Navigation – Plan du site

Le père ou le roi : Stratégies de traduction en Ésaïe IX, 6 et XXII, 21 (Septante)

Philippe Le Moigne

Résumés

La Septante (traduction grecque ancienne de la Bible hébraïque) d’Ésaïe refuse deux fois à un personnage le nom de « père » que lui accordait le texte hébreu ; en même temps, elle crée à ces personnages des traits royaux, ou les accentue. Il est possible que le traducteur ait voulu éviter d’attribuer à un être humain le qualificatif honorifique de « père », qu’il réserverait ainsi à Dieu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour des raisons qu’il est impossible de développer ici, nous considérerons systématiquement, sauf (...)
  • 2  Ce qui signifie qu’il y a autant de fois où le mot est présent en hébreu et absent en grec que de (...)
  • 3  Il arrive en effet souvent qu’un même mot hébreu, présent à plusieurs reprises au fil du livre, so (...)

1D’ordinaire si imprévisible, si ce n’est dans la constance avec laquelle elle s’écarte de son original1, la traduction grecque ancienne (Septante) du livre d’Ésaïe présente, si l’on s’intéresse à la notion de « père », plusieurs caractéristiques remarquables. En effet, il y a vingt et une occurrences du mot אָב ’ab « père », dans le texte hébreu de ce prophète ; il y a également vingt et une occurrences du nom πατήρ « père » dans la Septante ; si l’on excepte donc les quatre cas où l’un des termes est présent dans un verset lorsque l’autre n’y est pas2, on observe une constance assez rare, dans la traduction grecque d’Ésaïe, dans la manière de rendre un mot hébreu3. Il demeure cependant quelques exceptions, qui nous intéresseront au premier chef. Nous étudierons deux passages, IX, 2-7 et XXII, 15-25, qui parlent tous deux d’un être humain élu par le Seigneur ; leur pouvoir temporel devra servir la gloire d’Israël. L’original hébreu appelle ces deux personnages du nom de « père » ; la Septante oblitère cette épithète : par simple omission dans le premier extrait, par l’affaiblissement amené par une comparaison dans le second.

2Nous examinerons successivement chacun de ces deux passages, en prêtant attention non seulement aux correspondances terme à terme, mais aussi, et surtout, au contexte qui seul permet de comprendre l’enjeu des changements qu’a voulus le traducteur.

Le « Messager du Grand Dessein » : IX, 6-7

  • 4  Les versets IX, 2-7 de la numérotation de l’éditeur de la septante correspondent aux versets IX, 1 (...)
  • 5  ἀφῄρηται ὁ ζυγὸς ὁ ἐπ’ αὐτῶν κείμενος καὶ ἡ ῥάβδος ἡ ἐπὶ τοῦ τραχήλου αὐτῶν.
  • 6  La traduction proposée est (des chapitres 1 à 47) celle du projet en cours de traduction-annotatio (...)

3Notre premier exemple se situe au début du chapitre IX4 ; il consiste en un message d’espoir, qu’incarnera un enfant ; les lignes qui précèdent affirment que « le joug qui pesait sur eux est ôté, et le bâton qui est sur leur cou » (IX, 4)5. Tout profit injuste sera puni, poursuit le texte6...

4IX, 6 Car un enfant nous est né, un fils, et il nous a été donné ; le commandement a été sur son épaule, et on l’appelle du nom de Messager du Grand Dessein. Moi en effet je mènerai la paix vers ceux qui commandent ; paix et santé pour lui !

  • 7 ὅτι παιδίον ἐγεννήθη ἡμῖν, υἱὸς καὶ ἐδόθη ἡμῖν, οὗ ἡ ἀρχὴ ἐγενήθη ἐπὶ τοῦ ὤμου αὐτοῦ, καὶ καλεῖται (...)

5IX, 7 Grand est son commandement, et de sa paix il n’y aura pas de limite sur le trône de David et sur son royaume, pour l’établir et le soutenir dans la justice et dans le droit, dès maintenant et pour toujours : l’ardeur du Seigneur Sabaoth fera cela7.

  • 8  ix, 5 selon la numérotation du texte hébreu (correspondant au verset ix, 6 de la Septante).
  • 9  Sauf indication contraire, nous traduisons le texte hébreu ; l’édition utilisée est celui de la Bi (...)

6Si l’on confronte ce passage au texte hébreu correspondant, on s’aperçoit que, pour le second verset cité, le sens est fort proche. En revanche, en ce qui concerne le premier verset8, les différences sont nombreuses9 :

7IX, 5 (6) Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et l’empire reposera sur son épaule. Et on l’appelle du nom de Merveille de conseil ; Dieu Héros ; Père à jamais ; Prince de la paix.

  • 10  ix, 6 : Paruulus enim natus est nobis filius datus est nobis et factus est principatus super umeru (...)
  • 11  Dans son commentaire sur Ésaïe, Jérôme, qui voit dans cet enfant l’Emmanuel promis au chapitre vii (...)
  • 12  Nous disons bien « qui passe » ; une lecture plus attentive montre cependant, comme ici, qu’il con (...)
  • 13  Jérôme, dans le passage de son commentaire que nous venons de citer, y voit même six noms, séparan (...)
  • 14  Comprendre : du verset 6 dans la Septante : « Moi en effet je mènerai la paix, etc. »

8Le passage est célèbre, ne serait-ce que parce que, dans l’hébreu, puis dans la Vulgate10, il donne le nom ou, plus précisément, les noms d’un enfant messianique11. On s’est naturellement étonné de voir la réduction sévère de ces titres, accordés à l’enfant prophétique, dans la Septante, qui passe pour être plus « messianique » que la Bible hébraïque12. Force est de constater qu’ici la Septante ne donne qu’un seul nom messianique, tripartite, au lieu des quatre noms bipartites du texte massorétique13. En prenant en considération et ce nom tripartite et la fin du verset14, on peut tenter d’établir une synopse, c’est-à-dire une série d’hypothèses sur la correspondance de tel terme du grec avec tel terme de l’hébreu.

9Nous pourrions ainsi proposer les équivalences suivantes :

texte massorétique

Septante

conseiller

conseil

prince

chefs

de la paix

paix

Dieu

 ?? moi ??

10Il nous semble inutile de poursuivre l’expérience : une synopse raisonnable n’est pas possible. Quittant le domaine des correspondances terme à terme, il convient d’aller au sens. Quel est-il ? Face à un passage si difficile, il faut être humble. Contentons-nous de peu.

  • 15  Par exemple, pour le syntagme conseiller merveilleux, on a une expression fort voisine en xxv, 1 t (...)

11Le personnage en question possède, d’après le texte hébreu, plusieurs noms, dont les suivants sont proches de noms divins : Dieu Fort ; Père à jamais. Deux autres noms sont a priori plus « profanes » : merveilleux conseiller ; prince de la paix. Ces noms ne sont pas constitués de mots particulièrement rares en soi. Le traducteur les connaît, puisqu’il les traduit bien ailleurs 15; corollairement, s’il a traduit ici différemment, c’est qu’il voulait dire autre chose.

  • 16  On appelle Targum des traductions ou paraphrases araméennes du texte biblique hébreu ; leur mise p (...)

12L’idée qui se dégage pourrait être un refus de l’attribution des noms divins au fils de la promesse. Nous remarquerons que cette théologie est celle du Targum16 par exemple (celui-ci étant par ailleurs explicitement messianique), qui transfère une partie de ces noms à Dieu :

  • 17  « Si les traductions grecque et araméenne sont, à cet endroit, si peu littérales, c’est peut-être (...)

13IX, 5 (6) Le prophète dit la maison de David : « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné ; il prendra la loi sur lui pour la garder, et son nom sera, devant le Conseiller merveilleux, le Dieu Puissant, qui existe à jamais : Le Messie aux jours desquels notre paix grandira17. »

14Dans la Septante, au profit de quelle notion ces noms prestigieux sont-ils abandonnés ? D’une qualification supérieure du roi que deviendra l’enfant. L’auteur de la traduction exploite le verset IX, 7 (IX, 6 en hébreu), qu’il traduit assez littéralement, pour son interprétation du verset précédent. En d’autres termes, il colore sa traduction du premier verset par une notion clairement exprimée dans le second verset ; cette idée est celle de durée. Nous la trouvons exprimée par le complément « dès maintenant et pour toujours » du verset IX, 7 (IX, 6 en hébreu). Elle était anticipée par la présence, au verset précédent, du substantif ὑγίεια « santé ». Il s’agit là de la seule occurrence du mot dans le livre ; on y trouve cependant l’adjectif apparenté en XXXVIII, 21. Nous nous intéresserons brièvement à ce passage, qui permettra de comprendre la portée de la « santé » chez notre auteur.

15Au chapitre XXXVIII, le roi Ézéchias est malade ; mais sa prière est entendue du Seigneur, et le prophète Ésaïe peut lui annoncer :

16XXXVIII, 21 « Prends une galette de figues séchées, écrase-la, fais-en un cataplasme et tu seras en bonne santé, καὶ ὑγιὴς ἔσῃ.

17Dans ce contexte, la « santé » désigne la guérison, la vie accordée à nouveau ; dès le verset 5, le Seigneur avait indiqué à son prophète qu’il devrait dire au roi : « Voici, j’ajoute à ton temps quinze années » ἰδοὺ προστίθημι πρὸς τὸν χρόνον σου ἔτη δέκα πέντε.

18La « santé » dont bénéficiera l’enfant, au chapitre IX, pourra donc se comprendre comme une promesse de vie. Ce que l’auteur semble indiquer, c’est ainsi la durée du règne, ou la fidélité de l’alliance. Sans doute convient-il de comprendre à cette lumière la valeur de l’opposition marquée par l’asyndète :

19IX, 6 (...) Moi en effet je mènerai la paix vers ceux qui commandent ; paix et santé pour lui !

20On distingue ainsi les chefs, qui bénéficieront de la paix, et « lui », qui jouira de la paix et de la « santé ». Le futur roi aura quelque chose de plus que les autres, c’est la durée.

  • 18  Cf. II Samuel vii, 16.

21En conclusion de ce rapide parcours, nous remarquerons que le refus du nom du père n’est ici pas isolé ; ce sont les caractères divins dans leur ensemble que rejette le traducteur pour le futur roi ; il leur substitue une promesse de vie, le privilège de l’enfant par rapport aux autres rois, qu’il veuille par là souligner la fidélité de la promesse divine à la lignée davidique18, ou faire allusion à la prospérité exceptionnelle d’un roi donné.

22Notre interprétation rejoint en quelque sorte celle de Jérôme qui commente ainsi les différences entre les deux textes :

  • 19  Voir notre note 13.
  • 20  In Esaiam, III, ad. ix, 6-7, l. 53-57 : Qua nominum maiestate perterritos reor non esse ausos de p (...)

23Effrayés, je pense, par la majesté de ces noms, ils [les Septante] n’ont pas osé dire, à propos de l’enfant, qu’il ne devait pas recevoir ouvertement l’appellation de « Dieu » ni une autre (parmi celles que présente le texte hébreu) ; à la place de ses six noms19, ils ont utilisé une formulation qui n’a aucun correspondant dans l’hébreu : messager du grand conseil, et je conduirai la paix sur les princes, et sa santé20.

« Et il sera comme un père pour les habitants de Jérusalem » : XXII, 15-25

24La première partie du chapitre XXII consiste en un oracle contre Jérusalem ; elle se termine par un verdict sans appel :

  • 21  καὶ ἐκάλεσεν κύριος σαβαωθ ἐν τῇ ἡμέρᾳ ἐκείνῃ κλαυθμὸν καὶ κοπετὸν καὶ ξύρησιν καὶ ζῶσιν σάκκων, α (...)

25XXII, 12-14 : Et le Seigneur Sabaoth appela, en ce jour-là, pleur, plainte, rasage et ceinture de sacs, mais eux firent fêtes et réjouissance, égorgeant des taurillons et sacrifiant des moutons, pour manger de la viande et boire du vin, disant : « Mangeons et buvons, car demain nous mourons ! » Et cela est dévoilé aux oreilles du Seigneur Sabaoth, car cette faute ne vous sera pas remise jusqu’à votre mort21.

  • 22 Τάδε λέγει κύριος σαβαωθ Πορεύου εἰς τὸ παστοφόριον πρὸς Σομναν τὸν ταμίαν καὶ εἰπὸν αὐτῷ. 16.Τί σὺ (...)

26Assez brutalement, l’on passe à la seconde partie du chapitre, qui narre la déchéance d’un haut fonctionnaire (maître du palais d’après le texte massorétique, intendant du temple pour la Septante), et son remplacement par un nommé Eliaqim, dont le nom signifie précisément, en hébreu, « Dieu élève » ou « Dieu suscite ». Lisons donc en regard les deux textes22 :

  • 23  Littéralement : « à la maison ».

Bible hébraïque

Septante

Ainsi parle le Seigneur DIEU, le tout-puissant : « Va trouver cet intendant, Shebna, qui est préposé au palais23.

15

Ainsi parle le Seigneur Sabaoth : « Va dans la chambre du Temple, auprès de Somnas l’intendant, et dis-lui :

‘Qu’as-tu ici, et qui es-tu ici, pour t’être creusé ici un tombeau ? Il a creusé sa tombe sur un lieu élevé, il s’est taillé dans le roc une demeure !

16

‘Qu’es-tu ici, et que possèdes-tu ici, pour t’être taillé dans la pierre, ici, un tombeau, t’être bâti sur la hauteur un tombeau, et t’être sculpté dans le roc une maison ?

Voici, le Seigneur te jette dans un jet, homme, il te couvre, te recouvre,

17

Or voici, le Seigneur Sabaoth rejettera et écrasera un homme ; il ôtera ton habit

il fera de toi le tour dont on entoure une tour, pour un pays vaste et spacieux. Là tu mourras, et là seront tes chars de gloire, honte de la maison de ton seigneur.

18

22.17 fin et ta couronne glorieuse, et il te jettera dans une contrée vaste, immense, et là tu mourras. Et il vouera ton beau char à l’infamie, et la maison de ton maître au piétinement,

Je te chasserai de ton poste, il t’arrachera de ta place.

19

et tu seras privé de ta charge d’intendant et de ta place,

Et il adviendra, en ce jour-là, que j’appellerai mon serviteur, Éliaqim, fils de Hilqiyyahu.

20

Et il adviendra, en ce jour-là, que j’appellerai mon serviteur, Eliakim le fils de Khelkias

Je le revêtirai de ta tunique, de ta ceinture je le ceindrai ; je mettrai entre ses mains ton pouvoir. Il deviendra un père pour la habitants de Jérusalem et pour la maison de Juda.

21

et je le revêtirai de ton habit, je lui donnerai ta couronne, je lui donnerai ton pouvoir et ta charge d’intendant en mains propres, et il sera comme un père pour les habitants de Jérusalem et les habitants de Juda.

Je mettrai sur son épaule les clefs de la maison de David ; et il ouvrira, et nul ne fermera, et il fermera, et nul n’ouvrira.

22

Et je lui donnerai la gloire de David, et il sera le chef, et il n’y aura aucun contradicteur.

Et je l’enfoncerai — clou dans un lieu sûr, et il deviendra un trône de gloire pour la maison de son père.

23

Et je ferai de lui un chef dans un lieu sûr, et il deviendra un trône de gloire pour la maison de son père.

À lui sera suspendue toute la gloire de la maison de son père, les rejetons et les rameaux, tout objet petit, depuis tous les objets que sont les coupes jusqu’à tous les objets que sont les vases.

24

Qui est fameux dans la maison de son père mettra sa confiance en lui, du petit jusqu’au grand, et ils seront suspendus à lui

En ce jour-là — oracle du SEIGNEUR, le tout-puissant — le clou enfoncé dans un lieu sûr se retirera, il sera brisé, il tombera, et la charge qui était sur lui sera détruite, car le SEIGNEUR a parlé’. »

25

en ce jour-là’. » Ainsi parle le Seigneur Sabaoth : « On fera chanceler l’homme qui s’est installé dans un lieu sûr et il tombera, et l’on ôtera la gloire qui était sur lui, car le Seigneur a parlé. »

  • 24  Autre traduction possible : « il te roule, il te roule en boule » (Osty).

27Nous nous livrerons, dans un premier temps, à quelques remarques sur l’esprit dans lequel le traducteur a rendu l’original. Au niveau poétique, la Septante ne tente pas, apparemment, de rendre les nombreuses allitérations ou polyptotes de l’hébreu ; ainsi, en XXII, 17, texte massorétique « il te couvre, te recouvre » contre Septante « il ôtera ton habit » ; au verset suivant, « il fera de toi le tour dont on entoure une tour », dit le texte hébreu24, mais la version grecque n’a rien de poétiquement équivalent.

28De manière plus générale, les images de l’hébreu sont explicitées ; il n’est que de relire les deux derniers versets de notre extrait, où l’on verra que les métaphores botaniques (« rejetons et rameaux »), les réalités concrètes des différents objets et le symbole du « clou » ne sont pas repris comme tels dans la version grecque.

  • 25  La même expression hébraïque revient en Ésaïe xxxiii, 21, et elle est rendue de manière analogue : (...)

29L’image de la clef, au verset 22, est « traduite » : « je mettrai sur son épaule les clefs de la maison de David ; et il ouvrira, et nul ne fermera, et il fermera, et nul n’ouvrira », dit l’hébreu ; « et je lui donnerai la gloire de David, et il sera le chef, et il n’y aura aucun contradicteur », dit le grec. De même l’hébraïsme du verset 18, que nous avons rendu selon l’esprit « vaste et spacieux » (et qui se traduirait littéralement « large des deux mains ») devient « vaste, immense »25.

  • 26  Il s’agit en réalité d’une structure très commune en hébreu biblique, où l’ « infinitif absolu » d (...)
  • 27  À savoir le très courant לְבוּשׁ lebûs, et les plus rares תִּלְבּשֶׁת ma talbûs et תִּלְבּשֶׁת til (...)
  • 28  De manière similaire dans les deux textes.

30Nous avons vu qu’au verset 17 la Septante, qui écrit « il ôtera ton habit », n’a pas repris comme tel le polyptote « il te couvre, te recouvre » 26; elle a cependant exploité le sémantisme de la racine לבשׁ lbs,qui signifie donc « couvrir », mais qui a donné lieu à des substantifs déverbatifs qui sont des noms du « vêtement »27. La Septante anticipe donc ce qui sera dit au verset 2128 « et je le revêtirai de ton habit ». Avant de revêtir Éliakim des insignes de la dignité du personnage déchu, il convenait en effet d’en priver ce dernier, opération évidente dont le texte massorétique ne souffle mot.

  • 29  Un exemple assez illustre d’un procédé analogue se trouve dès Genèse iv, 8 : « Et Caïn dit à son f (...)

31Dans le même ordre d’idées, notre traducteur a, comme on peut l’observer dans maint passage de la Septante, proposé une lectio facilior de certaines aspérités de l’original ; ainsi, le discours du verset 16 apparaît abruptement dans le texte massorétique ; il est en revanche précédé d’une formulation d’introduction dans la Septante 29:

Bible hébraïque

Septante

Ainsi parle le Seigneur DIEU, le tout-puissant : « Va trouver cet intendant, Shebna, qui est préposé au palais

15

Ainsi parle le Seigneur Sabaoth : « Va dans la chambre du Temple, auprès de Somnas l’intendant, et dis-lui  :

‘Qu’as-tu ici, et qui es-tu ici, pour t’être creusé ici un tombeau ? Il a creusé sa tombe sur un lieu élevé, il s’est taillé dans le roc une demeure !’ »

16

‘Qu’es-tu ici, et que possèdes-tu ici, pour t’être taillé dans la pierre, ici, un tombeau, t’être bâti sur la hauteur un tombeau, et t’être sculpté dans le roc une maison ?’ »

  • 30  La Peshitto (la version syriaque la plus courante, qui traduit l’hébreu) garde le changement de pe (...)

32On constate en outre, dans le second verset cité du texte massorétique, un brusque changement de personne, qui peut certes avoir la valeur d’une mise à distance indignée, mais qui semble avoir posé problème au traducteur ou à son modèle (« Qu’as-tu ici... Il a creusé »)30.

33Un peu plus loin, on rencontre le même problème, un changement de personne qui concerne cette fois-ci non plus la victime de la destitution, mais son auteur :

Bible hébraïque

Septante

Je te chasserai de ton poste, il t’arrachera de ta place.

19

Tu seras privé de ta charge d’intendant et de ta place.

  • 31  Le « passif divin » est une notion théologico-grammaticale qui décrit les emplois, dans la Bible, (...)

34Le Targum, la Peshitto et la Vulgate unifient à la première personne : « Je te chasserai de ton poste, je t’arracherai de ta place ». On voit que la Septante, par la mise en œuvre du « passif divin »31, trouve une autre solution, non dépourvue d’élégance.

  • 32  Que la conclusion du passage, le verset 25, ambigu dans les deux textes, fasse allusion à la chute (...)
  • 33  On sait que c’est des aspects qui soulèvent le plus de difficultés dans l’histoire de Caïn et Abel (...)
  • 34  S’il faut bien comprendre ainsi l’expression « la maison de ton maître ».

35Une autre facette du travail opéré par le traducteur en vue de produire un texte cohérent est le parallélisme accentué de la splendeur de l’un et de la misère de l’autre. L’esprit du texte nous paraît être de montrer, selon une thématique connue dans la Bible, que c’est Dieu qui élève et Dieu qui abaisse, selon son bon plaisir32. On note ainsi que dans notre texte, quelle que soit la version, nul motif n’est donné de la déchéance de l’un et de l’ascension de l’autre33. L’opposition des sorts est soulignée dans la Septante par le fait que le premier personnage, celui qui tombe, entraîne les siens34 dans sa chute (verset 18), ce que ne précise pas le texte massorétique, qui paraît simplement indiquer la déchéance du fonctionnaire est honteuse pour les siens : « Là tu mourras, et là seront tes chars de gloire, honte de la maison de ton seigneur ». En revanche, les deux textes s’accordent bien à montrer que l’honneur accordé à Éliaqim s’étendra jusqu’à la famille (verset 24).

36Dans tout ce travail de récriture, ce qui nous intéressera plus spécialement est ce qui apparaît, dans la Septante, des fonctions du personnage. Recueillons les données :

  • 35  Voir par exemple Jérémie xiii, 18 : « Dites au roi et à la Grande Dame : ‘Asseyez-vous bien bas, c (...)
  • 36  En réalité, comme indiqué dans la synopse introductive de cette étude, au verset 18 de la numérota (...)

371) Au verset 21, on annonce qu’Eliakim recevra une couronne. Il s’agit avant tout dans la Bible, comme dans la littérature grecque classique, d’un symbole honorifique, d’une récompense. Mais la couronne y est également un symbole royal35. Cette couronne était annoncée, comme nous l’avons vu pour l’habit, dans le « plus » que présente la Septante au verset 1736, lorsqu’elle enlève à Somnias les insignes d’une dignité qui, dans la version grecque, possède des traits royaux :

Bible hébraïque

Septante

Voici, le Seigneur te jette dans un jet, homme, il te couvre, te recouvre, 18 début Il fera de toi le tour dont on entoure une tour...

17 (18)

Or voici, le Seigneur Sabaoth rejettera et écrasera un homme ; il ôtera ton habit et ta couronne glorieuse...

382) Dans ce même verset 21, juste avant la phrase qui contient le mot père, la Septante présente un redoublement d’expression :

Bible hébraïque

Septante

Je le revêtirai de ta tunique, de ta ceinture je le ceindrai ; je mettrai entre ses mains ton pouvoir.

21a

Et je le revêtirai de ton habit, je lui donnerai ta couronne, je lui donnerai ton pouvoir et ta charge d’intendant en mains propres.

  • 37  Le verbe de la même famille, מָשָׁל msl, dont un est sens est « avoir du pouvoir », est rendu par (...)

39Le texte massorétique ne parle donc que d’une transmission du pouvoir, que l’on comprendra comme la responsabilité de ce haut fonctionnaire, « préposé au palais » comme le disait le verset 15. Il y a, comme nous l’avons dit, un « plus » de la Septante ici ; du point de vue de la correspondance terme à terme, on peut comprendre que le « pouvoir » de la Septante, τὸ κράτος, correspond au « pouvoir » du texte massorétique ; ce dernier présente le mot מֶמְשָׁלָה memsalah que l’on trouve rendu par ἀρχή « commandement » en Genèse I, 16 et par ἐξουσία « pouvoir, autorité » en Psaumes CXXXV (CXXXVI), 8 et en II Rois XX, 1337.

  • 38  καί « et plus précisément », « c’est-à-dire ».

40Cependant, il existe une autre manière de lire ce « plus » de la version grecque. En effet, dans le fil du texte, ce qui peut correspondre à la fonction d’ « intendant », ταμίας, du verset initial de la séquence sera plutôt à ce que nous avons traduit par « charge d’intendant », οἰκονομία de ce verset 21. Si le καί qui unit les deux fonctions (« ton pouvoir et ta charge d’intendant ») ne doit pas être compris comme introduisant une apposition38, mais comme coordonnant l’expression de deux dignités différentes, le nouveau personnage bénéficiera d’une fonction administrative, mais aussi d’un pouvoir, et plus précisément au vu des indices que nous avons cru pouvoir mettre en lumière, d’un pouvoir royal.

413) Au verset suivant, la Septante, avions-nous dit, avait explicité l’image ; nous nous intéresserons désormais de plus près au sens de cette « traduction », et poursuivrons la lecture jusqu’au verset 23 :

Bible hébraïque

Septante

Je mettrai sur son épaule les clefs de la maison de David ; et il ouvrira, et nul ne fermera, et il fermera, et nul n’ouvrira.

22

Et je lui donnerai la gloire de David, et il sera le chef, et il n’y aura aucun contradicteur.

Et je l’enfoncerai — clou dans un lieu sûr, et il deviendra un trône de gloire pour la maison de son père.

23

Et je ferai de lui un chef dans un lieu sûr, et il deviendra un trône de gloire pour la maison de son père.

  • 39  Ἰδοὺ γὰρ βασιλεὺς δίκαιος βασιλεύσει, καὶ ἄρχοντες μετὰ κρίσεως ἄρξουσιν ; on peut également renvo (...)

42L’emploi du verbe ἄρχω, dans le premier verset cité, indique nettement le pouvoir dont disposera Eliakim ; en effet, ce verbe, qui signifie notamment « commander », renvoie évidemment au pouvoir politique. Il apparaît à nouveau au verset 23, pour traduire une autre métaphore du texte massorétique ; il figure, cette fois-ci, au participe ; or les occurrences ne manquent pas, dans Ésaïe Septante, de parallélismes entre ἄρχων (que l’on peut traduire par « chef ») et βασιλεύς « roi » ; nous citerons par exemple XXXII, 1 : « Car voici, un roi juste régnera, et des chefs commanderont selon le droit »39.

  • 40  Pour les connections entre la royauté et la « gloire » dans la Septante d’Ésaïe, on peut penser à (...)
  • 41  Littéralement : le « fardeau » מַשָּׂא massa’ ; en aucun cas le mot ne peut désigner un honneur qu (...)

43La fin du verset 23 est formellement identique dans les deux textes. Cependant, la « gloire » apparaissait déjà dans la Septante au verset précédent, comme celle de David. On sera donc davantage tenté de conférer un sens « royal » au « trône de gloire » du verset 2340. En outre, dans la fin « ouverte » que propose l’épisode, quand le texte massorétique parle simplement de la « charge »41, la Septante évoque à nouveau la « gloire », les deux textes reprenant leur formulation respective du verset 23 (« lieu sûr » pour l’un et pour l’autre, mais l’image du clou dans l’hébreu seulement ») :

Bible hébraïque

Septante

(...) Le clou enfoncé dans un lieu sûr se retirera, il sera brisé, il tombera, et la charge qui était sur lui sera détruite, car le SEIGNEUR a parlé.

25

(...) On fera chanceler l’homme qui s’est installé dans un lieu sûr et il tombera, et l’on ôtera la gloire qui était sur lui, car le Seigneur a parlé.

44Jusqu’à présent, nous avons tenté de souligner que le remplaçant de Shebna / Somnas possédait des traits royaux dans la Septante, qu’il n’a pas dans le texte massorétique, ou dans une bien moindre mesure. Nous en venons désormais à ce qui était en réalité notre point de départ, les rapports entre Éliaqim (Eliakim) et l’appellation de « père ». Rappelons ce que disent les textes :

Bible hébraïque

Septante

Il deviendra un père pour les habitants de Jérusalem et pour la maison de Juda.

21b

Il sera comme un père pour les habitants de Jérusalem et les habitants de Juda.

  • 42  Inversement, Jérôme traduit les deux textes et erit quasi pater ; il donne donc à la préposition h (...)
  • 43  v, 5 bis ; viii, 18 ; xix, 20, etc. Dans notre extrait même, au verset 23 : καὶ ἔσται εἰς θρόνον « (...)
  • 44 Par exemple i, 21 πῶς ἐγένετο πόρνη ; xxxii, 15 καὶ ἔσται ἔρημος ὁ Χερμελ..

45La traduction française est malheureusement imprécise sur le point qui nous occupe. En effet, la tournure attributive, en hébreu, est en réalité une construction prépositionnelle : וְהָיָה לְאָבַ hyFhfw : whayah l’ab, littéralement « et il sera pour père », avec la préposition directive ל introduisant l’attribut du sujet ; il s’agit d’une construction très fréquente en hébreu biblique. On pourrait alors penser le ὡς de la Septante, qui précède lui aussi l’attribut, pourrait être un équivalent formel de la préposition hébraïque42. Cependant, le traducteur d’Ésaïe connaît sans aucun doute le tour hébreu, et il le rend parfaitement ailleurs, que ce soit par le calque καὶ ἔσται εἰς43, ou par la juxtaposition de l’attribut à la copule, comme le veut la règle grecque44.

46Si nous continuons à témoigner notre confiance dans le traducteur, c’est-à-dire à faire l’hypothèse qu’une différence entre le grec et l’hébreu résulte d’une initiative concertée de sa part, nous constaterons qu’il a atténué cette qualité de « père » au remplaçant de l’intendant déchu, alors même qu’il accroissait sa dimension royale.

47Au cours de cette brève étude, nous avons étudié tour à tour un texte très court, mais relativement illustre, et une séquence plus longue, bien moins connue. Les deux ensembles possèdent bien entendu leur caractère propre et leurs obscurités. Cependant, nous avons cru pouvoir discerner un processus commun à l’un et à l’autre ; le personnage à qui l’on refuse le nom de père, dans la Septante, possède dans celle-ci, et dans celle-ci seulement, des caractères royaux plus ou moins marqués.

48La Septante est une traduction, elle ne peut donc pas réécrire entièrement le texte à sa guise ; ce n’est ni une paraphrase, ni un commentaire. Cependant, la convergence des modifications ne saurait qu’incliner à penser, à notre avis, que les changements, par rapport à l’original, sont parfaitement concertés.

  • 45  lxiii, 16 bis ; lxiv, 8.
  • 46  Au sens d’ « ancêtre » : Abraham li, 2 ; Jacob : lviii, 14 ; David : xxxviii, 5 ; au pluriel xxxix (...)
  • 47  Un exemple parmi plusieurs : vi, 1 : « Et il advint, l’année ou mourut le roi Ozias... ».
  • 48  vi, 5 : « Alors que (...) j’habite au milieu d’un peuple qui a des lèvres impures, j’ai vu de mes (...)
  • 49  Importantes dans le cas de ix, 6 ; relativement indolores dans le cas de xxii, 21.
  • 50  Matthieu, xxiii, 9.

49Il convient alors de se demander pourquoi le nom du « père » est refusé au roi. Il n’est pourtant pas refusé à Dieu ; en effet, dans les trois occurrences où le texte massorétique accorde ce qualificatif à Dieu45, la Septante le suit d’assez près. La Septante d’Ésaïe n’hésite pas non plus à accorder le titre de « père » à des humains46. On serait donc tenté de conclure qu’une même personne ne saurait être appelée à la fois « père » et « roi ». Pourquoi ? Peut-être parce que, dans l’esprit du traducteur, seul Dieu possède des droits sur les deux appellations concomitantes. Le titre de roi convient aussi bien aux hommes47 qu’à Dieu48; réserver « père » à Dieu, au prix de modifications plus ou moins importantes49, tout en accroissant en même temps la dimension royale des personnages considérés, était peut-être une manière, tout en honorant ces êtres humains exceptionnels, de témoigner du respect à Dieu et d’annoncer, en quelque sorte, la prescription matthéenne : « N’appelez personne ‘votre père’ sur la terre ; car vous n’en avez qu’un : le Père céleste »50.

Haut de page

Notes

1  Pour des raisons qu’il est impossible de développer ici, nous considérerons systématiquement, sauf indication contraire, que l’« original » hébreu, le texte que l’auteur de la version grecque avait sous les yeux, est, par hypothèse, analogue au texte hébreu officiel de la Bible, appelé « texte massorétique ». Il ne peut s’agir que d’une approximation ; mais notre propos sera moins d’étudier le détail des divergences de sens entre hébreu et grec que de proposer une lecture de la version grecque, prise comme un texte régissant ses propres parcours interprétatifs. Il est sans doute inutile de rappeler que c’est de cette manière qu’elle a été lue et commentée jusqu’à l’aube de l’époque contemporaine.

2  Ce qui signifie qu’il y a autant de fois où le mot est présent en hébreu et absent en grec que de fois où le mot est absent en hébreu et présent en grec ; chacun de ces cas se présente à deux reprises.

3  Il arrive en effet souvent qu’un même mot hébreu, présent à plusieurs reprises au fil du livre, soit traduit de manière fort variée selon les occurrences. Le livre d’Ésaïe se distingue là de bien d’autres livres de la Septante, beaucoup plus systématiques dans leurs choix lexicaux.

4  Les versets IX, 2-7 de la numérotation de l’éditeur de la septante correspondent aux versets IX, 1-6 du texte hébreu, et, naturellement, des traductions qui dépendent de lui.

5  ἀφῄρηται ὁ ζυγὸς ὁ ἐπ’ αὐτῶν κείμενος καὶ ἡ ῥάβδος ἡ ἐπὶ τοῦ τραχήλου αὐτῶν.

6  La traduction proposée est (des chapitres 1 à 47) celle du projet en cours de traduction-annotation du livre d’Ésaïe (plus exactement en l’occurrence : Isaïe) dans la Bible d’Alexandrie (Cerf, Paris, sortie prévue en 2011) ; les auteurs en sont Alain Le Boulluec et nous-même. Pour les chapitres 48 à 66, la traduction est de notre seul fait. Le texte utilisé est celui de Joseph Ziegler, Septuaginta. Vetus Testamentum Graecum Auctoritate Academiae Scientiarum Gottingensis editum, Göttingen, vol. xiv Isaias, 1939, 19672.

7 ὅτι παιδίον ἐγεννήθη ἡμῖν, υἱὸς καὶ ἐδόθη ἡμῖν, οὗ ἡ ἀρχὴ ἐγενήθη ἐπὶ τοῦ ὤμου αὐτοῦ, καὶ καλεῖται τὸ ὄνομα αὐτοῦ Μεγάλης βουλῆς ἄγγελος·ἐγὼ γὰρ ἄξω εἰρήνην ἐπὶ τοὺς ἄρχοντας, εἰρήνην καὶ ὑγίειαν αὐτῷ. μεγάλη ἡ ἀρχὴ αὐτοῦ, καὶ τῆς εἰρήνης αὐτοῦ οὐκ ἔστιν ὅριον ἐπὶ τὸν θρόνον Δαυιδ καὶ τὴν βασιλείαν αὐτοῦ κατορθῶσαι αὐτὴν καὶ ἀντιλαβέσθαι αὐτῆς ἐν δικαιοσύνῃ καὶ ἐν κρίματι ἀπὸ τοῦ νῦν καὶ εἰς τὸν αἰῶνα χρόνον· ὁ ζῆλος κυρίου σαβαωθ ποιήσει ταῦτα.

8  ix, 5 selon la numérotation du texte hébreu (correspondant au verset ix, 6 de la Septante).

9  Sauf indication contraire, nous traduisons le texte hébreu ; l’édition utilisée est celui de la Biblia Hebraica Stuttgartensia, editio funditus renovata, K. Elliger et W. Rudolph (éds.), Deutsche Bibelgesellschaft, 1967, 1977, 1990.

10  ix, 6 : Paruulus enim natus est nobis filius datus est nobis et factus est principatus super umerum eius et uocabitur nomen eius admirabilis consiliarius deus fortis pater futuri saeculi princeps pacis.

11  Dans son commentaire sur Ésaïe, Jérôme, qui voit dans cet enfant l’Emmanuel promis au chapitre vii, envisage même l’interprétation suivant laquelle l’empire reposera sur son épaule fait allusion à celui qui a lui-même porté sa croix : Et licet ex eo quod supra dixerat, Emmanuel, id est nobiscum Deus, Deum illum esse monstrauerit ; tamen nunc dicit factum illius principatum super humerum eius, uel quod crucem suam ipse portauerit, uel per humerum ostendens brachii fortitudinem (In Esaiam III, ad ix, 6-7, l. 26-30 ; S. Hieronymi presbyteri opera. Pars I opera exegetica ; 2 commentariorum in Esaiam, Corpus Christianorum, Series Latina, 73 (libri i-xi), 73A (libri 12-18), éd. Marc Adriaen, Brepols, Turnhout, 1963).

12  Nous disons bien « qui passe » ; une lecture plus attentive montre cependant, comme ici, qu’il convient d’apporter de singulières nuances à cette opinion courante. On pourra bientôt lire l’étude de Rodrigo de Sousa, « Messianism in the Septuagint of Isaiah : Problems and Perspectives », à paraître dans les actes du colloque « The Old Greek of Isaiah : Issues and Perspectives », tenu à Leiden, les 10 et 11 avril 2008, et organisé par A. van der Kooij et M. van der Meer. Sans prétendre régler la question ni même l’aborder, nous nous contenterons, sur ce dernier point, de rappeler que cette réputation de « messianisme » de la Septante provient peut-être tout simplement du fait que le livre du Messie, ou des prophéties réalisées, nous entendons parler du Nouveau Testament, utilise en majorité la Septante comme version de ce qui deviendra, par la suite, l’Ancien Testament.

13  Jérôme, dans le passage de son commentaire que nous venons de citer, y voit même six noms, séparant, admirabilis de consiliarius et deus de fortis ; il ne s’oppose pas seulement à l’interprétation actuelle : Non enim, ajoute-t-il, ut plerique putant, bina iugenda sunt nomina, ut legamus admirabilis consiliarius, et rursum deus fortis (ibid., l. 36-37).

14  Comprendre : du verset 6 dans la Septante : « Moi en effet je mènerai la paix, etc. »

15  Par exemple, pour le syntagme conseiller merveilleux, on a une expression fort voisine en xxv, 1 texte massorétique « conseil merveilleux » ; la Septante lit ici « car tu as accompli des merveilles, un dessein ancien, véridique » ἐποιησας θαυμαστὰ πράγματα, βουλὴν ἀρχαίαν ἀληθινήν : si la syntaxe est changée, preuve est faite que le traducteur connaissait les vocables en cause. Une démonstration analogue pourra être menée à propos du verset xxviii, 29, où le texte hébreu porte « cela aussi vient de (littéralement : sort de) YHWH tout-puissant, merveilleux en conseil » ; la Septante atteste une compréhension des mots en cause : « Et tels sont, venus du Seigneur Sabaoth, les prodiges ; délibérez ! » καὶ ταῦτα παρὰ κυρίου σαβαωθ ἐξῆλθε τὰ τέρατα · βουλεύσασθε.

16  On appelle Targum des traductions ou paraphrases araméennes du texte biblique hébreu ; leur mise par écrit n’est pas antérieure au quatrième siècle de notre ère. Le texte utilisé est celui de J.F. Stenning, The Targum of Isaiah, Oxford, 1949.

17  « Si les traductions grecque et araméenne sont, à cet endroit, si peu littérales, c’est peut-être parce que l’exégèse rabbinique réfère aussi à Dieu le qualificatif ‘Prince de la paix’ », écrit Olivier Munnich dans son étude sur « La traduction grecque d’Isaïe 8-9 et ses liens avec l’exégèse rabbinique », Adamantius 13 (2007), p. 8-19 (ici p. 12).

18  Cf. II Samuel vii, 16.

19  Voir notre note 13.

20  In Esaiam, III, ad. ix, 6-7, l. 53-57 : Qua nominum maiestate perterritos reor non esse ausos de puero dicere, quod aperte Deus appelandus et cetera ; pro his sex nominibus posuisse, quod in hebraico non habetur magni conilii angelum, et adducam pacem super principes, et sanitatem eius.

21  καὶ ἐκάλεσεν κύριος σαβαωθ ἐν τῇ ἡμέρᾳ ἐκείνῃ κλαυθμὸν καὶ κοπετὸν καὶ ξύρησιν καὶ ζῶσιν σάκκων, αὐτοὶ δὲ ἐποιήσαντο εὐφροσύνην καὶ ἀγαλλίαμα σφάζοντες μόσχους καὶ θύοντες πρόβατα ὥστε φαγεῖν κρέα καὶ πιεῖν οἶνον λέγοντες Φάγωμεν καὶ πίωμεν, αὔριον γὰρ ἀποθνῄσκομεν. καὶ ἀνακεκαλυμμένα ταῦτά ἐστιν ἐν τοῖς ὠσὶν κυρίου σαβαωθ, ὅτι οὐκ ἀφεθήσεται ὑμῖν αὕτη ἡ ἁμαρτία, ἕως ἂν ἀποθάνητε.

22 Τάδε λέγει κύριος σαβαωθ Πορεύου εἰς τὸ παστοφόριον πρὸς Σομναν τὸν ταμίαν καὶ εἰπὸν αὐτῷ. 16.Τί σὺ ὧδε καὶ τί σοί ἐστιν ὧδε, ὅτι ἐλατόμησας σεαυτῷ ὧδε μνημεῖον καὶ ἐποίησας σεαυτῷ ἐν ὑψηλῷ μνημεῖον καὶ ἔγραψας σεαυτῷ ἐν πέτρᾳ σκηνήν; 17. ἰδοὺ δὴ κύριος σαβαωθ ἐκβαλεῖ καὶ ἐκτρίψει ἄνδρα καὶ ἀφελεῖ τὴν στολήν σου 18. καὶ τὸν στέφανόν σου τὸν ἔνδοξον καὶ ῥίψει σε εἰς χώραν μεγάλην καὶ ἀμέτρητον, καὶ ἐκεῖ ἀποθανῇ· καὶ θήσει τὸ ἅρμα σου τὸ καλὸν εἰς ἀτιμίαν καὶ τὸν οἶκον τοῦ ἄρχοντός σου εἰς καταπάτημα, 19. καὶ ἀφαιρεθήσῃ ἐκ τῆς οἰκονομίας σου καὶ ἐκ τῆς στάσεώς σου. 20. καὶ ἔσται ἐν τῇ ἡμέρᾳ ἐκείνῃ καλέσω τὸν παῖδά μου Ελιακιμ τὸν τοῦ Χελκιου 21. καὶ ἐνδύσω αὐτὸν τὴν στολήν σου καὶ τὸν στέφανόν σου δώσω αὐτῷ καὶ τὸ κράτος καὶ τὴν οἰκονομίαν σου δώσω εἰς τὰς χεῖρας αὐτοῦ, καὶ ἔσται ὡς πατὴρ τοῖς ἐνοικοῦσιν ἐν Ιερουσαλημ καὶ τοῖς ἐνοικοῦσιν ἐν Ιουδα. 22. καὶ δώσω τὴν δόξαν Δαυιδ αὐτῷ, καὶ ἄρξει, καὶ οὐκ ἔσται ὁ ἀντιλέγων. 23. καὶ στήσω αὐτὸν ἄρχοντα ἐν τόπῳ πιστῷ, καὶ ἔσται εἰς θρόνον δόξης τοῦ οἴκου τοῦ πατρὸς αὐτοῦ. 24. καὶ ἔσται πεποιθὼς ἐπ’ αὐτὸν πᾶς ἔνδοξος ἐν τῷ οἴκῳ τοῦ πατρὸς αὐτοῦ ἀπὸ μικροῦ ἕως μεγάλου καὶ ἔσονται ἐπικρεμάμενοι αὐτῷ. 25. ἐν τῇ ἡμέρᾳ ἐκείνῃ — τάδε λέγει κύριος σαβαωθ — κινηθήσεται ὁ ἄνθρωπος ὁ ἐστηριγμένος ἐν τόπῳ πιστῷ καὶ πεσεῖται, καὶ ἀφαιρεθήσεται ἡ δόξα ἡ ἐπ’ αὐτόν, ὅτι κύριος ἐλάλησεν.

23  Littéralement : « à la maison ».

24  Autre traduction possible : « il te roule, il te roule en boule » (Osty).

25  La même expression hébraïque revient en Ésaïe xxxiii, 21, et elle est rendue de manière analogue : « des canaux larges et étendus » διώρυγες πλατεῖς καὶ εὐρύχωροι ; voir encore, pour ce procédé à propos du même hébraïsme, Genèse xxxiv, 21 ; Juges xviii, 10 ; Psaumes ciii (civ), 25.

26  Il s’agit en réalité d’une structure très commune en hébreu biblique, où l’ « infinitif absolu » du verbe sert à donner une nuance emphatique au procès exprimé par le (même) verbe conjugué. Sur ce procédé et les différentes attitudes des auteurs de la Septante à son égard, voir Emanuel Tov, « Renderings of Combinations of the Infinitive Absolute and Finite Verbs in the LXX - Their Nature and Distribution » dans Studien zur Septuaginta - Robert Hanhart zu Ehren , éd. D. Fraenkel, U. Quast, J.W. Wevers, Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Gottingen (n° 190), Göttingen, 1990, p. 64-73.

27  À savoir le très courant לְבוּשׁ lebûs, et les plus rares תִּלְבּשֶׁת ma talbûs et תִּלְבּשֶׁת tilbôset ; tous ces substantifs signifient donc « vêtement ». On observe un même rapport au sein même du grec, entre le verbe καλύπτω « voiler, couvrir », et le substantif déverbatif τὸ κάλυμμα « le voile », c’est-à-dire « ce qui couvre la tête / le visage ».

28  De manière similaire dans les deux textes.

29  Un exemple assez illustre d’un procédé analogue se trouve dès Genèse iv, 8 : « Et Caïn dit à son frère Abel : ‘Allons dans la campagne’. Et il advint, alors qu’ils étaient dans la campagne, que Caïn se dressa contre son frère Abel et qu’il le tua ». Nous avons traduit ici la Septante qui, avec les autres versions anciennes de la Bible, exprime le contenu des paroles de Caïn. Le texte massorétique dit simplement : « Et Caïn dit à son frère Abel. Et il advint, alors qu’ils étaient dans la campagne, etc. ». Il suffirait certes de comprendre le verbe que nous avons traduit par « dire », אמר ’mr, au sens de « parler » ; mais c’est là une acception qu’il n’a nulle part ailleurs (pour un verbe qui est l’un des plus fréquents de la Bible hébraïque).

30  La Peshitto (la version syriaque la plus courante, qui traduit l’hébreu) garde le changement de personne. La Vulgate et le Targum unifient à la première personne. Dans sa traduction, Osty intervertit les deux hémistiches du verset 16, ce qui supprime la rupture entre les personnes : « 15a Va trouver cet intendant, Chebna, le maître du palais, 16b qui taille son sépulcre sur la hauteur, qui se creuse dans le roc une demeure. 16a Qu’as-tu ici, et qui es-tu ici, pour te tailler ici un sépulcre ! »

31  Le « passif divin » est une notion théologico-grammaticale qui décrit les emplois, dans la Bible, du passif dépourvu de complément d’agent, lorsque l’agent implicite est Dieu ; le paradigme en est « frappez, et l’on vous ouvrira », littéralement « frappez, et (cela) sera ouvert pour vous » κρούετε καὶ ἀνοιγήσεται ὑμῖν (Matthieu, vii, 7) ; on comprend « et Dieu vous ouvrira », comme le confirme le verset 11 : « Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez faire de beaux présents à vos enfants, combien plus votre père qui est aux cieux donnera des biens à ceux qui le lui demandent ».

32  Que la conclusion du passage, le verset 25, ambigu dans les deux textes, fasse allusion à la chute du premier intendant… ou de son successeur.

33  On sait que c’est des aspects qui soulèvent le plus de difficultés dans l’histoire de Caïn et Abel ; rien ne dit pourquoi Dieu rejeta le sacrifice du premier et agréa celui du second.

34  S’il faut bien comprendre ainsi l’expression « la maison de ton maître ».

35  Voir par exemple Jérémie xiii, 18 : « Dites au roi et à la Grande Dame : ‘Asseyez-vous bien bas, car elle est tombée de votre tête, votre couronne de gloire’ ». Nous avons cité la traduction d’É. Osty, faite sur le texte hébreu ; la Septante ne présente pas de différences sur le point qui nous intéresse. En revanche, un phénomène intéressant se produit en II Samuel xii, 30a ; nous sommes lors de la prise de Rabba, capitale des Ammonites. Le texte massorétique dit : « Il [David] enleva la couronne de Milkom de dessus sa tête » (traduction Osty) ; Milkom est une divinité locale (voir I Rois xi, 5) ; son nom rappelle cependant étrangement (surtout dans une écriture consonantique comme l’est celle de l’hébreu) le mot מֶלֶךְ melek « roi » ; la Septante propose ici une traduction double de ce terme, à la fois comme nom propre et comme nom commun : « Et il enleva la couronne de Milkom, leur roi, de dessus sa tête » καὶ ἔλαβεν τὸν στέφανον Μελχολ τοῦ βασίλεως αὐτῶν ἀπὸ τῆς κεφαλῆς αὐτοῦ. Le traducteur, ou un glossateur plus tardif, aura donc pensé que si l’on ôtait une couronne à un personnage, celui-ci ne pouvait qu’être un roi. On peut également songer à la couronne d’épines du Christ, dans son investiture caduque et parodique : cet outrage lui est fait au moment où les soldats le saluent comme « roi des juifs » (Matthieu xxvii, 28-30).

36  En réalité, comme indiqué dans la synopse introductive de cette étude, au verset 18 de la numérotation officielle. Mais les correspondances terme à terme font nettement voir, à notre avis, que le découpage doit s’entendre différemment d’un texte à l’autre.

37  Le verbe de la même famille, מָשָׁל msl, dont un est sens est « avoir du pouvoir », est rendu par τυραννεῖν « exercer un pouvoir autoritaire » en Proverbes xxviii, 15 ; par ἄρχω « commander » en Genèse xxiv, 2 ; xlv, 8 ; Ésaïe xiv, 5 ; xxviii, 14 ; xlix, 7 ; par κυριεύω « avoir souveraineté sur » en Genèse iii, 16 ; Josué xii, 2 (cf. Exode xxi, 8 ; Ésaïe xl, 10).

38  καί « et plus précisément », « c’est-à-dire ».

39  Ἰδοὺ γὰρ βασιλεὺς δίκαιος βασιλεύσει, καὶ ἄρχοντες μετὰ κρίσεως ἄρξουσιν ; on peut également renvoyer à xxxiv, 12 : « Elle n’aura pas de chefs, car ses rois, ses chefs, ses magnats iront à leur perte » ; xlix, 23 : « Et des rois seront tes nourriciers, et celles qui sont chefs seront tes nourrices ».

40  Pour les connections entre la royauté et la « gloire » dans la Septante d’Ésaïe, on peut penser à viii, 2 : « le roi des Assyriens et sa gloire » ; x, 12 : « il sévira contre la pensée de grandeur, le chef des Assyriens, et contre la gloire hautaine de ses yeux » ; xxxiii, 17 : « Vous verrez un roi dans sa gloire ».

41  Littéralement : le « fardeau » מַשָּׂא massa’ ; en aucun cas le mot ne peut désigner un honneur quelconque.

42  Inversement, Jérôme traduit les deux textes et erit quasi pater ; il donne donc à la préposition hébraïque la valeur de la conjonction grecque, ce ne qui ne correspond pas à ses emplois.

43  v, 5 bis ; viii, 18 ; xix, 20, etc. Dans notre extrait même, au verset 23 : καὶ ἔσται εἰς θρόνον « et il deviendra un trône ».

44 Par exemple i, 21 πῶς ἐγένετο πόρνη ; xxxii, 15 καὶ ἔσται ἔρημος ὁ Χερμελ..

45  lxiii, 16 bis ; lxiv, 8.

46  Au sens d’ « ancêtre » : Abraham li, 2 ; Jacob : lviii, 14 ; David : xxxviii, 5 ; au pluriel xxxix, 6 ; xliii, 27 ; au sens de l’ascendant direct : xxxviii, 8 ; xlv, 10, etc.

47  Un exemple parmi plusieurs : vi, 1 : « Et il advint, l’année ou mourut le roi Ozias... ».

48  vi, 5 : « Alors que (...) j’habite au milieu d’un peuple qui a des lèvres impures, j’ai vu de mes yeux le Roi, le Seigneur Sabaoth ! » ; xxxiii, 22 : « Notre juge est le Seigneur, notre chef est le Seigneur, notre roi est le Seigneur, c’est lui qui nous sauvera ».

49  Importantes dans le cas de ix, 6 ; relativement indolores dans le cas de xxii, 21.

50  Matthieu, xxiii, 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Le Moigne, « Le père ou le roi : Stratégies de traduction en Ésaïe IX, 6 et XXII, 21 (Septante) », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 19 décembre 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://cerri.revues.org/190 ; DOI : 10.4000/cerri.190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • Les cahiers de Revues.org