Navigation – Plan du site

Le physicien devant la question de l’origine aujourd’hui

The Contemporary Physicist and the Question of Origins
Thierry Magnin

Résumés

Revenant sur le questionnement de la physique sur les origines de l’univers, cet article montre comment dans la remontée vers les commencements, l’Origine échappe au physicien contemporain. L’incomplétude qui en résulte n’est cependant pas une défaite de la raison mais une chance pour progresser. Introduisant le physicien à la confrontation au mystère, elle devient la condition-même de la connaissance.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 S. Weinberg, Les trois premières minutes de l’univers, Paris, Seuil, 1978.

1La question de l’Origine se pose depuis toujours à l’homme, au chercheur scientifique en particulier. Mais pour parler du commencement possible de notre univers par exemple, tous les mots, concepts et représentations utilisés renvoient à autant d’éléments expérimentés dans le monde du scientifique et de ses contemporains, donc bien postérieurs au monde du commencement ! Un bel exemple en est donné dans les textes du grand physicien S. Weinberg racontant « les trois premières minutes de l’univers »1. Il s’agit en fait de tenter de remonter vers le passé à partir d’une connaissance du présent. « Il est malheureusement impossible de commencer le film à l’instant zéro et à une température infinie » dira Weinberg (p. 128). On peut ainsi se demander si ce qui est impossible ici à Weinberg le restera à jamais, même si les progrès de nos moyens d’investigation permettent sans cesse d’affiner la représentation que l’on se fait du commencement.

2Quand on regarde l’histoire de l’univers, du Big Bang à l’homme d’aujourd’hui, n’est-ce pas en fait le tableau généalogique de l’humanité que l’on contemple ? Et quand on fait un tableau généalogique, on part généralement de soi pour remonter le temps. De plus, que cherche-t-on vraiment en faisant ce tableau ? Ne sommes-nous pas alors à la recherche de notre propre origine, au niveau des commencements dans le temps et dans l’espace, mais aussi « ici et maintenant ». On sait qu’il ne faut pas confondre « commencement dans le temps » et « origine » même si le premier est une partie du second. Qui « sommes-nous » est intimement lié à « d’où venons-nous » et à « où allons-nous ». Là se pose la question du sens.

2. Dans cette remontée vers les commencements, quelque chose échappe au physicien, quelque chose de l’ordre de l’origine !

3Dans les théories du Big Bang, le « commencement dans le temps et dans l’espace » échappe puisqu’on ne peut pas remonter à l’éventuel point zéro, si tant est que celui-ci ait une réalité. En effet les équations de la physique ne fonctionnent plus au voisinage de cette éventuelle singularité (en dessous de 10-43 seconde, dit « mur de Planck »), notamment pour la gravité.

4L’univers a une histoire dont l’homme fait partie, et les scientifiques sont capables de la reconstituer dans ses grandes lignes, de proposer des scenarios possibles, même si le commencement dans le temps et dans l’espace leur échappe ! L’univers est donc « intelligible ». Il y a de l’ordre (cosmos) et de l’harmonie. L’homme, petit point de rien de tout, est pourtant capable de comprendre cet univers qui le dépasse en temps et en espace, d’en rendre compte de manière rationnelle ! « Le plus incompréhensible est que le monde soit compréhensible » aurait dit Einstein en son temps.

5En effet, modèles cosmologiques et théories de l’évolution ordonnent aujourd’hui un ensemble impressionnant de connaissances, en une succession d’étapes temporelles. En voici quelques-unes :

Date

(années, par rapport à aujourd’hui)

Étape

- 13,7 milliards

Toute la matière et l’énergie sont concentrées dans un espace de dimension infime, 10-34 mètre. À partir de 10-43 seconde, on peut comprendre et décrire une expansion rapide de cette matière.

- 13,7 milliards

+ 3 minutes

Les noyaux légers (hydrogène, hélium, lithium) sont formés.

- 13,7 milliards

+ 300.000 ans

Les électrons se combinent avec les ions (noyaux) pour former les atomes. La lumière n’est plus piégée par la matière, le « rayonnement cosmologique » est formé.

- 4,6 milliards

Accrétion par gravité d’un très grand nombre d’atomes de deutérium : naissance de l’étoile « soleil »

- 4,5 milliards

Formation de la terre et des planètes du système solaire

- 4 milliards

Apparition de la vie

- 2 millions

Apparition de « homo erectus »

- 200.000

Homo sapiens : apparition de l’homme moderne

  • 2 J. de Rosnay, Les Origines de la vie, Paris, Seuil 1966, p. 86.

6Le passage de la matière inerte à la matière vivante dans la grande évolution de la matière-énergie échappe lui aussi. On parlera de complexifications de la matière, d’émergence, on en comprendra les ingrédients mais, jusqu’à aujourd’hui, on ne pourra « faire du vivant à partir de l’inerte ». Avec la question de l’apparition de la vie, nous restons, comme pour le commencement de l’univers, dans ce temps que nos souvenirs ne peuvent atteindre, un temps où nous n’existions pas. L’histoire de la vie ne peut se raconter d’un seul trait, ni de manière chronologique. Il nous faut souvent faire des « aller-retour » entre le passé et le présent, entrecoupés de vérifications expérimentales. Surtout il s’agit de tenter de rassembler les hypothèses les plus largement adoptées2. Nous restons donc dans un langage de déductions : à partir d’un présent où la science permet un certain nombre d’expérimentations et de découvertes, on remonte vers un commencement dont le scénario complexe et hypothétique (« on pense actuellement que ») n’est pas saisi comme tel, mais seulement conjecturé.

7Et quand l’homme « surgit-il » ? Le passage de l’animal à l’homme échappe lui aussi. Toutes les découvertes accomplies depuis un siècle et aboutissant à établir l’arbre généalogique de notre espèce ont repoussé toujours plus vers l’arrière le moment d’apparition de l’homme, même si des critères d’humanisation sont discutés. Alors, un commencement reste-t-il insaisissable, même si l’on précise de plus en plus les conditions d’apparition ? Le passage de l’embryon de « être humain à personne humaine » qui passionne les débats de bioéthique, échappe lui aussi, de la même manière.

8Ces « seuils » de croissance dont l’origine (et pas seulement le commencement), hier et aujourd’hui, échappe nous font poser la question du sens, question philosophique que les éléments scientifiques n’épuisent pas mais contribuent à renouveler.

  • 3 T. Magnin, L’expérience de l’incomplétude, Paris, DDB/Lethielleux, 2011.

9L’idée d’évolution et celle d’émergence modifient également notre conception de l’origine. La science classique était dominée par les notions de permanence et de stabilité, de prévision, de déterminisme et, par-là, de maîtrise. L’idée de certitude en science avait un rayonnement majeur, quasiment synonyme de « partage de la science divine ». Or l’émergence de la thermodynamique du non équilibre et de la physique quantique, marqua, au XXe siècle, l’avènement dans le champ du rationnel des notions d’incertitude, d’incomplétude, d’indécidabilité, notions qui modifient radicalement le statut de la connaissance via la place du sujet connaissant3. Il s’agit là d’une véritable mutation de la rationalité scientifique dont il convient d’apprécier l’effet sur les mentalités.

10Poincaré tout d’abord, et bien d’autres ensuite, ont montré que le « rêve laplacien » du déterminisme était une illusion. Poincaré est à l’origine de la notion d’imprédictibilité qui caractérise le comportement d’un système complexe pourtant régi par des équations déterministes. La sensibilité aux conditions initiales rend définitivement caduc le rêve laplacien : ce n’est pas parce qu’un système est soumis à une loi d’évolution formellement déterministe que cette évolution est prédictible. Il ne peut donc exister de description exhaustive de la réalité, dans l’état actuel de nos connaissances !

11Complexité croissante, auto-organisation de la matière sont les mots clés pour décrire la lente émergence du vivant. La vie correspond à un processus physico-chimique hors d’équilibre, dont le vieillissement manifeste l’irréversibilité. Ainsi lorsque les systèmes sont hors d’équilibre, les moindres fluctuations (par exemple de type thermique) peuvent l’entraîner à adopter des comportements radicalement nouveaux, induisant l’émergence d’un ordre macroscopique. De manière aléatoire pour le scientifique, le système est amené vers des états où la matière est ordonnée : ce sont les structures auto-organisées. Dans les systèmes hors d’équilibre, l’irréversible se conjugue avec le devenir et l’évolution : on parle d’auto-organisation. Cela accroît le degré de complexité des systèmes, comme dans le cas des cellules vivantes.

12L’histoire de l’univers et de la vie nous présente une montée de la complexité (on parle maintenant de pyramide de la complexité, de seuils de complexité). Ainsi, l’ordre et le désordre, le régulier et l’irrégulier, le prévisible et le non prévisible, se conjuguent pour créer la complexité. Dans une structure complexe, l’ordre est dû à l’existence d’interactions et le désordre permet de rapprocher les constituants du système pour les mettre en interactions. Du coup, dans les systèmes complexes se fait jour une dialectique entre le tout (l’ensemble du système) et les parties. Le tout est alors plus que la somme des parties : la cellule est plus qu’un simple agrégat de molécules. Dans le tout émergent des propriétés nouvelles dont sont dépourvus les constituants, les parties. Le tout est doté d’un « dynamisme organisationnel ». Une forme de causalité élargie se fait jour, rejoignant notre question de l’origine.

3. L’incomplétude du physicien quantique comme signe que l’Origine nous échappe

13Sans entrer ici dans les détails de la mécanique quantique, on peut souligner déjà trois points clés qui vont radicalement modifier les relations sujet-objet et, ainsi, la notion d’objectivité en sciences (et donc d’accès à la réalité et à la vérité) :

141) La définition même des grandeurs physiques est directement conditionnée par les procédures de mesure utilisées, fait nouveau par rapport à la physique classique.
2) La connaissance simultanée des paramètres clés d’une particule élémentaire (sa position et sa vitesse) sont régis par le principe d’incertitude de Heisenberg qui met à mal le principe classique de prédictibilité.
3) La non-séparabilité entre particules élémentaires est de mise à l’échelle subatomique, ce qui sera confirmé dans la deuxième partie du XXe siècle, à partir des inégalités de Bell et des expériences d’Alain Aspect notamment.

15En mécanique classique, la description de l’état physique d’un corps matériel comprend sa position dans l’espace, sa vitesse, sa vitesse de rotation, grandeurs qui nous semblent concrètes. En mécanique quantique, tout ceci est remplacé par un « être mathématique » complexe, le vecteur d’état, qui correspond à ce qu’on appelle la fonction d’onde du système étudié.

16Dans son interprétation de la fonction d’onde, Max Born en 1926 montra que, contrairement à la physique classique qui prédit des évènements, la mécanique quantique prédit seulement des probabilités d’évènements. En mars 1927, Heisenberg énonça son principe d’incertitude d’après lequel des paramètres tels que la position et la quantité de mouvement (produit de la masse par la vitesse) d’une particule ne peuvent être déterminées simultanément avec une précision arbitraire. Ainsi à cause de l’impossibilité de connaître les valeurs initiales avec précision, il faut éliminer le concept classique de prédictibilité, même si l’équation qui régit le vecteur d’état (équation de Schrödinger) est elle-même déterministe. Enfin en septembre 1927, Bohr montrait qu’il était impossible d’éliminer les perturbations dues à la mesure, à l’observation des particules élémentaires.

17Toute mesure correspond à une action sur le système mesuré (appelée « réduction du paquet d’ondes »). Une seule des possibilités représentées par la fonction d’onde initiale se concrétise lors de l’opération de mesure. Ainsi, pour le physicien quantique, mesurer et connaître, c’est agir sur le réel. Le connu est inséparable du sujet connaissant non seulement parce que l’homme est obligé d’en construire une représentation avec des images, un langage et des concepts (ce qu’on sait depuis longtemps), mais aussi parce que la connaissance qu’il prend de l’élémentaire modifie celui-ci. Il s’agit là d’un nouveau statut de l’observateur dans lequel l’objet observé et le sujet observant sont intrinsèquement liés.

18Einstein lutta contre cette vision qui remettait en cause l’objectivité absolue en proposant notamment un « argument » (dit EPR). Cet argument se traduisit par l’expérience des particules corrélées qu’Alain Aspect a réalisée en 1982 : deux particules corrélées forment un tout quelle que soit leur distance de séparation. La connaissance de l’une influe sur l’autre instantanément, sans transmission d’information résultant d’une action physique. C’est ce qu’on appelle la non-séparabilité quantique, déjà contenue dans les positions de Heisenberg. Il y a non-séparabilité à l’échelle des particules alors que nous avons l’habitude dans notre monde macroscopique d’objets séparés même si des relations existent entre eux. En mécanique quantique, les particules ne sont plus « chosifiables » comme en physique classique !

19L’univers quantique, univers d’interconnexions, de non-séparabilité, implique donc une participation du sujet à tel point que le réel qu’étudie le physicien peut être qualifié de réel d’interaction. Le réel reste comme « voilé » aux scientifiques qui expérimentent alors une forme d’incomplétude devant celui-ci.

  • 4 B. Pascal, Pensées, 267 [éd. Brunschvicg].

20Pascal disait déjà : « La dernière démarche de la raison est de reconnaître qu’il y a une infinité de choses qui la surpassent »4. Cette pensée de Pascal rejoint le scientifique d’aujourd’hui qui, pour rendre compte de la dynamique de la matière-énergie, est amené à « penser par relation, par interaction », y compris entre la matière et l’observateur, dans une nouvelle relation sujet-objet. Tout est interaction/relation, le réel atteignable par la science est un réel d’interaction.

  • 5 B. d’Espagnat, Traité de physique et de philosophie, Paris, Fayard, 2002.

21Le réel en soi est inatteignable par le scientifique, voilà ce que la physique moderne, dans la prolongation de Kant, nous dit à sa façon. Pour Kant et pour bon nombre de philosophes, on ne peut rien dire de ce réel en soi ! Pour d’autres, comme le physicien et philosophe Bernard d’Espagnat5, ce réel en soi est en fait « voilé ». Suivons le raisonnement de ce dernier.

22La différence principale entre physiques classique et quantique est que la physique classique est essentiellement descriptive alors que la physique quantique est fondamentalement prédictive. Et plus précisément : prédictive d’observations. Dire que la physique classique est descriptive cela signifie que l’on considère sa visée comme étant de « lever le voile » des apparences : de découvrir et de décrire ce que, sous ce voile, le réel est en soi. Quand ils ont affaire à une théorie de ce type les philosophes disent qu’elle s'insère dans le cadre du réalisme ontologique. On vise la connaissance de ce qui est, de ce qui existe tout à fait indépendamment de nous. Le réalisme ontologique est une conception tellement naturelle qu’elle paraît dictée par l’évidence et le bon sens.

23Or, si étrange que cela paraisse, quand on essaye de présenter la physique quantique de cette manière, c’est-à-dire en mettant l’accent sur l’existence dans l’espace de réalités correspondant aux symboles mathématiques que la théorie utilise pour ses prédictions, on tombe sur les pires difficultés. Il se trouve que la notion même de choses existant par elles-mêmes, dans l’espace, séparément les unes des autres, tend à s’effacer. Et cela au profit d’une certaine globalité qui n’apparaît pas au regard mais se cache dans les équations (voir la non-séparabilité et la notion de causalité élargie en physique quantique).

24En physique quantique, plutôt que des assertions descriptives du type « il existe » (telles et telles choses) on trouve des énoncés de la forme : » si “on” fait ceci “on” observera cela », c’est-à-dire des axiomes dans lesquels le « on », l’observateur humain en général, fait partie intégrante de l’énoncé. De tels énoncés sont parfaitement objectifs si par là on entend qu’ils sont vrais pour n’importe qui. Mais ils ne sont pas ontologiquement interprétables. B. d’Espagnat estime ainsi qu’il faut abandonner cette conception apparemment si évidente et pleine de bon sens que nous avons appelée le réalisme ontologique. Il pense que dans leur ensemble nos connaissances scientifiques ne portent pas sur la réalité-en-soi – alias « le réel », le « fond des choses » – mais seulement sur la réalité empirique, c’est-à-dire finalement sur l’image que, vu sa structure et ses capacités finies, l’esprit humain est amené à se former de la réalité-en-soi. Et compte tenu de cette globalité cachée, il faut abandonner l’idée que les objets, élémentaires ou composés, existent en eux-mêmes, à chaque instant, en un lieu donné de l’espace. Il semble qu’il soit plus vrai de dire que si nous les voyons ainsi c’est parce que la structure de nos sens nous conduit à percevoir le réel de cette manière.

25Cependant d’Espagnat se sépare de Kant sur un point. Il s’agit du fait que, si son analyse de la physique l’éloigne ainsi du matérialisme, elle ne fait pas de lui un philosophe idéaliste. D’Espagnat est pleinement d’accord avec le gros de sa famille scientifique pour dire que tout ne se réduit pas à des idées que nous avons. Il tient pour évident que quelque chose nous résiste : un fond des choses qui toutefois se situe tellement au-delà de tous nos concepts, familiers ou mathématiques, que les phénomènes – ceux que nous percevons et ceux que la science nous décrit – ne permettent pas de le déchiffrer. Ils ne nous donnent sur lui que de vagues lueurs. Quelque chose résiste à nos représentations : le réel est bien là mais il reste « voilé ». Contrairement aux idéalistes, d’Espagnat considère qu'il est incohérent de prétendre écarter radicalement la notion de réel en soi et la notion d’être.

26Il faut donc, pour lui, conserver la notion d’être, mais en prenant soin de ne pas la revêtir de toutes ces notions – spatialité, localité, temporalité etc. – dont la physique actuelle nous révèle qu’elles sont relatives à nous… et que, implicitement, postulent ceux qui proclament que « l’être, c’est la matière ». Cet être, ce Réel ultime, est fondamentalement inatteignable par les méthodes expérimentalo-déductives de la science, lesquelles ne donnent accès qu’à la réalité empirique, en d’autres termes aux phénomènes, c'est-à-dire aux apparences valables pour tous. D’Espagnat n’exclut cependant pas que certains traits de la physique – les constantes fondamentales par exemple – puissent correspondre à des attributs vrais de l’être. C’est pourquoi il appelle celui-ci « le réel voilé ».

27Le physicien d’aujourd’hui prend ainsi conscience que le réel lui échappe, qu’il est « voilé » et qu’il ne peut en avoir au mieux que « quelques lueurs » comme dit Bernard d’Espagnat. Ce dernier ajoute cependant qu’il a besoin de ce réel inatteignable comme « fond des choses » pour « soutenir » la réalité empirique qui seule se donne à l’analyse scientifique.

28Comme le disait le philosophe des sciences Karl Popper en 1935, reprenant les idées de Pierre Duhem :

  • 6 K. Popper, Logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1978, p. 286-287.

« Le vieil idéal scientifique de l’épistémè, l’idéal d’une connaissance absolument certaine et démontrable, s’est révélé être une idole. L’exigence d’objectivité scientifique rend inévitable que tout énoncé scientifique reste nécessairement et à jamais à titre d’essai. En effet un énoncé peut être corroboré, mais toute corroboration est relative à d’autres énoncés qui sont eux aussi proposés à titre d’essai. Ce n’est que dans nos expériences subjectives de conviction, dans notre confiance personnelle, que nous pouvons être absolument certains. Avec l’idole de la certitude (qui inclut celle de la certitude imparfaite ou probabilité) tombe l’une des défenses de l’obscurantisme, lequel met un obstacle sur la voie du progrès scientifique. Car l’hommage rendu à cette idole non seulement réprime l’audace de nos actions, mais en outre compromet la rigueur et l’honnêteté de nos tests. Car ce qui fait l’homme de science, ce n’est pas la possession des connaissances, d’irréfutables vérités, mais la quête obstinée et audacieusement critique de la vérité6. »

29Ici s’exprime une vision nouvelle de la quête de vérité scientifique. L’incomplétude du physicien n’est pas une défaite de la raison mais une condition d’exercice particulièrement ouverte, humble et audacieuse, devant le fond des choses, l’Origine, qui échappe ! Et il peut conduire les scientifiques intéressés à une recherche philosophique sur « le fond des choses », sur « l’Un » de Plotin par exemple.

4. Incomplétude et « mystère du connaître »

30Il est intéressant de constater qu’un nombre croissant de scientifiques, tout en reconnaissant l’importance des travaux de Kant séparant les phénomènes du noumène, ne peuvent se contenter de cette séparation radicale et sont en recherche du fond des choses. Cette démarche correspond à un double mouvement de l’esprit humain :

31‒ le premier est la prise en compte de l’incomplétude du scientifique devant ce réel qui lui échappe, non comme une défaite de la raison mais comme la marque de la finitude humaine devant la complexité du réel ;
‒ le second est, à travers cette expérience de contingence, l’ouverture à l’universel et la recherche de ce fond des choses sans lequel rien ne tient, même s’il faut pour cela entrer dans une interdisciplinarité qui s’impose.

32Notons la « libération de perspectives », l’ouverture que peut produire le passage bien compris du discours totalisant à la reconnaissance de l’incomplétude. Je parlerais ici volontiers de « la joyeuse expérience de l’incomplétude » qui permet de sortir des certitudes rigides, qui conduit à la liberté de reconnaître à la fois notre finitude, notre incapacité radicale d’atteindre par nous-mêmes « le fond des choses » et une ouverture à de nouvelles perspectives enthousiasmantes et moins totalisantes pour appréhender ce « fond des choses », l’Origine.

33Se dégage ainsi la possibilité pour l’homme de sortir de cette « toute-puissance » de la raison seule (sans pour autant négliger ou rejeter la raison, bien au contraire). Par l’expérience de l’incomplétude, le chercheur expérimente une plus juste union entre raison et vision, entre déduction et intuition, dans un renoncement joyeux et audacieux à une compréhension exhaustive et définitive du Réel. Dans une ouverture à l’interdisciplinarité également, qui peut faire tant de bien au niveau de l’éducation et des liens entre disciplines ! Nul doute qu’un tel changement de mentalité peut aussi avoir des conséquences importantes sur notre manière d’agir, vis-à-vis de la nature par exemple, dans l’utilisation des technosciences, mais aussi dans les relations entre groupes et peuples divers, dans un renoncement délibéré à la toute-puissance que permet la reconnaissance positive de l’incomplétude.

34La condition d’incomplétude que rencontre le physicien (et souvent les scientifiques en général comme on peut le voir sur la question cerveau-esprit), n’est pas une défaite de la raison mais une chance pour progresser. Elle l’introduit à la confrontation au mystère. De quel mystère s'agit-il ? C’est le « mystère du connaître ».

  • 7 G. Marcel, Positions et approches concrètes du Mystère ontologique, Louvain et Paris, Nauwelaerts e (...)

35L’un des essais les plus intéressants pour repenser l’idée de mystère a été, au XXe siècle, celui de Gabriel Marcel7. Ce dernier reproche aux philosophes d’avoir « abandonné » le mystère aux théologiens d’une part, aux vulgarisateurs d’autre part. G. Marcel fait porter sa réflexion non seulement sur le mystère du connaître, mais aussi sur le mystère de l’union de l’âme et du corps, sur le mystère de l’amour, de l’espérance, de la présence et de l’être. Il combine l’aspect intellectuel et l’aspect existentiel du mystère.

36L'aspect le plus intéressant pour les questions que nous traitons ici porte sur la distinction que G. Marcel fait entre le problème et le mystère. Le problème est une question que nous nous posons sur des éléments considérés comme étalés devant nous, hors de nous généralement. Certes, si nous réfléchissons, nous sommes bien obligés de reconnaître qu’il subsiste toujours, entre eux et nous, le lien du connaître. Mais le propre de la pensée qui se pose des problèmes est de postuler implicitement que le fait de les connaître ne modifie pas les éléments de ce problème. Le cas le plus clair est celui des problèmes mathématiques classiques.

37Il y a mystère, au contraire, quand celui qui s’interroge appartient à ce sur quoi il s’interroge. C’est pourquoi l’être est mystère puisque je ne puis poser de question sur l’être que parce que je suis. Un mystère, c’est un problème qui empiète sur ses propres données, qui les envahit et se déplace par là même comme simple problème.... c’est un problème qui empiète sur ses propres conditions immanentes de possibilité. Et encore : le mystère est quelque chose dans lequel je me trouve engagé, et ajouterai-je, non pas engagé partiellement par quelque aspect déterminé et spécialisé de moi-même, mais au contraire engagé tout entier en tant que je réalise une unité qui d’ailleurs, par définition, ne peut jamais se saisir elle-même et ne saurait être qu’objet de création et de foi.

38Le mystère abolit donc la frontière entre « l’en-moi » et « le devant moi » qui caractérise le domaine du problématique, même si nous savons que l’acte de connaître est une intervention et que l’on atteint jamais un « en-soi ». Il y a un mystère de l’être qui est aussi mystère de l’acte de pensée, ce qui se traduit aussi par le fait suivant : nous ne pouvons pas nous interroger sur l’être comme si la pensée qui s’interroge sur l’être était en dehors de l’être. Il y a bien un mystère du connaître : la connaissance se suspend à un mode de participation dont une épistémologie quelle qu’elle soit ne peut espérer rendre compte parce qu’elle même le suppose.

39En science, on peut aussi parler d’une implication du sujet pensant (l’homme est un élément de la nature qu'il analyse), même si l’engagement du scientifique n’est pas aussi fort que celui du philosophe, tel que G. Marcel le décrit. De même on peut aussi parler de modification du réel par le sujet qui l’analyse, même si, une fois encore, la modification n’est pas aussi forte ou totale que dans la question philosophique de l’être décrite par G. Marcel (le sujet en physique n’est pas personnalisé, la modification du réel intervient par l’opération de mesure, elle-même dépersonnalisée).

40Pour G. Marcel, le mystère n’est ni l’inconnaissable ni une sorte de pseudo-solution. Loin de désigner une « lacune du connaître », le mystère est un appel à explorer. Cette réhabilitation du mystère sur le plan philosophique permet un pont intéressant avec la théologie.

41La science contemporaine nous invite à prendre la mesure de la positivité de cette incomplétude qui apparaît comme la condition-même de la connaissance. Le « fond des choses » nous échappe et nous appelle en même temps ! Il s’agit d’une belle ouverture à la question de la signification et à la place du sujet dans l’exploration du monde auquel il appartient !

Haut de page

Notes

1 S. Weinberg, Les trois premières minutes de l’univers, Paris, Seuil, 1978.

2 J. de Rosnay, Les Origines de la vie, Paris, Seuil 1966, p. 86.

3 T. Magnin, L’expérience de l’incomplétude, Paris, DDB/Lethielleux, 2011.

4 B. Pascal, Pensées, 267 [éd. Brunschvicg].

5 B. d’Espagnat, Traité de physique et de philosophie, Paris, Fayard, 2002.

6 K. Popper, Logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1978, p. 286-287.

7 G. Marcel, Positions et approches concrètes du Mystère ontologique, Louvain et Paris, Nauwelaerts et Vrin, 1949 ; Etre et Avoir, Paris, Aubier, 1935, p. 183 ; Les Hommes contre l’humain, Paris, La Colombe, 1951, p. 69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Magnin, « Le physicien devant la question de l’origine aujourd’hui », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 10 janvier 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cerri.revues.org/1713 ; DOI : 10.4000/cerri.1713

Haut de page

Auteur

Thierry Magnin

Théologien et physicien, UMRS-443, Professeur des Universités, Recteur de l’Université catholique de Lyon
Principaux ouvrages
Écologie et Économie en crise : qu'en disent les religions ?, avec l'équipe de l’Institut Catholique de Toulouse (ISTR), Paris, L’Harmattan, 2011.
L’univers a-t-il un sens ?, avec Jean Audouze, Paris, Controverses/Salvator, 2010
Rencontres d'infini. Prières d’un prêtre scientifique, Saint-Étienne, Aubin, 2007
Devenir soi à la lumière de la science et de la bible, Paris, Presses de la Renaissance, 2004
Paraboles scientifiques, Montrouge, Nouvelle Cité, 2000.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • Les cahiers de Revues.org