Navigation – Plan du site

La conversion des Slaves et le titre rex attribué à saint Knud Lavard, duc de Schleswig et « prince des Abodrites » (XIIe siècle)

The conversion of the Slavs and the title of rex confered to saint Knud Lavard, duke of Schleswig and « prince of the Abodrits » (12th century)
Agnès Guénolé

Résumés

Au XIIe siècle, la région sud-ouest de la Baltique fut le théâtre d’incessants conflits politico-religieux. Au Danemark, la figure illustre de saint Knud Lavard, duc de Schleswig, dont les prérogatives politiques furent brièvement étendues à l’aire slave en Mecklembourg, est caractéristique d’une idéologie royale dont l’expression prit la forme d’une théologie politique. La dynastie des Valdemar se réclamant de son lien de parenté avec saint Knud Lavard fonda le pouvoir du roi sur une imitation du Christ ; à l’image de celui-ci, saint Knud Lavard puis ses royaux descendants gouvernaient des peuples slaves, leurs vassaux, mais surtout des convertis. Au nom d’une politique de revendication de la conversion des Slaves, l’église danoise, au détriment de l’empire des Staufen, puise dans un registre liturgique les éléments de sophistication d’un discours au demeurant contrôlé par la monarchie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. sur le site web du CIER l’appel à communication du séminaire sur la Conversion, 2009-2010, où (...)
  • 2  Les archéologues n’ont pas trouvé de vestiges attestant de la conversion véritable des Danois avan (...)
  • 3  Knud Lavard ou Knud Hertug est le nom danois du duc ou Jarl de Schleswig (dan. Slesvig). Lavard ou (...)
  • 4  Les historiens parlent d’une « pression allemande » qui conduisit notamment à la conversion d’Hara (...)
  • 5  La vie de Knud Lavard et sa fin tragique sont décrites dans plusieurs sources danoises ainsi que d (...)

1Dans le cadre du séminaire Jeunes Chercheurs consacré au thème de la Conversion et organisé par le Centre Interdisciplinaire d’Étude du Religieux de Montpellier, on se propose ici d’aborder les conséquences de la conversion, et en particulier « la sophistication du discours des institutions religieuses »1. Le sujet de cette contribution concerne l’histoire du royaume chrétien de Danemark2 tout au long du XIIe siècle, depuis l’époque où Knud dit Lavard3 gouvernait le duché de Schleswig (1115-1131) et bien après sa mort, au temps où son fils Valdemar Ier le Grand (den Store) régna sur le Danemark (1157-1182). Au début du XIIe siècle, la région autour de Schleswig était un territoire dépendant du royaume de Danemark et, en raison de sa proximité avec le puissant duché de Saxe, subissait une forte influence allemande sur les plans politique et religieux. La brève période de suprématie allemande sur le Danemark (c. 1131-1165)4 correspondit à l’assassinat de Knud Lavard (1131) et l’instabilité monarchique qu’elle entraîna. Valdemar Ier obtint du pape la canonisation de son père Knud Lavard (1169) au terme d’un long procès ainsi qu’à l’issue de la victoire militaire du Danemark sur le paganisme slave à Arkona (1168). Même si Knud Lavard était le descendant du roi de Danemark Éric Ier le Bon et qu’il fut ensuite le père, l’ascendant, du roi Valdemar Ier, Knud Lavard lui-même ne régna jamais. Le titre de noblesse (Jarl ou duc) et la distinction d’ordre vassalique (rex ou knese dans le sens particulier de « prince ») qu’il reçut de son vivant, firent l’objet d’un discours posthume sur le thème de la prétendue « royauté » de saint Knud Lavard, annonçant et renforçant la royauté effective de son fils, le roi Valdemar Ier, sous le règne duquel et après qui les sources dont nous disposons furent écrites5.

  • 6  L’empire ottonien, puis l’empire des Staufen, avait établi un maillage de diocèses dans ces territ (...)
  • 7  Dans les sources, cette dignité princière est désignée par knese ou rex. En langue russe (dérivée (...)
  • 8  Knud Lavard était un prince séculier et ne prêcha pas l’évangile. Il soutenait l’action des missio (...)

2On observera comment la conversion, en particulier celle des Slaves au sud-est du duché de Schleswig6, fait partie d’une rhétorique religieuse mettant l’accent sur cette « royauté ». Dans le discours, la dimension royale de Knud Lavard lui serait dévolue par sa fonction politique de « prince7 des Abodrites » (ou Obodrites) (1128-1131) ainsi que par son statut de saint (1169). À quelles fins l’église danoise, à titre posthume et dans un registre théologique du discours, a-t-elle investi d’un pouvoir « royal » celui qui n’exerça de son vivant aucune autorité royale à proprement parler ? Comment l’œuvre de conversion, même indirecte8, confère-t-elle à un duc et prince, et qui plus est à un saint, le statut élevé de « roi » (rex) ?

3Dans un premier temps sera présentée dans son contexte la nature plurielle du pouvoir de Knud Lavard.

4Étendu pour une courte période (c. 1127-1131) en territoire slave dans les régions de Wagrie et Mecklembourg, le pouvoir du duc de Schleswig, devenu aussi « prince » des Slaves, fit l’objet d’une rhétorique posthume autour de l’œuvre de conversion des peuples, faisant de lui un « roi » au sens christique sur les peuples relevant de son autorité ; c’est l’objet d’une deuxième partie. La liturgie danoise, mais d’autres sources danoises également, montrent un discours quasi unanime visant à défendre le nouveau saint de l’accusation d’usurpation du pouvoir royal au Danemark dont Knud Lavard fit l’objet de son vivant, jusqu’à causer son assassinat.

5Saint Knud Lavard apparaîtrait dès lors non seulement comme un « roi »-martyr, mais aussi de par une œuvre de conversion revendiquée dès le règne de Valdemar Ier, comme un « roi » convertisseur sur le modèle du Christ. On dégagera dans un troisième temps les implications de ce discours sur la monarchie danoise à partir du règne autonome de Valdemar Ier (1157-1182).

L’autorité politique de Knud Lavard (1115 – † 1131) : contexte et définition des pouvoirs

  • 9  H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland… », art. cit., p. 15. Les sources « insistent sur le rôle (...)
  • 10  H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland… », art. cit., p. 15-16.
  • 11  Il conviendra de se référer à l’article de Jan Rüdiger faisant un bilan historiographique des étud (...)
  • 12  Pour une explication des causes du conflit entre Knud Lavard, ses cousins Magnus Nielsen et Henrik (...)
  • 13  En particulier contre les Slaves lutices ; cf. H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland… », art. ci (...)
  • 14  L. Hermanson, « Saxo and the Baltic. Danish Baltic-sea Policies… », art. cit., p. 105.
  • 15  Saxo Grammaticus, Danorum regum heroumque historia…, op. cit. (ed. E. Christiansen), 1980 (t. I), (...)
  • 16  Cf. notamment Saxo Grammaticus, Danorum regum heroumque historia…, op. cit. (ed. E. Christiansen), (...)
  • 17  H.-O. Gaethke, art. cit., p. 18-20.
  • 18  K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 202.
  • 19  Sur la « royauté vassale (ou inféodée) » (das Lehnskönigtum) de Knud Lavard, cf. H.-O. Gaethke, «  (...)
  • 20  H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland… », art. cit., p. 107-111. H.-O. Gaethke distingue la « ro (...)
  • 21  H.-O. Gaethke, art. cit., p. 18-20.
  • 22  H.-O. Gaethke, art. cit., p. 20 : « Das regnum Obotritorum Knuds bezeichnete nicht nur dessen ‘Leh (...)
  • 23  Comme l’a avancé T. Nyberg, « le nouveau saint, Canut-le-Duc, devint le plus vénéré dans l’île de (...)
  • 24  K. Friis-Jensen a interprété le récit sur Knud Lavard dans les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus, (...)

6Né en 1096 environ, Knud Lavard (lat. Kanutus) était le fils du roi de Danemark Éric Ier Ejegod (lat. Ericus Bonus) et de la reine Bodil (ou Botilde, lat. Botilda). Devenu orphelin, Knud fut élevé par la famille des Skjalm Hvide, magnats de Sjaelland, ainsi que vraisemblablement par son oncle paternel Niels (ou Nicolas) et sa tante Margrete (lat. Margareta)9. La monarchie danoise n’était pas héréditaire mais élective, et ce fut Niels qui succéda à Éric Ier pour un très long règne de trente années. Quand il eût grandi, Knud Lavard enfant fut, par la volonté de son oncle, introduit à la fastueuse cour voisine du duché de Saxe. Le roi de Danemark eut probablement le dessein d’éloigner ce fils de roi de la cour danoise afin de donner toute sa place à son propre fils Magnus qu’il aurait tacitement destiné au trône10. Knud put ainsi approcher dès son jeune âge le duc Lothaire, de vingt ans son aîné, et qui sera couronné empereur germanique sous le nom de Lothaire III, en juin 1133. Les liens qui se tissèrent entre eux à cette époque se révélèrent par la suite inaltérables. La figure de Knud Lavard illustre l’importance des liens entre le Danemark et le duché de Saxe, des liens faits ou défaits selon les alliances et les conflits d’intérêts en particulier concernant la domination de la région de Nordalbingie (Holstein)11. Le duc de Saxe se révéla être le ‘meilleur’ allié politique de Knud Lavard qui sera victime de la jalousie et de l’opposition des siens (son oncle, le roi de Danemark, et ses cousins12). À l’âge adulte, Knud se vit confier par le roi Niels des commandements importants au royaume de Danemark : dès 1113, il participait aux expéditions militaires au service du roi13, et, à partir de 1115, il contrôlait la région de Jutland Sud où il exerça son autorité en qualité de Jarl (duc) de Schleswig (dan. Slesvig). Cette ville était probablement le centre économique et militaire le plus important au Danemark14. Knud Lavard demeurait dans les meilleurs termes avec le duc de Saxe et nouveau roi de Germanie, Lothaire, et reçut de lui, probablement dès 1127 (après mars), le titre de rex Obotritorum (rex ou knese), signifiant« prince des Abodrites »15. Il renforça donc son pouvoir grâce à son entente avec Lothaire, qui avait donc un lien de suzeraineté avec les Slaves voisins, mais Knud bénéficiait aussi potentiellement d’une légitimité à gouverner les Slaves en raison d’un lien de parenté qui le rattachait par sa mère Bodil à Henri de Alt-Lübeck, prince des Abodrites. C’est la mort de ce dernier en mars 1127 qui permit à Knud d’accéder à cette nouvelle fonction16. En recevant du duc de Saxe et roi de Germanie le titre princier lui conférant autorité sur les Slaves abodrites (auxquels les Wagriens et les Polabes sont apparentés), mais aussi en réalité sur les Lutices17, Knud le Duc, en sus d’être vassal du roi de Danemark, devenait aussi vassal de Lothaire. Or, la « double vassalité »18 de Knud Lavard ne fut pas sans provoquer la contestation au Danemark : son titre de rex ou knese conféré par Lothaire était le prétexte central des opposants de Knud qui l’accusaient d’usurper le pouvoir royal au Danemark. La « royauté » de Knud Lavard sur les Slaves, désignée par l’historien allemand Hans-Otto Gaethke comme une « royauté vassale (ou inféodée) », marque la fin des margraves saxons dans cette région19. En établissant Knud « prince » (roi), le roi Lothaire conservait un contrôle sur les pays slaves. H.-O. Gaethke explique l’emploi de rex comme une légitimation d’un pouvoir que l’on ne peut traduire littéralement par une royauté au sens strict20. Le dit regnum Slauorum ne correspondait à aucune organisation politique sur le plan du droit. Le principatus, chez ces Slaves, qui avait été avant Knud Lavard la charge des princes Gottschalk, Budivoj, Kruto, puis Henri, conférait à ce regnum la dimension de ce qui est formulé en allemand par « Königsein über die Slawen » (le fait d’être ou l’état de roi sur les Slaves) ; ce regnum ne désignant pas à proprement parler un « royaume des Slaves » (Königreich der Slawen)21, du moins avant le gouvernement de Knud Lavard, d’après l’hypothèse de H.-O. Gaethke qui estime qu’ « avec lui, sur le sol slave, un royaume avait véritablement été créé »22. Cependant, l’opposition eut raison du brillant Knud qui aurait pu un jour accéder au trône de Danemark, et le « prince des Abodrites », à peine en fonction (environ trois années de gouvernement), fut assassiné en 1131, vraisemblablement par ses cousins. Cette mort violente était aggravée par le fait qu’elle mettait en cause les membres de la famille royale, ce qui peut sans doute expliquer une part du succès du culte de saint Knud Lavard23, véritable martyr par trahison24.

La figure de saint Knud Lavard « roi » dans la liturgie, les annales et l’hagiographie (c. 1170 – XIIIe siècle)

L’accusation du Danemark : la royauté usurpée

7Le titre ducal de Knud est sans cesse rappelé dans les sources liturgiques, de sorte que l’accusation d’usurpation de pouvoir que la monarchie danoise lui porte est présentée dans les sources comme une surinterprétation de son titre. Quelque couronnement qu’il ait reçu, la liturgie le transpose sur un mode symbolique. Le discours liturgique est un discours de défense en faveur du saint qui n’aurait pas prétendu à une charge plus élevée au Danemark que son pouvoir ducal. La monarchie des Valdemar cherche à garantir l’innocence de Knud Lavard en effaçant toute accusation portée contre lui par le passé.

8Relevons un passage de la Passion de Knud Lavard au moment de l’échange ultime entre les deux cousins présentés sur le modèle biblique du fratricide entre les frères ennemis, Caen et Abel. Le martyre se déroule dans la forêt d’Haraldsted, située sur l’île de Sjaelland. Le liturgiste joue sur les mots avec ironie en estimant que le Magnus véritable, le « grand » homme, est en réalité Knud, qualifié de « duc » (Dux magni consilij et consolacionis), tandis que son cousin n’est Magnus, grand, que par le nombre de ses mauvaises qualités :

  • 25  Vitae sanctorum Danorum (désormais VSD), M.-Cl. Gertz (ed.), Copenhague, t. I-III (numérotation co (...)

Accessit Magnus, - Magnus, inquam, nomine, magnus cordis malicia, magnus oris dolositate, magnus inpietate operis […].
Dux magni consilij et consolacionis, proditoris malicie consulere attentans, ait […]
25.

« Magnus approcha, - Magnus, dis-je, de son nom, grand par la ruse de son cœur, grand par la fourberie de sa bouche, grand par l’impiété de son œuvre […] ».
« Le duc, de grand conseil et consolateur, tentant de remédier à la malice du traître, dit […] ».

  • 26  Tunc et rex, falsis fauens suggestionibus, his causis concilio Ripensi eum aggressus est. « Tu » i (...)
  • 27  Th. A. Dubois, N. Ingwersen, « St Knud Lavard : A Saint for Denmark », in Th. A. Dubois, Sanctity (...)

9Le martyre de saint Knud Lavard fut la phase ultime d’une opposition de la monarchie danoise face à l’ascension politique du duc de Schleswig. Les offices montrent le roi Niels accusant Knud Lavard d’ « usurper le nom de roi » (Tu… et regnum meum nomen regis tibi usurpasti)26. Lors de sa Passion, qui se déroule dans la liturgie sur le modèle de la Passion du Christ27, saint Knud Lavard a un dialogue avec Magnus, présenté (dans l’office) comme son assassin et qui l’accuse d’être en train de prendre aux Danois et le pays et le peuple :

  • 28  VSD, Office de la Passion, leçon VIII, p. 198-199.

Sermonibus odij Magnus ducem circumdedit dicens : « Kanute, cuius est Dacia ? » […] omnes post te uadunt, tu tollis a nobis locum et gentem28.

  • 29  VSD, Office de la Passion, leçon VIII, p. 211.

10MaisKnud Lavard a le cœur d’un innocent autant qu’il est un homme droit et pieux. L’office de la Passion conclut sur le titre officiel de noblesse du saint qui fut bien « duc » de Danemark et rien de plus : Passus est igitur vir pius, rectus et innocens, dux Dacie Kanutus29. Pourtant, le discours des sources se trouve aussi inversé : l’accusation qui dénonce une royauté usurpée par Knud Lavard, paradoxalement, laisse place à un discours d’éloge où Knud est comme investi d’une royauté légitime.

« Royauté », suzeraineté et rôle pastoral de saint Knud Lavard

  • 30  Knud IV était l’oncle paternel de Knud Lavard. Knud IV fut canonisé en 1100 sur l’initiative d’Éri (...)
  • 31  T. Nyberg, « Les royautés scandinaves… », art. cit., p. 66.
  • 32  R. Folz, Les saints rois…, op. cit., p. 214-215.

11L’historien français Robert Folz a classé Knud Lavard parmi les « saints rois », ce qui n’est pas l’avis de l’historien Tore Nyberg qui a estimé que Knud Lavard ne compte pas parmi les « saints rois » de Scandinavie, qui sont, dans un ordre chronologique : saint Olav (lat. Olauus) pour la Norvège, saint Knud le Roi (Knud IV)30 pour le Danemark et saint Éric (lat. Ericus) en Suède31. En effet, malgré le discours ambigu sur sa « royauté », saint Knud Lavard ne fut pas à proprement parler un roi, comme on l’a vu précédemment à l’appui de la démonstration qu’en a donné l’historien allemand H.-O. Gaethke. Pourtant, R. Folz se montre plus nuancé quand il écrit à propos de Knud Lavard en « saint roi, artisan de la paix » : « l’intention complémentaire du liturgiste semble être de montrer dans Cnut Laward [Knud Lavard] un quasi-roi »32.

  • 33  Les offices composés pour le culte de Knud Lavard correspondent à la typologie dressée par Robert (...)
  • 34  R. Folz, Les saints rois…, op. cit., p. 113.
  • 35  Ibid., p. 63.
  • 36  Ibid., p. 57-59.

12Malgré l’association inexacte de Knud à une dignité royale au sens commun, l’analyse que propose R. Folz sur les sources liturgiques se rapportant à Knud Lavard33, ainsi que sur le contexte de production de ces sources, permet tout à fait de comprendre à quel type de saint se rattache Knud Lavard dans un XIIe siècle caractéristique : « le siècle des saints rois »34. Du contexte international de promotion des saints au XIIe siècle exposé par R. Folz, retenons tout d’abord que le saint se trouve représenté non plus sur le modèle du Christ en gloire, image propre à l’époque carolingienne et ottonienne, mais désormais à l’« imitation du Christ crucifié et mort »35. Ensuite, on soulignera le « caractère sacerdotal » de la royauté des saints distingués par R. Folz, une « idéalisation » particulière du saint tant défenseur du christianisme, que « collaborateur de l’Église dans son travail missionnaire » et le « principal bienfaiteur » de l’Église (par des fondations, des dons)36.

  • 37  Dans la présente contribution, on emploie les termes « mission », « missionnaire » selon l’usage h (...)
  • 38  Th. Riis, Les institutions…, op. cit., p. 202-205 ; et cf. VSD, Homélie de translation, troisième (...)

13Dans la liturgie et l’hagiographie, saint Knud Lavard voit son titre féodal de « prince des Abodrites » devenir un titre ostensiblement « royal » pour des raisons d’ordre purement religieux. Thomas Riis a mis en évidence l’importance du thème de la mission37, inséparable de celui de la royauté de Knud, en particulier dans les textes de la cérémonie de translation. Il considère cet office comme une véritable « théologie politique de la mission »38. Saint Knud Lavard possède bien dans le discours des sources les attributs d’une mission sacerdotale. La Vie de Knud Lavard confère à celui-ci une part importante de l’œuvre de christianisation des peuples dont il avait la charge. Sa naissance aurait coïncidé avec la fête de saint Grégoire Ier (le 12 mars), grand réformateur de l’Église :

  • 39  Canutus natus est Roskildiæ, […]. Dicendus fuerat Gregorius, quia circa illum diem natus fuit. Cf. (...)

« Knud naquit à Roskilde… On l’avait dit Grégoire, parce qu’il fut né vers le même jour »39.

14Dans les annales de Lund, Knud Lavard, désigné par la formule Sclauorum rex et dux Danorum, aurait amené des païens à la conversion et, par son mérite personnel et sa popularité, la dignité princière (« royale ») aurait été pressentie comme devant lui être accordée. Sa mission sacerdotale est exprimée par une conversion plurielle marquée de son œuvre de paix et de christianisation :

  • 40  Sclauorum rex et dux Danorum Kanutus, filius Erici Egothe, qui lupos in agnos, predones in pacific (...)

« Knud, roi des Slaves et duc des Danois, fils d’Éric Ejegod, qui a converti les loups en agneaux, les pillards en pacificateurs, la guerre en paix, les païens en chrétiens, surpris par la traîtrise de son frère, fut passé au fil de l’épée par son parent Magnus, fils de Niels. […] Il jouissait de tant de vénération en raison de la paix qu’il avait établie dans son duché et pour l’honnêteté de ses mœurs et de ses actions, que toute la région souhaitait qu’il soit le futur roi »40.

  • 41  H. Legrand, « Royaume de Dieu », Encyclopædia Universalis, version 13 (2008).
  • 42  Responsorium, Vêpres de la Passion, Monumenta Germaniae Historica Scriptores XXIX, G. Waitz (ed.), (...)
  • 43  Ibid.
  • 44  R. Folz présente à ce propos un passage d’office (deuxième nocturne, troisième répons) de saint Kn (...)
  • 45  K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 204.

15Knud conserve son titre ducal dans le discours et n’est jamais qualifié de « roi des Danois » ou « de Danemark ». Knud est « prince » chez les Slaves et en même temps, pourrait-on dire, « roi » dans un Royaume de Dieu peuplé de convertis. Comme l’a souligné Hervé Legrand, « le règne de Dieu passe par la conversion du cœur de l’homme. Le Royaume de Dieu est un événement de salut, et le Christ en est le Roi à travers sa mort et sa résurrection »41. Dans sa tâche, Knud fut choisi par Dieu et constitué même par lui dans le duché de Schleswig, afin d’en être le duc, ou le guide, ou le pasteur de son peuple au sens chrétien (ducem populi sui)42. En « roi » véritable lors des cérémonies liturgiques, Knud est couronné : Beatus uir cuius capiti dominus coronam imposuit43. Sa royauté apparaît enracinée dans le motif de la conversion des païens : sans eux, Knud n’eût jamais été couronné par le Seigneur. Dans la perspective de dégager la dimension pastorale ou sacerdotale de saint Knud Lavard représenté en rex, on rappellera les propos de R. Folz : « la conversion d’un peuple encore païen par son roi chrétien est le plus beau titre qui puisse être reconnu à celui-ci pour son élévation à la sainteté »44. Mais Dieu ne l’aurait pas seulement institué dans sa fonction politique et sacerdotale : la naissance de son fils dans l’année de son assassinat est représentée comme un signe de la volonté de Dieu45, l’avènement d’un roi.

16Observons la Vie de saint Guillaume d’Æbelholt († 1203), chanoine français devenu abbé au Danemark, dans laquelle saint Knud Lavard se trouve mentionné. L’auteur anonyme fait une longue parenthèse expliquant le contexte dans lequel se trouvait la monarchie danoise avant l’arrivée de saint Guillaume. Il fait référence à Valdemar Ier (lat. Waldemarus), présenté comme vaillant et glorieux « fils de martyr » (filius … martyris). C’est ainsi que l’on apprend que, sous le règne de Valdemar Ier, les Slaves « étaient alors païens » (Sclauos, qui tunc pagani erant). Dans ce contexte, Knud Lavard apparaît comme « roi et martyr » :

  • 46  Il s’agit de Valdemar Ier.
  • 47  Anno ab incarnatione domini .M.C.L.X.I. regnante in Dacia Waldemaro rege filio Canuti regis et mar (...)

« En l’an 1166 de l’Incarnation du Seigneur, au Danemark, sous le règne du roi Valdemar, fils de Knud, roi et martyr, (– qui46, hors des limites de son royaume, repoussa les Slaves qui avaient l’habitude de l’envahir souvent, faisant captifs hommes et femmes, et pillant toutes les choses sur lesquelles ils pouvaient porter la main ; comme il était en effet fils de martyr, par sa propre intervention dans tous les engagements au cours des guerres qu’il dirigea contre les Slaves, qui étaient alors païens, il en sortit glorieux vainqueur, et à partir de là, leur ayant montré la voie du salut éternel, les força à soumettre leur cou au joug du Christ ; […] »47.

  • 48  Les Slaves du sud de la Baltique connaissaient pourtant un processus de christianisation depuis le (...)
  • 49  Les spécialistes de l’hagiographie médiévale ont émis l’hypothèse selon laquelle dans les sources (...)

17La « royauté » de Knud Lavard est ici affirmée sans ambages en lien avec sa nature sainte, puisqu’il est bien qualifié dans le même temps de « martyr ». Sa dimension royale provient en partie de la conversion des Slaves assurée par le royaume de Danemark, ou au moins revendiquée48 : estimés « païens » par les Danois49, les Slaves mentionnés par l’hagiographe auraient donc été convertis grâce à Valdemar Ier, puis ses successeurs. Appuyée sur la filiation sainte par le biais de Knud Lavard, cette revendication appartient à la nouvelle dynastie des Valdemar.

Les implications politiques du culte de saint Knud Lavard sous Valdemar Ier (1157 – † 1182) et Knud VI (1170/1182 – † 1202). Les revendications : l’ascendance sainte, la conversion des « païens » et l’auto-désignation Sclauorum rex

Saint Knud Lavard, le saint patron et l’ancêtre

  • 50  Saint Knud Lavard et saint Knud le Roi (Knud IV) étaient parfois tous les deux confondus, ou même (...)
  • 51  T. Nyberg, « Les royautés scandinaves… », art. cit., p. 68. La figure du saint roi du Nord n’aurai (...)
  • 52  Ibid.

18Dans la deuxième moitié du XIIe siècle, saint Knud Lavard devint un saint patron recherché tant par les magnats que les marchands. Une guilde de saint Knud Lavard fut créée, regroupant des chevaliers, des corporations de marchands et le roi en personne. Saint Knud Lavard n’aurait cependant pas joué un rôle unificateur pour le royaume de Danemark50. L’importance donnée par la monarchie à la référence à saint Knud Lavard évoluera après le XIIe siècle. T. Nyberg a souligné que Knud Lavard joua le rôle d’un ancêtre, « mais seulement pour ses successeurs immédiats »51. En effet, aux XIIIe et XIVe siècles environ, le royaume de Danemark tirera sa force et sa puissance non plus d’un saint roi (en l’occurrence saint Knud le Roi d’Odense), mais de la loi du pays. La situation n’est pas la même en Suède et en Norvège, où se produisit au contraire un rapprochement vis-à-vis des saints rois52.

À l’issue de la victoire militaire sur les « païens » de Rügen (1168) : le sacre royal de 1170

  • 53  L. Hermanson réfute l’idée selon laquelle ce conflit dano-vende ait eu un caractère national. Au c (...)
  • 54  Cf. notamment Th. Riis, Les institutions…, op. cit., p. 202.
  • 55  T. Nyberg, « Les royautés scandinaves… », art. cit., p. 69.
  • 56  Sur ce point, cf. K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 197 : par la ca (...)
  • 57  K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 199.
  • 58  Ibid., p. 201.
  • 59  Ibid., p. 207. K. Friis-Jensen reprend ce propos de N. Skyum Nielsen pour justifier l’événement su (...)

19Une conjonction d’événements accompagna la canonisation de Knud Lavard enfin obtenue en 1169. Le pape accorda cette faveur au roi de Danemark qui venait de soumettre en 1168 le dernier sanctuaire majeur des Slaves païens et apostats, situé à l’extrémité de leurs territoires, à Arkona sur l’île de Rügen53. Fait significatif : le 25 juin 1170, dans une même cérémonie, le roi Valdemar Ier couronna de son vivant son propre fils Knud VI, nommé ainsi vraisemblablement en mémoire de saint Knud Lavard, et procéda à la translation des reliques de ce dernier54. Le roi mêle ainsi la victoire sur le paganisme slave, tant la conquête territoriale que l’œuvre de christianisation, à un caractère saint du pouvoir transmis par la filiation. T. Nyberg présente le Danemark comme « un royaume moderne fondé sur l’idée de sacralité de l’État et sur l’idéologie du couronnement »55. Le couronnement de Knud VI, roi-enfant alors associé au règne de son père, inaugure une pratique nouvelle de succession au trône de Danemark sur un principe d’hérédité56. L’office de Ringsted, comprenant la cérémonie de translation et le couronnement, fut célébré par l’archevêque de Lund, Eskil, comme le rapporte Saxo Grammaticus (Gesta Danorum, livre 14, chap. XL, section 12)57. Des historiens se sont interrogés sur la question de savoir pourquoi Saxo se montre laconique sur la cérémonie de Ringsted, et proposent de considérer que l’officiant n’étant pas Absalon (alors évêque de Roskilde), son maître dans l’écriture, Saxo aurait donc disposé de peu d’informations58. Cette conjonction d’événements majeurs fait consensus dans l’historiographie danoise qui la considère centrale pour l’affirmation de cette monarchie au XIIe siècle : Knud Lavard représentait d’une part le conquérant des Slaves et d’autre part le fondateur de la maison royale danoise59.

  • 60  Ibid., p. 210 ; K. Friis-Jensen emploie l’expression « site d’inhumation royale ».
  • 61  Ibid., p. 209.

20L’église de l’abbaye de Ringsted (actuelle église saint Bendt), où se trouvait centralisé le culte de saint Knud Lavard, devint le panthéon de la monarchie danoise de 1182 à 1341 60. Valdemar Ier, qui mourut au château de Vordingborg (en Sjaelland), fut inhumé à Ringsted61 et demeurait ainsi « en la présence du défunt » saint Knud Lavard, pour reprendre l’expression de Karsten Friis-Jensen (« In the Presence of the Dead »). En instaurant le principe d’hérédité, la dynastie des Valdemar revendique d’abord l’héritage ou l’ascendance paternelle sainte, à laquelle ensuite elle donne une postérité : le règne de Knud VI sera l’ère de la revendication de la suzeraineté danoise (exprimée dans les sources par un vocabulaire de la royauté) en territoire slave sur le modèle initial de saint Knud Lavard dont les titres politiques furent instrumentalisés dans une savante ambiguïté.

L’intitulation Sclauorum rex dans les relations diplomatiques du Danemark

  • 62  Th. Riis, « Autour du mariage de 1193 : l’épouse, son pays et les relations franco-danoises », in (...)

21La royauté du Christ était alors un modèle pour les monarchies d’Occident, mais constituait au Danemark, à partir du règne de Valdemar Ier, un modèle nouveau d’idéologie royale pour l’affirmation de la nouvelle dynastie. Le roi de Danemark désormais régnait à l’image de Dieu dont il détenait son pouvoir62.

  • 63  Diplomatarium Danicum (désormais DD) s. 1, t. III, C. A. Christensen, H. Nielsen & L. Weibull (eds (...)

22Sous le règne de Knud VI, la monarchie danoise adopta dans sa diplomatie une titulature nouvelle (Danorum Sclauorumque rex) marquant sa suzeraineté sur les Slaves du sud de la Baltique, en particulier ceux de Poméranie, parmi lesquels le duc Bugislav qui prêta serment de vassalité au roi de Danemark en 1185. Cette intitulation, qui apparaît fréquemment dans les diplômes à partir des années 119063, sera employée au XIIIe siècle par la dynastie des Valdemar. Au début du XIVe siècle, la monarchie danoise emploiera encore cette désignation d’une suzeraineté étendue à l’aire slave. Or, l’expression de cette suzeraineté est, dès le départ, traduite par la monarchie sous le même vocable que celui désignant la dignité royale (rex).Sur les Slaves, le roi de Danemark paraît régner, mais son autorité n’est pas réellement royale, elle est celle d’un suzerain dans le cadre de la hiérarchie féodale.

  • 64  DD s. 1, t. V, N. Skyum-Nielsen (ed.), lettre n° 24 (datation supposée le 2 octobre 1212), p. 33-3 (...)
  • 65  DD s. 1, t. IV, N. Skyum-Nielsen (ed.), lettre n° 48 (datation approximative 1202-1205), p. 98-101
  • 66  DD s. 1, t. VII, N. Skyum-Nielsen & H. Nielsen (eds.), lettre n° 276 (datation le 15 mai 1248), p. (...)
  • 67  Malgré le sens de « prince » que l’on peut donner à rex dans ce contexte précis (d’après l’histori (...)

23De la part des interlocuteurs du Danemark, l’intitulation de la dynastie des Valdemar conserve presque toujours la forme invariable de Danorum rex. Excepté dans les diplômes formels adressés au roi de Danemark par le roi Plantagenêt Jean d’Angleterre ou Sans Terre64, allié du roi de Danemark, l’intitulation complète voulue par la dynastie (Danorum Sclauorumque rex, puis au XIIIe siècle Danorum, Slauorumque rex, dux Iutiae, dominus Nordalbingiae65ainsi que dux Estonie66) est absente des diplômes formels adressés au roi de Danemark à la même époque par l’empereur Staufen et le pape, qui se contentent de rex Danorum ou rex Dacie. La domination des territoires slaves au sud de la Baltique, allant de pair avec l’achèvement de la christianisation de ces peuples, christianisation entamée depuis le Xe siècle par les missions allemandes, constituait le point névralgique d’un conflit tacite entre l’empire des Staufen et le royaume de Danemark, tandis que la papauté à Rome cherchait quelle position elle devait adopter sans vraiment prendre parti en faveur de la monarchie danoise, qui, au fond, revendiquait pour elle-même le résultat de son expansion. L’absence de l’usage de cette titulature dans les diplômes formels adressés au roi de Danemark, excepté ceux émanant de la cour d’Angleterre, marquerait à mon sens la non-reconnaissance, voire la contestation par l’empire des Staufen des revendications de la monarchie danoise quant à la domination des Slaves du sud de la Baltique, tant sur un plan territorial que religieux. On pourrait envisager l’hypothèse selon laquelle la suzeraineté du roi de Danemark sur les Slaves, ou une partie d’entre eux, n’était au fond d’un point de vue extérieur sans doute non transférable à la dignité « royale »67 et donc non reconnue comme telle.

Conclusion

24On notera que saint Knud Lavard fit l’objet d’un culte important, dont on a conservé des œuvres liturgiques tout à fait révélatrices de l’idéologie royale au Danemark depuis le règne de Valdemar Ier. La dimension royale de saint Knud Lavard se révèle sur un plan ultime par le paradoxe suivant : d’un côté ses opposants l’accusèrent d’usurper la fonction royale au Danemark ; d’un autre côté, les liturgistes font parfois un réemploi littéral de cette accusation à laquelle ils inversent le sens, non plus pour accuser Knud Lavard, mais pour l’établir « roi ». La rhétorique employée prend les accents d’une réhabilitation du pouvoir de Knud, un pouvoir tant légitime que mérité. Les titres politiques (dux, rex, knese) sont en quelque sorte discutés et le discours paraît volontairement glisser vers une royauté indiscutable de Knud Lavard. Le discours liturgique ôte l’outrage pesant sur le duc, tout en le revêtant du même « habit » de roi, mais sur un autre registre. On a ainsi observé ce que je considère comme une sophistication du discours par lequel l’église danoise reprend, pour des applications liturgiques, des éléments de la réalité politique, mais les modifie, les adapte au point que des mots identiques prennent un nouveau sens sur un plan théologique. Saint Knud Lavard devient, dans la liturgie, un « roi » légitime par l’œuvre de conversion des peuples locaux (au sud-ouest de la Baltique) dont l’accomplissement est revendiqué par le Danemark.

  • 68  Certes, on compte plusieurs Knud dans les aïeux de la famille royale au Danemark, mais il semble b (...)
  • 69  Th. Riis, Les institutions…, op. cit., p. 202. La cérémonie du sacre de Knud VI apparaît comme un (...)

25Le royaume de Danemark se veut résolument très chrétien (christianissimus) : la monarchie se fabrique une ascendance digne du royaume céleste. Le lien privilégié de filiation dont est issu le roi Valdemar Ier est sans doute à mettre en rapport avec la prétention dynastique naissante. Valdemar Ier va instaurer un principe d’hérédité dans la succession au trône. La figure sainte de Knud Lavard, père de la nouvelle dynastie, instaure un principe de continuité dans la monarchie. Cette continuité fut marquée par un temps fort avec le sacre du fils de Valdemar Ier, Knud VI, nommé ainsi en mémoire de son grand-père Knud Lavard68, sacre qui eut lieu le jour de la translation des reliques de Knud Lavard, le 25 juillet 1170 69. Le parallèle est étroit entre le couronnement du jeune Knud VI et un couronnement symbolique de Knud Lavard,fait saint… et « roi ».

26Dans une perspective interdisciplinaire propre aux séminaires du CIER de Montpellier, cet exposé vise à offrir des champs de réflexion communs à d’autres disciplines, comme la littérature qui, dans ses domaines d’investigation, peut s’intéresser également à l’analyse du discours, en particulier à l’écart entre l’intention et l’objet relaté, les transferts d’images, ou les allégories. Le sujet peut aussi concerner la théologie, qui, dans le cadre de la liturgie médiévale en particulier, permet, à mon sens, l’utilisation dans un registre métaphysique de termes proprement historiques et correspondant à une réalité précise. Cet objet d’étude peut également être comparé à d’autres périodes et contextes historiques, si l’on considère en particulier l’émergence de dynasties et le processus de leur création, ainsi que les enjeux conduisant les royaumes à revendiquer leur expansion et la conversion de peuples « étrangers ».

Haut de page

Annexe

Il convient de se référer aux deux cartes géographiques placées en annexe pour accompagner le texte de cette contribution. Carte 1 : Contexte géopolitique du duché de Schleswig (1115-1131) ; carte 2 : Peuples et situation religieuse au sud-ouest de la Baltique (c. 1068-1168) ; chronologie.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1  Cf. sur le site web du CIER l’appel à communication du séminaire sur la Conversion, 2009-2010, où les axes de réflexion et le cadre méthodologique sont exposés.

2  Les archéologues n’ont pas trouvé de vestiges attestant de la conversion véritable des Danois avant la dernière décennie du Xe siècle. Avant cette période ont été découvertes de riches tombes païennes qui pourraient peut-être correspondre à un rejet ostentatoire du christianisme ; cf. M. H., Gelting, « The kingdom of Denmark », in N. Berend (ed.), Christianization and the Rise of Christian Monarchy : Scandinavia, Central Europe and Rus’ c. 900-1200, Presses universitaires de Cambridge, 2007, p. 78-79.

3  Knud Lavard ou Knud Hertug est le nom danois du duc ou Jarl de Schleswig (dan. Slesvig). Lavard ou hertug signifient « le duc ». La transformation du nom en Canut dans les articles en anglais, ou en français, est plus courante, mais, dans cette contribution, on a conservé l’orthographe originale des noms de personne appartenant au royaume de Danemark, excepté Éric (dan. Erik). Il est possible de le désigner aussi par l’appellation Canut le Duc (de Ringsted), afin de le différencier de Canut le Roi (d’Odense) qui le précéda et fut roi de Danemark sous le nom de Knud IV (1080-1086), appelé aussi Canut le Saint.

4  Les historiens parlent d’une « pression allemande » qui conduisit notamment à la conversion d’Harald à la Dent Bleue sans qu’il y ait eu alors de suprématie allemande au Danemark. L’influence anglaise était considérable depuis l’union dynastique entre le Danemark et l’Angleterre au XIe siècle. En dépit du déclin de l’empire de Knud le Grand en mer du Nord, les influences anglaises sur la monarchie danoise ont perduré de façon importante au XIIe siècle. Une suprématie allemande est toutefois reconnue entre 1131-1165 environ ; cf. M. H., Gelting, « The kingdom of Denmark… », art. cit., p. 109-110.

5  La vie de Knud Lavard et sa fin tragique sont décrites dans plusieurs sources danoises ainsi que dans une chronique allemande. Knud inspira probablement dès sa canonisation (1169) la rédaction de pièces liturgiques, et la popularité de son culte est attestée encore par des pièces liturgiques du XVIe siècle ; Thomas Riis (Les institutions politiques centrales du Danemark 1100-1332, Presses universitaires d’Odense, 1977), Michael Chesnutt (The Medieval Danish Liturgy of St Knud Lavard, Copenhague (Bibliotheca Arnamagnœana, 42), 2003), Thomas A. Dubois et Niels Ingwersen (« St Knud Lavard : A Saint for Denmark », in Th. A. Dubois, Sanctity in the North : Saints, Lives, and Cults in Medieval Scandinavia, University of Toronto Press, 2007, p. 154-202) en particulier ont étudié ce type de sources à caractère tant religieux qu’historique. M. Chesnutt a réédité la Vie de Knud Lavard. On a longtemps pensé que cette Vie avait été rédigée pour la cérémonie de canonisation et de translation du saint en 1170. M. Chesnutt propose de considérer que la partie en prose de la Vita fut composée plutôt vers 1180-1200 ; cf. K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead. Saint Canute the Duke in Saxo Grammaticus’s Gesta Danorum », in L. B. Mortensen, The Making of Christian Myths in the Periphery of Latin Christendom (c. 1000-1300), Université de Copenhague, Museum Tusculanum Press, 2006, p. 197. – Mentionnons brièvement les sources narratives principales se rapportant à Knud Lavard que sont la Chronica Slauorum du chroniqueur allemand Helmold de Bosau, les Gesta Danorum du clerc danois Saxo Grammaticus, et la chronique danoise anonyme de Roskilde. Pour une présentation récente des différentes sources se rapportant à saint Knud Kavard, cf. Th. A. Dubois, N. Ingwersen, art. cit. – Pour une analyse de la rhétorique employée par Saxo Grammaticus, s’inspirant directement ou indirectement des auteurs romains tels que Quintilien et Cicéron pour faire l’apologie de Knud Lavard au livre 13 des Gesta, cf. N. Haastrup, « Retoriske analyse af Knud Lavards forsvarstale på grundlag af laeren om status », in I. Boserup, Saxostudier, actes de colloques (Copenhague, 1969-70), Copenhague, Museum Tusculanum Press, 1975, p. 107-116. – E. Christiansen a commenté le récit fait par Saxo Grammaticus sur Knud Lavard et mis en évidence les sources que Saxo utilisa très vraisemblablement pour ce récit. Saxo retrace au livre 13 le règne du roi Niels (1104-1134) qu’il dépeint comme un roi injuste et malchanceux ; cf. Saxo Grammaticus, Danorum regum heroumque historia, livres 10-16, fac-similé avec traduction anglaise, commentaires, E. Christiansen (ed.), Oxford, BAR International Series, 1980 (t. I), p. 281-290, introduction au livre 13 des Gesta Danorum.

6  L’empire ottonien, puis l’empire des Staufen, avait établi un maillage de diocèses dans ces territoires slaves qu’il soumettait à tribut, mais pourtant n’avait pas éradiqué le paganisme qui bénéficiait encore de quelques sanctuaires dans la première moitié du XIIe siècle. Le dernier grand sanctuaire païen des Slaves est celui d’Arkona sur l’île de Rügen.

7  Dans les sources, cette dignité princière est désignée par knese ou rex. En langue russe (dérivée du vieux slavon),князь signifie prince ; knese en est la transposition latine. Concernantl’interprétation de knese dans les sources,cf. notamment H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland östlich der mittleren und unteren Elbe im 12. Jahrhundert. Eine Untersuchung zur Frage nach der Herkunft des Königtums Pribislaw-Heinrichs von Brandenbourg », Jahrbuch für die Geschichte Mittel- und Ostdeutschlands 46 (2000), p. 39-40, 107.

8  Knud Lavard était un prince séculier et ne prêcha pas l’évangile. Il soutenait l’action des missionnaires, dont Vicelin, envoyés dans son duché par l’archevêché de Hambourg-Brême. Le rôle de Knud Lavard en matière de conversion des Slaves est un rôle de soutien politique aux missionnaires et aux nouvelles fondations de centres religieux (églises, monastères), un rôle fréquent de « roi convertisseur » au Moyen Âge. À propos du « saint roi ‘convertisseur’ de son peuple », cf. R. Folz, Les saints rois du Moyen Âge en Occident (VIe-XIIIe siècles), Bruxelles, Société des Bollandistes, 1984, p. 211 et suiv.

9  H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland… », art. cit., p. 15. Les sources « insistent sur le rôle de la reine Margrete.

10  H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland… », art. cit., p. 15-16.

11  Il conviendra de se référer à l’article de Jan Rüdiger faisant un bilan historiographique des études historiques sur le Holstein (ou Nordalbingie) au Moyen Âge : J. Rüdiger, « Holstein als ‘Frontier’. Zur Europageschichte einer Landschaft », in W. Huschner & F. Rexroth, Gestiftete Zukunft im mittelalterlichen Europa. Festschrift für Michael Borgolte zum 60. Geburtstag, Berlin, Akademie Verlag, 2008, p. 63-88 ; notamment en note 3, p. 64, l’auteur présente les études de référence concernant l’action des rois de Danemark Knud VI et Valdemar II en Nordalbingie : W. Lammers 1981 ; les articles de H.-O. Gaethke 1994-1996 et H.-J. Freytag 1972. En note 35, il mentionne des études concernant le culte des saints scandinaves et en particulier les saints rois : E. Hoffmann 1975 et E. Jørgensen 1909.

12  Pour une explication des causes du conflit entre Knud Lavard, ses cousins Magnus Nielsen et Henrik Skatelar, et le roi de Danemark, cf. L. Hermanson, « Saxo and the Baltic. Danish Baltic-sea Policies at the End of King Niels’ Reign, 1128-1134. Foreign Policy or Domestic Affairs ? », in T. Nyberg (ed.), Saxo and the Baltic Region : A Symposium, Odense, University Press of Southern Denmark, 2004, p. 108-109. En bref, Knud Lavard et ses cousins avaient chacun, par le biais d’alliances politique (Knud Lavard) et matrimoniale (Magnus Nielsen), renforcé indépendamment leur pouvoir dans le cadre de leur politique étrangère. En Poméranie, leurs intérêts se trouvaient opposés, en particulier concernant le contrôle des routes de commerce et des centres d’échanges aux environs de l’île de Usedom (située au sud-est de Rügen). Dans ces conflits de politique étrangère, Knud Lavard maintenait ses alliances avec succès (il fit libérer son « ami » le prince Vratislav de Poméranie et ainsi fit échouer l’action de ses opposants), ce qui conduisit ses opposants à conspirer contre lui et à l’assassiner.

13  En particulier contre les Slaves lutices ; cf. H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland… », art. cit., p. 16.

14  L. Hermanson, « Saxo and the Baltic. Danish Baltic-sea Policies… », art. cit., p. 105.

15  Saxo Grammaticus, Danorum regum heroumque historia…, op. cit. (ed. E. Christiansen), 1980 (t. I), livre 13, note 48. L. Hermanson, « Saxo and the Baltic. Danish Baltic-sea Policies… », art. cit., p. 106 : il s’agissait d’un titre princier important. Knud était ainsi à la tête du vaste groupement de peuples appelé Abodrites, dont les Wagriens et les Polabes étaient apparentés. H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland… », art. cit., notamment p. 15-40, 132, et passim pour les références à Helmold de Bosau et aux diplômes relatifs à l’histoire du duché de Schleswig ainsi qu’à cette vaste principauté slave voisine. Le chroniqueur Helmold de Bosau rapporte que Knud Lavard aurait acheté à Lothaire le regnum Obotritorum et que le roi de Germanie lui aurait apposé sur la tête une couronne afin de l’instituer rex Obotritorum ; cf. H.-O. Gaethke, art. cit., p. 17. H.-O. Gaethke décrit précisément l’étendue du vaste territoire sous l’autorité du « prince des Abodrites » : ce territoire, sous le gouvernement de Knud Lavard, s’étendait aux Lutices, groupement de peuples à l’est des Abodrites ; cf. H.-O. Gaethke, art. cit., p. 19-20. Ainsi, l’appellation « prince des Abodrites » ne désigne pas avec précision les peuples slaves concernés.

16  Cf. notamment Saxo Grammaticus, Danorum regum heroumque historia…, op. cit. (ed. E. Christiansen), 1980 (t. I), introduction au livre 13, p. 281-290.

17  H.-O. Gaethke, art. cit., p. 18-20.

18  K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 202.

19  Sur la « royauté vassale (ou inféodée) » (das Lehnskönigtum) de Knud Lavard, cf. H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland… », art. cit., p. 15 et suiv.

20  H.-O. Gaethke, « Königtum im Slawenland… », art. cit., p. 107-111. H.-O. Gaethke distingue la « royauté titulaire » (das Titularkönigtum) d’Henri de Alt-Lübeck, la « royauté vassale (ou inféodée) » (das Lehnskönigtum) de Knud Lavard, et la « royauté indigène » (das indigene Königtum) des Ranes de Rügen. L’auteur établit un classement des princes slaves (slawische Fürsten) dans la hiérarchie féodale allemande (p. 59 et suiv.). Il analyse ensuite spécifiquement la royauté de Pribislaw-Henri de Brandenbourg en estimant que la royauté de Pribislaw-Henri de Brandenbourg et celle d’Henri de Alt-Lübeck ne sont pas comparables ; Henri de Alt-Lübeck était un prince, et, sur le plan du droit, il ne fut pas « roi » (p. 70 et suiv.). H.-O. Gaethke discute les titres de dux, rex et knese ainsi que la notion de principatus (notamment p. 107-111). Il en résulte que les trois « royautés » considérées dans les régions des Slaves abodrites, lutices et ranes, celles de Pribislaw-Henri de Brandenbourg, Henri de Alt-Lübeck et Knud Lavard ne sont pas les mêmes.

21  H.-O. Gaethke, art. cit., p. 18-20.

22  H.-O. Gaethke, art. cit., p. 20 : « Das regnum Obotritorum Knuds bezeichnete nicht nur dessen ‘Lehnskönigsein über die Obotriten’ und die Bewohner der finitimae regiones, tatsächlich war mit ihm ein Königreich auf slawischem Boden eingerichtet worden » (« Le regnum Obotritorum de Knud ne désignait pas seulement le fait d’ ‘être un roi féodal [ou suzerain] sur les Abodrites’ et les habitants des finitimae regiones, mais, avec lui, sur le sol slave, un royaume avait véritablement été créé »).

23  Comme l’a avancé T. Nyberg, « le nouveau saint, Canut-le-Duc, devint le plus vénéré dans l’île de Zélande, tandis que l’ancien et véritable saint Canut (le-Roi) restait le patron du diocèse voisin de Fionie ». Or, l’apparition d’un culte important voué à Knud Lavard, au XIIe siècle, correspond à un contexte particulier où le culte public rendu auparavant à Canut-le-Roi se trouva dispersé, affaibli ; cf. T. Nyberg, « Les royautés scandinaves entre sainteté et sacralité », in A. Boureau & C. S. Ingerflom (eds), La royauté sacrée dans le monde chrétien, actes de colloque (Royaumont, mars 1989), Paris, EHESS, 1992, p. 66-67.

24  K. Friis-Jensen a interprété le récit sur Knud Lavard dans les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus, en montrant que Knud Lavard est bien mort en martyr : Saxo insiste sur l’effusion du sang de Knud (notamment dans la préface et au livre 13, chap. VI, section 9 ; chap. VII, section 3). Cependant, le pape Alexandre III ne qualifie pas Knud Lavard de « martyr ». Saxo serait le premier témoin des événements de la vie de Knud Lavard, si la partie rimée de l’Office est bien une addition du XIIIe siècle, selon l’hypothèse de M. Chesnutt. K. Friis-Jensen estime que Knud Lavard, dans les Gesta Danorum, ne serait pas présenté comme un futur saint, mais avant tout comme un prince ayant une position centrale dans la politique de son temps et ayant la mission de protéger les bords sud du Danemark des ennemis allemands et slaves ; cf. K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 203-205, 201.

25  Vitae sanctorum Danorum (désormais VSD), M.-Cl. Gertz (ed.), Copenhague, t. I-III (numérotation continue des pages), 1908-1912, Office de la Passion, leçon VIII, p. 198. Traduction personnelle du passage cité.

26  Tunc et rex, falsis fauens suggestionibus, his causis concilio Ripensi eum aggressus est. « Tu » inquid « contra consuetudines terre noua quedam induxisti, et in Sclauia contra me et regnum meum nomen regis tibi usurpasti. Cf. VSD, Office de la Passion, leçon IV, p. 194, l. 2-7.

27  Th. A. Dubois, N. Ingwersen, « St Knud Lavard : A Saint for Denmark », in Th. A. Dubois, Sanctity in the North : Saints, Lives, and Cults in Medieval Scandinavia, University of Toronto Press, 2007, p. 163-164.

28  VSD, Office de la Passion, leçon VIII, p. 198-199.

29  VSD, Office de la Passion, leçon VIII, p. 211.

30  Knud IV était l’oncle paternel de Knud Lavard. Knud IV fut canonisé en 1100 sur l’initiative d’Éric Ier Ejegod, le père de Knud Lavard.

31  T. Nyberg, « Les royautés scandinaves… », art. cit., p. 66.

32  R. Folz, Les saints rois…, op. cit., p. 214-215.

33  Les offices composés pour le culte de Knud Lavard correspondent à la typologie dressée par Robert Folz : ils étaient bien écrits spécifiquement en mémoire du saint. Depuis la seconde moitié du XIe siècle, en effet, au lieu de se contenter de puiser dans les Écritures saintes, les ecclésiastiques composaient spécialement des offices pour les saints majeurs. Pour ce faire, ils s’inspiraient des événements de la vie du saint et présentaient ainsi son Histoire. Celle-ci est le plus souvent rimée, totalement ou partiellement (leçons, répons, antiennes des psaumes, miracles) ; les leçons et les répons racontent la vie de Knud Lavard. Cf. R. Folz, Les saints rois…, op. cit., p. 203, 206-207, 209.

34  R. Folz, Les saints rois…, op. cit., p. 113.

35  Ibid., p. 63.

36  Ibid., p. 57-59.

37  Dans la présente contribution, on emploie les termes « mission », « missionnaire » selon l’usage habituel chez les historiens allemands et scandinaves étudiant cette période et cet espace géographique.

38  Th. Riis, Les institutions…, op. cit., p. 202-205 ; et cf. VSD, Homélie de translation, troisième nocturne, p. 233. D’après Th. Riis, la translatio reprend l’évangile selon saint Matthieu (Mt 10, « Mission des Douze », v. 26-32, et Mt 20, v. 1-16).

39  Canutus natus est Roskildiæ, […]. Dicendus fuerat Gregorius, quia circa illum diem natus fuit. Cf. VSD, Fragments de la Vie de saint Knud Lavard, p. 234-235. Traduction personnelle du passage cité.

40  Sclauorum rex et dux Danorum Kanutus, filius Erici Egothe, qui lupos in agnos, predones in pacificos, bellum in pacem, paganos in Christianos conuertit, a cognato suo Magno, filio Nicolai, fraude preuentus fraterno ense peremtus est. […] Tanta ueneracione tam pro pace facta in ducatu suo quam pro morum et operum honestate habebatur, quod tota regio regem futurum eum optauerat. Cf. VSD, Annales de Lund ou d’Esrom, p. 219. Traduction personnelle du passage cité.

41  H. Legrand, « Royaume de Dieu », Encyclopædia Universalis, version 13 (2008).

42  Responsorium, Vêpres de la Passion, Monumenta Germaniae Historica Scriptores XXIX, G. Waitz (ed.), p. 11, l. 24-26 : Beatus uir cuius capiti dominus coronam imposuit muro salutis circumdedit. scuto fidei et gladio muniuit ad expugnandas gentes et omnes inimicos.[…] Hic est uere martyr Cristi miles Kanutus quem dominus constituit ducem populi sui qui extolli noluit. Set fuit inter illos quasi unus ex illis. D’après Th. Riis, la couronne est « le signe visible du concours de la Foi dans les campagnes contre les ennemis et les gentes (probablement les peuples non convertis) » ; cf. Th. Riis, Les institutions…, op. cit., p. 203 (l’auteur cite ce passage à partir du manuscrit qu’il a référencé dans sa note 47). Ce passage n’est pas édité dans VSD.

43  Ibid.

44  R. Folz présente à ce propos un passage d’office (deuxième nocturne, troisième répons) de saint Knud Lavard attestant de son activité évangélique en tant que « roi » : « le saint apporta la foi aux païens, qu’il força de par le traité (qu’il conclut avec eux) d’abandonner leurs rites vains et profanes et de croire au Christ » ; cf. R. Folz, Les saints rois…, op. cit., p. 211-214.

45  K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 204.

46  Il s’agit de Valdemar Ier.

47  Anno ab incarnatione domini .M.C.L.X.I. regnante in Dacia Waldemaro rege filio Canuti regis et martyris (– qui Sclauos a finibus regni sui abegit, quos sepius inuadere solebant, captiuos ducentes uiros ac mulieres, et omnia, que attingere poterant, depredantes ; filius quippe martyris cum esset, ipsius interuentu in cunctis bellorum certaminibus, que contra Sclauos, qui tunc pagani erant, habuit, uictor extitit gloriosus, unde ostensa eis uia salutis eterne illos colla iugo Christi submittere coegit ; […]. Cf. VSD,Vie et miracles de l’abbé saint Guillaume, p. 319. Traduction personnelle du passage cité. L’édition VSD signale qu’il y a vraisemblablement une erreur quant à la datation dans le texte de la source ; à la confrontation des manuscrits, la datation MCLXVI (1166 au lieu de 1161) est proposée.

48  Les Slaves du sud de la Baltique connaissaient pourtant un processus de christianisation depuis le Xe siècle, en particulier assuré par l’implantation d’évêchés allemands sur ces territoires.

49  Les spécialistes de l’hagiographie médiévale ont émis l’hypothèse selon laquelle dans les sources hagiographiques se trouveraient des témoignages révélant des faits de mentalités. Cf. notamment A. Wagner, Les saints et l’histoire : sources hagiographiques du haut Moyen Âge, 2004, p. 15. Or, à mon sens, par l’exemple de ce passage, il semble bien que ce soit le cas en particulier dans la Vie de saint Guillaume.

50  Saint Knud Lavard et saint Knud le Roi (Knud IV) étaient parfois tous les deux confondus, ou même unifiés en une seule figure sur les sceaux des corporations ; cf. T. Nyberg, « Les royautés scandinaves… », art. cit., p. 67. L’historien K. Friis-Jensen insiste sur la part du récit que Saxo Grammaticus dans les Gesta Danorum réserve à saint Knud Lavard et celle accordée à saint Knud le Roi : la « présence » de Knud Lavard est plus importante et apparaît dès la préface des Gesta Danorum, ce que K. Friis-Jensen propose de considérer comme une « invocation au saint patron ». Knud le Roi est mentionné au livre 11 des Gesta Danorum, et Knud Lavard dans la préface, au livre 13 et à la fin du livre 15 (où K. Friis-Jensen y voit une « présence silencieuse » de Knud Lavard) ; cf. K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 213-214.

51  T. Nyberg, « Les royautés scandinaves… », art. cit., p. 68. La figure du saint roi du Nord n’aurait pas constitué l’ancêtre du lignage royal sur une longue durée.

52  Ibid.

53  L. Hermanson réfute l’idée selon laquelle ce conflit dano-vende ait eu un caractère national. Au contraire, il montre comment les réseaux sociaux internationaux déterminaient les conflits. Des alliances étaient conclues entre les maisons princières slaves et la famille royale de Danemark. Pour L. Hermanson, « le conflit avait lieu entre certains princes slaves spécifiques et les chefs de l’armée danoise, probablement eux-mêmes membres de systèmes d’alliances opposés » ; cf. L. Hermanson, « Saxo and the Baltic. Danish Baltic-sea Policies… », art. cit., p. 112. De plus, il n’y a en effet pas de doute sur le fait que la conquête de Rügen motiva la décision pontificale en faveur de la canonisation du père de Valdemar Ier. En 1171/1172, Alexandre III déclara Rügen province ecclésiastique danoise ; cf. K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 201.

54  Cf. notamment Th. Riis, Les institutions…, op. cit., p. 202.

55  T. Nyberg, « Les royautés scandinaves… », art. cit., p. 69.

56  Sur ce point, cf. K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 197 : par la canonisation de Knud Lavard et le couronnement du jeune Knud VI, Valdemar Ier accomplissait un double dessein qui allait contre la coutume de la monarchie élective. L’historien souligne les conflits de pouvoir que cet événement suscita et renvoie à l’étude de E. Hoffmann, Die heiligen Könige bei den Angelsachsen und den skandinavischen Völkern, Neumünster (Quellen und Forschungen zur Geschichte Schleswig-Holsteins 60), 1975. D’après L. Hermanson, « à cette époque, l’État en était encore à son enfance. Le royaume danois manquait de lois établies pour la succession royale et il n’y avait pas d’armée royale à forte cohésion ». Les conflits étaient le résultat d’actions d’individus plutôt que celui d’actions de partis politiques ou de relations entre États ; cf. L. Hermanson, « Saxo and the Baltic. Danish Baltic-sea Policies… », art. cit., p. 107.

57  K. Friis-Jensen, « In the Presence of the Dead… », art. cit., p. 199.

58  Ibid., p. 201.

59  Ibid., p. 207. K. Friis-Jensen reprend ce propos de N. Skyum Nielsen pour justifier l’événement suivant : le 25 juin 1172 eut lieu la fondation d’un monastère cistercien à Dargun en Poméranie. La monarchie avait choisi la date anniversaire de la cérémonie de Ringsted (25 juin) en l’honneur de saint Knud Lavard.

60  Ibid., p. 210 ; K. Friis-Jensen emploie l’expression « site d’inhumation royale ».

61  Ibid., p. 209.

62  Th. Riis, « Autour du mariage de 1193 : l’épouse, son pays et les relations franco-danoises », in R.-H. Bautier, La France de Philippe Auguste – Le temps des mutations, Paris, Éditions du CNRS, 1982, p. 345, 357-358.

63  Diplomatarium Danicum (désormais DD) s. 1, t. III, C. A. Christensen, H. Nielsen & L. Weibull (eds.), lettre n° 202 (datation supposée en 1194), p. 315-316.

64  DD s. 1, t. V, N. Skyum-Nielsen (ed.), lettre n° 24 (datation supposée le 2 octobre 1212), p. 33-34.

65  DD s. 1, t. IV, N. Skyum-Nielsen (ed.), lettre n° 48 (datation approximative 1202-1205), p. 98-101.

66  DD s. 1, t. VII, N. Skyum-Nielsen & H. Nielsen (eds.), lettre n° 276 (datation le 15 mai 1248), p. 238-239.

67  Malgré le sens de « prince » que l’on peut donner à rex dans ce contexte précis (d’après l’historiographie récente), il y a eu vraisemblablement une ambiguïté d’intention dans cet emploi de rex, compte tenu de la postérité de l’expression usitée par la monarchie.

68  Certes, on compte plusieurs Knud dans les aïeux de la famille royale au Danemark, mais il semble bien que le choix des prénoms concerna plutôt les aïeux proches, à savoir les grands-parents, et en particulier du côté paternel. La fille de Valdemar Ier, qui deviendra reine de France, porta également le même prénom que sa grand-mère paternelle : Ingeborg.

69  Th. Riis, Les institutions…, op. cit., p. 202. La cérémonie du sacre de Knud VI apparaît comme un double couronnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Guénolé, « La conversion des Slaves et le titre rex attribué à saint Knud Lavard, duc de Schleswig et « prince des Abodrites » (XIIe siècle) », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], Numéro spécial | 2011, mis en ligne le 07 février 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cerri.revues.org/823 ; DOI : 10.4000/cerri.823

Haut de page

Auteur

Agnès Guénolé

Doctorante en Histoire médiévale à l’Université de Poitiers, laboratoire de recherche CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale). Champ de recherche : l’espace baltique aux XIIe – début XIVe siècles d’après les sources écrites, l’histoire allemande et scandinave, la christianisation, l’expansion militaire, la représentation de l’appartenance culturelle.
Publication : A. Guénolé, « Piraticum bellum. Ein möglicher Kulturtransfer in den Gesta Danorum von Saxo Grammaticus », dans Mittelalterliche Eliten und Kulturtransfer östlich der Elbe : Interdisziplinäre Beiträge zu Archäologie und Geschichte im mittelalterlichen Ostmitteleuropa, éd. par A. Klammt et S. Rossignol, Universitätsverlag Göttingen, 2009, p. 125-150 ; sous presse et sur Internet en texte intégral.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • Les cahiers de Revues.org