Navigation – Plan du site

Femmes et spiritualité. Médiations culturelles et spirituelles à travers le rôle des beatas en Espagne à l’époque moderne

Women and spirituality : the cultural and spiritual mediation of the beatas in early-modern Spain
Marie-Catherine Barbazza

Résumés

Ce travail est destiné à souligner le rôle qu’ont pu jouer quelques personnalités féminines d’exception dans le domaine de la spiritualité en Castille, à la fin du XVe et dans le premier tiers du XVIe siècle. Dans cette période d’inquiétude, d’effervescence culturelle, on insiste surtout sur le rôle d’Isabel de la Cruz et de ses adeptes laïcs et franciscains, juifs convertis pour la plupart, dans la naissance et le développement du mouvement illuministe. L’apparition de ce nouveau courant provoque le début d’une terrible répression inquisitoriale contre l’hérésie, qui va dépasser la simple poursuite des alumbrados pour éradiquer tout ce qui peut se rattacher à l’érasmisme et au luthéranisme. Les efforts conjugués des inquisiteurs et des théologiens vont avoir des répercussions sociales importantes et compromettre toute possibilité féminine de recherche spirituelle indépendante.

Haut de page

Texte intégral

1Commençons par préciser les limites de ce travail au titre très général. Cette présentation consacrée à la spiritualité féminine à l’époque moderne, portera particulièrement sur la spiritualité d’une catégorie de femmes qui ont été appelées beatas, terme qui renvoie à un statut complexe, à des situations diverses qui ont évolué au cours du temps.

2Nous souhaitons nous interroger plus particulièrement sur le rôle de quelques femmes qui ont tenu une place primordiale dans la spiritualité de la fin du XVe et de la première moitié du XVIe siècle en Castille. La chronologie retenue est celle d’une époque-clé pour la connaissance de l’histoire politique, religieuse de l’Espagne. Le cadre spatial retenu a également son importance car c’est celui d’une Castille qui sera amenée à jouer un rôle prépondérant. Ces femmes sont généralement de condition modeste ou appartiennent à la petite ou moyenne bourgeoisie. Leurs inquiétudes spirituelles vont les faire sortir des limites que leur impose leur statut car elles sauront se ménager la protection de personnages très haut placés, elles sauront attirer, regrouper autour d’elles des laïcs de conditions sociales diverses, des prêtres, des hommes, des femmes qui constitueront des groupuscules dans des villes ou villages castillans. Au sein de ces groupes, elles vont assurer un enseignement spirituel nouveau, atteindre un rayonnement assez important pour inquiéter les théologiens, les inquisiteurs. Nos interrogations sur leur pouvoir de persuasion, sur leur personnalité propre restent le plus souvent sans réponses vraiment satisfaisantes car les lectures faites, les documents historiques disponibles (sources inquisitoriales essentiellement) ne fournissent pas toutes les données nécessaires. En revanche, ces documents nous aident à mieux appréhender la particularité d’une époque donnée, la complexité de l’action menée par ces femmes, ce qui nous amène à nous interroger à d’autres niveaux sur les implications religieuses, politiques, sociales dans la Castille de cette époque-là. L’étude de ces sources souligne des particularités « castillanes » mais également des relations avec d’autres phénomènes européens. Les documents sur lesquels nous nous appuyons ne sont pas inédits. Il s’agit à partir de nombreuses lectures de mener une réflexion sur une question importante afin de continuer une recherche plus personnelle sur les beatas.

  • 1 Voir le Tesoro de la lengua castellana o española de Sebastián de Covarrubias, le Diccionario de Au (...)
  • 2 Il y a eu passage de la perception de femmes recherchant une vie de perfection, de sainteté vers un (...)

3Dans un premier temps, il nous semble utile de revenir très rapidement sur le terme beata et ce qu’il recouvre. Les spécialistes de la spiritualité en Espagne ont souvent repris les définitions données dans les dictionnaires de la langue classique et certains écrits de l’Époque moderne pour préciser le statut particulier et complexe de ces femmes1. À l’origine, il s’agit de jeunes filles ou de femmes tournées vers la dévotion, qui ne peuvent pas ou ne souhaitent pas entrer au couvent. Elles vivent donc leur foi dans le siècle en adoptant en principe des règles de vie très strictes, calquées sur le modèle religieux (pauvreté, chasteté, pratique de la prière et de la lecture d’œuvres de dévotion). Elles peuvent vivre seules ou en communauté. Elles exercent d’humbles tâches manuelles pour subsister, elles pratiquent la charité, soignent les malades. Elles adoptent une façon de se vêtir qui indique leur état. Souvent, elles sont tertiaires franciscaines. Elles souhaitent bien sûr atteindre le chemin de perfection et accéder à la sainteté. À cette perception exemplaire de la beata idéale, parfaite, les contemporains opposent une représentation négative de fausse dévote qui, derrière l’austérité des apparences, cache des mœurs dissolues2.

Le contexte politique et religieux

  • 3 La volonté réformatrice de Cisneros permet d’obtenir des résultats pour les ordres monastiques malg (...)

4Pour bien comprendre le phénomène religieux, il faut le replacer dans un contexte politique et social d’un pays qui, à partir de la fin du XVe siècle, est soumis à de profonds changements. L’Espagne passe de la situation de pays de frontière en marge de la chrétienté avant 1492 à celle d’un pays tourné vers l’Europe chrétienne avec les rois catholiques. L’Espagne des trois religions où avaient cohabité pendant des siècles juifs, musulmans et chrétiens se tourne, après 1492, vers l’Europe où sont apparus une piété nouvelle et un humanisme chrétien.
Isabelle et Ferdinand imposent leur autoritarisme monarchique en l’associant à une Église nationale nouvellement façonnée. La prise en main de la discipline ecclésiastique s’accomplit grâce à une tâche réformatrice d’envergure confiée au Cardinal Francisco Jiménez de Cisneros3.

  • 4 Ce fut dans les ordres mendiants que surgirent les plus gros problèmes. Franciscain lui-même, Cisne (...)

5Dans le même temps, l’Espagne s’ouvre à l’Italie, découvre l’humanisme, les inquiétudes de la pré-réforme catholique. Toutes ces influences favorisent l’éclosion d’un formidable foisonnement intellectuel et spirituel qui marquera profondément le règne de Ferdinand et Isabelle ainsi que celui leur successeur, Charles Quint. Le mysticisme italien féconde aussi la spiritualité des ordres religieux. Dans le domaine de l’observance, ce sont les ordres mendiants (franciscains et dominicains) qui posent les plus gros problèmes, mais ce sont eux également qui sont les plus proches du peuple4. Il nous semble important d’insister plus particulièrement sur l’ordre franciscain qui a joué un rôle de premier plan dans le mouvement de retour à la règle primitive, qui a occupé une place primordiale dans le développement de la spiritualité espagnole, la diffusion de la théologie affective dans les couvents de l’observance et dans les foyers actifs de laïcs qui les entouraient. Les beatas entretenaient des contacts multiples avec les ordres mendiants, elles étaient proches de la population et nouaient des relations avec des catégories sociales diverses.

  • 5 À l’époque des rois catholiques, les espérances messianiques des laïcs et religieux en quête de spi (...)

6Dans la Castille de l’époque des rois catholiques existe également une spiritualité avide de révélations. Le prophétisme tient une grande place. Cisneros lui-même se montre favorable à la piété inspirée5. Mais toute cette effervescence provoque également des inquiétudes dans les esprits attachés à la tradition, peu enclins à la nouveauté. Le contexte religieux européen marqué par l’action de Luther et la crise de la chrétienté limitera les effets de l’ouverture. La politique de Charles Quint, son désir de parvenir à une monarchie universelle, sa lutte contre l’infidèle et l’hérésie, sous le contrôle étroit du Saint-Office, qui feront de ce pays le champion de la catholicité, provoqueront une fermeture aux influences extérieures. La fermeture à l’autre lorsque sa foi diffère de la religion officielle, s’accentuera à l’intérieur du pays.

7Pour cet exposé, nous avons fait le choix de mettre l’accent sur quelques cas de beatas qui sont bien connues des historiens. Bien que contemporaines, ces femmes n’ont pas eu les mêmes objectifs. L’action qu’elles ont menée, les relations qu’elles ont entretenues avec la population, les hommes de pouvoir, l’aristocratie ou les religieux permettent de saisir des moments clés de l’histoire de la Castille, des moments qui font apparaître une évolution importante à différents niveaux : politique, social, religieux.

Sor María de Santo Domingo, la beata de Piedrahita

8C’est dans la ville d’Ávila, au tout début du XVIe siècle, dans les années 1509, que s’impose celle qui a été surnommée la beata de Piedrahita, Sor María de Santo Domingo (née vers 1470-1475). On sait peu de choses sur elle. Elle s’est consacrée très jeune à la contemplation et a connu la célébrité par les faveurs divines qu’elle prétendait recevoir. Elle est présentée comme une femme illettrée qui a la réputation d’égaler les théologiens les plus savants grâce à ses lumières surnaturelles. Elle a des extases spectaculaires : elle reste étendue, les bras en croix comme morte. On lui attribue un livre dédié au Cardinal Adrien, futur Pape, le Livre de l’oraison. Une lettre qu’elle a adressée au Cardinal Cisneros en 1510 a été publiée. Elle y annonce la venue d’événements extraordinaires comme la conversion en masse des 100 000 sarrasins à la foi véritable ! Cette tertiaire dominicaine qui se montre sûre d’elle-même et n’hésite pas à se dire « compagne et épouse du Christ » finit par semer le doute dans certains esprits. Les dominicains se divisent en deux clans pour discuter de la valeur de ses révélations et le débat est soumis à l’arbitrage du Pape qui charge son légat d’examiner le cas de cette femme avec l’aide d’évêques espagnols de Burgos et de Vich. Ce qui importe pour essayer de comprendre ce qui se passait à l’époque, ce n’est pas la perception que nous pouvons avoir aujourd’hui de cette femme, mais les réactions qu’elle suscite, l’attention portée aux visions, aux prophéties, l’attente messianique que tout cela révèle. Elle est protégée par le Duc d’Albe qui l’a confortablement dotée pour qu’elle puisse fonder un collège religieux à Ávila (Aldeanueva de las Monjas). Les franciscains sont attirés par sa spiritualité visionnaire. Et Cisneros lui-même lui est très favorable malgré les doutes qu’elle peut susciter chez certains dominicains. Elle sera poursuivie par l’Inquisition mais protégée par de hauts personnages, et vue davantage comme « ilusa » que comme « embaucadora ».

  • 6 Le manuscrit daté de 1509 est conservé à la Bibliothèque de l’Escorial.

9María de Santo Domingo n’est pas la seule à susciter l’intérêt, l’adhésion de la population, qu’il s’agisse de laïcs ou de religieux. On parle beaucoup de religieuses comme la « Madre Marta », bénédictine du couvent de Santo Domingo el Antiguo à Tolède. Cisneros pense qu’elle reçoit des grâces miraculeuses. Sa réputation est telle que les prélats, le roi lui-même lui rendent visite. La Madre Juana de la Cruz (1484-1534), religieuse contemplative, célèbre pour ses vertus et ses miracles, fait aussi parler d’elle. Un prophète la croit appelée à donner naissance à un nouveau sauveur. Cisneros la protège, se déclare garant de ses extases. Elle a écrit un traité de mystique6. Mais son orthodoxie est malgré tout remise en cause : le manuscrit de sa vie comporte des notes, des coupures. Une autre religieuse d’origine noble retient l’attention. Sor María de Toledo « la Pobre », fondatrice du couvent des clarisses de Santa Isabel de las Reyes, est elle aussi protégée par Cisneros.

10Ces exemples illustrent bien ce contexte particulier de la fin du XVe et du début du XVIe siècle que j’ai brièvement évoqué plus haut, l’importance du prophétisme, mais également la suspicion que les prédictions de certaines beatas éveillent parmi les autorités religieuses et les inquisiteurs. Ces femmes ont joué un rôle très important, voire capital dans la vie spirituelle et politique de leur temps. Elles ont constitué des centres d’attraction, parfois plus ou moins rivaux, ce qui rend l’appréhension du phénomène encore plus difficile. Les quelques figures féminines évoquées précédemment ont la réputation d’être illuminées par l’Esprit Saint. Celles qui vont nous intéresser maintenant n’ont pas d’extases comme la beata de Piedrahita. Elles provoquent cependant l’intérêt de tous et l’émoi général à cause de l’attraction qu’elles exercent elles aussi sur tout un monde d’ecclésiastiques, de religieux. Surtout elles participent à une évolution importante de la spiritualité avec l’apparition et le développement de l’illuminisme.

Les cercles illuminés7 de Guadalajara et Isabel de la Cruz

  • 7 Alumbradismo, iluminismo sont les termes espagnols qui désignent cette tendance mystique – bien qu’ (...)
  • 8 Rappelons que c’est en 1483 que Juan Guas commence la construction du palais de Guadalajara. Les ar (...)
  • 9 Nous verrons qu’est également concernée Francisca Hernández, une beata originaire de la région de S (...)

11Que se passe-t-il en 1519 dans une région bien circonscrite de Castille et dans des villes bien déterminées ? Quels sont les acteurs ? La carte ci-dessous permet de délimiter un cercle dont le centre est Guadalajara et, extra-muros, le fameux palais construit au moment de la Renaissance par les Mendoza, famille illustre de l’aristocratie, anciens Marquis de Santillane, Ducs de l’Infantado8. Au Nord se trouve Valladolid, au sud Tolède9. Tout part en effet de Guadalajara qu’on peut considérer comme le berceau de l’illuminisme. Tout part du palais des Mendoza car ce sont ceux qui fréquentent le palais ou ceux qui sont au service des seigneurs qui vont devenir les alumbrados poursuivis par l’Inquisition.

12Avant d’étudier le rôle joué par certaines personnalités féminines dans le développement de l’illuminisme, il est nécessaire de rappeler qu’en 1519, les temps ont changé. Ferdinand et Isabelle avaient réussi à imposer une stabilité politique qui va être remise en cause par la mort de cette dernière en 1504, par les différentes régences et le retour à l’insubordination de la haute noblesse. L’arrivée en 1516 d’un souverain qui ne connaît pas l’Espagne, qui se montre plus préoccupé par la couronne impériale que par le devenir de la Castille et l’Aragon ne risque pas de résoudre la crise politique. Il faut ajouter à celle-ci une crise économique qui affecte surtout la zone centrale de Castille, de Valladolid à Tolède et son industrie textile. La société castillane est insatisfaite surtout les milieux judéo-convers, peu épargnés déjà par Isabelle et Ferdinand. Après le changement politique instauré à leur encontre par les rois catholiques, l’impitoyable répression qu’exerça contre elles dés 1480 le Saint-Office, l’expulsion et l’obligation de se convertir pour les juifs en 1492, les élites urbaines conversas avaient très mal ressenti la montée en puissance des groupes vieux-chrétiens. Le sentiment d’insécurité se double d’une inquiétude spirituelle. Cette inquiétude touche également d’autres milieux, vieux-chrétiens, qui rejettent une Église corrompue et souhaitent des réformes. Tout cela conduit les uns et les autres à la recherche d’autres voies spirituelles dans un climat d’attente très particulier. L’accent a été mis plus haut sur le rôle important des franciscains dans cette volonté de réforme.

  • 10 Procès de Pedro Ruiz de Alcaraz, Luis de Beteta, Rodrigo de Bivar, tous conservés à l’Archivo Histó (...)
  • 11 J. C. Nieto attache peu d’importance à ces documents. En revanche, Antonio Márquez en souligne l’im (...)

13Grâce à une série de procès ouverts entre 1524 et 153110, il a été possible de retracer ce moment clé de l’histoire de la spiritualité espagnole et du mouvement illuministe. La personne qui joue le premier rôle, Isabel de la Cruz, est une beata qui a œuvré en compagnie de Pedro Luis de Alcaraz, un laïc, père de famille, qu’elle a converti à sa manière de vivre la spiritualité, l’amour de Dieu, et en compagnie d’un ami des deux, Gaspar de Bedoya, prêtre à Pastrana. C’est Alcaraz qui est emprisonné le premier, le 26 avril 1524. Ils sont tous les trois condamnés à la prison en avril 1529, après avoir abjuré publiquement de leurs crimes d’hérésie pendant l’autodafé. Si le procès d’Alcaraz a été conservé, en revanche, ceux d’Isabel de la Cruz et de Gaspar de Bedoya ont été perdus. Heureusement, se trouvent dans le procès d’Alcaraz des documents concernant des interrogatoires subis par Isabel de la Cruz à propos des relations qu’elle entretenait avec lui, et un résumé en latin des propositions que les témoins attribuèrent aux accusés (Sumarios de testigos11).

  • 12 Dans un article, John E. Longhurst (voir la bibliographie à la fin de ce travail) retranscrit « çie (...)

14Retraçons à grands traits le parcours d’Isabel de la Cruz grâce aux éléments recueillis dans les archives12. Née à Guadalajara, elle appartient à une famille d’origine judéo-converse. On sait qu’elle a une sœur religieuse. Elle passe son enfance près de sa mère et a déjà des expériences spirituelles hors du commun. Elle est persuadée que sa proximité avec Dieu est telle qu’elle peut passer outre les conseils qu’elle pourrait recevoir, y compris ceux donnés par sa mère. Vit-elle une expérience mystique, une union avec Dieu, telle qu’on l’entend dans la mystique médiévale ? Il semblerait que non comme on le verra plus avant.

  • 13 La formulation que la beata utilise lorsqu’elle explique aux inquisiteurs comment elle a converti P (...)

15Très jeune, elle est persuadée d’être une « servante de Dieu », elle a une profonde conscience de l’imperfection inhérente aux être humains et elle applique au pied de la lettre le commandement de Jésus dans l’Évangile selon saint Matthieu (10, 37) : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ». Elle refuse donc d’obéir à sa mère pour tout ce qui touche à la religion, ce qui provoque un conflit familial qui la pousse à quitter le foyer maternel. Son objectif est de se consacrer à la réflexion, à la prédication, à la recherche de l’état de perfection. C’est sans doute à ce moment-là qu’elle décide d’appartenir au tiers ordre franciscain et d’être une beata. On peut supposer que la fréquentation des franciscains représente un réconfort, un apaisement, lui offre la possibilité d’avoir un statut religieux tout en gardant une liberté d’action lui permettant de s’engager dans des activités spirituelles. Elle s’assume en apprenant à coudre et à broder aux jeunes filles de la bourgeoisie de la ville. Et surtout, elle se sent investie d’une mission : faire passer son expérience de la spiritualité à ses semblables. Les expressions qui reviennent sans cesse dans ses propos sont l’amour de Dieu et l’amour du prochain13.

  • 14 En 1527, alors que de nombreuses charges pèsent déjà sur Isabel de la Cruz, le procureur présente c (...)

16Les années 1509-1510 sont déterminantes dans son évolution. C’est à cette époque qu’elle développe ses activités d’enseignement, qu’elle dispense publiquement sa doctrine personnelle et devient un « maître spirituel » à Guadalajara. Les termes utilisés par les inquisiteurs sont sans ambiguïté : « dogmatizadora », « maestra »14. Le terme de « dejamiento » (« abandon ») est mentionné. Ce sont les sœurs clarisses, les frères franciscains des couvents de Guadalajara et des alentours qui reçoivent son enseignement. Sa popularité se développe, ses disciples sont de plus en plus nombreux, sa maison devient un centre où se retrouvent des religieux mais aussi des laïcs. Isabel de la Cruz fréquente régulièrement les palais de l’aristocratie comme celui de Diego Hurtado de Mendoza, le troisième Duc de l’Infantado. Elle compte parmi ses disciples le prêtre Rodrigo de Bivar, vieux chrétien, qui fait partie du chœur du Duc.

  • 15 Voir détails dans A. Márquez, op. cit., p 64. Il semblerait que l’idée de dénoncer Isabel de la Cru (...)
  • 16 Les principales accusations portées par Mari Nuñez sont les suivantes : Isabel de la Cruz nie l’exi (...)
  • 17 Deux explications peuvent être avancées. D’une part, la Castille connaissait alors une période de d (...)

17Les premières difficultés surgissent en mai et juin 1519 à la suite d’une dénonciation volontaire que fait au Saint-Office une ancienne disciple, la beata Mari Nuñez, une femme d’une quarantaine d’années15. Elle sera surnommée Mala Nuñez par le provincial des franciscains, ce qui laisse entrevoir les rivalités féminines et les conflits qui pouvaient éclater dans les milieux évoqués. Nous reviendrons plus avant sur les relations, les enjeux sociaux. Cette première accusation pour hérésie16, qui concerne également Pedro de Alcaraz, n’est pas suivie d’un effet immédiat17.

  • 18 Déposition du 26 octobre 1524.

18Sous l’influence de la beata, tout un réseau se met en place hors de Guadalajara, dans cette zone de la Castille que nous avons précisée plus haut. Des groupes actifs d’alumbrados se forment. Isabel de la Cruz s’appuie principalement sur Pedro de Alcaraz qu’elle convertit et qui deviendra un prédicateur laïc18. Elle explique longuement au cours de son procès comment elle a convaincu Alcaraz de la suivre, de la seconder :

« […] seyendo honbre lego e syn letras le dixo que se diese a leer en la bivlia y despues que fue entendiendo alguna cosa comunicando largamente con el le dezia que porque no tenia deseo de la manifestacion de dios pues que el le avia hecho tantas merçedes e mira que soy muger que no puedo poner en obra los deseos que nuestro señor me ha dado e que se lo dezia esta confesante tantas vezes que algunas vezes llorava delante de el e se dava de calabaçadas diziendo señor asme de conplir los deseos que me as dado de tu magnifestacion […] e le dezia mas esta confesante que hablase a todos que amasen a Dios e que el dicho Alcaraz le llevara muchas personas a su casa de esta confesante e asi mesmo le dezia que no se atase a sus obras e todas las otras cosas que tiene confesadas o dichas o las mas de ellas comunico con el dicho Pero de Alcaraz e que no comunico con persona ninguna tanto su intencion e cosas interiores desde que era mochacha como con el dicho Pero de Alcaraz. »

  • 19 Voir J. E. Longhurst, article cité, document retranscrit p. 292.

19Elle précise comment elle l’a détourné de pratiques traditionnelles, tout à fait orthodoxes, pour le convertir à une spiritualité différente19 :

« […] y por lo que esta declarante le dixo que se diese a leer la bivlia, le dixo que dexava de rezar e que era onbre dado a obras de misericordia asi con su padre como con otros e otras buenas exteriores y que esta confesante le ahincava mucho que se diese a la oracion mental e a los otros exerçicios spirituales tocantes a la unidad del afecto del amor de dios ».

  • 20 Dans l’une de ses accusations, qui vaut ce qu’elle vaut, Mari Nuñez souligne la déférence d’Alcaraz (...)
  • 21 Dans une déposition datée du 26 octobre 1524, Isabel de la Cruz répond à une question des inquisite (...)
  • 22 À l’époque des Comunidades, le Marquis de Villena gagne la confiance de personnes qui plus tard ser (...)
  • 23 Voilà ce qui est déclaré dans le Sumario concernant Alcaraz : « Cierta muger se había separado de e (...)

20Il est son disciple le plus proche, le plus fidèle20. Elle en fait son porte-parole lorsqu’elle se rend compte de l’impact qu’il peut avoir. C’est un homme. Il a l’habitude de s’entretenir avec les aristocrates qui l’apprécient. De véritables missions sont organisées en Nouvelle Castille, dans la province de Guadalajara, de Tolède. À Cifuentes les frères franciscains Diego de Barreda et Antonio de Pastrana cherchent des prosélytes parmi les religieux et les laïcs. Le même phénomène se développe à Tendilla, près de la Salceda, à Pastrana où une communauté est réunie à l’initiative de la beata qui en confie la direction à Gaspar de Bedoya21, à Escalona le fief du marquis de Villena, qui s’entoure de personnes intéressées par une quête spirituelle nouvelle22. Toutefois, il semble bien que ce soit Isabel de la Cruz qui dirige l’ensemble et qui se charge de tâches délicates comme celle de ramener vers le groupe les « convertis » qui s’en éloignent23. Elle reçoit à Guadalajara les visites de professeurs et d’étudiants de l’université d’Alcala de Henares. Elle se rend en personne dans cette ville. Elle est reconnue comme la « madre de los alumbrados ».

  • 24 Au cours d’une déposition datée du 26 octobre 1524, Isabel de la Cruz avoue aux juges « syendo por (...)
  • 25 En 1522, la province franciscaine de Castille comptait huit maisons de recueillement. Le silence, l (...)

21C’est en 1523 que les inquisiteurs semblent prendre conscience que l’orthodoxie est en péril. Ce moment coïncide avec le refus d’obéir qu’oppose la beata aux autorités religieuses affirmant ainsi sa volonté d’indépendance24. C’est également à cette date qu’une véritable crise commence à secouer l’ordre franciscain. Dans son désir de favoriser l’éclosion de centres de vie spirituelle où se retrouvent religieux et laïcs, la réforme franciscaine a préparé un terrain propice aux nouveaux courants hétérodoxes. S’opposent alors les frères séduits par l’« abandon » et ceux qui ont conscience du danger de cette forme de spiritualité qui refuse toute discipline personnelle25. Fin 1523 début 1524, Andrés de Écija, le provincial des franciscains, décide d’enquêter personnellement sur les enseignements d’Isabel de la Cruz qui se voit privée de son statut de beata et dépouillée de son habit de tertiaire franciscaine.

  • 26 Les chefs d’accusation contre Pedro Ruiz de Alcaraz sont les suivants : « por hereje y apóstata de (...)
  • 27 Rappelons que la majorité des propositions attribuées aux personnes dénoncées qui sont reprises dan (...)

22Peut-on penser que dans le contexte international, le péril luthérien justifie les craintes que font naître chez le provincial la spiritualité particulière de certains cercles de Guadalajara ? Le 24 février 1524, Isabel de la Cruz est arrêtée par l’Inquisition ainsi que Pedro de Alcaraz, pour hérésie et apostasie26. Ces arrestations marquent le début d’une série de procès qui vont s’enchaîner avec différentes phases. La chasse aux alumbrados commence, particulièrement ceux qui pratiquent le dejamiento. Des visites inquisitoriales sont organisées dans toute cette zone de la Castille. Les premières enquêtes et les interrogatoires concernant les illuminés donneront lieu dix-neuf mois plus tard, le 23 septembre 1525, à la publication du fameux Édit et de ses quarante-huit propositions hérétiques contre les alumbrados de Tolède27.

23Les confessions de la beata reprises dans le procès de Pedro Ruiz de Alcaraz se déroulent entre le 9 septembre 1524 et le 25 janvier 1525. Les interrogatoires des témoins sur les activités d’Isabel de la Cruz et d’Alcaraz se déroulent entre 1524 et 1526 à Guadalajara, Pastrana et Tolède. En 1526, Mari Nuñez ratifie ses premières accusations et témoigne à nouveau contre Isabel de la Cruz. Nous insisterons à nouveau sur le fait qu’une rivale d’Isabel soit le détonateur de la poursuite contre les alumbrados. De nouvelles preuves des activités hérétiques de l’accusée sont produites en 1527, juste avant les premiers votes destinés à établir la sentence définitive qui ne sera prononcée que le 6 août 1529 : Isabel de la Cruz se verra condamnée à la prison à perpétuité et tombera dans l’oubli.

24Après ce rappel du parcours malheureux de la beata, il est intéressant de revenir sur ses dépositions car elles permettent de recueillir un certain nombre d’éléments susceptibles d’éclairer son engagement spirituel et l’action menée auprès des cercles qui lui étaient favorables.

La doctrine d’Isabel de la Cruz

25Reprenons les documents dont nous disposons et dont nous connaissons les limites. Il s’agit d’aveux devant un tribunal d’une accusée parfaitement consciente qu’elle risque de périr sur le bûcher. Elle essaie donc d’atténuer la gravité de la situation en reconnaissant ce que les inquisiteurs considéraient comme hérétique dans son expérience spirituelle et son influence sur autrui. Elle admet dans un premier temps avoir commis des erreurs :

  • 28 Déposition du 19 septembre 1524.

26« lo primero en que se siente culpada es de una falsa libertad que se le hizo en el amor de dios e del proximo porque le parescio a esta confesante que no podia ser engañada en manera alguna teniendo este amor de dios ni caer en error alguno mientras estava en el dicho amor de dios e del proximo »28.

27Elle poursuit : « carescia de umildad en quanto se entremetia en las consciencias de los otros ». Et elle ajoute :

[…] « no syente otro error mas de entremeterse esta confesante syendo muger a hablar en cosas de la sagrada escriptura e que lo que la asegurava era que todo lo que hablava era en el amor de dios e del proximo ».

  • 29 Les termes et expressions employés par la beata sont les suivants : « hablava mucho e syn deliberac (...)
  • 30 Voir John. E. Longhurst, article cité, p. 294-295, en particulier la précision suivante : « […] el (...)
  • 31 Déposition du 21-10-1524 : « […] y que ansi mesmo se siente culpada porque pensava que estando en e (...)

28Il est intéressant de voir comment Isabel de la Cruz se construit une défense en insistant sur les erreurs commises qu’elle énumère au cours des comparutions en les organisant, mais en s’appuyant également sur des arguments habiles comme l’écart de langage, l’imprudence, l’orgueil, la faiblesse féminine ou l’emprise de Satan29. Dans ces confessions qui ne représentent qu’une partie du procès, tous les points de la doctrine de l’accusée ne sont pas examinés dans leur totalité ou ne sont pas abordés directement. De nombreux points sont repris dans le Sumario. Prenons un exemple. Au cours de l’interrogatoire du 25 janvier 1525, la question du libre-arbitre n’est pas abordée de front. On remarque que la formulation des juges rompus à la scolastique et à la théologie ne correspond pas à celle de la beata. Par des questions de plus en plus contraignantes, ces derniers amènent l’accusée à évoquer une divergence entre Pedro de Alcaraz et les alumbrados de Pastrana au sujet du libre-arbitre30. Bien que la spiritualité de la beata présente un intérêt majeur, ce qui retient encore plus l’attention dans le cadre fixé, c’est que ses confessions nous éclairent sur son indépendance face aux confesseurs, aux supérieurs, sur son désir profond de convertir son prochain à sa foi31, sur la conscience qu’elle avait de son pouvoir de persuasion et sur l’impact de son activité doctrinale.

  • 32 Isabel de la Cruz « fue al principio induzida por algunos frayres simples y por ventura herejes ». (...)
  • 33 Dans son étude sur les alumbrados (voir op. cit. p. 120 et note 3), A. Márquez donne la précision s (...)

29Certaines déclarations recueillies dans le procès d’Alcaraz évoquent le rôle joué par des franciscains de Nouvelle Castille dans le cheminement spirituel d’Isabel de la Cruz32. On peut considérer que ce fut le point de départ de sa formation, mais qu’elle a pris par la suite son indépendance et a pu s’opposer à certains d’entre eux tout comme son compagnon Pedro Ruiz de Alcaraz ou d’autres alumbrados33.

30Ce qui apparaît, à la lecture des seuls documents accessibles concernant la beata, c’est-à-dire ses dépositions et les Sumarios, c’est l’importance d’un enseignement oral de sa doctrine. On ne peut négliger pour autant ce qui représente le fondement de cette transmission orale, c’est-à-dire les lectures qui ont pu la guider. Les documents disponibles ne fournissent pas toutes les précisions souhaitables sur cet aspect. En revanche, le procès d’Alcaraz donne une idée plus approfondie des textes sur lesquels ce dernier s’appuie. Cela laisse penser que certaines des lectures de ce dernier étaient aussi celles d’Isabel de la Cruz.

  • 34 Au cours de leur procès, Isabel de la Cruz et Alcaraz font des citations en latin, particulièrement (...)
  • 35 À la question que lui posa un Pharisien : 36 « Maître, quel est le grand commandement de la loi ? » (...)
  • 36 On peut penser qu’Isabel de la Cruz et Alcaraz connaissaient la Vita Christi cartuxano romançado, d (...)
  • 37 Nous n’avons pas d’autres précisions concernant les éventuelles lectures d’Isabel de la Cruz. En 15 (...)

31Les aveux de cette dernière soulignent l’importance accordée à la lecture de la Bible34. Sa connaissance des textes bibliques semble toutefois se limiter à certains passages connus des textes liturgiques, surtout de l’Évangile selon saint Matthieu (10, 20 ; 10, 37 déjà cité ; 22, 37-39) ; 16, 2435 et de l’Épître aux Corinthiens, 3, 6, de saint Paul accessibles aux Castillans de cette époque-là grâce aux traductions en langue vulgaire36. Des allusions aux psaumes et aux prophètes sont à relever également. En s’appuyant sur ces textes empruntés au cycle liturgique, Isabel de la Cruz parvient à une sorte d’herméneutique très personnelle qui s’écarte de l’herméneutique traditionnelle de l’Église37.

  • 38 « Puisque ce n’est pas vous qui parlez, mais que c’est l’esprit de votre Père qui parle en vous ».

32Comment Isabel de la Cruz concevait-elle la lecture de ces textes sacrés ? Dans sa déposition du 21 octobre 1524, reconnaissant ses erreurs passées, elle insiste sur l’humilité avec laquelle doivent être abordées les Saintes Écritures en rappelant les paroles de Jésus aux apôtres (saint Matthieu, 10, 2038) :

« Y que asi mesmo se siente culpada en que quando hablava en las cosas de dios tenia por ynperfecion pensar e acordar lo que avia de hablar acordandose de aquella autoridad que dize non estis vos qui loquimini set spiritus patris vestri, etc. ».

33Le jour suivant, elle revient sur ce point en insistant sur son repentir :

« Otrosy dixo que se syente culpada que dotrinava a seglares e a otras personas que sabian leer que no se acovardasen de leer en la sagrada escriptura y que esta confesante no podia acabar consigo de leer romançe porque le parescia que el romançe no tenia aquel sentido que el latin e que dezia a las dichas personas que no fuesen con codicia a leer la Sagrada Scriptura esto es con apetito de entender lo interior de ella ni gustar en el spiritu lo que gustavan algunos syno que se contentasen con lo que les diese nuestro señor porque la letra matava al spiritu porque haziendolo de otra manera entremetiendose en entender lo interior de lo que leyan se privavan interiormente de las operaciones divinas que dios les daria leyendo la scriptura con simplicidad ».

  • 39 A. Márquez relève la concordance entre l’attitude d’Isabel de la Cruz à l’égard des Écritures Saint (...)
  • 40 Il est intéressant de rappeler les propos de l’ennemi le plus acharné des illuministes, le théologi (...)

34Ces passages peuvent troubler le lecteur39. Il est clair qu’Isabel de la Cruz s’efforce d’atténuer la gravité d’un comportement indépendant qui lui a valu d’être arrêtée et qui peut entraîner un châtiment terrible. Elle semble aller dans le sens des juges et des théologiens lorsqu’elle exprime ses difficultés à lire les textes sacrés en langue vulgaire et la supériorité du latin. Mais dans le même temps, elle souligne l’influence qu’elle a exercée sur ses disciples puisqu’elle les a incités à lire ces textes malgré leur incapacité à les comprendre vraiment, à en faire une lecture simple à leur niveau en se laissant guider par l’esprit, en privilégiant le sentiment intérieur beaucoup plus important à ses yeux que l’Écriture. Il est clair que pour elle et ses fidèles compagnons et disciples accusés d’illuminisme, il est essentiel que rien ne s’interpose entre Dieu et le croyant. Une telle affirmation ne pouvait qu’inquiéter des juges persuadés que l’Écriture Sainte ne devait être lue que par des personnes averties afin d’éviter tout risque d’erreur ou d’hérésie, des juges qui ne pouvaient en aucun cas concevoir que des fidèles – surtout des femmes - accèdent librement à la foi, sans passer par un encadrement religieux40.

35Nous avons déjà insisté sur le fondement de cette doctrine qui retient comme commandement essentiel l’amour de Dieu et du prochain. Le but recherché est de convaincre les fidèles d’observer les commandements et de remettre leur volonté à Dieu pour toute chose :

  • 41 Voir déposition datée du 25 janvier 1525.

« […] dezia esta declarante a todas las personas que la comunicavan que no avia otro camino mas seguro que la guarda de los mandamientos e yr a dios por dios […]41».

36On voit se dessiner la doctrine de l’abandon qui est exprimée plus précisément dans d’autres confessions, mais il est clair que cela ne correspond pas à l’expérience mystique d’union dans l’amour de Dieu, même si l’amour de Dieu joue un grand rôle dans l’expérience de la beata et celle de Pedro de Alcaraz. Cet abandon est en accord avec l’expérience vécue au cours de son enfance. Elle expose clairement sa relation à Dieu :

« […] con prosupuesto que esta confesante era llamada de dios dixo a sus perlados e a otras personas mandad lo que quisieredes que sea servicio de dios que yo no tengo voluntad propia porque por averla llamado dios se la avia dado de tal manera a dios que la parecia a esta confesante que no tenia la voluntad en las cosas exteriores por lo qual negava las cosas exteriores e naturales de tal manera no holgava con ninguna de ellas syno con hablar en las cosas de dios e leer en la sagrada escituptura. […] e dize su culpa que yva poco a poco perdiendo la devocion de los santos e de las ymagenes de la yglesia e de otras cosas semejantes teniendo que era cosa baxa e rastrera y que en todo era dios estava la parte que eran todas las otras cosas ».

  • 42 J. C. Nieto souligne cet aspect-là. En particulier dans les dépositions faites par la beata en octo (...)

37On comprend que cette indépendance ait pu séduire des esprits en quête de renouveau spirituel. Ce qui attire également l’attention du lecteur actuel, c’est le décalage évident entre la terminologie des inquisiteurs chargés de traquer l’hérésie dans les propos de certains fidèles, terminologie qui révèle la collaboration d’experts en théologie rompus à la pratique de la scolastique, et l’expression plus personnelle d’Isabel de la Cruz42. L’échange de questions et de réponses souligne bien l’affrontement entre deux conceptions religieuses incompatibles.

L’enseignement donné par Isabel de la Cruz

  • 43 Cette distinction n’est pas sans rappeler le modèle de l’ascèse et la mystique traditionnelle et pe (...)

38La déposition d’Isabel de la Cruz datée du 24 octobre 1524 souligne sa capacité à concevoir une méthode originale, à organiser la diffusion d’un enseignement cohérent. Elle explique comment elle a guidé les prosélytes, ce qui laisse entendre qu’elle a été à la tête d’un groupe, d’une communauté, d’un conventículo, terme qui sera repris dans l’Édit de 1525. Elle établit des degrés et fait une distinction entre ceux qu’elle appelle principiantes, « débutants » et ceux qu’elle considère ynstrutos, instrutos, instructos, déjà expérimentés43. Voici les exercices recommandés aux premiers :

« […] a los principiantes los industriava e consejava que se diesen a disciplinas e ayunos e oraciones e a pensar en la pasión de dios y en los beneficios que de el avian rescibido e que para esto les dava esta confesante libros en que leyesen e disciplinas con que se disciplinasen ».

39Si ces exercices ne semblent pas s’éloigner des pratiques orthodoxes imposées dans les couvents, le but recherché est tout autre. En effet, la beata entend ainsi amener ses adeptes à prendre conscience de l’imperfection inhérente à la nature humaine, de l’impossibilité d’accéder par cette voie au salut, d’atteindre la perfection par les oeuvres. La seconde étape consistera donc à oublier ces premiers exercices pour embrasser une autre voie.
Les conseils donnés aux instructos - auxquels nous avons déjà fait allusion - sur lesquels elle s’appuie pour diffuser sa doctrine en construisant un véritable réseau, seront mentionnés comme propositions hérétiques dans le fameux Édit de 1525 :

« y a los que estaban ynstrutos les dezia que no se curasen ya de aquellas cosas que eran baxas sino quando sintiesen alguna repunancia syno que procurasen de estar sienpre supensos en el deseo y amor de dios y que para esto que se diesen unos a otros e se atraxiesen e no se acovardasen en aconsejar e obrar todas las cosas en que creyesen que podian aprovechar a sus proximos para llegar al alteza del amor de dios porque las otras cosas e obras exteriores eran rastreras e baxas asi como mirar las ymagenes, herirse en los pechos, apartarse en los rincones e hazer otras umiliaciones corporales ».

  • 44 Comme cela a été dit, au cours de ses dépositions faites en 1524, Isabel de la Cruz accompagne ses (...)

40Elle entend convaincre son auditoire d’abandonner toute forme extérieure de dévotion. Elle engage les franciscains qui la fréquentent à abandonner les pratiques de mortification, la discipline, les veilles, les jeûnes. Elle a conscience de l’indépendance qu’elle a prise par rapport à l’institution, de l’interdit qu’elle brave en incitant religieux et laïcs à lire seuls, sans être guidés, les Écritures Saintes44 :

« se syente culpada que dotrinava a seglares e a otras personas que sabian leer que no se acovardasen de leer en la sagrada escriptura […] e que dezia a las dichas personas que no fuesen con codicia a leer la sagrada Scriptura esto es con apetito de entender lo interior de ella ni gustar en el spiritu lo que gustavan algunos syno que se contentasen con lo que les dice nuestro señor porque la letra matava al spiritu porque haziendolo de otra manera entremetiendose en entender lo interior de lo que leyan se privavan interiormente de las operaciones divinas que dios les daria leyendo la scriptura con simplicidad. »

  • 45 Déposition du 24 octobre 1525 : « [… ]dezia en lo que enseñava e amostava que los que estavan ya en (...)

41L’idée de souffrance, d’épreuve, ne disparaît pas mais prend une toute autre signification : la notion d’ascèse s’efface pour laisser la place à un sens beaucoup plus quotidien, concret. Isabel de la Cruz affirme clairement que la souffrance qu’elle ressent ne repose pas sur la Passion du Christ45. Elle récuse la notion de crainte de Dieu et de l’enfer :

« Y asi mesmo dezia que no curasen del temor del ynfierno e no tuviesen otro temor syno de ofender a dios que el temor de la muerte que lo dexasen para los que andavan enbueltos en pecados […] ».

42On peut comprendre que cette doctrine qui s’appuie essentiellement sur l’amour de Dieu en éloignant les notions de crainte, de châtiment en enfer pouvait séduire et rassurer des esprits désireux d’autres formes de croyances.

  • 46 Édit repris dans l’ouvrage d’Antonio Márquez, op. cit., Appendice 1, p. 273-283 (voir Bibliographie (...)

43Les aveux d’Isabel de la Cruz laissent apparaître toute une série de propositions considérées comme hérétiques et reprises dans l’Édit contre les alumbrados de Tolède de 152546.

Les beatas. Implications diverses, divergences spirituelles et rivalités personnelles

  • 47 […] yo vivi en casa del conde de Pliego my señor, que dios aya, y de su padre y de su abulo, el ade (...)

44Le contexte particulier dans lequel ont évolué Isabel de la Cruz et ses compagnons a déjà été évoqué. Mais il est nécessaire d’insister sur les influences spirituelles et les implications sociales. S’il paraît évident que le franciscanisme réformé a compté dans la formation de la beata, malgré les distances qu’elle a pu prendre par la suite, on ne peut nier non plus l’importance qu’il a pu avoir auprès de la Couronne et de certaines familles puissantes de l’aristocratie qui ont protégé les alumbrados, les Mendoza en particulier. Isabel se rend régulièrement au palais. Pedro Ruiz de Alcaraz y a été élevé, formé47, a été au service de cette famille avant d’entrer au service du marquis de Villena dans son palais d’Escalona.

45Isabel de la Cruz et Pedro Ruiz et Alcaraz appartiennent à la classe moyenne, à la petite bourgeoisie urbaine castillane. Ils sont tous les deux d’origine judéo-converse, ce qui ne facilite pas l’accès à l’Église ou à une position sociale élevée.

  • 48 Lettre écrite depuis la bourgade de Torrijos (province de Tolède), datée du 6 novembre 1526 et envo (...)

46Dans cette période marquée par les inquiétudes spirituelles, les divergences entre les alumbrados et les affrontements qui en résultent ne peuvent qu’aggraver les craintes de ceux qui se voient comme les garants de l’orthodoxie. Dans un tel contexte, les rivalités qui éclatent entre personnalités féminines, les dénonciations de Mari Nuñez représentent une aide pour les inquisiteurs dans leur volonté de répression. Une lettre adressée par Mari Nuñez au Saint-Office, incluse dans le procès d’Isabel de la Cruz, apporte un autre éclairage en révélant l’existence de factions hostiles entre illuminés à Guadalajara, et surtout le rôle déterminant de deux femmes à leur tête, Isabel de la Cruz et Mari Nuñez48.

  • 49 Ces vieux-chrétiens seront dénoncés en 1532-1533. À ces noms, il faut ajouter celui d’une autre vie (...)
  • 50 En effet, dans les déclarations que Mari Nuñez adresse aux inquisiteurs, elle fait allusion à l’hos (...)

47Si elle a été dans un premier temps disciple d’Isabel de la Cruz, Mari Nuñez est devenue ensuite une concurrente. La rivalité se situe au niveau de l’influence que ces guides spirituels féminins veulent avoir auprès de la population, de la population féminine en particulier, dans le cas de Mari Nuñez. Lorsque les juges demandent à Isabel de la Cruz de préciser les noms des débutants qu’elle a guidés, elle cite en premier celui d’Elvira de Arteaga, une jeune fille (doncella) qui vit à Guadalajara. Sont mentionnés également une servante de la famille, sa demi-sœur Isabel, appelée « la de Machicao », veuve, sa mère, María Falcón, son père, le trésorier García de Buitrago, tous vieux chrétiens49. Mari Nuñez tente de faire obstacle à l’emprise qu’exerce Isabel de la Cruz sur « la de Machicao », la demi-sœur d’Elvira de Arteaga. La lecture des documents et la teneur de certains propos de Mari Nuñez mettent en évidence une différence de niveau entre les deux femmes et surtout un pouvoir plus grand d’Isabel de la Cruz, soutenue dans son action par la noblesse alliée au Duc de l’Infantado et par certains franciscains50.

48Un des choix faits pour l’élaboration de ce travail a été de privilégier le cas d’Isabel de la Cruz qui a ouvert la voie à un courant spirituel nouveau. Par son prosélytisme indépendant et les réactions contrastées qu’il suscite, cette figure féminine d’exception, illustre également les changements qui ont lieu à une période charnière pendant laquelle on voit le passage d’une Espagne ouverte à la culture, aux influences spirituelles européennes à une Espagne de plus en plus dominée par les réactions de peur et d’hostilité de théologiens attachés aux formes traditionnelles, au respect des dogmes et de l’orthodoxie. Les inquisiteurs ont su utiliser l’hostilité que montrait Mari Nuñez à son encontre. Ce n’est pas le seul exemple de rivalité. Afin d’avoir une vision plus complète des conséquences qu’ont entraîné les divergences au sein des communautés religieuses et sociales concernées par la recherche d’une spiritualité nouvelle, il est nécessaire d’évoquer d’autres personnalités féminines qui ont joué un rôle de premier plan.

  • 51 Voir A. Márquez, op. cit. M. Bataillon, op. cit.Voir également l’article que lui consacre Mary E. G (...)
  • 52 Signalons toutefois qu’elle refusait l’austérité et vivait confortablement grâce à des aides financ (...)
  • 53 Pour la beata, l’Esprit Saint éclairait directement l’âme sans que fût nécessaire l’intervention de (...)
  • 54 D’une famille hidalga de vieux-chrétiens, le prêtre Alonso de Medrano était originaire du village d (...)

49Voyons dans un premier temps le cas de Francisca Hernández qui a été présentée de son temps comme une beata. L’était-elle vraiment ? Les historiens qui se sont penchés sur son cas sont parvenus à des conclusions parfois opposées51. Née de parents vieux-chrétiens, elle naquit à la fin du XVe siècle dans le village de Canillas (région de Salamanque). Son origine sociale ne lui permettant pas d’entrer au couvent, elle vécut dans le siècle malgré ses aspirations à mener une vie religieuse52. Bien que très proche des franciscains, elle n’était pas membre d’un tiers ordre. Elle était le centre d’un noyau de religieux et de laïcs attirés par son enseignement sur l’oraison, sur l’interprétation des Écritures. Elle n’a pas laissé de lettres, de documents autobiographiques qui attestent de son attrait pour l’illuminisme. Ce sont les témoignages conservés dans des procès d’accusés contemporains qui en font état53. On lui attribuait également des pouvoirs particuliers : elle était capable de guérir les religieux soumis à la tentation charnelle en leur prêtant une ceinture qui lui appartenait. L’enthousiasme qu’elle suscite, et surtout les interrogations concernant sa chasteté, la relation qu’elle entretient avec le Bachelier Alonso de Medrano provoquent la décision des inquisiteurs de l’arrêter en 151954. Avertie de cette mesure, elle a le temps de fuir à Valladolid en compagnie de Bernardino de Tovar, d’Antonio Medrano et du licencié Diego de Villareal que leurs rapports étroits avec la beata ont rendu suspects. À la mi-décembre 1519, une enquête est faite sur Francisca Hernández et Antonio de Medrano : ils sont soupçonnés d’entretenir des rapports illicites qui scandalisent l’opinion. L’intervention d’amis religieux qui occupent des charges importantes ainsi que l’appui des moines du couvent franciscain leur évite le pire, mais les juges leur interdisent de continuer toute fréquentation.

  • 55 Parmi les érasmistes proches de Francisca Hernández, citons Juan del Castillo, professeur de Grec, (...)
  • 56 Francisca Hernández ne semble pas s’amender non plus. Certaines sources suggèrent une relation très (...)
  • 57 Il appartenait à une famille de judéo-convers connue de Tolède. Après des études de théologie et de (...)
  • 58 Son procès a malheureusement disparu. Nous ne retiendrons des procès où d’autres accusés la mettent (...)
  • 59 Si les confessions d’Isabel de la Cruz laissent apparaître des tentatives pour se préserver d’un ch (...)

50À Valladolid, Francisca est accueillie par le trésorier du roi, Pedro de Cazalla et son épouse Leonor de Vivero, des judéo-convers en vue de la bourgeoisie vallisolitaine. Leur demeure devient son centre d’activité. Elle recrute ses disciples parmi la noblesse, les franciscains et un groupe d’intellectuels d’Alcala intéressés par le programme de réformes d’Érasme55. Elle reçoit également des visites de personnes venues d’Escalona, Cifuentes, Pastrana, Tolède. Sa popularité se développe parmi les hommes et les femmes de la région qui recherchent une spiritualité nouvelle fondée sur une relation personnelle avec Dieu grâce à l’oraison mentale, à l’étude des Saintes Écritures. Mais sa vie privée continue à faire scandale car elle voit toujours Antonio de Medrano. En mai 1524, alertés par l’opinion, les inquisiteurs renouvellent leur interdiction : ils obligent Medrano à se retirer dans son village natal où de nouvelles relations illicites avec ses paroissiennes lui vaudront une excommunion et une comparution devant le tribunal de Logroño56. En 1523, Francisca avait trouvé un autre fervent admirateur, le prédicateur franciscain Francisco Ortiz57. La popularité de la beata subit de nouveaux revers avec l’arrivée d’un nouveau supérieur au monastère des franciscains : ce dernier ne tarde pas à mettre en doute sa chasteté. Francisca Hernández finit par être arrêtée à Valladolid, emprisonnée à Tolède par le Saint-Office le 31 mars 1529, avec sa fidèle servante Mari Ramírez, nièce d’Antonio de Medrano, non seulement pour sa vie dissolue mais également parce qu’elle est accusée d’alumbradismo58. La différence est grande avec Isabel de la Cruz dont la vie personnelle n’a jamais été sujette à caution et qui a toujours été fidèle à ses proches59. L’emprise qu’elle pouvait avoir sur les autres avait un caractère strictement spirituel, moral, et aucune allusion n’a jamais été faite à un quelconque pouvoir de séduction.

  • 60 Entre 1529 et 1530 se déroule le procès du prêtre Juan López de Celaín, disciple d’Isabel de la Cru (...)
  • 61 Pedro Ruiz de Alcaraz n’hésite pas à la dénoncer en juin 1526, dans une des lettres qu’il adresse a (...)

51Les procès de Pedro Ruiz de Alcaraz et Isabel de la Cruz dans un premier temps, puis celui de Francisca Hernández montrent que ces affaires sont liées. Il s’agit de deux étapes décisives dans l’action entreprise par le Saint-Office pour débusquer et éradiquer l’hérésie. La poursuite de l’hérésie, qu’elle soit nommée illuminisme, érasmisme ou luthéranisme, demeure la cause première de l’action inquisitoriale. Les arrestations de ces trois illuministes entraînent un certain nombre d’autres procès mettant en cause des hommes et des femmes accusés d’hérésie, après les avoir fréquentés60. Comme cela a été dit, en 1530, pour tenter d’atténuer le châtiment qui l’attend, Francisca Hernández n’hésite pas à dénoncer seize personnes au Saint-Office61. À partir de ce moment-là en Castille, les juges ne traquent pas seulement l’illuminisme mais également l’érasmisme et le luthéranisme.

  • 62 Le procès de María Cazalla a été retranscrit par Milagros Ortega Costa. Voir bibliographie.

52Une des nombreuses délations faites par Francisca Hernández retient particulièrement l’attention car elle concerne María Cazalla, la sœur de l’homme qui lui avait offert l’hospitalité à Valladolid. Bien qu’on ne puisse pas la considérer comme une beata, il est important de rappeler certains traits de cette personnalité féminine d’exception qui a fait l’admiration de ses contemporains et des historiens. Francisca Hernández témoigne donc contre elle à trois reprises en juillet, septembre et octobre 1530. Déjà en 1525, María Cazalla avait été inquiétée par l’Inquisition parce qu’elle fréquentait les premiers illuministes. Elle avait été mise en cause par Mari Nuñez, mais après un interrogatoire, elle avait été relâchée. Certaines propositions de l’Édit de 1525 lui sont attribuées. Elle avait également été accusée par des témoins de Pastrana au cours du procès de Gaspar Bedoya. Mais son procès ne débute qu’en avril 1532 avec une incarcération, une première comparution en mai 1532 et se poursuit jusqu’en 153562.

53Issue d’une famille de judéo-convers, cette mère de famille, mariée à un riche bourgeois judéo-convers de Guadalajara, exerce un véritable apostolat en faveur d’une foi intériorisée en compagnie de son frère, l’évêque franciscain Juan de Cazalla, à Pastrana en 1522, à Guadalajara par la suite. Ancien chapelain du cardinal Cisneros, c’est lui qui lui a permis d’être en contact avec la spiritualité de la réforme franciscaine. María Cazalla réunit chez elle des hommes et des femmes de la meilleure société, des clercs et des laïcs pour leur lire des passages de la Bible qu’elle commente. Elle se livre à la méditation, rejette toute religion formaliste et entend avoir une foi personnelle, nourrie de la lecture des Évangiles et des Épîtres pauliniennes. Femme cultivée, dotée d’une grande rigueur morale, elle montre un grand intérêt pour les nouveautés spirituelles. Elle se consacre à la lecture d’Érasme et de Juan de Valdés. Elle a également entendu parler de Luther. Ces centres d’intérêt soulignent une évolution par rapport à la doctrine d’Isabel de la Cruz qu’elle a admirée par ailleurs et à qui elle a confié l’éducation de ses filles.

  • 63 María Cazalla subit pendant un certain temps l’influence de Mari Nuñez qui vit chez elle, la consei (...)

54Les témoignages consignés dans son procès, les déclarations contre elle faites dans d’autres procès amènent les juges à lui imputer toutes les tendances hétérodoxes poursuivies alors par l’Inquisition. Son arrestation marque une nouvelle étape dans la lutte contre l’hérésie. Dans ce cas-là également, l’Inquisition a su exploiter les rivalités, les rancoeurs personnelles et les tentatives d’autres accusés qui cherchent à se protéger de la rigueur de la répression inquisitoriale en se défaussant sur autrui63. Si María Cazalla fait preuve d’une grande honnêteté envers ses amis, ils finissent par la trahir, que ce soit Mari Nuñez, Francisca Hernández et même Alcaraz.

  • 64 Contre toute attente, la sentence prononcée contre María Cazalla en décembre 1534 étonne par sa mod (...)

55Tout au long de son procès, elle montre une grande clarté intellectuelle, elle oppose aux accusations une argumentation orale et écrite sans faille et en 1534, elle subit la torture avec courage et dignité64.

56Au terme de cette présentation de quelques destins de femmes déterminées à vivre une spiritualité nouvelle, personnelle, à une époque précise et dans une région bien délimitée de la Castille, nous sommes amenée à faire un certain nombre d’observations.

57Nous avons insisté sur quelques personnalités hors du commun qui ont osé dépasser et outrepasser les limites que leur imposait leur statut féminin. Elles ont fait preuve d’indépendance en optant pour une vie d’exception dans un domaine qui était à leur portée, c’est-à-dire celui de la spiritualité. Poussées par une force intérieure, intimement persuadées d’être investie d’une mission, certaines d’entre elles ont su tirer profit de la protection que leur accordait le franciscanisme et s’inspirer des modèles qu’il leur offrait pour tracer une voie personnelle, inédite. Elles ont prouvé leur capacité à regrouper autour d’elles des prêtres, des moines, des laïcs de tous milieux, parfois vieux-chrétiens, le plus souvent d’origine judéo-converse. Elles ont montré qu’elles pouvaient assumer un rôle de guide spirituel pour conduire leurs semblables vers un sentiment religieux très intériorisé, débarrassé des pratiques vocales et gestuelles de la piété traditionnelle, de la notion de péché, de la crainte de l’Enfer. Nous avons présenté rapidement l’exemple de la beata de Piedrahita car il nous permettait d’évoquer un moment de renouveau important de l’histoire de la Castille. Nous nous sommes attardée sur l’expérience et l’action d’Isabel de la Cruz car les documents dont nous disposons nous ont aidée à dégager son cheminement particulier. Alors que sa condition modeste ne lui permettait pas d’accéder à un niveau de culture élevé, sa force intérieure, sa certitude, la fréquentation de milieux féconds, l’effervescence qui régnait alors lui ont donné un pouvoir de persuasion assez important pour inciter de nombreuses personnes d’origines et de niveaux divers à la suivre sur le chemin d’une spiritualité nouvelle. En se ménageant l’appui de fidèles compagnons, elle est parvenue à organiser un solide réseau susceptible d’assurer la transmission de cette spiritualité dans des centres actifs de la Castille.

  • 65 La proximité entre les aristocrates qui appartiennent parfois à la plus haute noblesse espagnole et (...)

58Isabel de la Cruz et Pedro Ruiz de Alcaraz peuvent donc être perçus comme les précurseurs du courant illuministe de l’« abandon » qui a marqué l’histoire religieuse de l’Espagne moderne. Leur apostolat touchait, nous l’avons dit, des milieux fort divers de la société castillane. Moines, prêtres ou évêques franciscains, femmes et hommes issus de grandes familles de l’aristocratie ou de familles judéo-converses de la bourgeoisie urbaine occupant des charges plus ou moins importantes se retrouvent chez Isabel ou dans les palais, partagent des moments de lecture des Saintes Écritures, de méditation, de communion. Ils vivent dans un climat apparemment favorable à la recherche de voies spirituelles nouvelles. Les demeures des Grands65, les maisons franciscaines de recueillement abritent des débats entre tendances et exigences différentes, diverses. Nous avons évoqué les divergences entre les partisans de l’« abandon » et ceux du « recueillement » défendu par Francisco de Osuna.

59Isabel de la Cruz suscite l’admiration de María Cazalla, gagne son amitié, la convertit à l’illuminisme. Cette dernière est reçue elle aussi dans les palais de l’aristocratie de Guadalajara. Dans le palais des Mendoza, ducs de l’Infantado, elle a des conversations fréquentes avec la duchesse. Mais à la différence d’Isabel, elle appartient à un milieu où le niveau culturel est plus élevé. Au moment où celle-ci est inquiétée par l’Inquisition, María Cazalla poursuit son chemin, fréquente d’autres « spirituels » et d’autres intellectuels, lit davantage, se sent attiré par Érasme, prend connaissance des positions de Luther. Sa quête spirituelle évolue. À son tour, elle réunit chez elle des adeptes pour lire saint Paul, méditer mais également pour parler d’Érasme, de Luther. Ce n’est que plus tard qu’elle est arrêtée.

60Cette région centrale de la Castille peut donner l’image d’un creuset où se produit un brassage fertile de populations, de cultures. Mais cette impression doit être nuancée. Les clivages sociaux, culturels existent. Et au-delà des exigences spirituelles et culturelles, les rancoeurs, les rivalités humaines se développent. Si c’est sous une impulsion féminine que se sont développés la piété intérieure des alumbrados et le dejamiento, ce sont également des femmes qui suscitent les réactions contre ces nouvelles tendances, pour deux raisons. Premièrement, ce sont des femmes, ce qui provoque la riposte virulente de théologiens ou de certains humanistes attachés à leur savoir, à leur pouvoir, à leur supériorité intellectuelle, hostiles à tout élément féminin synonyme pour eux d’ignorance, d’incapacité à apprendre, de faiblesse et de propension au vice. Ensuite, toutes les personnalités féminines évoquées n’ont pas les mêmes qualités.

61Certaines de ces femmes, moins exigeantes avec elles-mêmes, moralement moins rigoureuses, moins fortes, intellectuellement moins préparées, se sont laissé aller à certaines faiblesses : selon les circonstances, elles ont cédé au désir de séduction, au ressentiment ou aux rivalités d’intérêt. Elles n’ont pas pu résister au système de délation mis en place par la machine inquisitoriale qu’elles ont aidée dans sa tâche répressive. Nous l’avons vu, Mari Nuñez, Francisca Hernández ont facilité le travail des inquisiteurs et des théologiens. Leurs dénonciations ont joué un rôle essentiel dans la traque menée contre l’hétérodoxie. Elles ont permis des arrestations et l’ouverture de nombreux procès à partir de 1519 pour la première, après 1530 pour la deuxième. Devant les juges, la peur de la torture, du châtiment, finit parfois par venir à bout de l’amitié, de la compréhension, du partage des convictions intellectuelles et religieuses, parfois même chez les caractères bien trempés. Au cours de notre exposé, les inimitiés et les rancœurs personnelles ont été mentionnées. Ce facteur humain a son importance mais ce qui prend une autre dimension, ce sont les clivages sociaux, culturels qui se dessinent, s’imposent et séparent les individus.

62Les premières délations, nous l’avons constaté, montrent que c’est parmi les serviteurs de l’illustre famille des Mendoza que se trouvent ceux qui sont dénoncés et ceux qui dénoncent. Ceux qui sont dénoncés appartiennent à des familles de nouveaux-chrétiens, de judéo-convers. Ceux qui dénoncent sont de vieux chrétiens. Francisca Hernández, elle aussi, est vieille-chrétienne. Mais ce schéma reste simpliste et réducteur. On ne peut en faire une règle générale. La complexité des relations, des imbrications sociales ne le permet pas. Les dénonciations entre judéo-convers existent également. Tous les judéo-convers poursuivis par l’Inquisition n’ont pas le même niveau intellectuel, n’appartiennent pas au même milieu social. Isabel de la Cruz et Pedro Ruiz de Alcaraz viennent d’un milieu modeste. Ils semblent être des autodidactes sincères dans leur engagement spirituel qui veut se libérer du carcan d’une Église formaliste et contraignante. Nous ne reviendrons pas sur le cas de la famille Cazalla.

63Tous les judéo-convers ne sont pas séduits par l’illuminisme. Prenons le cas de Juan de Vergara, un des plus hauts personnages du royaume, secrétaire de l’archevêché de Tolède. Brillant latiniste et helléniste, il a participé à la traduction des Livres Sapientiaux de la Bible polyglotte. Il représente la rénovation des lettres que suppose l’humanisme et apparaît comme un disciple enthousiaste d’Érasme. Arrêté après les dénonciations de Francisca Hernández, il est accusé d’avoir défendu toutes les propositions condamnées par l’Édit de 1525. Dans une défense écrite de sa main, il réfute ces accusations en 1534. Il ne supporte pas d’être accusé d’illuminisme. Pour lui, les alumbrados sont illettrés, ignares (« puros idiotas »).

64Plus tard, Melchor Cano, le théologien scolastique dominicain, représentant d’une tradition universitaire vieille de trois siècles, farouche défenseur de l’orthodoxie, déclarera lui aussi que les alumbrados sont des ignorants dangereux (« ydiotas y sin letras »). En outre, il affirmera clairement son mépris pour le peuple (« vulgo ») et les femmes qu’il placera au même niveau d’ignorance. Convaincu que la lecture des textes sacrés en langue vulgaire représente une erreur terrible qui ne peut que mener à des interprétations erronées et à l’hérésie, il défendra avec vigueur les pratiques traditionnelles qui permettent un véritable contrôle de la foi. Pour ce faire, il aura recours à la redoutable efficacité du Saint-Office. Dès les premières arrestations de 1524, nous avons constaté que tous les moyens possibles ont été utilisés, toutes les faiblesses humaines exploitées pour débusquer les hérétiques en Castille. La lutte contre l’hérésie se poursuivra en Estrémadure, en Andalousie. Le contrôle de la foi et des individus sera un des soucis majeurs du Concile de Trente. Les beatas qui oeuvreront alors n’auront plus la même liberté d’action que leurs ancêtres. Nous nous proposons de le montrer dans un travail en cours d’élaboration.

Haut de page

Bibliographie

Bataillon, Marcel, Erasmo y España, Fondo de Cultura Económica, 1950.

Giles, Mary E., « Francisca Hernández y la sexualidad de la discrepancia religiosa », Mujeres en la Inquisición. La persecución del Santo Oficio y el Nuevo Mundo, éd. Mary E. Giles, 2000, p. 99-124.

Longhurst, John E., « La beata Isabel de la Cruz ante la Inquisición », Cuadernos de Historia de España, 25-26, 1957, p. 278-303.

Longhurst, John E., Part four directory of spanish “lutherans”, http://vlib.iue.it/carrie/texts/carrie_books/longhurst/4-1.html

Márquez, Antonio, Los alumbrados Orígenes y filosofía (1525-1559), Madrid, Taurus Ediciones, 1972.

Milhou, Alain, Histoire du Christianisme des origines à nos jours (dir. Marc Venard), tome VIII, Le temps des confessions, Desclée, 1992, chapitre VI sur la péninsule Ibérique.

Nieto, J. C., « The heretical alumbrados dexados : Isabel de la Cruz and Pedro de Alcaraz », Revue de Littérature Comparée, 52, n° 2-4, avril-décembre 1978, p. 293-313.

Ortega Costa, Milagros, Proceso de la Inquisición contra María de Cazalla, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1978.

Haut de page

Notes

1 Voir le Tesoro de la lengua castellana o española de Sebastián de Covarrubias, le Diccionario de Autoridades. Également Pérez de Valdivia, Aviso de gente recogida, Barcelone, 1585 ; Álvaro Huerga dans son Historia de los Alumbrados, chapitre VIII, tome V.

2 Il y a eu passage de la perception de femmes recherchant une vie de perfection, de sainteté vers une perception de femmes ilusas, qui sont abusées, trompées, qui tombent dans l’erreur car elles sont la proie de Satan, ou qui sont embaucadoras c’est-à-dire qui trompent volontairement autrui et se font passer pour ce qu’elles ne sont pas. Elles seront les unes et les autres poursuivies par l’Inquisition.

3 La volonté réformatrice de Cisneros permet d’obtenir des résultats pour les ordres monastiques malgré la résistance qu’opposent les conventuels à toute tentative de retour à l’observance primitive, à la pénitence, au jeûne, à la pauvreté absolue, à la vie retirée. La vie religieuse de cette époque-là est non seulement marquée par la réforme des observances mais également par l’influence qu’a le mouvement de la Devotio moderna qui nourrit une nouvelle forme de relation à Dieu en mettant l’accent sur la vie intérieure personnelle et sur une spiritualité pratique affective. Par une ascèse intériorisée afin d’imiter, dans les humbles gestes de l’existence, Jésus-Christ, il s’agit de former aux vertus chrétiennes un public moyen. L’Imitation de Jésus-Christ, du chanoine Thomas a Kempis, d’une lecture aisée, donc accessible à un large public, connaît un grand succès : entre 1488 et 1491, quatre éditions de la traduction de cette œuvre paraissent à Burgos, deux en castillan et deux en catalan. Rappelons que c’est sur l’ordre de Cisneros que vont être traduits en langue vulgaire et imprimés des ouvrages de spiritualité qui constitueront de véritables guides pour les fidèles.

4 Ce fut dans les ordres mendiants que surgirent les plus gros problèmes. Franciscain lui-même, Cisneros voulut installer par la force les franciscains observants dans les maisons des conventuels, provoquant ainsi de vives résistances de la part de l’aristocratie qui était à l’origine de la plupart des fondations où elle avait l’habitude d’installer ses cadets.

5 À l’époque des rois catholiques, les espérances messianiques des laïcs et religieux en quête de spiritualité se concentrent autour de la personne de Cisneros. Pendant la régence de Ferdinand, en 1509, ce dernier organise une expédition contre Oran qu’il monte à ses frais, dans un climat d’exaltation héroïque et messianique. Certains voient en lui un pseudo-pape : selon une prophétie, attribuée à saint François, c’est lui qui doit ouvrir la voie à la rénovation de l’Église. Il se perçoit comme l’instrument d’un vaste miracle, la rénovation et l’extension de la chrétienté. Quinze ans plus tard, c’est autour de l’empereur Charles Quint que se concentrent les espérances messianiques.

6 Le manuscrit daté de 1509 est conservé à la Bibliothèque de l’Escorial.

7 Alumbradismo, iluminismo sont les termes espagnols qui désignent cette tendance mystique – bien qu’on ne puisse pas parler véritablement de mysticisme - qui cherche à établir un contact direct avec Dieu sans passer par les intermédiaires de la religion révélée, de l’Église officielle, des rites et des pratiques. Les alumbrados, les iluminados se déclarent directement éclairées par Dieu. Contrairement au mysticisme, il s’agit d’une mystique sans surnaturel et sans transcendance. L’illuminisme est un phénomène extrêmement complexe. Certaines caractéristiques sont propres à l’Espagne. Mais comme l’affirme J. Pérez, « L’illuminisme possédait une frontière commune avec le franciscanisme (spiritualité avide de révélations), avec l’érasmisme (christianisme intériorisé), avec le luthéranisme (lecture directe de la Bible), mais il est impossible de le ramener à aucun de ces mouvements » (Lexique historique de l’Espagne, Paris, Armand Colin). À l’époque qui nous intéresse, la perception de cette nouvelle manifestation spirituelle est marquée par le passage d’une notion positive de personnes illuminées par l’esprit de Dieu à une notion négative péjorative d’hérésie ; on ne parlera plus alors d’inspiration divine mais démoniaque ; on ne parlera plus de relation avec Dieu mais avec Satan. Si la pratique du recueillement (recogimiento) était acceptée, celle de l’abandon total à Dieu (dejamiento) éveilla la suspicion et les poursuites inquisitoriales. Les premiers alumbrados, qui se prétendaient directement éclairés par l’Esprit, apparurent entre 1510 et 1520. L’Inquisition reconnut en eux des tendances hétérodoxes et les poursuivit à partir de 1525. Les alumbrados se trouvaient alors au cœur de l’Espagne, en Nouvelle-Castille et en Vieille-Castille, dans la région située entre Tolède et Valladolid. L’aristocratie les protégeait : l’Amiral de Castille à Medina de Rioseco (au nord de Valladolid entre Palencia et Zamora), le Marquis de Villena à Escalona (région Tolède), le Duc de l’Infantado à Guadalajara (au nord-est Madrid, sur le fleuve Henares, comme Alcala). Certains universitaires d’Alcala s’intéressèrent également à eux.

8 Rappelons que c’est en 1483 que Juan Guas commence la construction du palais de Guadalajara. Les arts et les belles lettres sont très prisés par ces aristocrates castillans influencés par le raffinement venu d’Italie au moment de la Renaissance. Cette famille s’est particulièrement illustrée dans le mécénat aristocratique.

9 Nous verrons qu’est également concernée Francisca Hernández, une beata originaire de la région de Salamanque.

10 Procès de Pedro Ruiz de Alcaraz, Luis de Beteta, Rodrigo de Bivar, tous conservés à l’Archivo Histórico Nacional, section Inquisición de Toledo.

11 J. C. Nieto attache peu d’importance à ces documents. En revanche, Antonio Márquez en souligne l’importance. Voir Los alumbrados. Orígenes y filosofía (1525-1559), p. 103-104.

12 Dans un article, John E. Longhurst (voir la bibliographie à la fin de ce travail) retranscrit « çiertas confesiones que hizo Isabel de la Cruz que tocan a Alcaraz ». Il s’agit de cinq dépositions faites devant le tribunal de Tolède entre le 19 septembre 1524 et le 26 janvier 1525. Ces dépositions apparaissent dans le procès de Pedro de Alcaraz.

13 La formulation que la beata utilise lorsqu’elle explique aux inquisiteurs comment elle a converti Pedro de Alcaraz montre bien l’importance accordée à l’amour du prochain : « Fue preguntada sy enseño al dicho pero de alcaraz las cosas suso dichas, dixo que se las enseño por via de fraternidad porque le parescia que era obligada por la caridad del proximo ».

14 En 1527, alors que de nombreuses charges pèsent déjà sur Isabel de la Cruz, le procureur présente cent quatre vingt onze lettres « tocantes a la materia de alumbrados », écrites par quarante six personnes différentes : presque toutes étaient en la possession de la beata. Il la qualifie de « principal enseñadora e domatizadora de todos ellos [los alumbrados] que estavan debaxo de su obediencia e dotrina ».

15 Voir détails dans A. Márquez, op. cit., p 64. Il semblerait que l’idée de dénoncer Isabel de la Cruz et Alcaraz à l’Inquisition soit née à Guadalajara, chez doña Mencía de Mendoza, marquise de Zenete par son père, petite-fille du cardinal Mendoza, comtesse de Nassau par son mariage. Très cultivée, attirée par l’humanisme et la spiritualité, elle montra par la suite un grand intérêt pour Érasme. Son chapelain, Pedro de Rueda, beau-frère de María Cazalla, et Mari Nuñez, servante de doña Juana de Valencia, se chargèrent de la dénonciation.

16 Les principales accusations portées par Mari Nuñez sont les suivantes : Isabel de la Cruz nie l’existence de l’Enfer. Elle considère que le Jeudi-Saint est un jour de fête. Elle rejette l’idée que les bonnes actions aident à gagner le salut.

17 Deux explications peuvent être avancées. D’une part, la Castille connaissait alors une période de désordres provoqués par la révolte des Comunidades qui grondait et allait éclater en Castille en 1520. L’absence de Charles Quint, les abus commis par les Flamands, la lourdeur des impôts provoquent un mécontentement général manifesté depuis 1517 aussi bien par l’aristocratie que les classes moyennes. Dès le début de l’année 1518, les ecclésiastiques castillans expriment leur opposition, les moines appellent à l’insurrection dans des sermons subversifs. D’autre part, le cardinal Adrien, qui avait été le précepteur de Charles Quint, puis son principal conseiller, admirait et protégeait les beatas tout comme le cardinal Cisneros auquel il succéda comme Inquisiteur général en 1518. En revanche, il était l’ennemi des judéo-convers, des érasmistes, des luthériens et des alumbrados. Lorsqu’il devint pape sous le nom d’Adrien VI, en août 1522, il laissa la charge d’Inquisiteur général vacante jusqu’en septembre 1523, date à laquelle c’est l’Archevêque de Séville, Alonso Manrique, qui lui succéda.

18 Déposition du 26 octobre 1524.

19 Voir J. E. Longhurst, article cité, document retranscrit p. 292.

20 Dans l’une de ses accusations, qui vaut ce qu’elle vaut, Mari Nuñez souligne la déférence d’Alcaraz et de María Cazalla envers Isabel de la Cruz : « […] davan a la dicha ysabel de la cruz tanto credito en lo que les declarava como a sant pablo e a santa clara » ou « le darian mayor autoridad a la dicha ysabel de la cruz que a sant pablo e a todos los santos ».

21 Dans une déposition datée du 26 octobre 1524, Isabel de la Cruz répond à une question des inquisiteurs sur les personnes qui reçurent son enseignement : « Fue preguntada que con que personas comunico las cosas que tiene dichas e confesadas e a quien las dotrinava y enseñava ». Elle fait immédiatement allusion à Pedro Ruiz de Alcaraz et à Gaspar de Bedoya (à Pastrana). À une question que lui posent les inquisiteurs sur ses relations avec ce dernier, elle précise : « […] lo que a este vedoya dezia era que se diese enteramente a dios para que pusiese puramente su efecto en el y desenbaraçase el pensamiento de todas las ymaginaciones que se le ofresciesen porque deseava que estuviese en la oracion mental continua y que se endereçase en todas las obras a hazerlas porque las devia a nuestro señor ».

22 À l’époque des Comunidades, le Marquis de Villena gagne la confiance de personnes qui plus tard seront soupçonnées d’hérésie. En 1527, Juan de Valdés, un des ses anciens pages, lui dédie un petit ouvrage, De la doctrine chrétienne. Francisco de Osuna lui dédie également son Abécédaire.

23 Voilà ce qui est déclaré dans le Sumario concernant Alcaraz : « Cierta muger se había separado de esta fraternidad y el reo Bedoya procuraba que Isabel la visitase y la redujese y que le había escrito a ella sobre este asunto ».

24 Au cours d’une déposition datée du 26 octobre 1524, Isabel de la Cruz avoue aux juges « syendo por ellos preguntada que tanto tiempo ha estado en estos errores de que se acusa quanto ha que se aparto de ellos dixo que de dos años a esta parte es lo que le acusa la consciencia de aver estado en las cosas que tiene declaradas e que ha estado fuera de obediencia de sus prelados e de dos confesores desde nuestra señora de agosto del año de quinientos e veynte e tres e que no se aparto de ello hasta que fue presa en este santo oficio e parescio ante sus merçedes ».

25 En 1522, la province franciscaine de Castille comptait huit maisons de recueillement. Le silence, l’oraison étaient les pratiques fondamentales de ces endroits. Ils étaient également des lieux d’échanges, de controverses sur les différentes voies personnelles entre religieux et laïcs. À Alcala et Escalona se côtoyaient partisans du recueillement, érasmistes et illuministes. Dans les maisons de la région de Tolède se développa un autre courant parmi d’autres qui allait devenir l’hérésie illuministe. Au début, les débats internes se déroulaient dans la plus grande des libertés, les « recueillis » se confrontant aux partisans de l’illuminisme naissant. À Pastrana, Cifuentes, Escalona, Guadalajara, la controverse entre partisans du « recueillement » et ceux de « l’abandon » allait devenir de plus en plus vive.

26 Les chefs d’accusation contre Pedro Ruiz de Alcaraz sont les suivants : « por hereje y apóstata de nuestra sancta fe ».

27 Rappelons que la majorité des propositions attribuées aux personnes dénoncées qui sont reprises dans l’Édit sont celles de judéo-convers. Soulignons également que les inquisiteurs, aidés dans leur tâche par des théologiens, relient ce qui se passe en Castille à des phénomènes antérieurs qui ont parfois existé bien longtemps auparavant dans le reste de la chrétienté, d’où leurs références dans l’Édit de 1525 aux sectes gnostiques, aux Bégards. Ils sont également conscients des bouleversements que connaît l’Église dans l’Europe de leur temps.

28 Déposition du 19 septembre 1524.

29 Les termes et expressions employés par la beata sont les suivants : « hablava mucho e syn deliberacion » ; « su mal hablar e su sobervia y entremetimiento » ; « ha estado llena de sobervia e vanagloria e de acidia ».

30 Voir John. E. Longhurst, article cité, p. 294-295, en particulier la précision suivante : « […] el dicho pero de alcaraz en una visitacion que hizo a los de pastrana les dio causa en aquella altercacion de las obras », et la note n° 21 p. 295 qui explique la divergence entre Pedro de Alcaraz et un alumbrado de Pastrana.

31 Déposition du 21-10-1524 : « […] y que ansi mesmo se siente culpada porque pensava que estando en el amor de dios que ella sentia en si y en el deseo que tenia de aprovechar a sus proximos que no era obligada a obedescer a otro sino a los que estuviesen en el amor de dios y que de aquí venia en no obedescer esta confesante a su madre, a sus superiores porque los juzgava por ynperfectos e les dezia palabras descorteses llamandolos atados e cohartados a su propio amor […] ». « […] estava esta confesante en el amor de dios tan entera y con tanto deseo de que todos aprovechasen en el amor que se le figurava que asi ella como todos los otros aprovechavan poco en el amor de dios y hazian poco por alcançarla en perfeccion de unidad y que de aquí venia que como persona que estava en aquel enbebecimeinto e deseo que todos hiziesen sus cosas por dios repreendia e ynportunava a las personas con quien tenia participacion e se le ofrescian que no afloxasen en el servicio e amor de dios e que hiziesen todas las cosas por el ».

32 Isabel de la Cruz « fue al principio induzida por algunos frayres simples y por ventura herejes ». Les termes employés soulignent qu’il s’agit bien sûr d’un témoignage à charge.

33 Dans son étude sur les alumbrados (voir op. cit. p. 120 et note 3), A. Márquez donne la précision suivante : « La rebelión de Isabel de la Cruz y de Alcaraz se extiende tanto a los superiores regulares y ortodoxos de la Orden de San Francisco, como a los reformadores de la misma : a la versión erasmista del Obispo Cazalla (que según Isabel no predicaba amor, sino arte) y a la visionaria de Olmillos ; al ascetismo de Ortiz y al misticismo pietista de Osuna. […] si los alumbrados parten del franciscanismo, lo hacen de una manera dialéctica, es decir, en oposición a él. Ni siquiera tienen cabida en el ala extrema tradicional de la Orden. La pobreza exterior, clave fundamental de todo franciscanismo y raíz de todas sus expresiones heterodoxas, es anatema entre los alumbrados. Tanto para Isabel como para Alcaraz no hay más pobreza que la interior […] ».

34 Au cours de leur procès, Isabel de la Cruz et Alcaraz font des citations en latin, particulièrement Alcaraz. Dans le Sumario la concernant, la beata est accusée de citer des textes de la Bible en latin. Mais cela ne permet pas d’apprécier avec exactitude leur connaissance réelle de la langue latine.

35 À la question que lui posa un Pharisien : 36 « Maître, quel est le grand commandement de la loi ? », / 37 « Jésus lui répondit : Vous aimerez le Seigneur votre Dieu de tout votre cœur, de toute votre âme et de tout votre esprit. / 38 C’est là le plus grand, et le premier commandement. / 39 Et voici le second qui est sembable à celui-là : vous aimerez votre prochain comme vous-même ». Le 19 septembre 1524, Isabel de la Cruz déclare devant les juges : « Porque le parescia que era camino llano tener el amor de dios e del proximo porque todo lo que ella hablava e dotrinava de la sacra escriptura venia a dar en la guarda de los mandamientos que se encerravan en el amor de dios e del proximo […] ».

36 On peut penser qu’Isabel de la Cruz et Alcaraz connaissaient la Vita Christi cartuxano romançado, du chartreux Ludolf de Saxe, traduite en castillan sur ordre du cardinal Cisneros par Ambrosio Montesino et éditée à Alcala en 1502 et 1503. Comme tous les fidèles castillans de l’époque, ils avaient sûrement consulté un des psautiers ou Livres d’Heures qui circulaient librement avant la censure exercée dans la deuxième moitié du siècle.

37 Nous n’avons pas d’autres précisions concernant les éventuelles lectures d’Isabel de la Cruz. En 1519, sa rivale, Mari Nuñez, fait allusion à un ouvrage spirituel, un « libro de nuevas doctrinas » qu’elle serait en train d’écrire mais rien n’est connu à ce sujet. En revanche, Alcaraz déclare d’autres lectures. Il cite abondamment saint Jean Climaque. Il est probable qu’il ait lu également saint Jérôme, saint Augustin, saint Bernard, saint Bonaventure qui furent lus par les mystiques espagnols. Il cite également saint Grégoire, sainte Catherine de Sienne. A. Márquez démontre que l’influence la plus importante fut celle du Pseudo-Denys l’Aréopagite (voir op. cit., p. 132, 133, 134).

38 « Puisque ce n’est pas vous qui parlez, mais que c’est l’esprit de votre Père qui parle en vous ».

39 A. Márquez relève la concordance entre l’attitude d’Isabel de la Cruz à l’égard des Écritures Saintes et la proposition XLV de l’Édit de 1525, qui aurait été formulée à partir des propos de cette dernière : « Que no abian de ser curiosos en saber las figuras de la sagrada sciptura e que si entendian algo, bien ; e sino, que pasassen adelante, e que era soverbia querer entender la scriptura mas de aquello que sonaba, si dios no se lo daba ».

40 Il est intéressant de rappeler les propos de l’ennemi le plus acharné des illuministes, le théologien Melchor Cano : « es dañoso y peligroso fiar la divina sciptura de mugeres y gente lega, y haze muy poco al caso que la muger entienda latin, pues asi es el mesmo peligro ».

41 Voir déposition datée du 25 janvier 1525.

42 J. C. Nieto souligne cet aspect-là. En particulier dans les dépositions faites par la beata en octobre 1524, l’expression « suspensión de las potencias » qui appartient au langage traditionnel de la mystique n’est employée que par les seuls juges et n’est pas reprise par cette dernière. Voir article cité p. 297 et note n° 8 ainsi que p. 298 et note n° 9. Le terme « unidad » employé par Isabel de la Cruz n’a rien à voir avec celui qui désigne dans l’expérience mystique le moment de béatitude transitoire de l’union de l’âme avec Dieu. Ce terme définit pour elle une conduite permanente régissant sa vie quotidienne et la préservant de l’erreur et du péché.

43 Cette distinction n’est pas sans rappeler le modèle de l’ascèse et la mystique traditionnelle et permet de mieux saisir l’indépendance dont fait preuve la beata.

44 Comme cela a été dit, au cours de ses dépositions faites en 1524, Isabel de la Cruz accompagne ses aveux de formules de repentir : « e que de todo lo suso dicho pide e pidio perdon e misericordia ». Par la suite, elle abandonnera cette attitude et se refusera à reconnaître ses fautes pour insister sur son innocence, ce qui provoquera la sévérité des juges.

45 Déposition du 24 octobre 1525 : « [… ]dezia en lo que enseñava e amostava que los que estavan ya en el amor de dios e padesçian por el mesmo amor que o avia necesidad de pensar en la pasion de cristo porque mas era el efecto que el pensamiento. Y preguntada que padescia dixo que dolores de enfermedades e de ynjurias e de testimonios que le hazian e levantavan lo qual llamava efectos de la pasion ».

46 Édit repris dans l’ouvrage d’Antonio Márquez, op. cit., Appendice 1, p. 273-283 (voir Bibliographie). Voir également l’article de Milagros Ortega de Emmart, Las proposiciones del edicto de los alumbrados. Autores y calificadores. Voir dans cet article le tableau des propositions et l’attribution qui peut être faite pour chacune. Nous suivons quelques unes des propositions de cet Édit attribuées à Isabel de la Cruz : 1- Dans ses dénonciations, Mari Nuñez insiste sur les propos tenus par Isabel de la Cruz sur l’Enfer. Les inquisiteurs reviennent sur ces affirmations (John E. Longhurst, art. cit., p. 289, 296). 4- Mari Nuñez mentionne également le rejet de la communion : « Más enteramente está Dios en el alma que en el sacramento […] ». 7- Elle évoque également le mépris dans lequel la beata tient les fidèles qu’elle voit pleurer pour leurs péchés ou manifester leurs regrets de façon outrancière. 9- Isabel est dénoncée pour avoir incité son prochain à l’abandon à l’amour de Dieu, voie qui refuse toute médiation sprituelle entre Dieu et les hommes. 12- Isabel refuse les œuvres dans la communication avec Dieu. 20- Elle préconise l’oraison mentale. 22- Elle refuse le recours à la Passion du Christ et ne respecte pas le Jeudi-Saint. 28-Elle rejette l’utilisation des Bulles.

47 […] yo vivi en casa del conde de Pliego my señor, que dios aya, y de su padre y de su abulo, el adelantado don Hurtado de Mendoza que me crio alli. Y estuve cerca de treinta años ».

48 Lettre écrite depuis la bourgade de Torrijos (province de Tolède), datée du 6 novembre 1526 et envoyée aux inquisiteurs à Escalona. Voir détails, John E. Longhurst, art. cit., p. 297-299.

49 Ces vieux-chrétiens seront dénoncés en 1532-1533. À ces noms, il faut ajouter celui d’une autre vieille chrétienne, doña Leonor de Quirós, l’épouse d’un notaire de Guadalajara appelé Cifuentes. Ces noms apparaissent également dans le procès de María Cazalla.

50 En effet, dans les déclarations que Mari Nuñez adresse aux inquisiteurs, elle fait allusion à l’hostilité que lui ont montrée certains alumbrados favorables à Isabel de la Cruz. Elle cite le Comte de Priego et son épouse, Alonso de Torres, trésorier du Duc del’Infantado. Pour ce qui est des franciscains, elle dit : « […] un fray pedro de Regalado, natural de la cibdad de guadalajara de la horden de san franciscome ablo con arta passion en favor de esta beata y con palabras rigurosas me pregunto que que hera lo que yo acusava a esta beata. Yo le respondi que no tenia de dalle yo la quenta sino a dios y a los señores ynquisidores. Dixome pues mira lo que hazeys que toda la horden de san francisco se ha de poner en defension de ysabel de la cruz […]. »

51 Voir A. Márquez, op. cit. M. Bataillon, op. cit.Voir également l’article que lui consacre Mary E. Giles qui s’appuie sur Bernardino Llorca, La Inquisición Española y los alumbrados (1509-1667) :Según las actas originales de Madrid y de otros archivos, Salamanque, Universidad Pontificia, 1980 et « Sobre el espíritu de los alumbrados, Francisca Hernández y Fr. Francisco Ortiz, O.F.M. », Estudios eclesiásticos 47, 1933, p. 383-404 ; Alastair Hamilton, Heresy and Mysticism in Sixteenth-Century Spain : The Alumbrados, Toronto, University of Toronto Press, 1992 ; Angela Selke, « El caso del Bachiller Antonio de Medrano, iluminado epicúreo del siglo XVI », Bulletin Hispanique 58, 1956, et El Santo Oficio de la Inquisición : Proceso de Fr. Francisco Ortiz (1529-1532), Madrid, Éd. Guadarrama, 1968; Ralph J. Tapia, The Alumbrados of Toledo: A Study in Sixteenth Century Spain Spirtuality, Park Falls, Wisconsin, Weber and sons, 1974. Elle cite également Manuel Serrano y Sanz, « Francisca Hernández y el Bachiller Antonio de Medrano : Sus procesos por la Inquisición (1519-1532) », Boletín de la Real Academia de la Historia 41, 1902.

52 Signalons toutefois qu’elle refusait l’austérité et vivait confortablement grâce à des aides financières. Le plus fervent de ses adeptes, le prêtre Antonio de Medrano, sut convaincre un jeune homme, Antonio de Calero, de vendre ses biens pour lui faire une donation.

53 Pour la beata, l’Esprit Saint éclairait directement l’âme sans que fût nécessaire l’intervention de l’Église. Elle préconisait l’abandon à Dieu et l’oraison mentale. Parmi ses fidèles, on comptait beaucoup d’hommes. Elle sut également se ménager des sympathies féminines. C’est le cas d’Inés López, une beata d’origine judéo-converse qui vivait à Valladolid. Elle fut au service de Francisca Hernández de 1521 à 1525 et participa aux assemblées d’illuministes réunies par cette dernière En 1523, elle n’hésita pas à se parjurer devant le Saint-Office en affirmant que Francisca Hernandez n’avait jamais enfreint l’injonction des inquisiteurs de ne plus voir Antonio de Medrano. Mais, en 1528, à la suite d’une querelle avec Francisca, elle quitta son service et témoigna alors contre elle en s’étendant longuement sur les relations lascives qu’elle avait avec Antonio de Medrano et Francisco Ortiz. Cet exemple souligne un fois de plus la fragilité des rapports humains et les revirements qui ne pouvaient que faciliter la tâche du Saint-Office.

54 D’une famille hidalga de vieux-chrétiens, le prêtre Alonso de Medrano était originaire du village de Navarrete (Rioja). C’est le franciscain Juan Hurtado qui lui présenta Francisca Hernández à Salamanque vers 1516.

55 Parmi les érasmistes proches de Francisca Hernández, citons Juan del Castillo, professeur de Grec, Diego López de Husillos, prêtre tolédan, Miguel de Eguía, imprimeur qui commença à publier les principales œuvres d’Érasme en latin à partir de 1525.

56 Francisca Hernández ne semble pas s’amender non plus. Certaines sources suggèrent une relation très étroite avec Pedro de Cazalla, ce qui aurait provoqué les soupçons et la colère de son épouse qui aurait dénoncé cette dernière à l’Inquisition. Quelques années plus tard, c’est Francisca Hernández qui allait dénoncer le couple. En 1522, le docteur Vergara avait réussi à éloigner son frère, Bernardino de Tovar, très attaché à Francisca, en l’amenant avec lui à Alcala. Entre Juan de Vergara et Francisca Hernández les hostilités ne faisaient que commencer. Elle l’accusa à plusieurs reprises de luthéranisme en 1530. Il fut arrêté en juin 1533. Mais en 1534, il la dénonça comme témoin hostile et peu digne de foi.

57 Il appartenait à une famille de judéo-convers connue de Tolède. Après des études de théologie et de philosophie à Salamanque et Alcala, il entra chez les franciscains. En 1520, il donna des cours de logique aux moines du monastère franciscain de Pastrana avant d’être nommé prédicateur de l’ordre en 1521. Personnalité fragile en proie à la tentation de la chair et au désespoir, il trouva en Francisca Hernández un guide qui le libéra de toutes ses angoisses et il lui était tout dévoué. En 1529, après l’arrestation de la beata, il n’hésita pas à fustiger ouvertement l’Inquisiteur général dans un sermon prononcé à San Juan de los Reyes de Tolède, ce qui lui valut d’être arrêté à son tour.

58 Son procès a malheureusement disparu. Nous ne retiendrons des procès où d’autres accusés la mettent en cause que les éléments qui ont un rapport direct avec notre propos. Certaines paroles prononcées par Francisca Hernández et ses adeptes avaient fait l’objet de propositions de l’Édit de 1525.

59 Si les confessions d’Isabel de la Cruz laissent apparaître des tentatives pour se préserver d’un châtiment sévère, elle n’accuse jamais ses disciples. En revanche, pour se tirer d’affaire, dès 1530, Francisca Hernández n’hésite pas à faire des témoignages à charge contre ses proches et à dénoncer une multitude de personnes dont Bernardino Tovar, son frère le docteur Vergara, Pedro Cazalla, son frère l’évêque Juan Cazalla, leur sœur María Cazalla, l’imprimeur Miguel de Eguía, les prêtres Juan López de Celaín, Diego López de Husillos, Juan del Castillo, le commerçant burgalais Diego del Castillo, Ana del Valle, surnommée la « flamande ». Cette dernière, qui avait dû faire partie de la suite flamande de Charles Quint, avait épousé un Burgalais. Vers 1525, sa spiritualité suscita l’admiration de Diego del Castillo et attira d’autres illuministes comme Diego Lopez de Husillos, Pero Hernandez, et peut-être María Cazalla. De nombreux procès furent intentés contre les personnes dénoncées, mais tous n’ont pas été conservés.

60 Entre 1529 et 1530 se déroule le procès du prêtre Juan López de Celaín, disciple d’Isabel de la Cruz. Voir l’article d’Angela Selke de Sánchez, « Vida y muerte de Juan López de Celaín, alumbrado vizcaíno », Bulletin Hispanique, t. LXII, 1960, p. 136-162, cité par M. Bataillon, op. cit., p. 435, note7. Il s’agit d’un des rares vieux-chrétiens séduits par l’illuminisme. Il était au service d’Alonso del Castillo, chapelain du Duc de l’Infantado. Après l’arrestation d’Isabel de la Cruz et de Pedro Ruiz de Alcaraz, il se rapprocha de Francisca Hernández et Bernardino de Tovar. L’entreprise d’apostolat qu’il mena à Medina de Rioseco (province de Valladolid) grâce à la protection de l’Amiral de Castille, Fadrique Enríquez, le beau-frère du marquis de Villena, avec lequel il conçut un plan d’évangélisation, fit du bruit. Plus tard, la protection de l’archevêque Pedro de Alba lui permit d’obtenir la charge de vicaire épiscopal et de chapelain de la chapelle royale à Grenade, charge qu’il perdit à la mort de l’archevêque en 1528. Peu après, il fut poursuivi par l’Inquisition de Grenade comme illuministe. Il s’enfuit mais fut repris et condamné au bûcher (voir lien Longhurst, John E., Part four directory of spanish “lutherans”).

61 Pedro Ruiz de Alcaraz n’hésite pas à la dénoncer en juin 1526, dans une des lettres qu’il adresse aux inquisiteurs. Loin d’être anecdotique, cette dénonciation rend compte des rivalités qui existaient entre les différents groupes ou conventicules sur le terrain du prosélytisme. Choqué par sa vie personnelle, par l’influence qu’elle pouvait avoir sur certains ecclésiastiques, il s’était rendu à Valladolid pour la rencontrer en 1524 et tenter de la convertir à sa doctrine, sans succès, ce qui avait dû provoquer un certain ressentiment chez lui.

62 Le procès de María Cazalla a été retranscrit par Milagros Ortega Costa. Voir bibliographie.

63 María Cazalla subit pendant un certain temps l’influence de Mari Nuñez qui vit chez elle, la conseille sur sa vie conjugale en lui recommandant de fuir les plaisirs de la chair (voir M. Bataillon, op.cit. p. 178). Certains témoignages font état d’une brouille entre les deux femmes provoquée semble-t-il par l’attitude équivoque de cette dernière avec l’époux de María Cazalla (voir article de Ángel Alcalá, « María Cazalla. El doloroso precio de la victoria », Mujeres en la Inquisición. La persecución del Santo Oficio y el Nuevo Mundo, éd. Mary E. Giles, 2000).

64 Contre toute attente, la sentence prononcée contre María Cazalla en décembre 1534 étonne par sa modération : elle est condamnée à cent ducats d’amende, à abjurer de levi, et elle n’a pas à subir l’infamie de l’autodafé.

65 La proximité entre les aristocrates qui appartiennent parfois à la plus haute noblesse espagnole et les judéo-convers est frappante. Nombre de judéo-convers séduits par l’illuminisme sont secrétaires, majordomes, administrateurs de Grands d’Espagne attirés eux aussi par ce nouveau courant. Rappelons qu’entre 1519 et 1523, Alcaraz est trésorier du comte de Priego. Il entre ensuite au service du Marquis de Villena, don Diego López Pacheco, sur lequel il a un grand ascendant spirituel. Lorsqu’au palais ducal d’Escalona Alcaraz se livre à ses prédications, son public est composé du marquis, de son épouse, de son chapelain, des dames de compagnie de la marquise, de quelques pages. Sont présents également Juan de Valdés et des notables de la ville. Trois oncles maternels de Juan de Cazalla sont au service du comte de Palma, deux d’entre eux comme majordomes, l’autre comme trésorier. Voir M. Bataillon, op. cit., qui fait très souvent allusion à cette proximité.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cerri.revues.org/docannexe/image/276/img-1.png
Fichier image/png, 438k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Catherine Barbazza, « Femmes et spiritualité. Médiations culturelles et spirituelles à travers le rôle des beatas en Espagne à l’époque moderne », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 04 juillet 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://cerri.revues.org/276 ; DOI : 10.4000/cerri.276

Haut de page

Auteur

Marie-Catherine Barbazza

Marie-Catherine Barbazza est hispaniste, professeur de littérature et civilisation espagnoles à l’UPV Montpellier III (Département d’Études Ibériques). Elle est rattachée à l’EA 3020 ETOILL (Études Occitanes, Ibériques, Latino-Américaines et Lusophones).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Maison des sciences de l’homme Sud – MSH Sud
  • Les cahiers de Revues.org