suggérer que l’essentiel est ailleurs.

  • 20  Mc 9, 25 : τὸ ἄλαλον καὶ κωφόν, ἐγώ σοι  ἐπιτάσσω, ἔξελθε ἐξ αὐτοῦ, καὶ μηκέτι εἰσέλθῃς εἰς αὐτόν.(...)
  • 21  Mc 5, 42.
  • 22  Contrairement au « talitha koum » qu’il adresse à la fille de Jaïrus (Mc 5, 42) ou au « jeune homm (...)

50Jésus apparaît donc ici, comme souvent chez Marc, dans ses activités de thaumaturge et termine par un exorcisme particulièrement solennel adressé à l’esprit qu’il sépare de l’enfant définitivement : « - Esprit muet et sourd, moi, je te l’ordonne, sors de lui et n’entre plus en lui20 » (avec l’insistance du même verbe repris avec un préfixe et une préposition qui s’opposent – ἔξελθε ἐξ/εἰσέλθηςεἰς //exelthe ex/eiselthês eis). Son seul geste : prendre la main de l’enfant en un geste fort qu’exprime le verbe κράτειν/kratein (terme qui évoque le pouvoir) comme pour la résurrection de la fille de Jaïrus21.Ce geste – celui d’un tiers qui le soustrait à la domination d’un esprit étranger au sien - n’est accompagné d’aucune parole s’adressant directement à l’enfant22. Ce silence, frappant dans un texte si prolixe, paraît indiquer – comme l’absence de réaction de la foule – que l’accent est mis sur un autre que lui.

51Au-delà de son rôle d’exorciste dans le récit, Jésus est le moteur de l’action au niveau narratif, une action qui consiste en une parole agissante : ses prises de parole – six sur les dix que comporte ce dialogue - ouvrent et ferment le texte. Par ses exclamations un peu énigmatiques (19. 23), il apparaît ici comme un maître de sagesse déroutant et provoque à la réflexion aussi bien les disciples témoins que le lecteur. Mais surtout, par ses questions, il invente une maïeutique qui permet au père de revenir sur son histoire, de dire leur/sa souffrance et, peu à peu, de laisser surgir une parole personnelle.

Le père, l’esprit et l’enfant

52Le père est vraiment le personnage-clef du texte. C’est lui qui a eu l’initiative « j’ai apporté mon fils », lui qui a sollicité les disciples sur un mode quasi injonctif (cf. la construction έ… / legô…ina + subjonctif), lui qui répond à la première question de Jésus qui ne lui est pas forcément adressée, lui qui parle pour son fils… Père présent, père aimant, père envahissant ?

L’esprit et l’enfant

  • 23  Mc 9, 17 : Διδάσκαλε, ἤνεγκα τὸν υἱόν μου πρός σε, ἔχοντα πνεῦμα ἄλαλον.
  • 24  Mc 9, 20 ::καὶ ἰδὼν αὐτόν, εὐθέως τὸ πνεῦμα ἐσπάραξεν αὐτόν: καὶ πεσὼν ἐπὶ τῆς γῆς, ἐκυλίετο ἀφρίζ (...)

53Dès les premiers mots qu’il utilise, « - Maître, j’ai apporté mon fils auprès de toi : il a un esprit muet23 », il lie l’enfant à l’esprit. De plus, le terme ἔχοντα /echonta– à la voix active - laisse entendre, de façon implicite, comme une complicité de l’enfant avec cet esprit muet : il n’est pas possédé par, c’est lui « qui possède » un esprit muet. Il est d’ailleurs impossible de savoir qui de lui ou de l’esprit est sujet des nombreux verbes d’action : lorsqu’il y a succession des manifestations de l’esprit en l’enfant, les verbes se suivent sans que soit exprimé le changement de sujet (18, 20. 26). De plus, les participes masculins qui servent à décrire ces manifestations sont librement rattachés au substantif neutre τὸ πνεῦμα /to pneuma  (v. 20, 26) là où la correction grammaticale, s’il s’agissait de deux personnes différentes, aurait demandé un génitif absolu24.

54Cette confusion, grammaticalement contestable est profondément porteuse de sens au niveau anthropologique : il n’est pas possible de distinguer clairement l’enfant et l’esprit qui l’habite car le premier n’a pas pour le moment d’existence propre. Ses mouvements sont ceux d’un animal, sa bouche ne profère aucune parole – il écume, grince des dents, crie (κράξας /kraxasévoque étymologiquement le cri du corbeau κοράξ korax), animalité que renforcent sa vie à ras de terre (il se roule sur le sol, est jeté à terre…) et l’absence de notation qui en ferait un « petit d’homme ».

  • 25  Cf supra.

55On a en définitive l’impression que l’esprit a pris le dessus : la quadruple description des symptômes, renforcée par les notations temporelles « depuis l’enfance, souvent » (v. 21-22), rend perceptible le caractère presque permanent des crises. Aucune mention de l’attitude de l’enfant en dehors de ces manifestations pathologiques, décrites à chaque fois avec de nouvelles précisions25. On peut se demander si le père y insiste tant parce que sa souffrance est très grande ou parce que cette maladie est, d’une certaine façon, devenue l’identité de son fils et, peut-être, leur identité commune.

Le père et l’enfant

  • 26  Lc, 9, 41.
  • 27  S. Legasse, L’Évangile de Marc, Lectio Divina, Commentaire 5, Cerf, Paris 1997, p. 551.
  • 28  C. Focant, L’Évangile selon Marc, Commentaire Biblique, Nouveau Testament 2, p. 348.

56Il y a en effet un lien très fort entre le père et l’enfant. Le verbe φέρω /pherô utilisé dès le départ par le père (v.17) puis repris par Jésus et le narrateur (19, 20) donne à l’enfant une connotation d’objet transporté au gré des uns et des autres. (Luc, dans le même contexte, utilise le terme « conduire, amener », προσαγάγω26). Il est d’ailleurs souvent évoqué par le simple pronom de rappel. Père et fils sont sans cesse liés par un génitif d’appartenance « mon fils »τὸν υἱόν μου(17), « son père » τὸν πατέρα αὐτοῦ (21). Sa demande pressante de secours est pour « nous » (22). S. Légasse voit dans ce nous « une touche délicate, empreinte d’émotion, qui traduit la détresse d’une famille27 », C. Focant l’interprète aussi de façon positive, trouvant que « en ne parlant plus de son fils comme d’un tiers mais pour nous, le père entre dans la parole échangée28 », certes la souffrance du fils est aussi celle du père – l’expérience de chacun va dans ce sens - mais ce nous peut également traduire un lien très fort, trop fort de père à fils, sans aucune distance : l’enfant, qui n’a pas d’existence propre en dehors de l’esprit, ne semble pas non plus en avoir une en dehors de son père.

  • 29  Certains manuscrits utilisent le neutre plutôt que le masculin, neutre que Marc utilise aussi lors (...)
  • 30  Mc 9, 27 : Ὁ δὲ Ἰησοῦς κρατήσας αὐτὸν τῆς χειρός, ἤγειρεν αὐτόν: καὶ ἀνέστη.

57Le même terme « ayant crié » utilisé à deux versets d’écart pour le père (24) et l’esprit /l’enfant (26) suggère ce lien très profond entre les deux29 : malgré l’amour qu’il lui porte, la responsabilité du père est peut-être engagée dans le mutisme du fils, ce qui permet de comprendre la relation établie par le texte entre la démarche qu’il entreprend en son propre nom et la libération du fils. C’est au moment où le père se décentre et crie à la première personne sa foi pleine de doute « jecrois, viens au secours de mon manque de foi » qu’enfin deux substantifs désignent – et distinguent les deux personnes et que celui qui était « fils de », « il », devient « l’enfant », seule occurrence de ce terme dans tout le texte. Ces deux cris inarticulés, cris de douleur et de délivrance, marquent le moment où chacun d’eux accède à son identité propre et émerge comme sujet. Pour le fils, aucune parole ne sera prononcée. Seul le mouvement de la main de Jésus qui l’éveille et le met debout30 lui restitue son humanité.

Un dialogue agissant : la foi en question

  • 31  Dt, 32, 5, entre autres.
  • 32  Mt 17, 7 ; Lc 9, 41, « Ô génération incrédule et pervertie /Ὦ γενεὰ ἄπιστος καὶ διεστραμμένη »).

58Au verset 19, en réponse à la première intervention du père, qui décrit pour la première fois les symptômes de la possession de son fils et l’échec des disciples à l’en libérer, fuse dans la bouche de Jésus une double exclamation : « Ô génération/peuple qui manque de foi, jusques à quand serai-je avec vous ? Jusques à quand vous supporterai-je ! ». Elle rappelle les plaintes des prophètes31, à ceci près que Marc, contrairement à Matthieu et Luc32 dans les passages parallèles, la tronque, ne reprenant pas l’adjectif » pervertie »: il met ainsi l’accent sur l’adjectif ἄπιστος/apistos « qui manque de foi, sans foi ». Jésus, par cette réaction, paraît lier l’échec de la guérison de l’enfant et l’incapacité des disciples à un manque de foi. Le pluriel utilisé ne peut renvoyer simplement au père (lier la libération impossible du fils à un défaut de foi du père serait d’ailleurs un discours terriblement culpabilisant). Il s’adresse plutôt aux disciples dont l’incapacité est évoquée juste avant, et aux scribes dont la présence a été soulignée sans qu’ils aient de rôle particulier. Mais le texte continue et, après cette réaction épidermique, Jésus prend en compte la souffrance du couple père-enfant.

Dialogue entre Jésus et le père 

  • 33  Mc 9, 21 : Πόσος χρόνος ἐστίν, ὡς τοῦτο γέγονεν αὐτῷ;

59Vient alors une question sur la maladie, question qui élimine toute description complaisante des manifestations dont il vient pourtant d’être le témoin : « -Il y a combien de temps que cela lui arrive ?33 », la neutralité de ce terme permet au père d’évoquer son fils empêché de vivre debout, menant une vie qui reste embourbée dans les éléments primitifs – il vit à ras de terre (v. 20), risquant l’engloutissement dans l’eau et le feu, interdit d’une vie humaine (le feu peut évoquer aussi l’âtre, l’eau le lac, ou l’eau brûlante d’une marmite). Le père, dans cette seconde évocation, passe sous silence les manifestations spectaculaires pour souligner le risque de mort qu’encourt l’enfant – « pour le faire périr » – et formuler sa première demande de secours « Si tu peux quelque chose, viens à notre secours, en te laissant émouvoir jusqu’aux entrailles pour nous »

  • 34  À l’actif, le verbe σπλαγχνίζω /splagchnizô a pour sens premier : manger les entrailles des victim (...)
  • 35  Mt, 9, 36 ; 14,14 ; 15,32, 20, 34. Mc 1,41 ; 6, 34 ; 8, 2. Lc 7, 13.
  • 36  Lc 10, 33, le bon samaritain ; 15, 20 le père prodigue.

60Le terme σπλαγχνισθεὶς34 splagchnisteis, « t’étant laissé toucher aux entrailles », exprime un sentiment de compassion très puissant. Ce verbe est, dans tous ses autres emplois néo-testamentaires, utilisé soit pour qualifier Jésus en proie à une émotion violente35, soit dans quelques paraboles de Luc qu’on appelle « les paraboles de la compassion36 ». Jamais il n’est ainsi « utilisé » par quelqu’un pour faire appel à la pitié. Il y a là quelque chose de l’ordre du désespoir, ou de la manipulation, auquel Jésus ne répond pas directement. Il reprend la première partie de sa phrase « si tu peux quelque chose ... ». Beaucoup de commentateurs voient, dans cette reprise de l’expression du père, l’expression de la colère de Jésus dans le droit fil de l’agacement qu’il a manifesté précédemment et la ponctuent d’un « ! ». J’y verrais plutôt un écho, une résonance qui laisse se déployer aux oreilles de tous – de celui qui l’a prononcée comme des auditeurs - les multiples significations de ce qui vient d’être dit : expression du désespoir, du doute en même temps que d’une espérance qui ose croire que quelque chose peut encore changer. Et Jésus la complète par une affirmation de nouveau énigmatique, susceptible de plusieurs interprétations : « Tout est possible à celui qui croit ».

  • 37 Mc 14, 36 : « Abba, Père, tout t’est possible /Ἀββᾶ, ὁ πατήρ, πάντα δυνατά σοι / abba ho patêr pant (...)
  • 38  C’est l’interprétation qui semble se dégager de Matthieu (17, 19-20) où Jésus poursuit : « - En vé (...)

61Parle-t-il de lui-même qui peut tout en une formulation qui évoque l’adresse à son Père au jardin des oliviers37 - mais Jésus nulle part n’est montré comme « croyant ». Fait-il référence ironiquement à l’incapacité des disciples dénoncée précédemment. Ont-ils échoué par manque de foi38 ? Ou bien pousse-t-il jusqu’à l’extrême (« tout est possible ») cette logique de la foi : elle donnerait un pouvoir pour laisser entendre qu’il y a erreur sur la compréhension de la foi qui semble celle des disciples qui lui demandent juste après « Pourquoi n’avons-nous pas pu le chasser ? » (v. 28).

  • 39  Mc 9, 24 : Πιστεύω, κύριε, βοήθει μου τῇ ἀπιστίᾳ.
  • 40  À remarquer : la première supplication, à l’aoriste, - βοήθησον /boêthêson - demandait une interve (...)

62Le père cependant ne se révolte pas contre cette affirmation qui peut résonner cruellement à ses oreilles. Il se sent provoqué - c’est-à-dire appelé devant -, il ne se dérobe pas, ne peut plus se cacher derrière la maladie de son fils. Il comprend « immédiatement » (εὐθὺς/euthys) que cette formulation impersonnelle s’adresse à lui et, oubliant un instant son enfant et le problème qui l’a amené là : « et il disait : - Je crois/J’ai confiance, viens au secours de mon absence de foi/confiance39 ». « Viens au secours »(βοήθει/boêthei)même terme que pour sa précédente demande mais émergence du « je » ; le pronom mou//mou au génitif de possession est appliqué cette fois-ci non à son fils mais à ce qui lui appartient (ou plutôt ce qu’il n’a pas), son manque de foi. Et, si l’on en croit l’imparfait d’ἔλεγεν/elegen, « disait-il », là où on attendrait plutôt l’aoriste εἶπεν /eipen, peut-être faut-il comprendre que le père, dans son désespoir, répète cette confession de foi qui est en même temps un aveu de sa non-foi, prise de conscience de son incapacité à croire et prière pour qu’un autre supplée à cette incapacité40, pour que son cœur adhère en vérité aux mots que ses lèvres prononcent. Après cette phrase, il ne dira plus rien, et Jésus ne lui pose plus aucune question. Comme si tout était dit.

  • 41  Mc 10, 52 : ἡ πίστις σου σέσωκέν σε.
  • 42  Cf analyse de ce passage dans M.-L. Veyron, Le toucher dans les évangiles, Paris, Cerf, 2013.

63Que représente donc ce croire demandé par Jésus et affirmé par cet homme ? Remarquons que le verbe « croire » (πιστεύωpisteuô signifie « j’ai confiance » avant de prendre le sens religieux de « croire ») est employé absolument, sans complément : Jésus ne demande de croire ni en lui ni en quelque vérité. Notre texte entre ici en résonance avec un épisode qui clôt chez Marc la section de la montée à Jérusalem. Dans cette péricope qui met en scène Bartimée, l’aveugle de Jéricho (Mc 10, 46-52), il est question d’un homme qui, lui aussi, « criait » vers Jésus son désir de voir, c’est-à-dire de vivre enfin une vie pleinement humaine, digne d’être vécue. Comme dans notre texte, Jésus relie foi et guérison en lui disant : « c’est ta foi/ta confiance qui t’a sauvé41 » quand l’aveugle n’a fait que crier vers lui sa souffrance sans profession de foi. Même parole qu’à la femme atteinte d’un flux de sang (5,34) alors que celle-ci n’a fait qu’un geste : se glisser dans la foule au mépris de toutes les règles de pureté et les conventions sociales pour toucher son manteau42. Dans ces trois textes, la “foi“ n’apparaît pas dans sa dimension “religieuse“ d’adhésion à des dogmes mais comme un mouvement de confiance en l’autre (en l’Autre ?) d’un être humain qui croit, envers et contre tout, que quelque chose peut encore changer.

  • 43  En un mouvement inverse de celui que nous voyons à l’œuvre dans le dialogue qui opposeJésus à une (...)
  • 44  É. Cuvillier, Paroles pour chacun, Femmes et hommes de la Bible interprètes de nos vies, Éditions (...)

64Provoqué par la parole de Jésus43, le père de l’enfant épileptique approfondit, me semble-t-il, la figure du croyant en exprimant un double mouvement de confiance et d’adhésion au cœur duquel il y a reconnaissance de l’impossibilité ou de la difficulté de ce croire. Pour aller plus loin, je reprendrai les mots d’E. Cuvillier : « Ce récit nous apprend en effet qu’incrédulité et doute ne sont pas synonymes mais opposés. Oui, chez Marc, l’incrédulité, c’est la certitude.44 »

65Cet homme a cheminé : à la fois décentrement de son fils et reconnaissance de ses propres impuissances. Il est véritablement advenu comme sujet. Il y a alors retour à la foule : les deux personnages reviennent à la réalité qui les entoure et peut avoir lieu, en présence de tous, l’exorcisme solennel non plus réclamé comme un droit (v. 18) mais accueilli par une foi qui se sait absence, carence de foi.

Dialogue entre Jésus et les disciples 

66Le texte se poursuit ensuite de manière inattendue. Pas d’évocation de la réussite du miracle. Elle n’est d’ailleurs pas si évidente puisque le père a laissé entendre qu’il s’agit de crises intermittentes (et que nous savons aujourd’hui que le réveil après les convulsions et la raideur est caractéristique de l’épilepsie). Dans les épisodes parallèles, la guérison est confirmée : chez Luc par une réaction enthousiaste de la foule (9, 43) et chez Matthieu par une ouverture sur l’avenir (14, 18). Il semble que ce soit autre chose qui intéresse Marc.

  • 45  Mc 9, 29 : Τοῦτο τὸ γένος ἐν οὐδενὶ δύναται ἐξελθεῖν, εἰ μὴ ἐν προσευχῇ.

67Ici, en écho au début du texte qui présentait les disciples entourés d’une foule qui réagissait très probablement à leur incapacité, (même si rien n’était dit de la teneur de la discussion, la réflexion du père (v. 18) laisse supposer que c’est de cela qu’il était question), le dialogue se poursuit sur le même thème, « en privé » entre les disciples et Jésus. La question de leur incapacité est cette fois-ci posée par eux-mêmes mais la réponse de Jésus vient en décalage avec ce qui précède : il n’est plus question de leur foi, qu’il semblait pourtant mettre en cause dans le verset 19. Sa réponse substitue la prière à la foi, terme que l’on attendait pour clore et confirmer ce qui précède : « Cette sorte ne peut sortir en rien sinon dans la prière »45. Est-ce à dire que, pour eux, la condition de la réussite est dans la prière ? Le texte à nouveau pose question car Jésus n’a pas prié avant d’opérer ce miracle.

68Il semble que sa réponse, en glissant de la foi à la prière, propose une autre direction. La parole de Jésus, dans la suite de celle du père, dynamite le débat, intérieur ou extérieur - ai-je/a-t-il suffisamment de foi pour chasser les démons ?- et ouvre un chemin. Puisque la foi possible semble être une non-foi reconnue, il propose la prière qui n’est pas quelque chose que l’on a - ou n’a pas -, quelque chose que l’on peut proclamer mais une attitude spirituelle, existentielle : la formulation particulière du texte qui utilise un complément de lieu - ἐν προσευχῇ/en proseuchê - là où on attendrait un datif de moyen permet cette interprétation, comme si la prière était un lieu particulier, (ἐν /en : “dans“) ouvrait un espace dans lequel se tenir. La prière devient chemin de foi, en dehors de toute certitude. Et la position de cet « enseignement » en clôture du texte lui donne toute son importance.

Les Témoins du miracle : la construction de la figure du lecteur

  • 46  D. Marguerat, « La construction du lecteur par le texte », in The synoptic Gospels, Source critici (...)

69Et nous, lecteurs d’aujourd’hui, que nous dit ce texte ? Selon D. Marguerat, « les déplacements introduits par la « nouvelle critique littéraire » peuvent être rassemblés autour de deux axes … l’intérêt se déplace de la généalogie du texte au texte fini » - démarche qui est la nôtre dans ce commentaire - et « l’intérêt se transfère du pôle de l’auteur au pôle du lecteur ». Pour revenir à une typologie formalisée par U. Eco, l’interprétation d’un texte peut se donner comme objectif de rechercher l’intentio auctoris, l’intentio operis et l’intentio lectoris. Notre analyse s’efforce de rester centrée sur l’intentio operis, c’est-à-dire s’intéresse au « monde du texte » cher à Paul Ricoeur et cherche –modestement – « dans le texte ce qu’il dit en référence à sa propre cohérence contextuelle et à la situation des systèmes de signification auxquels il se réfère ». Elle s’efforce, par une analyse rigoureuse, de ne pas trop projeter dans le texte uniquement ce qui serait en lien avec « ses propres désirs, pulsions, volontés » (sachant bien que l’objectivité n’existe pas). Cependant, « la façon dont se nouent les rapports entre les personnages au niveau du récit évangélique a une pertinence sur l’effet que le texte entend exercer sur le lecteur… L’hypothèse posée à titre heuristique consiste donc à dire qu’il y a homologie entre les rapports qui relient Jésus aux personnages au plan du récit et d’autre part les rapports appelés à se nouer entre le lecteur et le Seigneur confessé au plan de l’existence46 ». Or, ce texte lie entre eux et confond souvent les divers personnages du récit - qu’ils soient les disciples, la foule et les scribes, et même le père – et que Jésus établit des rapports assez semblables avec tous ces témoins du miracle.

La foule et les disciples : une certaine confusion

  • 47  ἐλθὼν, εἶδεν.

70Certes au début, le texte énumère les divers protagonistes, en distinguant clairement les diverses catégories : (14) « Et, venant vers les disciples, ils virent une grande foule autour d’eux et des scribes discutant avec eux. ». Nous savons aussi, par ce qui précède, que trois disciples reviennent avec Jésus vers le reste du groupe (v. 14) mais leur présence à ses côtés n’est pas mise en valeur et la variante au singulier que proposent certains manuscrits47 montre qu’un autre état du texte faisait probablement revenir Jésus seul vers l’ensemble des disciples. Cependant, on ne voit agir ou participer au dialogue ni les uns ni les autres. Jusqu’aux deux derniers versets, ils ne seront pas distingués de la foule. C’est seulement à ce moment-là que, nettement séparés de la foule qu’ils ont quittée, ils se retrouvent dans un rapport privilégié de proximité et de dialogue avec Jésus.

71Dans le reste du texte, ils ne sont pas autrement qualifiés par le narrateur. Ils sont juste présentés au cœur d’un attroupement de gens qui les interrogent, aux prises avec les difficultés de la mission confiée par Jésus. Cette scène qu’omettent les textes parallèles des deux autres évangélistes est d’ailleurs originale car c’est le seul passage des évangiles où des disciples apparaissent en discussion avec les scribes en l’absence de Jésus (image qui se glisse subrepticement d’une jeune église aux prises avec les tenants de l’orthodoxie juive ?). La foule semble déployer plus d’activité : après la discussion avec les disciples, elle les délaisse soudain comme aimantée par Jésus vers lequel elle accourt ; elle réapparaît ensuite au moment de l’exorcisme, s’interroge sur son issue et cherche à interpréter l’immobilité de l’enfant. À la façon d’un chœur antique, elle reste présente sur le lieu de l’action, attire notre regard, commente, s’interroge mais sans participer directement à l’action.

  • 48  9, 15 : πᾶς ὁ ὄχλος ἰδόντες αὐτὸν ἐξεθαμβήθησαν.

72Finalement ce qui frappe dans ce texte, c’est la difficulté à distinguer clairement chaque catégorie. Comment savoir si, dans « toute la foule » qui accourt vers Jésus - singulier collectif immédiatement éclaté en un pluriel d’individus48, se trouvent aussi les scribes et même les disciples ? Qui exprime des doutes lorsque le texte remarque, après l’exorcisme : « et il devint comme un cadavre au point que beaucoup de gens disaient qu’il était mort » (v. 26). D’ailleurs, le texte utilise fréquemment des pronoms de rappel qu’il est parfois difficile d’identifier avec sûreté. Lorsqu’au v. 16, il est écrit : » Et il les interrogea : de quoi discutez-vous avec eux ? » (Καὶ ἐπηρώτησεναὐτούς, Τί συζητεῖτε πρὸς αὐτούς;) à qui Jésus s’adresse-t-il ? à la foule qui est accourue vers lui ? aux scribes ? ou s’est-il déplacé et s’adresse-t-il aux disciples ? selon l’interprétation que l’on fait du premier pronom, le second représentera une autre catégorie. Ou encore, au « j’ai porté » mon enfant auprès de toi, répond un « portez-le moi » au pluriel pouvant s’adresser à des membres de la foule ou aux disciples. De même, on l’a vu, on ne sait pas exactement quels sont ceux qu’il fustige au v. 19 ? « Il leur dit : Ô génération/peuple qui manque de foi, jusques à quand serai-je avec vous ? Jusques à quand vous supporterai-je ? »…

73Sans cesse le texte joue de ces imprécisions qui obligent le lecteur à s’interroger sur le personnage/interlocuteur dans le texte et, du fait de ces ambiguïtés, à s’interroger aussi sur la personne interlocutrice du texte. En effet, la forme dialoguée, et donc les paroles de Jésus au style direct, sollicitent le lecteur… et résonnent d’autant plus à ses oreilles qu’il est plus difficile de savoir précisément à quel personnage du texte elles s’adressent.

Proximité des personnages et du lecteur

  • 49  Marc, 10, 21.
  • 50  Luc 7, 13.

74Autre élément qui permet au lecteur de s’identifier aux personnages : ces derniers sont essentiellement témoins de ce qui se passe et de ce qui se dit devant eux. Avec aucun d’entre eux, on ne voit Jésus établir de rapport véritablement privilégié. Même avec le père, Jésus garde une certaine distance. Pas de regard particulier comme celui qui se pose sur le jeune homme riche49 ou la veuve de Naïn50, aucun « tu » ne lui est adressé malgré son appel à l’émotion de Jésus. Il fait lui aussi partie de cette foule comme l’indique le verset 17 : « un, de la foule, répondit ». S’il participe à la guérison de son fils, c’est moins en agissant directement qu’en accédant à sa propre parole et donc en se mettant d’une certaine façon en retrait.

75On peut dire qu’ils construisent à eux tous la figure du témoin/croyant dans ses diverses facettes : attirance irraisonnée mais pas forcément sans fondement, (marquée par la force du verbe ἐξεθαμβήθησαν /exethambêthêsan« ils furent saisis de crainte »), désir humain sinon légitime que la foi donne un pouvoir ou un droit, et incompréhension face à l’échec. Interrogations exprimées devant la mort apparente de l’enfant, et probables interrogations silencieuses devant les impatiences et phrases énigmatiques de Jésus lancées à un « vous » collectif.

  • 51  Voir supra le commentaire du v. : « Cette sorte ne peut sortir en aucune façon sinon dans la prièr (...)
  • 52  L’Évangile selon Marc, in Introduction au Nouveau Testament, Labor et Fides, Genève 2004, p. 42.

76La discussion qui les agite, reprise par la question de Jésus lui-même « - De quoi discutiez-vous avec eux ? » marque bien que la situation pose question. Lors du dialogue qui réunit à la fin Jésus et ses disciples dans l’espace clos de la maison, conversation « entre initiés » si l’on se réfère à la dimension symbolique de cet espace, on s’attend à avoir une explication de ce qui s’est passé, une réponse claire à la question des disciples : « - Pourquoi n’avons-nous pas été capables de le chasser ? ». Or Jésus fait un pas de côté (ou approfondit ce qui vient d’être dit51 ?). S’il ne parle plus de foi mais de prière, c’est peut-être parce qu’il n’y a rien de plus à dire sur la foi. Le chemin de foi du père devient modèle de cette foi qui doute d’elle-même, et peut-être aussi modèle de prière. En effet, si l’on interprète généralement cette attitude de prière comme s’appliquant aux disciples envoyés par Jésus chasser les démons (ce qui correspond à la date à laquelle paraît l’évangile de Marc quand les jeunes communautés se heurtent aux premières difficultés de la mission), l’expression « dans la prière » (ἐνπροσευχῇ/en proseuchê)peut aussi s’appliquer à celui qui a “prié“, demandé du secours, c’est-à-dire au père. Comme le note C. Combet-Galland : « la figure du père… permet à l’évangile de construire sa plus belle image de la foi qui prie »52. La prière n’apparaît plus ici comme un moyen de parvenir à ses fins – chasser les démons - mais plutôt comme l’expression d’une attitude profonde de confiance et de reconnaissance des limites de cette confiance.

77Le père propose au lecteur – et aux disciples - la figure du croyant qui doute de ses certitudes, celui qui, dans un sursaut d’espérance, refusant de rester enfermé dans sa souffrance, ose crier « je crois » vers ce qu’il ignore. Il me semble que dans un subtil jeu de renversement, c’est le père qui représente l’initié de ce texte.

En conclusion : le contexte, un élément essentiel de signification

78Nous arrivons au terme de notre parcours et, même s’il n’est pas possible de mettre en valeur toutes les dimensions du texte (à peine quelques allusions à sa dimension ecclésiologique en lien avec la date de parution de l’Évangile de Marc, peu d’analyse des diverses couches rédactionnelles…), il nous faut maintenant revenir à sa localisation dans l’évangile de Marc et, en particulier, aux textes qui l’encadrent.

  • 53  É. Trocmé, L’Évangile selon Saint Marc, Commentaire du Nouveau Testament II, Labor et fides, Genèv (...)

79É. Trocmé remarque que les chapitres 9-13 ne contiennent pas d’autre récit de miracle, sinon la guérison de l’aveugle de Jéricho (10, 46-52) et la malédiction lancée au figuier (11, 13-14.20). La plupart des miracles, de même que les guérisons d’enfants et les autres exorcismes, se trouvent en effet dans la première partie de l’évangile. Selon lui53, le thème de cette quatrième section est « le parachèvement de la formation des disciples par rapport aux souffrances du Maître et par l’invitation à suivre Jésus en renonçant à toute autonomie personnelle. Les disciples ne doivent pas s’ériger en guérisseurs utilisant à leur profit leur relation avec Jésus ; ils doivent rester étroitement dépendants de Dieu et du Christ qui les a appelés sous peine d’échecs humiliants ». Certes, l’enseignement de Jésus aux disciples sur lequel notre texte s’achève va dans le sens de cette interprétation. Cependant une autre signification apparaît si l’on se réfère aux épisodes qui l’encadrent.

  • 54 Marc 9, 9-10 : 9Καὶ καταβαινόντων αὐτῶν ἐκ τοῦ ὄρους, διεστείλατο αὐτοῖς ἵνα μηδενὶ διηγήσωνται, εἰ (...)

80Notre passage suit immédiatement celui de la Transfiguration. Il prend place dans le mouvement qui conduit Jésus et ses disciples vers Jérusalem, entre deux annonces de la Passion (8, 31-33 et 9, 31), et surtout entre deux allusions à sa résurrection (9, 10-11. 31-32). Ces deux allusions restent opaques pour les disciples puisque l’évangéliste, dans les deux passages, prend soin de préciser qu’ils ne comprennent pas. Juste après la révélation du « Fils bien-aimé », vient cet épisode qui met en scène un fils qui semble mal-aimé, - c’est-à-dire aimé trop ou sans la juste distance nécessaire. Devant les yeux des disciples qui ne comprennent pas le sens de l’annonce redoublée que « le fils de l’homme se lèverait d’entre les morts » se relève un enfant qui paraît « comme mort »et que « beaucoup croient morts ». La phrase de Jésus provoque chez eux la discussion - comme discute aussi la foule autour de ceux qui n’ont pas pu l’emporter face à l’esprit impur. Trop de correspondances lexicales sont tissées entre notre texte et les versets 9, 9-10. 31-32 pour qu’on puisse parler de hasard54. On retrouve de nombreux termes συζητοῦντες /syzêtountes, νεκρῶν/nekrôn, ἀναστῆναι /anastênaijusqu’au verbe κράτειν/kratein employé dans une expression étrange τὸν λόγον ἐκράτησαν qui semble vouloir dire que, à défaut de comprendre et maîtriser l’événement qu’annonce Jésus, les disciples cherchent à avoir prise au moins sur les mots.

  • 55  16,6 entre autres.
  • 56  S. Légasse, op.cit., p. 554, note 59.
  • 57  E. Trocmé, op.cit., p. 245.
  • 58  C. Focant, op. cit., p. 347, ou S. Légasse, op.cit., p. 546, note 13.
  • 59  Ici, v.15 ; en 14, 33 appliqué à Jésus à Gethsémani ; en 16, 5-6, appliqué aux femmes qui découvre (...)

81Pour finir, attardons-nous un instant sur le verset 27 : « Jésus, s’étant saisi de sa main l’éveilla et il se leva » (Ὁ δὲ Ἰησοῦς κρατήσας τῆς χειρὸς αὐτοῦ, ἤγειρεν αὐτόν: καὶ ἀνέστη). Ce verset, nous l’avons dit, évoque précisément la résurrection de la fille de Jaïrus : même geste de Jésus prenant la main de l’enfant, mêmes verbes pour dire l’éveil des deux enfants mais on peut aller plus loin. Les deux verbes : - ἐγείρειν, ἀνιστάναι - « il l’éveilla et il se mit debout » sont ceux qui, dans les quatre évangiles, disent la résurrection de Jésus55.Même si S. Légasse56 comme É. Trocmé57 réfutent qu’il puisse y avoir là une allusion à celle-ci, la conjonction du vocabulaire et l’encadrement par les deux annonces de mort/résurrection poussent à aller dans ce sens. On comprend mieux alors la présence du verbe ἐξεθαμβήθησαν /exethambêthêsan « ils furent saisis de crainte » (dont de nombreux commentateurs minimisent la portée58). Comme le verbe simple qu’il intensifie, ce verbe ne se lit, dans le Nouveau Testament, que sous la plume de Marc. Lié chez lui au contexte de la passion/résurrection de Jésus59, c’est un verbe fort, qui indique un état qui s’apparente à un état de choc devant quelque chose qui dépasse l’entendement et laisse pressentir l’intervention du divin. Peut-être signifie-t-il au lecteur que l’homme vers lequel se précipite la foule porte sur son visage la lumière de celui qui vient de se révéler sur la montagne, celui qu’il est déjà et qui, après avoir vécu l’angoisse devant la Passion à venir, jaillira du tombeau vide au matin de Pâques.

  • 60  Respectivement : 1, 24 ; 3, 11 ; 5, 7.

82Faut-il lire dans cet épisode la préfiguration de la mort du Fils Bien-Aimé qui devient passage vers la Vie ? On ne saurait peut-être aller jusque là d’autant que ce texte reste discret sur l’identité profonde de Jésus, contrairement à ce qui se passe dans les autres scènes d’exorcisme chez Marc où les démons reconnaissent et nomment Jésus comme « saint de Dieu » « fils de Dieu » ou même « fils du Dieu très haut60 ». Il y a dans cet épisode comme un silence, un vide qui résonne peut-être encore de la voix qui est sortie de la nuée. Il y a, en revanche, un lien clairement établi par le texte entre une expérience de mort traversée grâce à la main tendue de Jésus et une vie véritablement humaine, debout, entée à une dimension spirituelle.

83Aux disciples « qui se demandent ce qu’était se lever d’entre les morts », ce miracle donne une première réponse : pour cet enfant possédé qui traîne sa vie au niveau du sol, la vie est mort et sa mort apparente devient passage vers une vie digne d’être vécue. Le seul verbe dont l’enfant délivré soit sujet – il se leva - exprime un mouvement qui l’inscrit dans la verticalité de l’humain mais aussi dans celle du Jésus ressuscité (grammaticalement d’ailleurs, Jésus pourrait être le sujet de ce verbe). Cette réponse, les disciples ne la comprennent pas à ce moment du récit de Marc, mais, pour nous lecteurs d’aujourd’hui, il me semble que, dans cet épisode, on peut lire la métaphore de ce que peuvent être, dans nos vies humaines, les passages/résurrections qui nous arrachent aux situations mortifères : ces situations dans lesquelles la souffrance – de la maladie ou des relations faussées - nous enferme, cercle que peut rompre, lorsqu’elle nous remet à notre juste place, une parole ou une main (celle d’un autre, celle de l’Autre ?) que nous osons saisir.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie :

Combet-Galland C., L’Évangile selon Marc, in Introduction au Nouveau Testament, Labor et fides, Genève 2004, p. 35-61

Combet-Galland C., Le Dieu du jeune homme nu, Lectures de l’évangile de Marc. Relecture d’un parcours sémiotique*, Thèse, Neufchâtel 1998.

Cuvillier E., Paroles pour chacun, Femmes et hommes de la Bible interprètes de nos vies, Editions Olivétan, Lyon 2006.

Cuvillier E., L’Evangile de Marc, Commentaire, Paris/Genève, Bayard/Labor et fides 2002.

Delorme J., Signification d’un récit et comparaison synoptique (Marc 9,14-29 et parallèles), in C. Focant (éd.), The synoptic Gospels, Source criticism and the new literary criticism, Bibliotheca Ephemeridum Theologicarum Lovaniensium, CX, Camille Focant, Presses universitaires de Louvain, 1993.

Focant C., L’Évangile selon Marc, Commentaire Biblique, Nouveau Testament 2, Cerf, Paris 2004.

Légasse S., L’Évangile de Marc, Lectio Divina, Commentaire 5, Cerf, Paris 1997.

Marguerat D., La construction du lecteur par le texte, in C. Focant (éd.), The synoptic Gospels, Source criticism and the new literary criticism, Bibliotheca Ephemeridum Theologicarum Lovaniensium, CX, C. Focant, Presses universitaires de Louvain, 1993, p. 239-262.

Rolland P., Lecture par couches rédactionnelles de l’épisode de l’épileptique, (Marc 9,14-29 et parallèles) in C. Focant (éd.), The synoptic Gospels, Source criticism and the new literary criticism, Bibliotheca Ephemeridum Theologicarum Lovaniensium, CX, Camille Focant, Presses universitaires de Louvain, 1993.

Trocmé É., L’Évangile selon Saint Marc, Commentaire du Nouveau Testament II, Labor et fides, Genève 2000.

Veyron M.-L., Le toucher dans les évangiles, Lire la Bible, Paris, Cerf 2013.

Haut de page

Notes

1  C. Combet-Galland, « L’Évangile selon Marc », in Introduction au Nouveau Testament, Labor et Fides, Genève 2004, p. 38.

2  Résurrection de la fille de Jaïrus (5, 21-43).

3  7, 24-30.

4  1, 23-28 (l’esprit impur dans la synagogue) ; 3,11-12 (sommaire) ; 5, 1-20 (le possédé de Gérasa).

5  Mc 5, 34, guérison de la femme qui perd son sang.

6  Mc 6-8.

7  Verbe utilisé 6 fois par Marc et absent des passages parallèles de Matthieu et Luc.

8  Employé uniquement par Marc.

9  Hapax legomenon (mot employé de façon unique).

10  ῥήσσω/rêssô, broyer, frapper pour briser, différent de ῥάσσω/rassô, bousculer, jeter par terre.

11  Les notations de genre (masc, n) font référence au texte grec qui, dans ce passage, ne respecte pas les règles d’accord : il mélange le masculin (qui se réfère au mot « fils »), et le neutre (qui se réfère au terme « esprit/τὸ πνεῦμα »), créant un effet très expressif de mélange des deux réalités.

12  Voir C. Focant, L’Évangile selon Marc, Commentaire Biblique, Nouveau Testament 2, Cerf, Paris 2004, p. 347 ou S. Légasse, L’Évangile de Marc, Lectio Divina, Commentaire 5, Cerf, Paris 1997, p. 546, note 13.

13  P. Rolland, « Lecture par couches rédactionnelles de l’épisode de l’épileptique » in The synoptic Gospels, Source criticism and the new literary criticism, Bibliotheca Ephemeridum Theologicarum Lovaniensium, CX, C. Focant, Presses universitaires de Louvain, 1993.

14  C. Focant, op.cit. p. 350-351.

15  En accord avec D. Marguerat selon lequel « La logique est le déplacement… » in La construction du lecteur par le texte, in The synoptic Gospels, op.cit., p. 250

16  Lc 7, 11-17

17  C. Focant propose d’ailleurs de structurer le récit « en fonction des relations établies entre les personnages, ce qui permet de distinguer quatre scènes : Jésus, les disciples, la foule et les scribes (v.14-16), Jésus et le père (v.17-24), Jésus et l’esprit impur (v.25-27), Jésus et les disciples (v.28-29) ». C. Focant, L’Evangile selon Marc, Commentaire Biblique, Nouveau Testament 2, p. 345.

18  Appelé « Seigneur » dans le texte parallèle de Matthieu (17,15).

19  Lc, 9, 43.

20  Mc 9, 25 : τὸ ἄλαλον καὶ κωφόν, ἐγώ σοι  ἐπιτάσσω, ἔξελθε ἐξ αὐτοῦ, καὶ μηκέτι εἰσέλθῃς εἰς αὐτόν.

21  Mc 5, 42.

22  Contrairement au « talitha koum » qu’il adresse à la fille de Jaïrus (Mc 5, 42) ou au « jeune homme » qu’il adresse au fils de la veuve de Naïn (Lc, 7, 14).

23  Mc 9, 17 : Διδάσκαλε, ἤνεγκα τὸν υἱόν μου πρός σε, ἔχοντα πνεῦμα ἄλαλον.

24  Mc 9, 20 ::καὶ ἰδὼν αὐτόν, εὐθέως τὸ πνεῦμα ἐσπάραξεν αὐτόν: καὶ πεσὼν ἐπὶ τῆς γῆς, ἐκυλίετο ἀφρίζων.

25  Cf supra.

26  Lc, 9, 41.

27  S. Legasse, L’Évangile de Marc, Lectio Divina, Commentaire 5, Cerf, Paris 1997, p. 551.

28  C. Focant, L’Évangile selon Marc, Commentaire Biblique, Nouveau Testament 2, p. 348.

29  Certains manuscrits utilisent le neutre plutôt que le masculin, neutre que Marc utilise aussi lorsque Jésus chasse l’esprit dans la synagogue (1, 26), ce qui montre bien qu’ici le masculin est intentionnel.

30  Mc 9, 27 : Ὁ δὲ Ἰησοῦς κρατήσας αὐτὸν τῆς χειρός, ἤγειρεν αὐτόν: καὶ ἀνέστη.

31  Dt, 32, 5, entre autres.

32  Mt 17, 7 ; Lc 9, 41, « Ô génération incrédule et pervertie /Ὦ γενεὰ ἄπιστος καὶ διεστραμμένη »).

33  Mc 9, 21 : Πόσος χρόνος ἐστίν, ὡς τοῦτο γέγονεν αὐτῷ;

34  À l’actif, le verbe σπλαγχνίζω /splagchnizô a pour sens premier : manger les entrailles des victimes.

35  Mt, 9, 36 ; 14,14 ; 15,32, 20, 34. Mc 1,41 ; 6, 34 ; 8, 2. Lc 7, 13.

36  Lc 10, 33, le bon samaritain ; 15, 20 le père prodigue.

37 Mc 14, 36 : « Abba, Père, tout t’est possible /Ἀββᾶ, ὁ πατήρ, πάντα δυνατά σοι / abba ho patêr panta dunata soi.

38  C’est l’interprétation qui semble se dégager de Matthieu (17, 19-20) où Jésus poursuit : « - En vérité, je vous le dis, si vous avez de la foi gros comme un grain de sénevé, vous direz à cette montagne : ‘déplace-toi d’ici à là et elle se déplacera car rien ne vous sera impossible’… ».

39  Mc 9, 24 : Πιστεύω, κύριε, βοήθει μου τῇ ἀπιστίᾳ.

40  À remarquer : la première supplication, à l’aoriste, - βοήθησον /boêthêson - demandait une intervention ponctuelle. Celle-ci, à l’impératif présent, l’inscrit dans la durée.

41  Mc 10, 52 : ἡ πίστις σου σέσωκέν σε.

42  Cf analyse de ce passage dans M.-L. Veyron, Le toucher dans les évangiles, Paris, Cerf, 2013.

43  En un mouvement inverse de celui que nous voyons à l’œuvre dans le dialogue qui opposeJésus à une femme syro-phénicienne, qui, par sa parole de confiance audacieuse, provoque Jésus au miracle et obtient la guérison de sa fille, possédée comme le jeune garçon de notre texte.

44  É. Cuvillier, Paroles pour chacun, Femmes et hommes de la Bible interprètes de nos vies, Éditions Olivétan, Lyon 2006, p. 87.

45  Mc 9, 29 : Τοῦτο τὸ γένος ἐν οὐδενὶ δύναται ἐξελθεῖν, εἰ μὴ ἐν προσευχῇ.

46  D. Marguerat, « La construction du lecteur par le texte », in The synoptic Gospels, Source criticism and the new literary criticism, p. 244.

47  ἐλθὼν, εἶδεν.

48  9, 15 : πᾶς ὁ ὄχλος ἰδόντες αὐτὸν ἐξεθαμβήθησαν.

49  Marc, 10, 21.

50  Luc 7, 13.

51  Voir supra le commentaire du v. : « Cette sorte ne peut sortir en aucune façon sinon dans la prière ».

52  L’Évangile selon Marc, in Introduction au Nouveau Testament, Labor et Fides, Genève 2004, p. 42.

53  É. Trocmé, L’Évangile selon Saint Marc, Commentaire du Nouveau Testament II, Labor et fides, Genève 2000, p. 243

54 Marc 9, 9-10 : 9Καὶ καταβαινόντων αὐτῶν ἐκ τοῦ ὄρους, διεστείλατο αὐτοῖς ἵνα μηδενὶ διηγήσωνται, εἰ μὴ ὅταν ὁ υἱὸς τοῦ ἀνθρώπου ἐκ νεκρῶν ἀναστῇ. 10Καὶ τὸν λόγον ἐκράτησαν πρὸς ἑαυτούς, συζητοῦντες τί ἐστιν τὸ ἐκ νεκρῶν ἀναστῆναι.

55  16,6 entre autres.

56  S. Légasse, op.cit., p. 554, note 59.

57  E. Trocmé, op.cit., p. 245.

58  C. Focant, op. cit., p. 347, ou S. Légasse, op.cit., p. 546, note 13.

59  Ici, v.15 ; en 14, 33 appliqué à Jésus à Gethsémani ; en 16, 5-6, appliqué aux femmes qui découvrent dans le tombeau vide le jeune homme revêtu de blanc.

60  Respectivement : 1, 24 ; 3, 11 ; 5, 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Veyron, « Analyse littéraire de Marc 9, 14-29. Pourquoi choisir ce texte ? », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 12 novembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cerri.revues.org/1450 ; DOI : 10.4000/cerri.1450

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Veyron

Agrégée de Lettres Classiques et écrivaine (Chemin de haute mer, J’écris pour consoler les morts, Ed Domens) ; Chercheuse associée en exégèse et psychanalyse à l’Institut Protestant de Théologie de Montpellier. Chargée de cours au Centre Universitaire Guilhem de Gellone, Montpellier. Dernier ouvrage paru : Le toucher dans les évangiles, Cerf, Paris 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • Les cahiers de Revues.org